Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2742765174
Éditeur : Actes Sud (2007)


Note moyenne : 4.3/5 (sur 245 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Deux petits enfants de Tokyo, Yukio et Yukiko, scellent un pacte de fidélité en inscrivant leurs noms à l'intérieur d'une palourde, comme un serment d'amour éternel. Devenus adolescents, ils se retrouvent à Nagasaki sans se reconnaître ; les sentiments qui les habitent ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (56)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par sandrine57, le 09 janvier 2015

    sandrine57
    Yukio a 3 ans. Il vit à Tokyo avec sa mère Mariko et passe ses journées dans l'église catholique où elle travaille. Il n'a pas de père mais il appelle ''oncle'' un homme qui vient parfois rendre visite à sa mère, le soir. Cet oncle le voit aussi au parc où il vient avec ''ELLE'', une petite fille de son âge, sa meilleure amie, celle avec qui il a promis de se marier. le pacte a d'ailleurs été scellé dans deux coquilles d'hamaguri.
    Yukio a 7 ans. Il vit à Nagasaki avec sa mère et Monsieur Takahashi qui l'a adopté. Il se demande si celui qu'il appelait ''oncle'' ne serait pas son vrai père. Sa mère confirme. ELLE est donc sa demi-soeur. Il rêve de la revoir.
    Yukio a 14 ans. C'est la guerre. Son père a été envoyé en Mandchourie et ne donne plus signe de vie. Il est amoureux de la nouvelle voisine, Yukiko et elle l'aime en retour. Mais un jour, elle ne veut plus ni le voir ni lui parler. Il a le cœur brisé.
    Yukio a 64 ans. Il est vieux désormais et coule des jours paisibles avec sa femme et sa mère qui est venue finir sa vie dans leur maison. Il n'a jamais oublié Yukiko. Il n'a jamais non plus oublié cette sœur qu'il n'a plus jamais revue. Il en garde une certaine mélancolie mais ne veut pas ennuyer Mariko avec ces vieilles histoires...

    Kotokotokoto, kotokotokoto.... C'est le bruit du caillou qui se cogne aux parois des coquilles d'Hamaguri... C'est aussi le bruit des souvenirs qui s'entrechoquent dans la tête de Yukio à l'automne de sa vie. C'est aussi le bruit des regrets, des cœurs qui se brisent, des amours manquées, des secrets qui tentent de faire surface... Avec toute la poésie et la douceur qui sont sa marque de fabrique, Aki SHIMAZAKI révèle dans ce deuxième tome la tragique histoire d'amour entre Yukio et Yukiko mais vue cette fois par les yeux du garçon. C'est un regard plus naïf, certes, mais tout aussi touchant et fort en émotions. Au fil du récit, le gamin docile devient un adolescent amoureux puis un vieil homme mélancolique. C'est sur le tard que le voile sur son passé sera levé, comme par inadvertance, alors qu'il n'espérait plus. A l'âge des bilans, l'heure n'est plus aux reproches ou aux récriminations mais à la douce acceptation et à la simple satisfaction d'avoir trouvé des réponses.
    Moins sombre que Tsubaki mais tout aussi sensible, ce deuxième tome est une étape de plus pour l'auteure dans l'analyse des sentiments de ses personnages et de leurs trajectoires déviées par ''le poids des secrets''. Une petite merveille au charme délicat et sensuel.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Iansougourmer, le 01 juin 2013

    Iansougourmer
    Deuxième tome de la série le poids des secrets d'Aki Shimazaki, Hamaguri est une suite toujours aussi bien maîtrisée, émouvante et captivante.
    Yukio et Yukiko sont deux enfants qui vont se lier très jeunes une première fois puis se retrouver de nouveau adolescents à Nagasaki où ils vont connaître des émois amoureux et être séparés à la suite de l'explosion de la bombe atomique sur la ville. Ne pouvant s'empêcher de penser à ce qu'est devenu l'autre, ils apprendront tardivement les secrets que leurs familles ont caché ( pour Yukio ) ou vont révéler ce qu'ils ont tu ( Yukiko ) cinquante ans plus tard.
    Tsubaki était l'occasion pour le lecteur de découvrir la version de l'histoire que Yukiko donne à sa fille dans une lettre après sa mort.
    Hamaguri est l'occasion de découvrir le vécu de Yukio au crépuscule de son existence.
    Hamaguri m'a beaucoup plu. Tout d'abord il est toujours aussi subtil et passionnant que Tsubzki. Il permet d'embrouiller encore plus l'histoire en mixant les point de vue de Yukiko et Yukio. L'écriture est sobre, élégante, toute en retenue avec une émotion à fleur de peau. Des courts chapitres se dégage une impression d'intensité face à cette histoire qui nous captive. À la place des camélias de Tsubaki, les Hamaguri ( palourdes japonaises ), font ici office d'objets symboliques, ces coquillages qui renferment des cailloux semblent symboliser les souvenirs, contenus à l'intérieur de nous mêmes, ils n'attendent que le moment opportun pour se rappeler à nous...
    Ce que j'ai apprécié dans ce roman est qu'il nous laisse songueur : contant les destins de Yukio et Yukiko qui n'ont jamais pu réellement se connaître, Akiko Shimazaki donne toute la mesure de son talent en nous montrant l'ironie de nos vies, qui ne permettent pas d'atteindre ce qui nous aurait rendu le plus heureux, et condame Yukio a ressasser le passé en se demandant s'il aurait pu en advenir autrement. À ce titre l'image du passé est incarné pas ces palourdes que Yukio remue pendant tout le livre : il en sort un bruit attirant et mystérieux, qui ne laisse qu'une impression vague et incertaine, comme celle que nous laissent souvent nos souvenirs et les sentiments contrastés qui en découlent. le titre de cette série est très bien choisi : le poids des secrets pèse sur toute la vie des personnages, ne leur laisse aucune chance de parvenir à la vie qu'ils souhaitent en conditionnant leur destinée. le poids des secrets ne se relâche qu'avec la mort, qui libère les secrets enfouis mais laisse une impression douce-amère de regrets et de gâchis.
    En outre je trouve que ce livre est émouvant car il nous montre les personnages avec leur omissions, leur rêves et passions bridés, leur bohneurs parfois aussi...
    C'est aussi ce réseau subtil de sentiments diffus qui attire dans ce livre....
    Au final, un beau livre sensible qui confirme l'intérêt de cette série avec ses secrets qui constituent l'identité de ces personnages tout en ombres et émotions.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 28         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par le_Bison, le 13 avril 2015

    le_Bison
    Je retrouve ainsi Yukio et Yukiko dans ce second volet d'Aki Shimazaki. Deux enfants de Tokyo qui se promettent fidélité et amour à l'âge de six ans et qui scellent leur histoire au sein d'une coquille vide de palourde (hamaguri).
    J'en découvre un peu plus sur ce jeune garçon tokyoïte et sa mère célibataire qui est venu s'exiler à Nagasaki. Sous un nouveau regard, je croise les chemins de ces deux enfants, grandissant, séparés avant de se retrouver sans savoir qui ils sont l'un pour l'autre, et de se retrouver à nouveau séparer sans comprendre les profondes raisons.
    Peut-être est-ce la bombe qui a éloigné Yukiko de cet amour naissant ? Ou une autre raison – que l'on discerne si l'on se souvient du premier tome de la pentalogie. D'ailleurs, cette bombe atomique est nettement moins présente ici comme si son souffle n'était qu'une anecdote dans la vie de Yukio, plus obnubilé par la passion d'un amour de jeunesse. Et là est tout l'intérêt d'entreprendre l'écriture d'une même histoire en 5 romans, celui de raconter sensiblement la même histoire avec d'autres perceptions, d'autres sentiments, de découvrir d'autres personnages, de sentir le pouls d'un pays avec un regard différent. « Autres » pour ne pas dire « nouveaux ». Parce qu'en matière de secrets, la vérité se dévoile petit à petit, et c'est cet infime point de vérité qui insuffle une nouvelle histoire au roman.
    Maintenant que ce second roman, tout aussi intense et court que le premier, s'achève sous mes yeux, je n'ose les rouvrir pour lire le quatrième de couverture du troisième volet de l'histoire. Non, je ne veux pas savoir de suite sur quels personnages sera centrée la suite – le renouvellement – de l'histoire. Je veux être surpris et découvrir l'histoire sous un nouveau jour, comme après le souffle d'une explosion. En silence.

    Lien : http://leranchsansnom.free.fr/?p=9321
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ninamarijo, le 11 août 2014

    ninamarijo
    Dans ce deuxième tome Yukio, en grandissant, part à la recherche de son passé, de son identité et de son père.
    Pour mon plus grand bonheur, je me plonge à nouveau dans cette belle écriture fine et poétique proche de la plume de Kawabata ! Dans ce roman on retrouve ces éléments sonores et colorées et lumineux, comme : la lune jouant dans l’eau, le bruit de la pluie, le soleil qui joue dans les feuillages, les fleurs aux couleurs vives, les escargots auxquels on taquine les cornes, le bruit du coquillage …. Les serments et les pactes d’enfants. Tout un monde qui éveille en nous des souvenirs.
    Les phrases courtes rythment et scandent bien le récit et nous plongent dans le monde tel que Yukio, enfant, peut le ressentir. Ce roman va crescendo, en faite, on grandit avec Yukio on ressent ses premiers émois, on revit ses premiers amours avec la rencontre de Yukiko. Mais qui est donc cette petite fille qui emplit son cœur et qui toute sa vie durant va le hanter ? Yukio grandit connaît des joies, des déceptions et la perte de son amour, « son cœur se déchire » cet amour lui serait-il interdit ?
    Puis, c’est la rupture, l’effroi, la guerre, la bombe atomique, la terreur, un grand noir et tout se rabougrit, « l’extérieur devient sombre. Puis un silence sinistre… » Yukio a vieilli pas étonnant !
    Dans ces 111 pages il se dégage une force inouïe, ce roman est dense, de nombreux thèmes sont abordés, les conventions sociales, les non dits et les secrets de famille pèsent sur les vies brisées. Maintenant je vais attendre avant de lire le tome 3 car il y a matière à méditer !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par nounours36, le 23 mai 2014

    nounours36
    Deuxième volume de la pentalogie du 'Poids des secrets' de Aki Shimazaki. On retrouve la merveilleuse écriture de Shimazaki. L'histoire est la même que celle du premier volume 'Tsubaki', mais cette fois vue au travers du prisme de Yukio, le fils de Mariko. Ce qui rend ce volume très différent dans sa sensibilité : mêlant amour, tendresse, et une part d'incompréhension durant cette période de guerre. Cette fois, le focus est mis sur la passion entre Yukio et Yukiko qui occupe le thème principal du livre.
    Cette deuxième partie est beaucoup moins sombre que 'Tsubaki', elle nous conte la vie de Yukio depuis ses quatre ans, jusqu'à nos jours. L'amour qu'il a pour une petite fille lorsqu'il vivra dans une église à Tokyo auprès de sa mère. Ils sont trop jeunes mais promettent de se marier, ils s'échangeront un Hamaguri, un coquillage unique car les deux parties sont complémentaires, s'ajustent à la perfection. Puis l'amour qu'il découvrira adolescent à seize ans avec Yukiko dans le bois de bambous à Nagasaki.
    Je reste sous le charme de cette écriture, mêlant poésie, sensualité et symbolisme. Que nous réserve le troisième tome ? : 'Tsubame'.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

> voir toutes (21)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par le_Bison, le 12 avril 2015

    Nous entrons dans le bureau du médecin. Au moment où nous l’apercevons debout devant une fenêtre, un éclair éblouissant brille derrière lui. Une détonation suit. C’est la bombe ! On entend les cris des infirmières. Nous nous couchons immédiatement. Monsieur M. me hurle : « Ne bouge pas, Yukio ! » Les fenêtres sont déjà arrachées par le souffle d l’explosion. Le médecin a disparu. Les fragments de verre volent. Les livres tombent sur nous. Les chaises roulent violemment. Je regarde la scène en retenant mon souffle. Je crois que je vais mourir. L’extérieur devient sombre. Puis, un silence sinistre…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par le_Bison, le 10 avril 2015

    Dans le bois, Yukiko me parle du discours du commandant de son usine. Elle dit :
    - Pourquoi doit-on perdre la vie si facilement ? Il nous dit : « Il faut se battre jusqu’à la mort. Ne pas revenir vivant. C’est honteux d’être fait prisonnier. Cela déshonore non seulement le soldat mais aussi sa famille et toute la parenté. » On considère la famille d’un soldat comme otage. Pauvres soldats ! Le pire, c’est qu’ils croient en une telle idéologie stupide créée par le gouvernement pour gagner la guerre.

    Je réponds :
    - Oui, vraiment. On est paralysé par le lavage de cerveau de la nation, comme dit ton père.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par caro64, le 22 juin 2010

    - C'est pour toi. J'ai écrit ton nom et mon nom aux creux des coquilles et j'ai mis un petit caillou dedans.
    J'agite le coquillage en le tenant des deux mains : kotokotokoto.
    
- Ça me plaît beaucoup ! Je le garderai toujours ! Et je n'oublierai jamais que c'est toi qui seras ma femme.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par caro64, le 22 juin 2010

    Aujourd'hui, ELLE apporte des coquillages qui s'appellent hamaguri. ELLE les met par terre en deux rangs. Ils sont vraiment grands, mais toutes les dents de la charnière sont séparées. Je prends l'une des coquilles dans ma main. Nous les comptons en ordre .
    En touchant à la dernière, ELLE crie:
    - Vingt! Il y en a vingt en tout. On va jouer au kaïawase.
    Je répète le mot que j'ai entendu pour la première fois:
    - Kaïawase?
    - Oui. Les règles du jeu sont très simples: trouver les deux coquilles qui formaient la paire originale.
    Je prends deux coquilles et j'essaie de les joindre, mais elles n'appartiennent pas à la même paire. Je les dépose par terre. ELLE continue. Puis, ce sera mon tour. Ainsi nous répétons le jeu jusqu'à ce que nous ayons reformé les dix coquillages.
    Aujourd'hui, ELLE a trouvé sept paires et moi, j'en ai trouvé trois. ELLE m'a dit: "Chez les hamaguri, il n'y a que deux parties qui vont exactement ensemble, même si en apparence elles semblent pareilles. On souhaite que les filles puissent rencontrer l'homme idéal pour le reste de leur vie"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par chocobogirl, le 10 février 2011

    Je marche quelques pas derrière ma mère pour aller à l'église. Je vois sa jupe évasée s'agitant au rythme de sa marche et de ses longs cheveux noirs. Les couleurs des fleurs d'hortensia. Le bruit de la pluie, qui tombe sur le parapluie de papier huilé. Les escargots. La barbe noire de l'homme étranger. La silhouette de la petite fille s'éloignant avec son père. Et le bruit du coquillage.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,17 € (neuf)
6,20 € (occasion)

   

Faire découvrir Le poids des secrets, Tome 2 : Hamaguri par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (384)

> voir plus

Quiz