Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 276462154X
Éditeur : Les Éditions Boréales (2012)


Note moyenne : 3.07/5 (sur 14 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sacha et Charlotte sont amoureux. Amoureux fous. Il perd son temps à l’université. Elle étudie la danse. Lui est fils de riches et souffre de la maladie de Still, sorte d’arthrite qui l’empêche parfois de bouger tant la douleur est grande. Elle a des cicatrices sur le c... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par Lucili, le 31 mai 2012

    Lucili
    « Franglais à n'en plus finir, culture indie américaine en prédominance sur nos icônes nationales, cynisme grinçant, sexualité un peu sale entremêlée de technologie et une détresse constante qui se noie dans la fantaisie et la rébellion. »
    Zoé Pelchat-Ouellet - Nightlife
    « Un texte qui bouscule toutes les conventions. Il faut reconnaître qu'Alexandre Soublière a du souffle. le jeune écrivain est allé au bout de tout […]. Une entrée en littérature qui frappe comme un tsunami qui ne laisse rien d'intact, pas même ces Roméo et Juliette des nouveaux temps. Un roman qui laisse avec beaucoup de questions et de craintes. »
    Yvon Paré – Progrès Dimanche
    « Son livre est important. Je le comparerai à Vamp de Mistral. Une langue surprenante. Très contemporain. C'est très bien écrit. Un livre important qui gagne à être lu. »
    Biz - Radio-Canada / Plus on est de fous, plus on lit
    « Un roman trash, fort, brillant. Qui brasse la cage des bien-pensants, fait table rase des englués de toutes sortes. Un roman comme un grand cri rauque en pleine noirceur, en pleine jungle urbaine. »
    Danielle Laurin – le Devoir

    « Il y a quelque chose là-dedans qui mérite le regard, qui vaut le détour ne serait-ce que pour entrer dans un univers qui nous prend de court. C'est complètement déjanté. Il y a une voix, un souffle. Une voix intéressante à lire, à découvrir. Il y a une poésie, un rythme. »
    Claudia Larochelle - 98,5 FM/On aura tout vu
    « Alexandre Soublière montréalise le roman d'apprentissage yuppie. Avec Charlotte before Christ, il importe enfin au Québec le roman yuppie/décadent, nourri aux mamelles cynico-romantiques du rock et du cinéma, qui a propulsé le Brat Pack littéraire (Bret Easton Ellis et Jay McInerney) au firmament cocaïné des lettres américaines il y a plus de 25 ans. »
    Dominic Tardif – Voir
    « Un roman où fils à papa, stars de la porno et rock and roll se côtoient allégrement. […] On est dans le très noir, dans le no future. Une plume très très personnelle. Alexandre Soublière, vraiment à découvrir. »
    Karyne Lefebvre - Radio-Canada / Plus on est de fous, plus on lit
    « Son jeu avec la langue, aussi choquant soit-il, est intéressant et porteur de sens. »
    Nathalie Petrowski – La Presse

    Lien : http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/livres/charlotte-before-ch..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Lucie16, le 15 juillet 2012

    Lucie16
    Je l'admets ici : préjugés et a priori ont fortement teinté le contact établi avec ce premier roman d'Alexandre Soublière. Je me méfie de façon générale des battages médiatiques, des sacres instantanés (comment peut-on devenir « le » représentant d'une génération après un ouvrage?), des libertés prises impunément avec la langue (le franglais me fait légèrement grincer des dents). J'ai donc ouvert le livre avec une certaine réticence – pour ne pas dire une réticence certaine. Comment parvenir à entrer dans un univers aussi éclaté, souvent glauque, assurément postmoderne, à s'attacher suffisamment aux personnages pour souhaiter se couler dans leur ombre?
    Quelques pages ont suffi pour que je réalise que j'étais complètement dupée. J'aurais voulu détester Sacha, ce gosse de riche qui dégaine la carte de crédit de son père à la moindre envie, se défonce pour oublier que son corps le lâche, désacralise la langue et l'art. Pourtant, l'amour fou, presque létal, qu'il ressent pour Charlotte a balayé mes dernières réticences d'un seul coup.

    Lien : http://lucierenaud.blogspot.ca/2012/07/charlotte-before-christ.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par catilidou, le 23 septembre 2012

    catilidou
    J'ai été complètement happée par ce livre, par les personnages, le ton de l'auteur, son langage. Je me suis attachée aux personnages, Sacha, fils de riche qui étudie à l'université en biologie sans grand intérêt et qui souffre de la maladie de Still (forme d'arthrite) et Charlotte, étudiante en danse contemporaine un peu déjantée qui vit de sensations fortes. Ensemble, ils vivent une relation passionnée et houleuse, oùl leurs sentiments pas toujours sains prennent toute la place, exarcerbés par les drogues, l'alcool, la porno et le rock n' roll. Cette relation est leur bouée de sauvetage; à travers elle, ils se sentent vivants, ils masquent leur mal-être et leur vie qui somme toute est assez vide.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par myriamdb, le 26 mars 2012

    myriamdb
    Résumé: Sacha et Charlotte sont accrochés l'un à l'autre comme à une bouée de sauvetage. Mais on ne sait ni de l'un ni de l'autre qui les tient à la surface ou les faits couler. En symbiose, mais pourtant bien de leur époque – avec des attirances ici et là, des tromperies – ils sont unis comme seuls deux jeunes adulescents peuvent l'être: volonté d'être soudés, de ne former qu'un être, d'entrer dans la tête de l'autre, de tout savoir, se connaître par coeur. Romantiques jusqu'au bout des doigts, ils vivent une forme de spleen, de questionnement existentiel. Et c'est Sacha qui nous raconte le tout dans le menu détail.
    Vous savez un roman qu'on termine et qu'on a envie d'offrir à quelqu'un d'autre? Un bouquin qu'on a franchement aimé et duquel on désire tirer une discussion, qu'on a besoin de remettre dans les mains d'un autre lecteur au plus vite pour avoir un second point de vue, pour continuer à faire vivre les écrits qu'il contient? Charlotte before Christ c'est un peu ça. Non, c'est exactement ça.
    la suite:

    Lien : http://mamereetaithipster.com/2012/02/25/charlotte-before-christ-ale..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par magenest, le 10 mars 2014

    magenest
    À deux reprises, j'ai failli abandonner la lecture. Pas que c'est mal écrit; j'ai eu un certain plaisir à lire ce roman et à suivre les personnages. Seulement, le sujet ne m'a pas touché. Les questionnements et les angoisses décrites sont juvéniles et futiles de mon point de vu. Un livre d'ado peut-être ? Oui, sans doute que j'aurais mieux apprécié ce livre il y a 15 - 20 ans...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par PetiteMarie_2, le 15 mars 2012

    J’aimerais partir loin. J’adore le train. Le bus. L’avion. Pas parce que je suis un grand voyageur ou un citoyen du monde ou n’importe quelle autre bullshit hippie. J’aime être dans un moyen de transport. Le fait de me trouver entre deux destinations. Pas au départ, pas à l’arrivée. Juste quelque part. Une place floue en train de regarder le paysage défiler.

    Être nulle part. C’est là que j’arrive le mieux à récupérer mes innombrables heures d’insomnie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Lucie16, le 16 juin 2012

    Elle dit qu’elle s’en fout, mais les cicatrices sur son cœur ont des formes bizarres.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Lucie16, le 16 juin 2012

    Son regard est un drame biographique. Non, mieux encore : Charlotte, tes yeux sont un suicide.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par minininie13, le 08 juillet 2012

    - Qu'est-ce que tu voudrais le plusse, han, Sacha ? Dans la vie, là ?
    Je fixe le vide et je réponds :
    - Que tu me fasses plus jamais de peine.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir Charlotte before Christ par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (23)

> voir plus

Quiz