AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842614267
Éditeur : Le Serpent à plumes (2003)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 19 notes)
Résumé :

Au début du XXe siècle, le Japon est en totale effervescence, les anciennes valeurs des samouraï sont confrontées à la montée en puissance du capitalisme, et toute modernité est marquée du sceau de l'Occident. Dans ce contexte troublé, Daisuké, trentenaire toujours célibataire, entretenu par sa riche famille, se replie dans l'inaction et le rêve, la pure pensée et l'esthétisme. Il é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Bookycooky
08 décembre 2015
  • 4/ 5
Ce récit qui se situe au début du XX iéme siècle , et, à la fin de l'ère Meiji pour le Japon, il y a cent ans, détonne avec la modernité de son écriture et de ses propos.
C'est l'histoire d'un homme confronté à une société en mutation, à cheval entre les traditions d'une civilisation millénaire et une modernité importée d'Occident, que l'ère Meiji avait inauguré en 1868.
Daisuké, trentenaire, un homme indifférent à tout, indolent, vit encore aux dépens de son père, sans aucun souci de travail, un père ,pourtant pour qui, il n'a aucune considération. Profitant de cette dépendance, ce dernier veut lui imposer un mariage arrangé, soutenu par son frère et sa belle-sœur.Mais Daisuke aime une autre femme....une affaire compliquée ....
Pris entre deux feux, il doit devoir prendre une décision.Dur, dur pour cet homme détaché de tout, famille, société , au sens large, et même de son propre cœur et esprit. Un homme qui se pose de multiple questions existentielles, et souffre de l'imposture sociale. L'auteur nous plonge dans son désarroi, analysant finement au scalpel ses émotions, ses pensées , ses gestes...sans pour autant nous faire perdre le fil de l'histoire.
Soseki nous livre un très beau roman, profond , limpide, avec un personnage attachant malgré sa complexité et ses contradictions, et des scènes magnifiques , rappelant celles des estampes de Hokusai et de Hirogishe. La fin est inattendue, intrigante et laissée à notre imagination. De quoi vous laissez tenter!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Momiji
06 novembre 2014
  • 5/ 5
Dans le Japon en pleine mutation du début du XXe siècle, où le paysage traditionnel se mêle à l'importation culturelle et économique de l'Occident, Daisuké est un jeune trentenaire oisif, entretenu par sa riche famille tokyoïte. Celle-ci s'évertue à essayer de marier cet être retranché, qui ne trouve de satisfaction que dans l'inaction, l'esthétisme, la théorie plutôt que l'action. Une chemin de vie qui va être bouleversé quand il va tomber amoureux de la seule femme pour laquelle la société ne lui permet pas d'avoir de sentiments...
Natsume Sôseki dresse dans chacun de ses romans le portrait de la société dans laquelle il vit et usant d'un regard affûté, prend le prétexte de la fiction pour dresser des parallèles percutant avec l'évolution de son Japon. Plein de compassion pour ses compatriotes tiraillés par tous les changements sociologiques et moraux que l'ouverture au monde occidental engendrent, cet intellectuel de l'ère Meiji met sa plume et ses connaissances au service de la rédaction d'ouvrages qui traversent le temps et dont les questionnements semblent toujours d'actualité. Avec un sens aigu et poétique de la description, Et puis nous emmène dans un récit posé mais paradoxalement haletant.
Au travers du cheminement de Daisuké, ce roman est une interrogation sur la perspicacité - voire le cynisme -, les regrets puis la résignation que l'entrée définitive dans l'âge adulte signent. Ce jeune homme fait subventionner son train de vie par sa famille car il a décidé que travailler pour gagner sa vie est plutôt vil et que tant qu'il peut s'en passer, il en profite. Un personnage qui se veut raffiné et qui est somme toute assez peu aimable au début du récit, j'en conviens. Néanmoins, au fur et à mesure que le tissu de ses relations sociales nous est dévoilé, qu'on le suit dans ses interrogations, ses affres psychologiques, il prend une dimension plus subtile qui le rend intriguant. Car l'amour va venir par frapper son coeur et malheureusement, Cupidon n'a pas lâché ses flèches là où il aurait fallu. Figurez-vous que notre ami va réaliser qu'il est amoureux de la femme de son meilleur ami, pour qui il a joué les entremetteurs trois ans auparavant. Rien que ça ! Bon malheureusement, vous additionnez cette situation embarrassante aux codifications de l'époque et vous comprenez que ça va barder. Surtout que les sentiments sont réciproques.
La magie de ce récit, c'est que le déroulement de l'intrigue va crescendo. Ce n'est finalement qu'assez tard que l'action prend un tournant décisif, mais pour autant, la lecture n'est marquée par aucune longueur. La fluidité des mots et le déroulé de la pensée de Daisuké nous embarquent dans une réflexion esthétique sur le monde et moi qui valorise plus les intellectuels que les "fonctionnels" dirons-nous, je me suis par moments sentie en accord avec certains traits et piques que notre héros peut exprimer auprès de ceux qui l'asticotent. Car oui, il n'a pas que des amis et même parmi eux, les finances peuvent venir modifier les relations. Quand on bénéficie d'une rente qui permet d'avoir le loisir de cultiver son cerveau plutôt que d'avoir besoin de remplir son compte en banque, ce n'est pas facile à tolérer pour beaucoup de personnes. Mais cette aisance et cette facilité de premier abord se révèlent plus complexes quand on rentre en coulisses : l'argent est un vecteur de pouvoir et le père de Daisuké sait en user pour tenter de lui faire accepter les unions arrangées qu'il concoctent en vain. Hiraoka, meilleur ami de Daisuke, revient à Tokyô endetté et au chômage, contraint de lui demander un prêt. Un prêt qui va le rendre haineux et diminué, entraîné dans une spirale infernale, cependant que Daisuké offre en douce de l'argent à son épouse, qu'il aime secrètement. Les jeux de pouvoir sont présents tout au long du livre et dressent peu à peu le piège dans lequel tous les personnages tombent chacun à leur tour. Mais ce livre est aussi l'occasion de se pencher sur l'évolution des rapports père-fils. A l'honneur et au patriotisme, au respect des ancêtres de son paternel, Daisuke préfère l'hédonisme, l'accomplissement personnel. Un vrai individualiste dans un pays marqué par la notion de l'intérêt du groupe, plus encore à l'époque qu'aujourd'hui.
Digne d'une tragédie grecque - Natusme Sôseki étant nourri par les oeuvres occidentales, il ne faut pas s'en étonner - Et puis, nous fait passer progressivement d'une agréable brise d'été à un ouragan émotionnel détruisant tout sur son passage. Renoncements, choix et responsabilités sonnent aux oreilles de notre héros comme autant de coups de canons au fur et à mesure qu'il avance vers le destin qu'il se choisit. Un roman poignant avec une écriture poétique, calme et puissante que je vous recommande chaudement.
Lien : http://wp.me/p12Kl4-su
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          199
topocl
01 octobre 2015
  • 2/ 5

« Daisuké, finalement, en vint à se détester pour son indécision ».
C'est l'histoire absolument tragique d'un jeune homme qui est amoureux de la femme de son ami.
D'autant que cela se passe dans le Japon du début du XXème siècle, pris dans un carcan d'obligations morales et de code de l'honneur .
Seulement ce trentenaire , dandy épris des arts , de l'esthétique et de la contemplation ne m'a pas été des plus sympathiques. Facile d'être un dilettante quand votre père , qu'on méprise pour ses visions archaïques et moulées dans la tradition, vous assure le quotidien par un généreux versement mensuel . Il ne reste plus qu'à penser sur soi-même, et se forger de belles idées de liberté et de force vitale.
On est donc dans tout le livre pris dans cette ambiguïté de Daisuké, emblème du changement mais qui n'offre que l'image d'un écornifleur imbu de lui même, à l'écoute de ses états d'âme qu'il institue en belles idées. Son amour pour la fragile Michiyo le rend plus humain, enfin . C'est un talent du livre de ne pas poser le jeune progressiste en personnage éminemment sympathique, mais il faut bien dire que cela impose au lecteur l'exposition et la ré-exposition de ses cas de conscience, une redondance fastidieuse dans l'atermoiement ...
C'est un roman qui décrit une société qui se crispe sur sa tradition archaïque «qui ne tenait absolument pas compte de la liberté et du coeur des individus. », alors même qu'elle est en train d 'irrémédiablement se fissurer. L'élément le plus représentatif, qui donne son sens à l'intrigue, en est le mariage arrangé. Mais l'évocation de ce formalisme, de l'apparente superficialité des relations prises dans ce carcan codifié, m'a donné cette impression d'une distance hiératique souvent porteuse d' ennui, que je retrouve facilement dans les romans japonais . Celle-ci persiste même à la fin du livre , où pourtant l'hyperémotivité de Daisuké, surpris lui-même d'aborder des rivages si prohibés explose dans un hyper-sentimentalisme pathétique ( quoique parfois beau: « Ensemble, au même moment, ils recevaient la punition de l'amour, le bienfait de l'amour, au même moment, ils en goûtaient ensemble la saveur. »).
Bref, je vais quand même remercier Sôseki, qui m' a éclairée en partie, par un effet miroir, sur cette difficulté que j'ai à entrer dans les romans japonais :
« Chaque fois qu'il avait lu des romans occidentaux, il s'était interrogé sur les conversations intimes qui se tenaient entre hommes et femmes, les trouvant à son goût toujours trop crues, trop complaisantes, et en fin de compte trop directes et trop osées ; tant qu'il les lisait dans leur langue originelle, il les acceptait, mais leur couleur, pensait-il, ne saurait être traduit en japonais. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky01 décembre 2015
He was a man who disliked putting his faith in gods, and, as an intellectual, was by nature incapable of doing so. He believed that if people had faith in one another, there was no need to rely on gods. Gods acquired the right to exist only when they became necessary to deliver men from the anguish of mutual suspicion.
Commenter  J’apprécie          170
BookycookyBookycooky04 décembre 2015

Daisuke held that one’s natural activities constituted one’s natural purposes. A man walked because he wanted to. Then walking became his purpose. He thought because he wanted to. Then, thinking became his purpose. Just as to walk or to think for a particular purpose meant the degradation of walking and thinking, so to establish an external purpose and to act to fulfill it meant the degradation of action. Accordingly, those who used the sum of their actions as a means to an end were in effect destroying the purpose of their own existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
BookycookyBookycooky07 décembre 2015
The rain continued, long and thick, falling noisily. Because of the rain, because of the sound of the rain, the two were cut off from the world. They were even cut off from Kadono and the old woman, who lived in the same house. Alone, the two were sealed in the scent of the white lilies.
Commenter  J’apprécie          100
MarinetteBMarinetteB30 décembre 2013
Si manger est le but, et travailler le moyen d'y parvenir, il est évident que l'on adaptera son travail afin que manger en soit facilité. Et par conséquent, peu importe ce à quoi l'on travaille ou bien de quelle manière l'on travaille : du moment que l'on obtient du pain, c'est bien ! Pour autant que le contenu de la tâche ou son orientation ou encore le processus selon lequel elle s'effectue soient entièrement sous le contrôle de contraintes externes, cette tâche sera forcément placée sous le signe de la décadence.
[...Donc, ]
A moins d'être déchargé du souci de sa nourriture et de ses vêtements et de pouvoir agir selon son bon plaisir, il est tout à fait impossible d'accomplir un travail sérieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MarinetteBMarinetteB30 décembre 2013
Le Daisuké qui avait été intime de Hiraoka était un homme qui aimait pleurer sur les autres. Puis, progressivement, il n'avait plus été capable de pleurer. Non pas qu'il prétendît que ce serait plus moderne de ne pas pleurer. En fait, c'était plutôt le contraire : il préférait affirmer que c'était parce qu'il ne pleurait pas qu'il était moderne. Quant à l'individu qui serait capable de verser des larmes sincères sur autrui, alors que, bravant le théâtre violent de la lutte pour la survie, il gémissait sous la charge oppressante que la civilisation occidentale faisait peser sur lui, cet individu-là, Daisuké ne l'avait pas encore rencontré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : tourmentsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les prénoms des écrivains francophones

Zola

Etienne
Emile
Henri

10 questions
543 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature françaiseCréer un quiz sur ce livre