Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2756024597
Éditeur : Delcourt (2011)


Note moyenne : 3.25/5 (sur 20 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Aline a 7 ans quand sa maman se tue d’un coup de carabine. Adolescente, elle décide de mettre un terme à ses chagrins. Elle se réveille à Sainte-Anne, l’hôpital psychiatrique de la rue Cabanis, à Paris. Elle raconte son... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par canel, le 16 février 2013

    canel
    "L'entonnoir" du titre fait référence à celui dont on affuble les "fous" dans les caricatures - les malades mentaux, autrement dit. Car l'amalgame est vite fait entre une dépression passagère et une aliénation grave, aussi bien par le malade lui-même que par le 'commun des mortels'.
    La mère d'Aline s'est suicidée lorsque la fillette avait sept ans, son père est devenu alcoolique et dépressif. Elle a été principalement élevée par sa grand-mère. Qui a été là pour écouter cette enfant traumatisée, pour l'aider à digérer cette histoire familiale tragique ? pour oser aborder ce drame, et trouver les mots ? Personne... A l'adolescence, Aline traverse à son tour une période noire, et tente de mettre fin à ses jours. Un séjour en hôpital psychiatrique suit inévitablement ce geste. Elle est plongée dans un nouvel univers bien gris : d'autres "cas" beaucoup plus lourds, neuroleptiques à haute dose et leurs effets secondaires, tristesse poisseuse et contagieuse, ennui, TV, jeux de société, séances d'art-thérapie. Cet environnement déprimant, sclérosant, délétère ne semble guère favorable à une guérison, et l'on se demande comment l'on peut en ressortir moins mal qu'en y entrant...
    Sibylline, la scénariste, évoque ici sa propre expérience à travers le personnage d'Aline. le graphisme de Natacha Sicaud illustre très bien le propos ; la symbolique des titres de chapitres, notamment, est particulièrement éloquente. Un témoignage sombre, réaliste mais finalement optimiste sur la dépression et l'univers psychiatrique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par jbt, le 12 mars 2012

    jbt
    L'encadrement juridique de l'hospitalisation psychiatrique est une question passionante. D'abord parce les enjeux sont importants (privation de liberté, soins sans consentement, débats éthiques, etc.). Ensuite, en raison de la récente loi du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge, précédée de plusieurs décisions QPC ayant fortement influencé le processus législatif (Sur cette réforme: J.-Ph. Vauthier, «De la nouveauté en psychiatrie», Lamy Droit de la santé, actualités, no 110, oct. 2011, p.1). Enfin, parce que le monde de la psychiatrie est caractérisé par des fantasmes et fausses croyances.
    De nombreux ouvrages spécialisés abordent la question de l'hospitalisation psychiatrique. Une bande dessinée aborde le quotidien des personnes hospitalisées. Parue aux éditions Delcourt, Sous l'entonnoir (Sybilline et Natacha Sicaud), retrace l'expérience d'une jeune fille, Aline, hospitalisée à Sainte-Anne à l'âge de 17 ans suite à une tentative de suicide.
    Le sujet est d'autant plus délicat qu'il est autobiographique. L'évocation des raisons de la tentative de suicide ne fait qu'accentuer la sensation de malaise du lecteur. Pourtant, l'ouvrage ne sombre pas dans le misérabilisme : seules quelques pages sont explicitement relatives à l'enfance de l'héroïne et aux raisons de son geste. La suite est éloignée de toute forme d'apitoiement.
    S'agissant de l'hospitalisation d'une mineure, les règles de l'hospitalisation forcée ne sont pas concernées, puisque les titulaires de l'autorité parentale sont les décideurs. En revanche, le régime des soins forcés apparaît rapidement au cœur de l'ouvrage : médicaments prescrits sans réelle explication, trafic de médicaments, utilisation des contentions, etc.

    Lien : http://sinelege.hypotheses.org/1429
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par IDDBD, le 10 janvier 2012

    IDDBD
    Dans la littérature, le cinéma et même la bande dessinée, l'hôpital psychiatrique a le plus souvent été raconté par un regard extérieur. Que se passe-t-il vraiment dans ces lieux mystérieux et inquiétants ? Sibylline, elle, nous le raconte de son point de vue de patiente. Sous l'entonnoir n'est pas une histoire de fous mais chez les fous. Il s'agit de dresser le portrait d'une communauté close, enfermée dans des lieux où l'horizon – et par conséquent l'avenir - n'existe plus. de ce point de vue, le rendu graphique de Natacha Sicaud est un travail magnifique. Les décors minimalistes (quelques tables, quelques chaises) ne sont que des aplats de couleurs, des murs sans vie, froids.
    Sibylline ne fait pas le choix de raconter chaque histoires des humains habitant ce drôle de lieu. Elle les décrit, les regarde évoluer, entre parfois en contact sans jamais pouvoir véritablement comprendre leur existence. Ainsi, Sous l'entonnoir est composé de très courts chapitres qui constituent chacun de toutes petites touches de sa propre existence. A croire que ces hommes et ses femmes n'existent qu'à travers elle. L'alternance entre plan resserré et grands espaces de vide aide à mesurer toute l'importance du regard dans cet album. Regard sur soi, regard sur les autres.


    Lien : http://www.iddbd.com/2012/01/chronique-sous-lentonnoir-sybilline-sic..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Asil, le 12 novembre 2011

    Asil
    Je ne peux pas dire que j'ai adoré cet ouvrage, peut être parce que je suis trop loin des sujets qu'il traite, mais j'en ai trouvé le ton juste. Ce n'est pas un récit voyeur, seulement un témoignage, un récit qui n'a pas du être facile a mettre en mots et en image. le dessin sert bien le propos en créant des personnages au physique et aux traits bien définis.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par yolandelayo, le 18 mars 2012

    yolandelayo
    Aline a 7 ans, et n'a plus de maman, elle s'est tiré une balle dans carabine dans le ventre.
    Après ce rappel qui ouvre brutalement le récit, les années passent et on rencontre la jeune femme, alors âgée de 17 ans qui fait une tentative de suicide, pour faire entendre sa voix et exprimer ce chagrin.
    Elle est interné à Sainte - Anne pendant un mois : c'est le sujet du livre.
    Le cadre est donné, et on entre dans un monde qui effraye, interroge et isole, dans le silence des cris et des tourmentes.
    La lecture est captivante, et bien moins tortueuse que le sujet et la situation ne suggèrent.

    Lien : http://downinthestreetbelow.blogspot.fr
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


Critiques presse (4)


  • Sceneario , le 18 novembre 2011
    Grâce au dessin de sa complice Natacha Sicaud, [Sibylline] parvient en tout cas avec Sous l’entonnoir à nous bousculer. Les murs des hôpitaux ne sont pas si épais que cela, mais ils suffisent parfois à mettre des gens hors du monde. Avec cette BD, poussez les portes de l’envers d’un décor...
    Lire la critique sur le site : Sceneario
  • BDSelection , le 07 novembre 2011
    Cet ouvrage autobiographique marque dès sa lecture et il y a fort à parier qu'il devrait nous habiter encore longtemps.
    Lire la critique sur le site : BDSelection
  • BoDoi , le 04 novembre 2011
    Loin d’être un témoignage voyeuriste ou misérabiliste, ce récit offre une vision (rare) du quotidien dans un hôpital psychiatrique, vu de l’intérieur et par les yeux d’un patient (pas trop malade).
    Lire la critique sur le site : BoDoi
  • BDGest , le 01 novembre 2011

    Dans Sous l’entonnoir, la scénariste raconte son passage en hôpital psychiatrique, et elle le fait avec beaucoup de talent, évitant les pièges propres à ce type de sujet, en se concentrant sur le ressenti qui fut le sien pendant la période concernée et en utilisant à bon escient la distance qui est la sienne aujourd’hui.
    Lire la critique sur le site : BDGest

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Sur Amazon
à partir de :
17,05 € (neuf)
13,35 € (occasion)

   

Faire découvrir Sous l'entonnoir par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (39)

> voir plus

Quiz