AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Agnès Girard (Traducteur)
ISBN : 2012017649
Éditeur : Hachette Jeunesse (2009)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 1549 notes)
Résumé :
Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante… et à lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (214) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
Melisende11 mars 2012
  • Livres 2.00/5
Figurez-vous qu'il y a un an environ, je me lançais, très sceptique, dans la série Vampire Diaries, pensant que j'allais découvrir là une énième série pour adolescente attardée. Et bien, contre toute attente, après les six ou sept premiers épisodes, je suis devenue accro et j'ai dévoré la saison 2. La troisième, actuellement en cours, me séduit moins (disons que c'est d'un compliqué toutes ces intrigues entremêlées…) mais je passe toujours un bon moment.
Curieuse que je suis, j'avais envie de découvrir le texte d'origine, et oui. Je me suis donc lancée dans ce premier tome (normalement, grâce à une Lecture Commune avec une amie qui a finalement décliné), angoissée en repensant à toutes les horreurs lues sur le sujet (j'avais en tête l'avis récent de Niënor, par exemple). Je savais que L. J. Smith ne brillait pas par sa plume (la trilogie le Jeu interdit et le premier tome de Night World me l'ont déjà prouvé) et j'avais compris que la série n'avait quasiment rien à voir avec le texte de départ… Dans le genre « daube », Journal d'un vampire n'est pas mal… Bon, je suis méchante et j'atténue un peu mes propos en précisant que ça se lit vite et que ce n'est pas prise de tête.
Je ne sais pas trop par quoi commencer. Habituellement je finis par le positif, c'est toujours mieux de terminer avec le sourire ; mais là, le positif est quand même restreint alors je ne sais pas s'il est très judicieux de bien séparer ce qui m'a plu de ce qui ne m'a pas plu (ou alors on aura un paragraphe de deux pages contre un de trois lignes…)… Bon, allons-y à l'instinct.
Si je devais citer une seule chose à enlever de ce livre… ce serait Elena. Dommage, c'est l'héroïne et c'est le personnage qu'on suit le plus. Ne pas supporter la figure principale d'un texte n'augure rien de bon pour la suite… et j'ai été servie. Alors pourquoi n'ai-je pas supporter Elena ? Prenez tous les stéréotypes de la reine de lycée américain, blonde, svelte, admirée par tous, égoïste, égocentrique, au QI d'huître et qui n'accepte pas/ne comprend pas qu‘un jeune homme puisse ne pas s'intéresser à elle (je précise ce point car je vous laisserai un extrait très parlant en fin de billet, qui témoigne de ce fait)… je vous présente Elena. La jeune adolescente incarne tout ce que je déteste. Elle évolue au fil des pages, certes, mais pas assez pour devenir intéressante. Elle devient un peu moins égocentrique/égoïste mais n'a plus que « Stefan » à la bouche… elle lâche son côté hautain pour devenir niaise. Je ne sais pas ce qui est le pire.
Gravitant autour d'elle, on a toute une palette de personnages complètement manichéens et inintéressants. Des meilleures amies inutiles qui ne pensent qu'aux mecs (Bonnie la medium - qui est rousse et de type caucasien - et Meredith - qui n'apparaît même pas dans la série) à l'amoureux transi au charisme aussi puissant qu'un mollusque (j'ai nommé Stefan le vampire torturé qui refuse de boire du sang humain et qui pense que tous les malheurs du monde sont de son fait) en passant par la bitch de service (Caroline la vraie garce, alors que c'est sans doute un de mes personnages préférées de la série)… J'oubliais Katherine, la demoiselle qui avait ensorcelé le coeur de Stefan à la Renaissance… et qui est l'antithèse de la Katherine de la série (que j'aime tellement…). Douce, fragile, fluette, débile (dans le sens « faible »)… elle se suicide en voyant le mal qu'elle a fait aux frères Salvatore. Elle ne servait à rien de toute façon, pas une grosse perte. le seul à sauver dans cette histoire, c'est Damon, le deuxième Salvatore, le frère de Stefan. le vampire, le vrai, celui qui bouffe des gens et met la pagaille en ville. Il est beaucoup moins cynique que dans la série, mais bon, au moins, il a une personnalité. Ce que n'ont pas les autres personnages. Merci L. J. Smith D avoir créé au moins un personnage à garder.
Côté intrigue… Bon, j'ai bien aimé tout l'aspect lié aux meurtres dans la ville (bien qu'on sache très vite qui est le coupable) mais alors tout ce qui touche à Elena et son histoire avec Stefan… Mais que c'est niais. Au départ, elle, elle le voit, le trouve beau gosse et a envie de l'ajouter à son tableau de chasse. Il ne la calcule pas, ça la met en rogne alors elle redouble d'efforts. Jamais on ne lui avait fait un tel affront alors attention Stefan, elle va te choper. Lui, il refuse de l'approcher et de s'attacher à elle parce qu'elle est le sosie de son premier amour perdu (la nana qui l'a transformé en vampire et qui était aussi amoureuse de son frère, accessoirement). Entre eux, ça partait plutôt mal, non ? Et puis, finalement, ils se rendent compte que oh… ils s'aiment d'amour fou, qu'ils sont fait l'un pour l'autre, que c'est le destin qui les a réunit et tout un tas de conneries du genre. Je suis fleur bleue (enfin de moins en moins avec les années) et j'aime bien les belles histoires d'amour tragiques qui te remuent les tripes… mais là, que dalle, zéro. C'est mou, niais et tous les synonymes qu'on peut trouver.
Bon, c'est une histoire de vampires. On comprend aussi qu'il y a des loups-garous (enfin, que ça existe) et que certains êtres humains ont des dons (Bonnie et ses visions toujours bien placées). Je suis un peu déçue par l'aspect « vampirique » du livre. La série met en place un univers assez travaillé avec plein de secrets, d'intrigues entremêlées entre les familles, les races… mais là, y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. C'est le premier tome me direz-vous, on a le temps d'en apprendre plus par la suite (si je lis la suite un jour…). Oui mais voilà. On apprend donc que les vampires sont immortels (jusqu'à ce qu'ils se prennent une petite flamme sur le nez, une hache en travers de la gorge ou un pieu en bois dans le coeur), qu'ils se nourrissent de sang (quelle surprise !), qu'ils peuvent sortir à la lumière du jour grâce à une bague magique et que certains (ceux qui sont puissants comme Damon parce qu'il se nourrit de sang humain) savent se transformer en brouillard et en animal (corbeau, loup et tout le folklore habituel). Ouaip. Dracula quoi (à part la bague magique). On découvre aussi que les frères Salvatore commencent à accumuler les années au compteur puisqu'ils sont originaires De La Renaissance italienne (même que Stefan, nostalgique, garde des florins italiens dans sa chambre sous les combles). C'est pendant cette vie-là qu'ils ont croisé le regard de la douce Katherine, fille d'un marchand allemand (si je ne me plante pas) venu faire des affaires avec Papa Salvatore.
Arrêtons-là avec ces points et passons au dernier que j'aimerais aborder : le style de L. J. Smith (bon, la traduction française plutôt, mais je pense que même si la traduction est mauvaise, elle s'inspire bien d'un texte d'origine… on ne peut pas tout lui mettre sur le dos…). L'auteure a un style simple, je dirais même assez pauvre. Bon, ce n'est pas une surprise, je l'avais déjà remarqué lors de ma découverte de certains de ses autres textes. Les dialogues entre Elena et Stefan sont d'une niaiserie à la hauteur de leur personnalité respective et les extraits du journal d'Elena sont d'un ridicule affligeant (même à 12 ans j'écrivais pas tant de conneries dans mon journal…). Elle utilise souvent les mêmes adjectifs, les descriptions sont simplistes… mais, je le concède, ça reste fluide. le principal avantage du Journal d'un vampire (d'ailleurs, pourquoi ça s'appelle comme ça alors que le seul journal qu'on peut lire c'est celui d'Elena ?), c'est que c'est une lecture détente. Les pages défilent très rapidement, on ne peine pas (trop) à aller au bout.
Je pense que si j'avais lu ce livre à 12/13 ans, avec un passé de lectrice beaucoup moins imposant et des exigences beaucoup moins développées, j'aurais pu apprécier cette lecture. Elle touche toutes les cordes sensibles des pré-ado en leur offrant ce qu'elles cherchent : un nouvel élève beau comme un dieu, une héroïne qui réussit en tout mais qui commence quand même avec un poids (la mort de ses parents), une histoire d'amour que rien n'arrête (même pas l'état vampirique de l'un des deux principaux concernés), un petit côté « enquête » pour mettre un peu de rythme et d'angoisse… A 24 ans et des poussières, j'ai envie de rencontrer des personnages atypiques aux personnalités complexes et passionnantes, des univers travaillés, des intrigues fouillées… Bref, un truc avec de la profondeur. Quand je veux du simpliste qui vide la tête, je lis des fanfictions (et encore, certaines sont carrément mieux écrites que Journal d'un vampire !).
Je finis donc mon challenge Jeunesse / YA (24 livres lus en moins de 6 mois) par une… bon, je ne vais pas dire « daube » parce que je vais me faire lapider mais ce n'est pas non plus une déception car je n'en attendais rien donc ne pouvais être déçue.
Finissons sur une note positive en disant que la série est 1000 fois mieux… car s'éloigne très rapidement du texte d'origine : les personnages sont différents, l'intrigue également,… C'est incomparable !
Lien : http://bazar-de-la-litterature.cowblog.fr/journa..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          270
vilvirt
vilvirt14 avril 2012
  • Livres 1.00/5
Oulàlà... Histoire d'apporter un peu de légèreté dans ce monde de brute, j'ai voulu renouer avec une histoire d'amour vampirique et je suis tombée sur du très lourd ! Journal d'un Vampire est une histoire navrante, un véritable nid à clichés qui m'a fait passer par la surprise, l'abattement, le rire nerveux et enfin l'interrogation : mais pourquoi une telle histoire a-t-elle convaincue autant de monde ?
Pourtant, dans ce genre de domaine, il y a matière à faire de belles découvertes. On trouve quelque fois des récits pas toujours originaux mais certainement bien mieux construits que celui-ci, avec une vraie intrigue et des personnages qui tiennent la route. Ici, je décernerais la palme au style d'écriture (ou à la traduction ?) mais les personnages ne sont pas en reste. Et que dire de l'intrigue rocambolesque ?
Elena Gilbert est une ado attirante, à qui tout réussi et qui possède une forte personnalité (traduisez : inbuvable et égoïste). Malheureusement, elle a perdu ses parents dans un accident et vit à présent avec sa tante (jeune femme à qui elle ne rend pas la vie facile, soit dit en passant...) le récit débute le jour de la rentrée des classes. Elena, la reine du lycée, et ses copines aussi stéréotypées qu'elle, voient débarquer un séduisant inconnu en blouson de cuir et tee-shirt moulant. C'est Stefan Salvatore, nouveau venu à Fell's Church, qui cache un lourd secret. Il va déclencher une hystérie collective dès son arrivée et provoquer surtout un fabuleux coup de foudre chez Elena. Tant et si bien qu'elle se jure (mais quand je dis "se jure", c'est une promesse à la vie à la mort !) de le faire tomber dans ses filets, elle à qui rien ne résiste, la bombe qui cache un profond chagrin derrière sa carapace de miss ultra-populaire, et part se planquer dans les cimetierres quand elle part à la dérive (que tout cela est mélancolique !)
Ce sera rapide : à la vue des cheveux blonds comme les blés d'Elena, de sa peau de pêche et de ses yeux bleus comme un ciel d'été, Stefan craque (il lutte quand même, mais après trois pages de dure introspection, il finit par cèder) et voilà nos amoureux avec des étoiles plein les yeux. Mais c'est sans compter sur la présence du frère démoniaque de Stefan - que l'auteur a choisi d'appeler Daemon, comme c'est subtil - qui vient lui aussi d'arriver dans la région. Il va jeter son dévolu sur la jeune fille et tout faire pour évincer son jeune frère. Il faut dire qu'Elena est le portrait craché de leur ancien amour, Katherine, une femme qu'ils ont profondément aimé des siècles auparavant, et à cause de qui les deux frères sont un peu fâchés depuis.
Stefan, comme tout héro romantique et sombre qui se respecte, cultive l'art de la culpabilité en pleurnichant continuellement sur son sort, alors que Daemon, moins agaçant, est un parfait vilain tout de noir vêtu qui ne se complaît que dans le meurtre et le sarcasme et se transforme accessoirement en corbeau pour mater discrètement les jeunes filles dans leur chambre...
Ce que je ne comprends pas (mais je suis peut-être trop vieille pour ça, me direz-vous) c'est comment une créature puissante qui vit depuis des siècles peut tomber amoureuse d'une ado de 18 ans qui passe sa vie à ricaner avec ses copines dans les toilettes des filles ? Et puis surtout, qui aurait envie de retourner au lycée à sa place ?! Mais bref, passons. de toute façon, à ce point de l'histoire, j'avais déjà envie de me jeter par la fenêtre. Je me suis dit que l'intrigue allait peut-être s'étoffer et m'apporter un semblant de plaisir... Et puis non.
Journal d'un Vampire est donc vraiment un roman sans consistance et sans surprise, bourré de clichés, de personnages sans relief - tels que l'ex-meilleure amie devenue une vraie peste ou le prof intransigeant qui prend plaisir à humilier ses élèves en cours - de dialogues mielleux, et de sènes inutiles qui vous donneront envie de vous taper la tête contre les murs. Même la saga Twilight ne m'a pas parue aussi navrante à l'époque. C'est tout dire. (au fait, je ne vous ai jamais parlé de Twilight ?...)
J'admets que si Elena n'avait pas été aussi tête à claque et Stefan aussi pâlot (dans tous les sens du terme) j'aurais peut-être pris un peu plus de plaisir à ma lecture. Mais donnez-moi une garce superficielle et un pseudo-vampire marqué par la fatalité, et j'ai juste envie de jeter le livre aux orties...
Je pense que je vais m'arrêter là et démarrer sur autre chose. Un conseil pour les amateurs du genre : passez votre chemin...

Lien : http://tranchesdelivres.blogspot.fr/2012/04/jour..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          210
cecile_g
cecile_g06 mars 2009
  • Livres 4.00/5
Quoi qu'on en dise c'est un bon roman ! Parce que j'ai lu des critiques assez négatives (mais aussi des positives) sur ce livre !
Certes il y a quelques ressemblances au début du livre avec Twilight, mais c'est tout. Et puis je vous rappelle que ce livre a été écrit plusieurs années avant Twilight, donc Stephanie Meyer n'a vraiment rien révolutionné !
Vivement le tome 2 !
Commenter    J’apprécie          280
Dunky
Dunky26 mai 2009
  • Livres 5.00/5
journal d'un vampire est un de mes coups de coeur!
beaucoup de gens le critique parce qu'il ressemble à Twilight mais moi je pense tout le contraire!
Twilight est beaucoup plus centré sur le couple Edward/Bella alors qu'ici c'est avant tout la vie d'Elena : ses amies, l'école et Stephan son petit ami vampire!
l'auteur a fait vraiment du bon boulot! il y a du suspens tout le long du livre, et on ne sais pas ce qu'il risque de se passer! bref, ce livre est très prenant et on a envie de ne plus le lacher!
il n'y a pas autant de sentiment que dans Twilight mais la tension qu'on éprouve en le lisant vient compenser.
Et donc je penser que journal d'un vampire est un très bon roman de vampire, qui ne devrait pas etre juger moins bon que Twilight car il est totalement différent et j'attend donc la suite avec impatience!!!!
Commenter    J’apprécie          220
nadiouchka
nadiouchka21 avril 2016
  • Livres 2.00/5
Quand j'ai vu le titre de ce livre JOURNAL D'UN VAMPIRE, j'ai pensé que le récit allait être captivant car il ne manque pas d'histoires sur ce sujet et j'ai donc eu la curiosité de le lire.
Dès le début, on y parle d'Elena Gilbert qui écrit dans son journal intime et qui, en se rendant à son lycée, tombe sur un mystérieux corbeau qui figurera tout au long du livre.
On nous présente également un certain Stefan Salvatore qui, bizarrement se restaure avec un rongeur qu'il vient de tuer….
Bon, les deux personnages principaux, sur les trois, sont donc décrits.
Et puis on continue avec l'arrivée d'Elena à son lycée et qui, en tant que Reine de ce lycée, et se rendant compte de la présence d'un nouvel étudiant très séduisant, Stefan, décide de le conquérir car il en va de sa réputation de Majesté mais elle enrage de voir que ce mystérieux individu lui résiste (du moins en apparence).
Là, je me suis dit que j'étais tombée sur un roman à l'eau de rose surtout, qu'ensuite, intervient un troisième personnage tout aussi beau et mystérieux, Damon, qui s'avère être le frère ennemi juré de Stefan.
Je ne parlerai pas des nombreuses péripéties qui s'ensuivent, des descriptions macabres de corps vidés de leur sang et le principal suspect est Stefan.
Bref, malgré les scènes et les descriptions qui pourraient heurter la sensibilité de certaines âmes sensibles, malgré les combats sans merci que se livrent les deux frères pour conquérir Elena, qui est prête à tout pour garder l'amour de Stefan, je n'ai pas été convaincue.
Dans la présentation de l'écrivaine, L.J. Smith, en préface, il est dit qu'elle a écrit plusieurs romans pour adolescents et je pense que, peut-être, ce livre est en effet réservé aux adolescents car, de plus, il fait un peu penser à Twilight.
De mon côté, je ne rechercherai pas les autres tomes et je retournerai à mes thèmes préférés à moins que je trouve une BONNE histoire de vampires ? Qui sait ?
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          80
Citations & extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka21 avril 2016
Stefan regarda à nouveau par la fenêtre, posant son front contre la vitre pour en goûter la fraîcheur. Son tuteur lui répétait une autre expression : la voie du mal permet parfois d’arriver à ses fins, mais pas de trouver la paix. Il avait espéré trouver le repos à Fell’s Church, mais, au souvenir de ces paroles, il comprit que c’était impossible, jamais il ne le connaîtrait, car le mal l’habitait.
P.37
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
nadiouchkanadiouchka21 avril 2016

Stefan plaqua sa nouvelle victime au sol, refermant ses mâchoires sur son cou. Le goût ferreux du sang chaud le revigora en se diffusant en lui comme de la lave en fusion. Il lui en fallait encore. Il était avide de vie, et de pouvoir. Son festin avait décuplé ses forces : il assomma sans peine tous les autres avant de pomper leur précieux nectar jusqu’à la dernière goutte.
P.404
Commenter    J’apprécie          41
nadiouchkanadiouchka21 avril 2016
Cette soif de sang, à laquelle il était pourtant soumis depuis des siècles, lui posait toujours autant de questions : comment pouvait-il ressentir un si vif plaisir accompagné d’un si profond sentiment d’horreur ? Il s’imaginait la réaction qu’aurait un être humain si on lui proposait de boire ce nectar à même un corps chaud. Il serait sans doute profondément dégoûté…
P.158
Commenter    J’apprécie          30
nadiouchkanadiouchka21 avril 2016
Elle avait à peine reconnu Stefan tant son image contrastait avec son élégance et son raffinement habituels : à demi tourné vers elle, et accroupi dans une position animale, il avait le visage tordu par un affreux rictus. Surtout, elle ne pouvait se soustraire à la vision de sa bouche dégoulinante de sang, dont le rouge ressortait horriblement sur son teint pâle et ses dents éclatantes. Le corps d’une colombe aux ailes déployées gisait entre ses mains ; une autre, à ses pieds, semblait avoir fini de servir.
P.180
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
nadiouchkanadiouchka21 avril 2016
La véritable nature de Damon lui apparaissait parfaitement : il vivait depuis si longtemps en prédateur qu’il n’avait rien d’humain. A la différence de Stefan, il ne cherchait pas à combattre ses instincts de carnassier, mais s’en délectait sans aucune préoccupation morale. Et Elena se retrouvait piégée avec lui sur ce toit, seule, au beau milieu de la nuit.
P.340
Commenter    J’apprécie          00
Videos de L.J. Smith (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de L.J. Smith
Promo (VO) de la saison 3 de "Vampire Diaries"
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Journal d'un vampire

Qui sont les meilleures amies de Elena ?

Bonnie et Caroline
Bonnie et Meredith
Meredith et Caroline

10 questions
282 lecteurs ont répondu
Thème : Journal d'un vampire, Tome 1 : Le Réveil de L.J. SmithCréer un quiz sur ce livre