Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253175692
Éditeur : Le Livre de Poche (2013)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.1/5 (sur 31 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Depuis son enfance, Bastien a toujours vécu dans la forêt. Pour lui, les arbres vivent, parlent, rêvent. Ils veulent renouer avec le ciel. Il en connaît tous les mystères, tous les sortilèges, qu’il révèlera à sa petite-fille gravement malade, venue se réfugier auprès d... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par BVIALLET, le 02 avril 2012

    BVIALLET
    A Servières, sur le haut plateau au-dessus de Tulle, Bastien Fromenteil, exploitant forestier vit seul depuis qu'il a perdu son épouse Louise. Pour rien au monde il ne quitterait ses bois. Son père Aristide lui a appris dès son plus jeune âge que les arbres vivent, parlent et rêvent. Un jour, sa petite fille Charlotte gravement atteinte d'une tumeur cancéreuse vient se réfugier auprès de lui, espérant se remettre plus vite au grand air. Nous sommes un peu plus d'un an après la grande tempête de 1999 qui fit tant de dégâts dans les forêts françaises. Il y a tant d'arbres abattus que le bois ne vaut plus rien et que les bucherons croulent sous le travail. Bastien est persuadé que Charlotte va pouvoir guérir s'il se bat à ses côtés et s'il lui fait partager tous ses secrets. Et ils sont nombreux car la vie n'a pas toujours été facile pour cette famille isolée au milieu des bois.
    Un poétique roman de terroir dans lequel les arbres ont autant d'importance que tous les personnages de la famille Fromenteil qui se retrouva prise dans la tourmente de la Seconde Guerre Mondiale, puis qui vécut un drame familial, la disparition inexpliquée de la soeur de Bastien dans les années 60. Dans ce livre plus intéressant par son contexte que par son intrigue, le lecteur apprendra beaucoup sur l'exploitation forestière ancienne et moderne, les dangers d'un métier difficile, ingrat et peu rémunérateur (il faut 350 hectares de bois pour en vivre...) et l'importance des nouvelles machines comme le Timber Jack, cet engin canadien qui ébranche, écorce, coupe et transporte les troncs en deux temps trois mouvements. Il suivra le combat de Charlotte contre son cancer et découvrira par pans non chronologiques assortis de nombreux retours en arrière l'histoire d'un famille sur trois générations. le style de Christian Signol est solide et agréable et ne manque pas d'un certain lyrisme.

    Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par myriampele, le 17 septembre 2013

    myriampele
    Le coeur de cet amoureux de la nature est tout entier dans ce roman. Ici Signol nous fait, une fois de plus, partager son amour des arbres, des animaux et par conséquent des hommes qui les chérissent.Une très belle histoire humaine d'un grand-père et de sa petite fille!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Marigold, le 17 juin 2014

    Marigold
    Bastien, vit dans la solitude. A part ses forestiers et Solange "sa cuisinière", il ne voit personne!
    Un jour, il reçoit une lettre de Charlotte sa petite fille.... gravement malade, elle vient se reposer chez lui. Ca fait des siècles qu'ils ne se sont pas vus.
    Gentiment, avec l'aide de la forêt, ils vont s'apprivoiser....
    Très beau livre. Comme toujours avec Christian Signol, on vient puiser la force à nos racines....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par pbarbosa, le 12 février 2013

    pbarbosa
    Aux résonances féeriques, ce livre m'a bcp marqué. On y apprend q les arbres ont un langage, qu' ils nous parlent en secret, q Tolkien avait bien raison de leur prêter une langue aux rythmes lents, aux nominations à perdre de vue.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lazu, le 21 février 2013

    lazu
    je n'ai pas lu ce livre ,je l'ai écouté en audio .Magnifique interprétation et superbe texte sur la relation d'un grand-père et de sa petite fille et sur la transmition du savoir faire .A lire ou à écouter

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par soso1974, le 10 octobre 2013

    Je n'avais pas cinq ans le jour ou j'ai entendu pour la première fois mon père parler aux arbres. Ce devait etre à la fin de l'été, quand la foret se couvre de ses couleurs les plus chaudes, de l'or au brun, de la rouille au vermillon, qui sont ses ordinaires parures avant l'hiver.
    L'orage arrivait et les grands feuillus se balançaient en gémissant, comme pour appeler l'homme à leur secours. Leur houle formidable me déportait sur le chemin qui sinuait entre les fougères, me poussant aux épaules, me projetant d'un coté et de l'autre, comme sous la poigne terrible de l'ogre aux bottes de sept lieues. Je sentais sa présence dans mon dos et j'avançais de toutes les forces de mes petites jambes en me demandant si je n'allais pas etre emporté loin des miens pour toujours.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par Omegane, le 18 mars 2013

    Planter pour qui ? Pour quoi ? Je plantais pour la forêt, parce que c'était nécessaire, parce que l'on ne pouvait pas vivre sans arbres, parce que j'en avais moi-même besoin, parce que si l'on coupait, il fallait replanter, c'était une obligation, sans quoi on ne pouvait pas couper, on n'avait pas le droit d'attenter à une si grande patience, une telle oeuvre, une telle force combattue aujourd'hui avec des moyens déloyaux, un tel espoir en l'avenir, un travail sans récompense, gratuit, une telle beauté, de tels mystères inconnus à tant d'hommes et de femmes qui n'avaient jamais observé un arbre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par okta, le 26 août 2011

    Regarde bien les arbres. Ils savent, comme nous, qu’ils doivent mourir un jour, mais
    ils ne pensent qu’à une chose : grandir, monter le plus haut possible.

    Commenter     J’apprécie          0 41         Page de la citation

  • Par BVIALLET, le 02 avril 2012

    Regarde bien les arbres. Ils savent, comme nous, qu'ils doivent mourir un jour, mais ils ne pensent qu'à une chose : grandir, monter le plus haut possible. 
    Nous écouterons notre père nous expliquer pourquoi les arbres, dans l'immensité de leur coeur, rêvent d'atteindre le ciel : c'est pour mieux nous hisser vers lui, nous les hommes, si petits, si perdus, si étrangers aux secrets merveilleux de nos vies. 
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par myriampele, le 17 septembre 2013

    je ne respirais plus, ou à peine. Tout pouvait arriver, je le savais désormais, en ces lieux que les branches des arbres animaient de mouvements étranges, de murmures, de soupirs. J'avais rencontré le vrai peuple de la forêt, celui qui vit dans son ombre complice, et qui n'apparaît que loin des lieux habités, se laissant seulement entrevoir, mais dont la présence devient certaine, évidente, au fond des bois où il se meut discrètement, sans que l'on sache ce qu'il vous veut vraiment.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (9)

Videos de Christian Signol

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Christian Signol

Christian SIGNOL : les chênes d'or Installé dans une BORIE à Gordes, Olivier BARROT présente le dernier livre de Christian SIGNOL "Les chênes d'or" paru chez Albin Michel.








Sur Amazon
à partir de :
15,00 € (neuf)
13,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Au coeur des forêts par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (71)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 90 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.