Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070734633
Éditeur : Gallimard (2003)


Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

J'étais décidé à tout écrire mais voici qu'au seuil d'un passé qui forme mon présent, je n'ose avouer. Ce n'est pas par pudeur, ce n'est pas par peur de souffrir. Je crois qu'au contraire, en expliquant certains de mes geste... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par AV, le 31 juillet 2012

    AV
    En 1927, à 30 ans, Philippe Soupault écrit en une centaine de pages son autobiographie, Histoire d'un blanc. A cet âge, écrire une autobiographie possède évidemment un inconvénient : l'auteur risque de vivre encore beaucoup de choses… d'autant plus qu'il mourra à 90 ans passés. L'ouvrage sera donc suivi, bien plus tard, dans les années '70, des « Mémoires de l'oubli », où Soupault pose ses souvenirs sur le papier. Dès lors, Histoire d'un blanc y sera accolé.
    Pour rester sur ce dernier récit, autant ne pas faire de suspense, je le trouve d'une beauté incroyable. Texte qui se dévore et dont la taille permet à peu de choses près de le lire d'une traite, il est l'exemple même, pour moi, de l'intérêt que peut avoir la publication de mémoires (parce qu'en réalité, Histoire d'un blanc relève déjà plus de l'ordre des souvenirs que de l'autobiographie en tant que telle), aussi jeune l'auteur soit-il. Rien ne s'y passe et pourtant tout s'y passe. Ce n'est pas donné à tout le monde, chaque écrivain ne sait d'ailleurs pas rendre sa vie intéressante, émouvante,... j'en passe et je laisse à chacun le soin d'imaginer qui je vise ici. Soupault, lui, le peut.
    Au fil des pages, on découvre la sensibilité, l'humour, l'humilité de l'auteur -pour ne pas dire sa pudeur qui semble pourtant incompatible avec l'idée même d'une autobiographie-. Entre enfance et rencontres mondaines dans la sphère artistique parisienne (dans ce registre, la partie sur Apollinaire est un témoignage-hommage tout simplement sublime), entre guerre et voyages quasi initiatiques, tout est offert au lecteur de manière simple, douce, poétique parfois.
    Douceur qui n'empêche pourtant pas Soupault de montrer un appétit de vivre féroce, une volonté de ne jamais en finir, de vouloir profiter du monde tant que faire ce peut. Ne cherchez pas le poète maudit, reclus, aimant tutoyer la mort -quoique, peut-être, mais alors pour mieux la conjurer-, mais laissez-vous emporter par l'homme qui a soif de liberté et d'existence dégagée de ses carcans.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par AV, le 31 juillet 2012

    Je n'ai jamais oublié cette femme, belle comme la boutique d'un marchand de couleurs, qui se promenait dans les rues du quartier que j'habitais, étant enfant. Elle portait une haute perruque poussiéreuse sur laquelle elle avait posé un chapeau démodé, enrichi de plumes d'autruche et de boucles de métal. Sa robe était de soie puce ornée de dentelles noire et blanche et d'une queue qui était maculée de boue. Elle portait de longues chaussures vernies et des gants de chevreau glacé, dont le bout laissait passer la première phalange.
    Elle était majestueuse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par AV, le 31 juillet 2012

    Ces années, je ne veux pas en écrire. Pas encore. Elles méritent bien d'attendre ma mort ou celle des autres. Je les porte à mon crédit puisque je peux dire fièrement : "Maintenant j'ai trente ans", et répondre lorsqu'on me répétera pour la mille et unième fois : "Vous verrez quand vous serez plus âgé": "-J'ai vu, je suis plus âgé, et je pense que tout ce que vous disiez, c'était une belle blague !"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par AV, le 31 juillet 2012

    Les souvenirs sont cors de chasse dont meurt le bruit parmi le vent.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (24)

Videos de Philippe Soupault

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Philippe Soupault

SOUPAULT & LE SURRÉALISME (partie 1/ 10) Émission réalisée par Bertrand Tavernier et Alain Aurenche dans laquelle Philippe Soupault raconte la genèse du surréalisme dont il fut l'un des fondateurs. Il écrivit le premier texte d'écriture automatique surréaliste avec Anddré Breton : "les champs magnétique"








Sur Amazon
à partir de :
5,70 € (neuf)
4,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Histoire d'un blanc, 1897-1927 : Mémoires de l'Oubli par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (10)

> voir plus

Quiz