Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266177478
Éditeur : Pocket (2007)


Note moyenne : 4.29/5 (sur 408 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sur Hypérion, le père Hoyt a trouvé son cruciforme. Il le porte imprimé dans sa chair à tout jamais.
Sur Hypérion, le colonel Kassad a rencontré la belle Moneta, hérissée de piquants. Il a vu les Extros empalés, la guerre universelle, la mort de tous les mondes.... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par finitysend, le 27 février 2012

    finitysend
    Un excellent cycle à ce qu'il parait .. qui fut un tournant dans le genre space opera à ce qu'il parait ..
    Le cycle d'Hypérion est un assez bon moment de lecture ...
    La psychologie des personnages ... leur nombre ... l'ampleur du sujet et le caractère massif de certains évènements et enfin un style limpide très scénique qui impose généralement avec force des visualisations puissantes ...
    Bref ! un incontournable à ce qu'il parait ...
    On peut souvent lire au sujet d'Hypérion : « le meilleurs roman de SF « ..
    C'est le genre « d'arguments « auquel il m'est difficile de souscrire en général et en particulier au sujet d'Hypérion ...
    Personnellement j'avais " boudé " Hypérion à sa sortie ...
    Ce fut une erreur car re situé dans le contexte de l'époque c'est une des premières versions ( assez magistrale ) du « new sace opera « ..
    Cependant les thèses spirituelles et métaphysiques de l'auteur sont un peu du genre qui sont celles du types philosophies de comptoir à défaut d'être dans le boudoir ( hum !) ...
    Par ailleurs beaucoup d'aspects sont assez ingénieux du point de vue narratif et la caractérisation est très correcte ...
    Mais il y a malgré tous des aspects inachevés et scandaleusement insuffisamment travaillés qui grèvent lourdement la qualité générale de cette œuvre ..
    Par exemple : l'usage que fait l'auteur de la téléportation est un raccourcis ( au propre comme au figuré ) .
    C'est dommage car le texte y perd ...
    On en retire une insatisfaction ... une frustration... tellement le reste est potentiellement bon ..
    Il y a comme un déséquilibre ..
    Une autre façon de l'insérer dans le récit nous aurais peut être apporté la satisfaction de lire un plus grand nombre de pages et d'approfondir certains aspects ... tout en soignant les liaisons QUI SONT GENERALEMENT FACTICES dans ce texte incontestablement bâclé ...
    4 étoiles parce que incontestablement une certaine envergure mais un fond vraiment léger et un style que l'auteur n'a pas jugé utile de travailler sérieusement !
    Question : est ce que les amateurs de SF se contente de peu ? : il semblerait que oui décidément ...
    Perso j'ai lu les tomes 1 et 2 et cela m'a suffi car : il suffit ... !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Tesrathilde, le 20 février 2015

    Tesrathilde
    Hypérion s'arrête à un endroit très semblable à l'après Conseil d'Elrond, en parlant de Tolkien : les personnages, leur passé (background, me soufflent mes neurones de rôliste), leurs motivations sont présentés dans leur quasi-totalité, de même que leur direction commune ; mais de cette quête principale nous n'avons lu que très peu, et nous sommes dans l'expectative de savoir ce que vont réellement faire ces gens réunis tous au même endroit, quel va être le développement de l'action et sa conclusion. En fait, ce fil rouge ne s'est quasiment pas déroulé dans le temps présent du récit depuis la toute première page, même si nous avons eu beaucoup d'aperçus du gritche ou des Tombeaux du Temps et de leur rôle à l'intérieur des divers récits, au passé du récit cette fois, des divers protagonistes.
    Est-ce que pour autant j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps ? A vrai dire, non, pas du tout. Simmons a choisi un procédé narratif en même temps très vieux et plus forcément très utilisé à notre époque (dans ce que je lis en tous cas) : la narration dans la narration. Quelque part la structure du texte est terriblement classique : sept « élus » sont mandatés par une autorité supérieure pour résoudre un problème qui relève du mythe ou du prophétique, à savoir ici percer les secrets des Tombeaux du Temps, dont l'ouverture est imminente même si personne ne sait ce qui va en sortir ni en résulter, sur la planète Hypérion, qui se distingue par ses terrains inhospitaliers (c'est un euphémisme) et la présence d'une espèce de démon-dieu meurtrier et sauvage, le gritche, lui-même apparemment lié aux Tombeaux. Comme les personnages ne se connaissent pas, ils vont décider de procéder à un échange d'histoires, chacun son tour, au long de leur voyage. de quoi me rappeler un procédé très récurrent dans les Mille et Une Nuits ! Cet outil est à double tranchant : il amène énormément de détails et de points de vue différents sur certains points, ce qui est incroyablement efficace pour donner du corps à la fois aux personnages et à l'univers créé par Simmons, mais il ralentit certainement de beaucoup la narration principale. Personnellement cela ne m'a jamais dérangée, et même ici en m'attachant à chaque récit j'ai plus ou moins occulté le fait que le « reste » n'avance que très peu. J'attendais d'ailleurs avec impatience certaines histoires ! (...)

    Lien : https://croiseedeschemins.wordpress.com/2015/02/19/hyperion/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Luria, le 31 août 2014

    Luria
    Je ferai là une critique globale d'Hyperion et de la chute d', puisque je les ai lu à la suite et qu'ils ne forment à mon sens qu'une seule et même histoire.
    Je ne connais pas beaucoup les ouvrages de Dan Simmons, j'avais déjà lu auparavant un recueil de nouvelles qui m'avait profondément gonflée et qui n'avait rien d'original. J'avoue avoir eu envie de reposer le premier tome très vite. Les histoires de SF ou Fantasy qui commencent avec moult termes inventés et inconnus me dispersent et m'énervent.
    Grouiiik alluma son switzer, dehors on voyait encore l'Eclekton, rare en cette période de l'année, et aux derniers rayons du pouitlu, Grouiiik avec un soupir regagna sa couche pour regagner un peu de sommeil. le grand sacrck l'attendait demain pour discuter du feroncite qui menaçait velu.
    Bref. Agaçant, non ?
    J'ai accroché à l'histoire (au point de ne plus lâcher les tomes) au moment des récits des sept pèlerins. Sept individus au passé divers et multiple, autant de situations et d'univers particuliers, qui font plonger dans ce monde particulier, pour l'apprivoiser, le comprendre et enfin l'apprécier.
    Je pourrais juste ergoter sur le fait que les personnages se font un peu balader sans réfléchir ni se rebeller même si cela sert l'histoire, il me semble que le fatalisme n'était pas forcément nécessaire. Ainsi que la traduction des poèmes de Keats, ils auraient gagné à rester au moins en version originale accompagnée de sa traduction. Ils perdent énormément dans la langue deMolière. Mais à part cela l'univers est riche, très riche, très bien construit, on navigue au fil des pages à travers ses particularités comme ses habitants à travers les planètes, et plusieurs thèmes se rapportent autant à nos vies analogiques que dans cet ouvrage de SF. Une re-découverte de Dan Simmons qui, du point de vue du lecteur-suis-je, fait beaucoup de bien.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Seraphita, le 22 novembre 2009

    Seraphita
    Les 7 pèlerins sont arrivés sur la planète Hypérion, menacée par l'invasion des Extros, alors que les Tombeaux du Temps, entourés par les champs anentropiques, sont sur le point de s'ouvrir. Au fil du voyage vers ces artefacts, accueillis par des engins de transport variés, les récits se poursuivent. C'est au tour du lettré, Sol Weintraub, de présenter son histoire : sa fille Rachel a contracté la maladie de Merlin lors d'un voyage sur Hypérion et est condamnée à rajeunir. Puis, Brawne Lamia, la détective, raconte sa rencontre avec le cybride Johnny, en qui s'exprime la personnalité du poète emblématique d'Hypérion, Keats. Enfin, le consul expose l'histoire de ces aïeuls, Siri et Merin, et de leur amour. Entre temps, les pèlerins se rendent compte que le Templier, Het Masteen, a disparu, laissant derrière lui ses bagages mystérieux. Maintenant qu'ils se sont racontés leur histoire, sont-ils prêt à affronter le Gritche ?
    J'ai été séduite, à nouveau, par les belles descriptions de paysages imaginaires de la planète Hypérion. le récit du lettré était passionnant, reprenant un thème classique, mais ici très bien traité, de science fiction, le rajeunissement, exposé dans toutes ses conséquences, psychiques, mais aussi physiques. Par contre, le récit cyberpunk de Brawne Lamia m'a découragée par sa densité et sa complexité : interviennent le TechnoCentre et les intelligences artificielles, avec une technologie poussée à son extrême, dans une pléthore de machines toutes plus sophistiquées les unes que les autres. Je devrai relire ce récit pour mieux en comprendre toutes les subtilités. La sensation laissée par une lecture de termes dont on pressent le sens, sans pouvoir cependant en donner une traduction exacte, est à la fois déroutante, mais aussi grisante (exemple : être « distransporté », les portes « distrans », les « mégatrans »…). Il ne faut pas être rebuté par la complexité. J'attends maintenant avec impatience la lecture de la suite : « La Chute d'Hypérion » qui, paraît-il, donne des clés de compréhension du récit qui précède.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par idevrieze, le 13 octobre 2013

    idevrieze
    Dan Simmons a réussi à me retourner le cerveau.
    Ma seconde saga avec Dan Simmons, la première étant Illium. A l'époque, mon meilleur ami me l'avait offert pour que je me rétablisse vite de mon coincement du sciatique. J'avais lu les deux pavés et j'ai eu l'imrpession de nager en plein brouillard. J'avais relu les deux tomes et j'ai réussi à comprendre un petit peu plus les choses. Forte de mon expérience (tu parles), me voici engagée dans Hypérion. Au fur et à mesure que les pages défilaient, le brouillard s'est intensifié. Et j'ai souri, car j'ai retrouvé une plume qui me désoriente mais uqi me laisse une marque permanente à même la peau à chaque fois.
    Toutefois, pour ceux qui ont peur de se lancer sur Hypérion, laissez moi vous donner quelques clés. Selon moi, Dan Simmons, lorsqu'il a préparé son roman, il l'a fait en puzzle. Puis, il a emmené son lecteur dans un champs, avec une bonne brise. Et il a jeté toutes les pièces. Notre boulot, c'est de parcourir le champs, de chercher toutes les pièces, de les retourner pour les découvrir, bien sûr, et d'assembler les pièces. Cela peut vous sembler bizarre mais vous êtes en présence non pas de quelqu'un qui suti un style littéraire mais quelqu'un qui en invente !

    Tous ces points nous amène au Temple des Temps.
    Notre puzzle se compose de sept personnes qui ne se connaissent pas. Elles n'ont qu'un point commun : quelque chose ou quelqu'un les rleie à Hypérion, et plus précisément au Gritch, une espèce d'entité qui tue tout ce qui bouge sur cette planète. Et comme sept personnes, ce n'est pas assez pour nous embrouiller, sachez qu'Hypérion est une planète labyrinthe (je ne sais pas encore ce que c'est exactement mais c'est super compliqué). Et en prime, une guerre va éclater pour cette planète.
    Nos sept personnes ont été sélectionnées par les adeptes du Gritch pour effectuer un pélerinage. En dehors du fait qu'il tue des gens, cette entité a un rapport particulier avec le Temps, et au fur et à mesure du récit, vous vous rendrez compte qu'ils ont tous intérêt à découvrir le mystère du Temple du Temps.
    En bref, un roman OVNI, mais je n'en attendais pas moins de l'auteur. Comme je sais que je vais comprendre les chsoes dans les prochains tomes. Par conséquent, amis lecteurs, accrochez vous. Habituez vous à ne pas maîtriser les choses ici car vous comprendrez beaucoup plus tard


    Lien : http://labibliodekoko.blogspot.fr/2013/10/hyperion-de-dan-simmons.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 5         Page de la critique

> voir toutes (19)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Tesrathilde, le 20 février 2015

    Il y avait des lois très strictes sur la protection des libertés individuelles, mais les lois ont la mauvaise habitude de s’effacer ou de se faire abroger chaque fois que la pression sociale se transforme en poussée totalitaire.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par balrog, le 08 août 2012

    - Que puis-je faire pour vous Johnny? Demandais-je en lui présentant la bouteille de scotch que j'étais sur le point de ranger avant son arrivée.
    Il secoua négativement la tête. Il croyait peut-être que je lui suggérais de boire à la bouteille. Merde, j'ai un peu plus de classe que ça, quand même. J'avais des gobelets en carton à côté du distributeur d'eau glacée.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par euphemie, le 10 janvier 2015

    Sol Weintraub en était arrivé à une conclusion unique et inébranlable. Pour lui toute allégeance à une divinité ou bien à un concept universel qui plaçait l'obéissance avant un comportement décent face à une créature humaine innocente était nécessairement mauvaise.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par euphemie, le 10 janvier 2015

    Les mots déforment notre pensée en l'orientant dans des chemins infinis d'auto -illusion, et le fait que nous passions la plus grande partie de notre vie mentale dans des châteaux de l'esprit construit avec des mots signifie que nous manquons de l'objectivité nécessaire pour nous apercevoir de ces terribles distorsions de la réalité que nous apporte le langage.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Pavlik, le 27 mai 2014

    -J'aurais cru que l'Hégémonie aurait largement dépassé le stade économique du pétrole.
    Je me mis à rire.
    -On ne dépasse jamais le stade du pétrole. Pas tant qu'il y en a encore dans le sous-sol.

    Commenter     J’apprécie          2 10         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de Dan Simmons

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons


DAN SIMMONS parle de COLLINES NOIRES
Du général Custer à Sitting Bull, du mont Rushmore au pont de Brooklyn, le grand roman de l'Amérique de Dan Simmons.








Sur Amazon
à partir de :
5,79 € (neuf)
2,09 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Cantos d'Hypérion, tome 2 : Hypérion 2 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (861)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz