Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2203032723
Éditeur : Casterman (2012)


Note moyenne : 3.72/5 (sur 69 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quelque part dans le sud, en été, un petit groupe d’amis – deux couples, deux enfants et un moniteur – part en expédition en pleine nature, pour une grande journée de canyoning. L’isolement, le dépaysement et le frisson du danger vont servir de révélateur. Chacun, au fi... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (25)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 28 juin 2013

    marina53
    Dans le sud de la France, Juliette et Luis ont décidé de profiter de cette belle journée ensoleillée pour aller faire du canyoning. C'est accompagné de leurs amis, Erika et Gilles et leurs deux filles, et du moniteur Yann qu'ils prennent la route en direction du canyon. Sensations fortes et dépaysement total garantis. Sur la route chaotique qui mène à la vallée, Juliette se sent mal. Arrivés à destination, les combinaisons enfilées dans un vent glacial, il faut alors marcher jusqu'au canyon, le sac sur le dos. Puis vient le grand moment, celui du saut. Face au torrent, à la nature et aux courants, Juliette perd pied. Elle se sépare du groupe plusieurs fois, bien malgré elle, l'eau l'ayant emportée dans son sillage. Elle se retrouve parfois au cœur des grottes vertigineuses dont elle a bien du mal à sortir. C'est dans ces moments de désarroi qu'elle se pose mille questions sur sa vie, son couple, son avenir...
    Aquaphobique, passez votre chemin! Avec un scénario atypique, on est tout de suite plongé dans l'histoire. Happé par cette profusion de couleurs si chaudes et vives, l'auteure a réellement fait de cet album une petite œuvre d'art tellement les dessins sont soigneusement travaillés, les couleurs expressives et habilement choisies. Et cette eau! Cette eau qui déborde, vous attrape, vous submerge, vous ressource parfois ou vous menace; cette eau qui devient elle-même une personne tellement elle est omniprésente. D'une maîtrise et d'une technique incroyable, ce récit aquatique fait la part belle aux mouvements des corps.
    En silence... la tête la première!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par canel, le 29 novembre 2012

    canel
    --- Attention, BD hautement stressante pour qui craint l'immersion complète. Ceci dit, la couverture met au parfum : si vous suffoquez rien qu'en la regardant, zappez l'album.
    Impression initiale : ouh les couleurs ! Très vives, très contrastées, elles explosent aux yeux. Puis, quand on arrive dans l'eau ou à côté, le bleu domine, ouf (ou pas)… Coup de cœur en revanche pour les visages, particulièrement ceux des enfants, très expressifs et attachants.
    Le récit : une journée éprouvante de canyoning. Y participent : un moniteur, un jeune couple, une famille avec deux petites filles. le parcours s'avérera semé d'embûches, notamment pour la jeune femme, visiblement beaucoup moins aguerrie que le reste du groupe.
    Ceci dit, ce n'est pas pour elle que j'ai eu le plus peur, d'abord, mais pour les fillettes intrépides dont les parents semblent bien insouciants, pour ne pas dire complètement inconscients… Question : c'est autorisé, si jeune ? Admettons. Je présume que c'est comme pour le ski hors-piste : déconseillé, mais laissé à l'appréciation des responsables… Puis je me suis affolée pour la jeune femme, souvent en grande difficulté. Angoisse et malaise ont grandi à la lecture, à mesure que le parcours s'est corsé, et que la fatigue des aventuriers augmentait aussi dangereusement.
    Bon, clairement, il s'agit d'une allégorie du couple dans lequel se débat cette femme : tantôt perdue, seule, abandonnée, tantôt aventureuse, tantôt rassurée de retrouver son compagnon, tantôt "mère"… Une image m'a beaucoup troublée, page 57, où le passage entre deux roches évoque vraiment un accouchement, une naissance.
    Avis global très réservé, donc, pour cet album intense, tant les sensations désagréables l'ont emporté. Vraiment pas pour moi qui suis froussarde, ai le vertige et peur de mettre la tête sous l'eau (initiée à la natation par un instituteur qui nous poussait dans le grand bassin, que l'on maîtrisât ou non l'apnée.....).
    Mon appréciation en "étoiles" oscille donc entre 2 et 3...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 20         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ancolie, le 08 octobre 2013

    Ancolie
    Nous sommes dans le sud, en été. Un couple, Luis et Juliette, et une famille avec deux enfants partent pour une journée de canyoning avec un moniteur zélé, Yann. C'est une grande première pour Juliette qui va vivre un moment intense qui bouleversera ses repères et ses certitudes sur le couple qu'elle forme avec Luis.
    J'ai été bluffée par cette bande dessinée. La particularité du dessin m'a attirée et puis, surprise, l'histoire m'a happée, à l'image des personnages entrainés par les courants.
    Doute, peur, amour,… Que d'émotions dans ces pages. Nous sommes hors du temps, dans une bulle qui exacerbe les sens et pousse au dépassement de soi. J'ai eu l'impression de faire partie de ces apprentis aventuriers, de ressentir ce qui les submerge. Les images sont étonnantes et elles renforcent notre ressenti. Les couleurs vives rendent cette journée d'été avec merveille. C'est vivant et entier.
    Audrey Spiry fait preuve d'une maitrise incroyable que ce soit au niveau de l'illustration ou de l'histoire. Un coup de cœur pour une bd hors du commun, d'une originalité totale.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 20         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Chrisalaude, le 20 juillet 2012

    Chrisalaude
    L'eau. Envoutante, fascinante, silencieuse. Mais tellement angoissante et terrifiante. Cette eau, vivante et omniprésente, si magnifiquement rendue par l'auteure, est le personnage principal de ce roman graphique totalement subjuguant. Des couleurs vives et mouvantes comme de la gouache au service d'une grande fluidité de mouvement permettent une immersion totale dans une lecture dont chacun aura sa propre interprétation. Cette fascination pour l'élément aquatique et sa restitution graphique toute en émotion et sensation nous fait d'ailleurs immanquablement penser à l'étincelant Goût du chlore de Bastien Vivès (publié également chez KSTR).
    L'eau, dans sa fluidité, c'est l'infini des possibilités. Comme la vie, elle prend la forme qu'on lui donne. Finalement, cette journée de canyoning dans une nature sauvage époustouflante où chacun se trouve confronté aux éléments bruts comme à soi-même, où chacun de nos choix peut se révéler fatal, où il faut parfois se faire violence pour avancer, vaincre ses plus profondes angoisses, plonger dans les abymes de ses phobies... cette descente au gré des rapides, ce n'est rien de moins que la vie en condensé. « A partir de maintenant, sachez qu'aucun retour en arrière ne sera possible avant la fin du parcours… Avancez comme bon vous semble mais restez toujours dans le sens du courant. L'eau vive grouille de danger pour celui qui ne sait pas la lire ».
    Une aventure aussi physique que psychologique, dont les personnages ressortiront profondément transformés. L'eau aura purifié les corps et les esprits. Une renaissance ? Pour certains oui (la BD est truffée de références à la maternité et la naissance). Quant à nous, lecteurs, nous en ressortons éprouvés, oppressés, avec l'envie irrépressible de prendre une grande bouffée d'air frais. Et fascinés par l'immense talent de l'auteure qui signe-là sa toute première BD.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par jovidalens, le 11 novembre 2013

    jovidalens
    Epoustouflée, suffoquée, hors d'haleine, c'est dans cet état que j'ai refermé ce livre !
    A l'effet "kiss-cool", il faut ajouter l'effet "Spiry". Pour preuve, j'ai relu immédiatement la BD ! ...pour mieux ...me laisser porter !
    Ce n'était pas gagné parce que, d'une part, à la première page, je trouvais les couleurs trop... primaires, trop violentes, et d'autre part, je grognais contre ces-parents-inconscients-qui-emmènent-leur-progéniture-dans-des-lieux- dangereux. C'est vrai qu'en ce mois de novembre au ciel bas, pluvieux et à la lumière...mais elle est partie où la lumière ??? Déjà oubliée la splendeur de l'été ...
    Une belle journée ensoleillée, un moniteur beau et serein comme un dieu, emmène pour une sortie canyoning un jeune couple, une famille avec deux petites filles ; descente vertigineuse, sans possibilité de retour, comme la vie qui court.
    Trois histoires de vies à deux, juste effleurées.
    Pour Yann, le guideur, c'est la vie des couples "longue-distance".
    Juliette, l'héroîne de cette histoire, s'interroge sur sa relation : continuera-t-elle avec Luis ? Juliette sera toujours à la traîne du groupe, se perdra, laissée en arrière par un Luis qui ne se rend compte de rien, trop à l'aise dans sa vie, dans son rythme, rythme complètement en désaccord avec celui de sa copine.
    Et puis il y a LE couple, avec ses deux fillettes. Ils sont sereins ; leurs filles grandissent dans leur chaleur, confiantes et unies. Et c'est la petite Léna qui est le vrai soleil de cette aventure. Ce n'est pas son premier canyoning . Elle vient avec toute sa curiosité, ses peurs qu'elle maîtise avec la complicité de sa soeur, avec la main de Yann, avec ce papa qui la motive, l'attend, et cette maman capable de la retrouver et l'arracher aux tréfonds des cavernes sous-aquatiques.
    Tout ceci est le prétexte à une formidable débauche de couleurs, de talent pictural et d'inventivité.
    Si l'auteure a suivi son père dans ses tournées de prestidigitateur, elle en incubé toute la science de faire voir, et ressentir des images et des émotions, comme si elles éxistaient pour de vrai, même là ,dans le salon du lecteur.
    Inventivité du dessin, comme lorsque la super maman est représentée disproportionnée comme une géante, portant dans ses bras et sa petite fille et la jeune femme qui doit encore grandir. Le trait a l'air frustre, mais est habile à montrer les grimaces, les regards extasiés, surpris, ou inquiets, les grosses bulles d'air qui entourent le plongeur dans son immersion, même les courants chauds, ou froids qui composent ce torrent, portent et déportent le nageur.
    Beauté de la mise en page : quel vertige de descendre par une forêt si verticale, que les "descendeurs" utilisent les troncs comme les échelons d'une formidable échelle.
    Beauté des bleus, des plus sombres au plus clairs, de ce flot qui joue avec ces petits pantins d'humains, les précipitant, les receuillant comme dans une nacelle d'eau, les propulsant à l'air libre pour mieux les réemporter plus loin, puis les laisser somnoler au fil de l'eau. On hurle de froid et d'effroi, on entend le clapotis de l'eau et au loin la voix des autres, et puis il y a la plage, si calme, qui permet de faire une halte pour mieux repartir.
    Un nouvelle technique maîtrisée par une jeune auteure plus que prometteuse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique


Critiques presse (5)


  • BulledEncre , le 19 juillet 2012
    Première belle œuvre pour Audrey Spiry, qui imprime durablement la rétine du lecteur.
    Lire la critique sur le site : BulledEncre
  • BDGest , le 18 juillet 2012
    Quiconque ayant fait l’expérience d’une descente en canyoning retrouvera là intacte les sensations de cet exercice, mélange intime de danger omniprésent et d’absolue liberté. Mais par delà cet aspect aventureux, la finesse des portraits et la justesse des sentiments justifient pleinement la découverte de ce nouveau talent.
    Lire la critique sur le site : BDGest
  • ActuaBD , le 09 juillet 2012
    Premier album d’une auteure qui ne manque pas d’ambition : donner du sens au fond autant par la forme que par le scénario. […] Un point de vue féminin affirmé, notamment dans la façon de dépeindre les couples et les sentiments intérieurs.
    Lire la critique sur le site : ActuaBD
  • Telerama , le 27 juin 2012
    Quand un premier album laisse une impression aussi persistante, il est convenu de parler de révélation.
    Lire la critique sur le site : Telerama
  • BoDoi , le 18 juin 2012
    Ce premier livre d’Audrey Spiry fait preuve d’une maturité étonnante, et d’un talent impressionnant à associer textes et images afin de creuser à fond un sujet en apparence banal.
    Lire la critique sur le site : BoDoi

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par jovidalens, le 09 novembre 2013

    - Qu'est-ce que c'est sur ton visage ?
    - Quoi ? Qu'est-ce que j'ai ? Mon visage a...fondu ?!
    - On dirait une sorte de lait ! T'es descendue trop profond ? En remontant t'as transpercé un oeuf de requin ou d'un poulpe de rivière ?
    - Arrête, ça me dégoûte ! Et là ? C'est parti ?
    - Hééé !!! y a un truc qui vient de me frôler le mollet !
    - On dirait que ce truc nous tourne autour !
    - AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par zevince, le 28 juin 2012

    T'as fini de me regarder avec cet air inquiet ? Qu'est ce qu'il y a ?
    C'est juste que... Je sais pas... Ton... Ton visage me parait différent.
    Ça fait 4 heures que je suis dans le noir et barbotte dans la flotte,... alors oui...! je suis légèrement fatigué !
    N'empêche que tu as changé.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par lunch, le 26 mars 2013

    À partir de maintenant, sachez qu'aucun retour en arrière ne sera possible avant la fin du parcours...
    Avancez comme bon vous semble mais restez toujours dans le sens du courant. L'eau vive grouille de danger pour celui qui ne sait pas la lire.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par jovidalens, le 09 novembre 2013

    - Et moi j'ai trouvé la cuve de la mort.
    - Où ça ?
    - Descend par là je vais te montrer. Un conseil. Bouche-toi le nez, cette cuve sent très mauvais.
    - ça sent l'animal mort ! Peut être même que ce trou va jusqu'au centre de la terre ?
    - ça m'étonnerait !
    - si on sautait dedans ?
    - T'es folle! On en mourrait !
    - Mais Margot ?! on peut pas mourir. On est beaucoup trop jeune !
    - M'en fiche. Jamais ne sauterai dans un trou qui pue comme ça !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par lunch, le 26 mars 2013

    L'eau est tellement vive que j'ai l'impression qu'elle parle.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Audrey Spiry

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Audrey Spiry

Audrey Spiry - En silence .
À l'occasion du festival international de la Bande dessinée d'Angoulême 2013, Audrey Spiry vous présente sa bande dessinée "En silence", aux éditions KSTR. http://www.mollat.com/livres/audrey-spiry-silence-9782203032729.html Notes de Musique : "Cocek" by The Underscore Orkestra (http://theunderscoreorkestra.com)








Sur Amazon
à partir de :
14,72 € (neuf)
9,50 € (occasion)

   

Faire découvrir En silence par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz