Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2080666185
Éditeur : Flammarion (1994)


Note moyenne : 4.6/5 (sur 148 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Avec le tome I du Maus d'Art Spiegelman, les lecteurs avaient fait la connaissance de Vladek Spiegelman, Juif polonais rescapé des camps de la mort, et de son fils, Art, dessinateur aux prises avec son père. Le terrifiant parcours de ce dernier et l'Histoire elle-même s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par MissG, le 10 février 2013

    MissG
    Plutôt que de continuer directement sur la période de détention à Auschwitz de son père et de sa mère, Art Spiegelman choisit d'exposer dans une première partie ses doutes, ses peurs, ses sentiments les plus profonds vis-à-vis de ses parents : "Je sais que c'est dément, mais d'une certaine manière je voudrais avoir été à Auschwitz avec mes parents; comme ça je pourrais savoir ce qu'ils ont vécu ! Je dois me sentir coupable quelque part d'avoir eu une vie plus facile qu'eux.", ainsi que ses difficultés à retranscrire l'histoire de son père sous forme de bande dessinée : "Je me sens tellement incapable de reconstruire une réalité qui a été pire que mes cauchemars les plus noirs. Et en plus, sous forme de B.D. ! Je me suis embarqué dans un truc qui me dépasse. Peut-être que je devrais tout laisser tomber.".
    Les relations tendues avec son père n'étaient que pointées du doigt dans le premier volume ici, elles s'exposent dans toute leur complexité.
    Ainsi Françoise, la belle-fille de Vladek, s'indigne devant son refus de prendre un auto-stoppeur sous prétexte qu'il est noir : "C'est scandaleux ! Comment pouvez-vous, surtout vous, être si raciste ! Vous parlez des noirs comme les nazis parlaient des juifs !".
    Vladek était déjà un personnage particulier dans le premier tome, il l'est sans doute davantage dans ce second volume et la lectrice que je suis, une fois le livre refermé, n'a pas réussi à cerner cet homme, tout comme l'auteur n'a jamais réussi à vraiment comprendre son père.
    Art Spiegelman retient également pendant longtemps sa plume, ayant peur de dessiner Auschwitz, une peur multiple : celle de ne pas réussir à représenter ce lieu dans toute la réalité de son horreur, celle de se tromper, et au final une peur de ne pas réussir à faire passer dans ce qu'il maîtrise le mieux : le dessin, l'histoire de son père qui s'insère dans l'Histoire : "J'veux dire, je n'arrive même pas à comprendre mes relations avec mon père. Comment pourrais-je comprendre Auschwitz ? L'Holocauste ? ... Quand j'étais petit, il m'arrivait de me demander lequel de mes parents j'aurais laissé les nazis emmener aux fours crématoires si je ne pouvais en sauver qu'un seul. D'habitude, je sauvais ma mère, tu crois que c'est normal ?".
    Cette exposition des doutes et des interrogations de l'auteur est un aspect qui m'a particulièrement plu, c'est un sujet extrêmement difficile et périlleux dans lequel il s'est lancé et s'il avait passé cette étape sous silence il aurait sans doute manqué quelque chose à cette bande dessinée.
    Cet aspect très humain est l'un de ses points forts, l'histoire qui y est racontée est dure et parfois difficilement soutenable, que l'auteur lui-même ait douté est humain, tout comme le lecteur peut aussi avoir des doutes et des appréhensions avant de lire ce livre sur son contenu et la façon dont il est rédigé.
    Art Spiegelman ne tombe jamais dans la caricature, même si ses personnages sont dessinés sous la forme d'animaux, ni dans le larmoyant ou l'exagération ou le voyeurisme.
    Il s'attache à raconter et illustrer la vérité, même si certains passages sont d'une horreur extrême : "Et pour nous tous il n'y a qu'un seul moyen de sortir ... par ces cheminées.", sans basculer d'un extrême à l'autre ni prendre position.
    Il relate les faits, rien d'autre.
    De plus, il double le récit de son père de détails précis sur les conditions de détention à Auschwitz et livre une cartographie des différents camps ainsi qu'une explication précise du fonctionnement des chambres à gaz et des fours crématoires.
    Il a mis des images sur ce qui n'était jusqu'alors que des mots, ceci étant l'un des avantages offerts par la forme littéraire choisie : la bande dessinée.
    Outre les interrogations et les doutes de l'auteur, il aborde aussi la problématique de Richieu, ce frère qu'il n'a jamais connu hormis en photo mais qui est un fantôme le poursuivant depuis sa naissance : "C'est étrange d'être le rival d'un instantané !".
    Quant au récit de Vladek, après un premier tome consacré à la vie dans le ghetto, ce second s'attache à la vie dans le camp d'Auschwitz, aux brimades, aux privations, au travail forcé jusqu'à ce que mort s'ensuive, mais également aux terribles marches de la mort vers le camp de Dachau et puis l'errance dans un train jusqu'à la victoire finale, la libération et les retrouvailles avec les quelques survivants.
    Et puis il y a toujours ce dessin d'une qualité remarquable et d'une puissance extrême, un noir et blanc dépouillé mais qui laisse transpirer toute l'intensité dramatique du vécu de Vladek, de sa petite histoire qui s'est inscrite dans l'une des pages les plus noires de l'Histoire.
    De la famille d'Anja ou de Vladek il ne reste plus grand chose, hormis quelques photos conservées précieusement.
    Une vie détruite et une vie à reconstruire, avec un nouveau départ, à New-York.
    "Maus" est une référence de la bande dessinée et plus généralement une référence littéraire sur la Shoah.
    "Maus" d'Art Spiegelman est l'un des récits sur l'Holocauste les plus intelligents dans sa construction qu'il m'ait été donnée de lire jusqu'à présent, l'un des plus bouleversants et l'un des plus sincères.
    A ce titre, "Maus" a toute sa place dans mon Panthéon littéraire et je ne peux que vous encourager à découvrir cette bande dessinée et tout le talent de son auteur.

    Lien : http://lemondedemissg.blogspot.fr/2013/02/maus-un-survivant-raconte-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Alcapone, le 18 novembre 2012

    Alcapone
    Dans ce second, tome, Artie continue pour documenter son travail, d'interroger son père. Comme dans Maus. Mon père saigne l'histoire, le récit se déroule dans un double cadre temporel : 1975-1980 pour les entretiens d'Artie et son père, et les années 1940 pour les souvenirs de Vladek. L'histoire reprend donc au moment de la déportation de Vladek à Auschwitz. Alors qu'ils pensaient être à l'abri, Vladek et sa femme Anja, sont trahis par le neveu de Mandelbaum, qui sous la contrainte, leur a conseillé de rejoindre la Hongrie. Commence alors pour chacun des époux, un véritable plongeon dans l'enfer de l'Holocauste... Si Vladek a survécu aux camps de concentration, Artie se demande parfois au regard du traumatisme subi, s'il n'aurait pas mieux valu que Vladek meure. le sentiment de culpabilité qui l'accable le pousse pourtant à finir sa bande-dessinée. Encore une fois, l'hommage rendu est poignant...
    Comme dirait Vladek : C'est là que mes ennuis ont commencé. En effet, de toutes les brimades et humiliations relatées dans le premier tome, rien n'est comparable à ce que vivra Vladek lors de ses déportations à Auschwitz et à Dachau. Nous touchons là du doigt, toute l'horreur des camps de concentration : froid, faim, maladie, mort, rien n'est épargné au narrateur. Et si Vladek s'en est sorti, on se demande si ce n'est pas plus mort que vivant : pingre, teigneux, aigri, susceptible, voire raciste mais aussi de santé fragile, Vladek n'est pas dépeint sous son meilleur jour. Mais on ne peut s'empêcher de penser à la force de caractère qui habitait l'homme. Encore une fois, le récit est percutant et le témoignage bouleversant. Ce travail de mémoire m'est clairement apparu dans ce second tome, comme une entreprise de déculpabisation de la part d'Artie : honte de ne pas être fort comme son père, honte de ne pas être à la hauteur, honte de n'être pas le frère que ses parents ont perdu... La seule chose dont il s'est senti capable (et cet exercice a dû exiger de lui beaucoup de travail et de recul), c'était de mettre l'histoire de son père mais aussi celle de l'Holocauste, en images. On imagine aisément que ce fût un travail de longue haleine dont Art Spiegelman s'est acquitté avec intelligence. Pour preuve, référons-nous au succès de Maus, qui demeure une bande-dessinée de référence. Personnellement, j'ai préféré ce deuxième tome...

    Lien : http://livresacentalheure-alcapone.blogspot.fr/2012/11/maus-et-cest-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par alouett, le 02 septembre 2011

    alouett
    Vers la fin des années 70, Art Spiegelman demande à son père, Vladek, de se remémorer les événements douloureux qu'il a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était alors installé en Pologne, son pays natal.
    Vladek revient donc sur les événements qui ont émaillé sa vie de 1939 à 1945. Ce Juif raconte ses premières expériences amoureuses, ses débuts dans la vie active, l'installation progressive des nazis et ses conséquences : des vexations quotidiennes au génocide. Plus de trente ans après les faits, l'émotion et le traumatisme de l'Holocauste sont intacts.
    « Maus est l'histoire d'une souris dont le chat a décidé d'avoir la peau. La souris est le juif, le chat le nazi. le destin de Maus est de fuir, de fuir sans espoir l'obsession du chat qui lui donne la chasse et lui trace le chemin de la chambre à gaz.
    Mais Maus est également le récit d'une autre traque, celle d'un père par son fils pour lui arracher l'histoire de sa vie de juif entre 1939 et 1945 et en nourrir sa propre mémoire, se conformant ainsi à l'obligation de se souvenir » (extrait du rabat de couverture).
    -
    « Un chef d'œuvre », « une claque », « un récit bouleversant »… vous avez certainement déjà pu lire ces termes sur l'un des nombreux avis mis en ligne sur cette œuvre. Chaque tome de ce diptyque a reçu un Fauve d'Or à Angoulême (le tome 1 en 1988 et le tome 2 en 1993).
    La première partie du récit, Mon père saigne l'histoire, revient sur les événements qui ont eu lieu de 1939 à l'hiver 1943-1944 : les prémices du conflit, l'enrôlement du héros dans les troupes polonaises (été 1939), sa détention dans les camps de prisonniers de guerre, sa première libération et le retour en famille. En trame de fond, l'auteur montre un quotidien qui se dégrade et l‘inquiétude croissante des juifs polonais à mesure que les troupes allemandes resserrent leur étau sur la population. Bien que le lecteur connaisse l'issue dramatique de cet épisode de l'Histoire, il découvre – la peur au ventre – la vie pendant le ghetto de Sosnowiec (Pologne) en 1942, les Juifs qui luttent silencieusement pour préserver leur humanité, les rafles, l'angoisse… jusqu'à ce mois d'avril 1944 où Vladek Spiegelman et sa femme sont dénoncés et transférés à Auschwitz.
    Le second tome, Et c'est là que mes ennuis ont commencé, se consacre presque totalement au camps. Dix longs mois à lutter pour survivre en magouillant pour tenter de se procurer une miche de pain de pain, une ceinture… que Vladek pourra revendre ensuite au marché noir contre un « présent » destiné à s'assurer la « sympathie » des Capos et obtenir quelques maigres passe-droits. Chaque jour, il s'étonne d'être encore en vie. En fin d'album vient la Libération et la difficulté à reprendre le cours d'une « vie normale ». Pour le lecteur, c'est aussi l'occasion d'entendre ce rescapé sur les stigmates que cette expérience lui a laissé et la manière dont il gère le traumatisme causé par l'Holocauste.
    Art Spiegelman retranscrit fidèlement – et chronologiquement – le témoignage de son père. Quelques pauses sont faites dans le récit biographique de Vladek puisqu'une partie du diptyque est consacrée à la présentation des rapports père-fils. Nous naviguons ainsi entre deux espaces-temps : celui des années 1930 où défilent les horreurs perpétrées par les nazies et celui des années 1970 où un homme (l'auteur) tente de se rapprocher de son père. Chacune de leur rencontre est prétexte (inconsciemment ?) à tisser tardivement des liens inespérés avec un père si distant et si froid. Au passage, ce dernier en profite pour lui transmettre valeurs et traditions juives, prendre son fils à parti dans ses problèmes de couple, le solliciter pour de menus services (bricolage, démarches administratives…). Ainsi, le lecteur découvre à la fois un récit intimiste et un témoignage historique d'une grande portée. Les propos de Vladek sont sincères, touchants. Ils livrent un regard personnel sur un événement majeur de l'histoire sans jamais porter de jugement de valeur sur les actes commis par les bourreaux du peuple juif (...)

    Lien : http://chezmo.wordpress.com/2011/08/19/maus-spiegelman/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par colimasson, le 21 août 2011

    colimasson
    Après l'évocation de la vie des juifs dans les ghettos, le tome 2 de la série Maus s'attarde sur les camps de concentration – Auschwitz pour Vladeck, le père d'Art, et Birkenau pour Anja, sa mère-, passant de la mort, de la maladie et de la souffrance à l'espoir, qui culmine lors de la libération des juifs à la fin de la guerre.
    Le récit se fait plus haletant que dans le premier tome. La mort rôde partout. Pour survivre dans les camps, il faut être rusé, comme Vladeck n'hésite pas à le répéter. Il faut savoir user de ses talents, de la moindre de ses connaissances, que ce soit en tant que zingueur, que cordonnier, ou qu'il s'agisse de la maîtrise de l'anglais, pour trouver de l'intérêt aux yeux de ceux qui ont du pouvoir et pour trouver à manger. Il faut détenir les informations qui sont utiles : savoir se placer à l'extrême gauche d'un bataillon de juifs lorsque les allemands arrivent pour remplir leurs fourgons, car ils auront probablement déjà assez de monde lorsqu'ils arriveront à la moitié du bataillon ; se placer au bon endroit de la file lors de la distribution de la soupe au navet, de façon à ne pas avoir le bouillon inconsistant du début, sans risquer de trouver la casserole vide lorsque vient son tour de se faire servir. Mais le hasard joue également un rôle non négligeable dans la survie des déportés, et la terreur que ceux-ci ont supportée, Art Spiegelman arrive à nous la faire ressentir sous la forme d'une tension qui ne faiblit pas à un instant, même si on la sait ridiculeusement moindre à celle ressentie en réalité.

    Parallèlement à ce récit d'un rescapé des camps de concentration, Art Spiegelman inclut de nombreuses pages de réflexion sur son travail d'écriture. Il commence à rédiger le tome 2 de la série en 1986, quatre ans après la mort de Vladeck. Entre-temps, son fils est né, et le premier tome de la série a été publié et a rencontré un grand succès. Art Spiegelman subit de nombreuses pressions de la part des journalistes et des hommes d'affaires qui le harcèlent pour adapter son ouvrage sous forme cinématographique. Cette cupidité le dépossède et renforce encore son sentiment de culpabilité vis-à-vis de ce qu'a subi son père. Comment arriver à devenir quelqu'un lorsque l'on a été élevé par un rescapé de la seconde guerre mondiale ? Et comment ne pas se sentir coupable lorsqu'on arrive à devenir quelqu'un malgré ce qui est arrivé à son père ? Ce sont les questions que se pose Art Spiegelman dans cet ouvrage, et auxquelles il essaie de répondre avec toute la sincérité dont il peut faire preuve.

    Avec un recul d'un demi-siècle, Art Spiegelman livre un point de vue neuf sur la Shoah et sur ses implications sur les générations suivantes. Son talent est si grand qu'il parvient même à transférer à son lecteur sa culpabilité. A-t-on le droit d'éprouver tant de plaisir à lire le récit de ce qui fut la tragédie d'un jeune homme ? Sans doute pas, mais il est impossible de faire autrement…


    Lien : http://colimasson.over-blog.com/article-maus-tome-2-et-c-est-la-que-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par canel, le 20 avril 2012

    canel
    --- SPOILERS PROBABLES
    Comme dans le premier opus, Art Spiegelman sollicite la mémoire de son père, rescapé des camps d'Auschwitz, pour écrire et dessiner l'Holocauste. le vieil homme est toujours tyrannique, pingre, insupportable, les rapports sont tendus entre le père et le fils : "(...) dès que je passe un moment avec lui, il me rend dingue." avoue Art.
    Il me semble que je suis encore plus impressionnée par ce second opus que par le premier, j'ai en tout cas moins de réserves sur la compréhension. Je ne sais pas si j'étais plus réceptive en le lisant, mais les dessins m'ont cette fois paru ajouter une forte intensité dramatique aux horreurs relatées. Les matricules tatoués sur le bras, les vêtements de prisonniers jamais à la bonne taille (ce qui peut poser de vrais problèmes), la fumée qui sort des cheminées des fours crématoires... autant de faits que l'on connaît mais qui sont particulièrement poignants dans ce graphisme. L'anxiété et la pingrerie du vieil homme prennent tout leur sens, à la lueur du dénuement extrême et de la peur qu'il a subis dans les camps... le message d'espoir est fort : le père a miraculeusement survécu à de terribles épreuves, notamment porté par l'amour de/pour sa femme et l'espoir de la retrouver... Il y a également un éclairage intéressant sur l'auteur lui-même : sa difficulté à vivre avec le fantôme de ce frère qu'il n'a jamais connu - et forcément idéalisé par ses parents -, le poids du passé parental, du suicide de la mère, la difficulté à relater l'horreur et les problèmes posés par la notoriété de son travail.
    PS : Tous les S sont tracés à la façon du symbole SS, comme autant de stigmates de l'Holocauste, portés sur plusieurs générations.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (25)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par alouett, le 02 septembre 2011

    Je sais que c’est dément, mais d’une certaine manière je voudrais avoir été à Auschwitz AVEC mes parents ; comme ça je pourrais vraiment savoir ce qu’ils ont vécu !… Je dois me sentir coupable quelque part d’avoir eu une vie plus facile qu’aux

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par colimasson, le 21 août 2011

    « Mickey Mouse est l’idéal le plus lamentable qui ait jamais vu le jour… De saines intuitions incitent tous les jeunes gens indépendants et toute la jeunesse respectable à penser que cette vermine dégoûtante et couverte de saletés, le plus grand porteur de bactéries du règne animal, ne peut être le type animal idéal… Finissons-en avec la tyrannie que les Juifs exercent sur le peuple ! A bas Mickey Mouse ! Portez la croix gammée ! »
    Article de journal, Poméranie, Allemagne, milieu des années 30
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par colimasson, le 21 août 2011

    - Votre père avait peut-être besoin de montrer qu’il avait toujours raison –qu’il pouvait toujours survivre- parce qu’il se sentait coupable d’avoir survécu.
    - Peut-être.
    - Et il a transféré sa culpabilité sur vous, le vrai survivant…parce qu’il n’y avait pas de risque.
    - Hum… Et vous, vous vous sentez coupable d’avoir survécu aux camps ?
    - Non… Seulement triste.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par colimasson, le 21 août 2011

    La première partie de Maus parut en septembre 1986, après 8 ans de travail. Ce fut un grand succès d’estime et commercial. Il va paraître au moins quinze éditions à l’étranger. J’ai eu 4 propositions sérieuses d’adaptation en série télévisée ou en film de mon livre (j’veux pas). En mai 1968, ma mère s’est suicidée… (sans laisser de lettre !). Ces derniers temps, je me sens déprimé.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par colimasson, le 21 août 2011

    La nuit, je devais me lever pour aller aux toilettes. C’était toujours plein, tout le corridor, de gens morts, empilés. On pouvait pas passer… Il fallait passer sur leurs têtes, et c’était terrible parce que c’était tellement glissant, la peau, tu pensais toujours que tu allais tomber. Et ça chaque nuit, c’était.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (36)

Videos de Art Spiegelman

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Art Spiegelman


Spécial 40e : je me souviens de... Art Spiegelman
Pour renouer avec la mémoire de 40 ans de Festival, une série de films courts de Benoît Peeters en hommage aux auteurs lauréats du Grand Prix. Ici Art Spiegelman, Grand Prix 2011.











Sur Amazon
à partir de :
13,23 € (neuf)
37,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Maus, un survivant raconte, Tome 2 : Et c'est là que mes ennuis ont commencé par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (266)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz