AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070360830
Éditeur : Gallimard (1972)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 2078 notes)
Résumé :
Résumé :
Années 1930, Oklahoma. Tom Joad est libéré de prison suite à un homicide involontaire. Il retourne à la ferme familiale mais une mauvaise surprise l'attend : la ferme a été saisie par une banque et sa famille, totalement ruinée, est sur le départ. Elle s'apprête à partir en Californie, avec l'espoir de trouver un emploi et de vivre dignement.
La famille Joad, partagée entre la peine de devoir quitter "la terre de ses pères" et l'espoir d'une v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (157) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
Nastasia-B13 août 2012
  • Livres 5.00/5
Juste un mot : SUBLIME !
Une fois n'est pas coutume, je vais essayer de faire court car il n'y a pas grand chose à dire si ce n'est : « Chapeau l'artiste ! »
Imaginez : Vous vivez de la terre en pleine période de crise (dépression post 1929) dans un sale Oklahoma qui refuse d'offrir de bonnes parcelles. Vous êtes endetté auprès des banques au point de devoir quitter votre terre pour honorer vos créances (je vous conseille à ce propos, si vous ne le connaissez déjà, L'Argent Dette sur Dailymotion ou Youtube). Où allez vous ? Là où tout le monde vous dit que c'est mieux ; la Californie, l'Eldorado en quelque sorte (pour mémoire, voir L'or de Blaise Cendrars).
Ouais ! La Californie... et toutes les misères qui vont avec et que vous pouvez vous figurer (du garagiste véreux, aux super propriétaires, toujours prêts à faire travailler à l'oeil une main-d'oeuvre en souffrance).
Ce livre dépasse de loin les frontières des États américains, c'est une allégorie de l'immigration en général. Les Africains, Sud-Américains, Asiatiques qui arrivent péniblement au fond d'un container, sur un radeau ou par quelque autre moyen sommaire et dangereux en Europe ou dans n'importe quelle autre terre soi-disant "promise" doivent vivre à peu près la même chose que les Joad des années 30 aux États-unis.
La magie de Steinbeck, c'est une écriture juste, basée sur un chapitre d'ordre général directement suivi par la mise en situation pour les infortunés Joad. du zéro faute littéraire, un monument de littérature, probablement le plus grand roman du XXème siècle et il s'est même permis le luxe de laisser poindre "le vin de l'espoir" derrière "les raisins de la colère". Chapeau l'artiste ! même si ça commence à faire beaucoup de fois que je l'écris, ce ne sera jamais de trop, du moins c'est mon minuscule avis, qui se balance comme une feuille roussie désespérément accrochée au rameau dans un matin gris de novembre, autant dire, pas grand-chose.
P. S. : même si j'aime assez le film de John Ford de 1940 (donc un an seulement après la sortie du roman), c'est peu dire qu'il est très en-dessous du livre. Vu la densité et la longueur du roman, le réalisateur a choisi de se focaliser sur certains tableaux, il fait notamment l'ellipse de toute la descente aux enfers que constitue le trajet depuis l'Oklahoma jusqu'à la Californie, qui est, personnellement, ce que j'aime le mieux du livre (même s'il m'est difficile de prétendre qu'il existe des endroits que j'aime moins dans ce livre car j'aime absolument tout). Ce film vaut surtout pour l'illustration très réaliste et contextuelle qu'il procure de l'oeuvre de Steinbeck.
N.B. : ce livre est évidemment à l'origine du superbe titre de Bruce Springsteen : The Ghost Of Tom Joad.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15810
andman
andman01 avril 2016
  • Livres 5.00/5
En cette fin des années trente où les terribles effets de la Grande Dépression tardent à s'estomper, le sort du petit fermier de l'Oklahoma n'est guère enviable.
Plus encore que les périodes de sécheresse qui n'en finissent pas d'épuiser une terre déjà appauvrie par le manque de rotation des cultures, l'apparition des premiers tracteurs à chenille va porter le coup de grâce aux petits propriétaires terriens. Les récoltes insuffisantes ne leur permettent pas d'investir dans les nouvelles technologies et voilà bon nombre d'entre eux, déjà lourdement endettés, contraints de céder au grand capital leur lopin de terre poussiéreux.
Ils s'en vont, par familles entières, rejoindre les cohortes d'anciens métayers et de journaliers attirées par la riche Californie à l'arboriculture fruitière gourmande en main-d'oeuvre.
Les Joad, douze miséreux sur trois générations entassés dans un vieux camion brinquebalant, ont dû se résoudre eux aussi à tout quitter du jour au lendemain.
La fameuse route 66 de la migration vers l'ouest doit les conduire sur plusieurs milliers de milles jusqu'à la terre californienne bénie des Dieux. L'espoir de bientôt travailler, de pouvoir enfin manger à leur faim, de recouvrer un semblant de dignité, les fait avancer coûte que coûte vers cet Eldorado de la dernière chance.
Leur courage inébranlable suffira-t-il à triompher de la poisse qui trop souvent colle aux basques des plus démunis ?
Les raisins de la colère”, paru en 1939, relate une des pages les plus douloureuses de l'histoire des États-Unis.
John Steinbeck ne s'est pas contenté de décrire de façon romanesque les dérives et les conséquences du productivisme à outrance. Il a pris soin d'intercaler tout au long de l'intrigue de courts chapitres explicatifs à seule fin d'orienter la réflexion du lecteur. Pas le moins du monde rébarbatifs, ils sont écrits avec inspiration même si de tant à autre on sent poindre l'exaspération de l'auteur face aux aberrations et aux injustices les plus criantes de son époque.
Les nombreux dialogues, traduits de l'américain avec une incroyable justesse, rendent la famille Joad attachante et donnent du rythme au roman.
Le personnage de Man, qui protège tant qu'elle peut ses six enfants, est bouleversant d'abnégation et de pragmatisme. Citadelle familiale et refuge inexpugnable pour les siens, Man du tréfonds de son être sent gonfler et mûrir peu à peu “Les raisins de la colère”...
La prose de cette fresque historico-romanesque est absolument délicieuse, elle a la saveur particulière des oeuvres qui à l'évidence passent à la postérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          939
cmpf
cmpf04 juin 2015
  • Livres 5.00/5
Steinbeck a dit qu'il ne méritait pas le prix Nobel de littérature qui lui a été attribué en 1962. Dans ce cas, à mon avis, beaucoup ne l'ont sans doute pas mérité. Quand bien même il n'aurait écrit que ce chef d'oeuvre, il ferait partie des plus grands.
En tout cas ce titre est allé étoffer ma liste de livres pour une ile déserte ; celle ci changera sans doute au fil du temps mais il ne sera pas parmi les premiers à devoir céder sa place.
Dès les premières lignes, j'ai été époustouflée par la qualité de la prose de Steinbeck. J'avais lu il y a très longtemps Des souris et des hommes mais je n'ai pas souvenir qu'il m'avait autant remué. Moindre maturité sans doute.
La description de la terre, des cultures en train de mourir, le discours des agents de la banque et des propriétaires pour chasser les métayers. Comme celle des vendeurs de voitures d'occasion, des propriétaires de Californie, tout est vraiment très fort. L'évocation de toutes les difficultés auxquelles
les Okies doivent faire face, et qui n'en sont pas vraiment à leurs yeux puisque de toute façon ils ne peuvent faire autre chose qu'aller droit devant, est si réaliste, qu'on ressent la fatigue, la poussière, la volonté tendue jusqu'à la dureté.
Le drame des fermiers chassés de leurs fermes par le Dust Bowl et le rachat de leurs terres par les banques est vu à la fois à travers la famille Joad et quelques personnages qui partagent leurs destins quelques jours ou quelques semaines, mais aussi par la masse de tous les migrants, dans des chapitres où sans personnaliser les dialogues, Steinbeck fait revivre les scènes que tous ont connu face aux commerçants, aux propriétaires.
Tous ces pauvres savent ne pouvoir compter que sur eux-mêmes : « le seul genre de gouvernement qu'on ait qui s'appuie sur nous, c'est la marge de bénéfices. »
Le personnage de Man, cette femme forte, autour de laquelle la famille gravite comme les planètes autour de leur soleil, même si ce sont les hommes qui dirigent, au moins en principe, est particulièrement remarquable. Elle est avec l'un de ses fils, Tom, la charpente de la famille, les deux seuls à s'effacer toujours devant les besoins du groupe.
J'ai été à de nombreuses reprises frappée par la modernité du propos ou son intemporanéïté. C'était en Amérique du Nord dans la décennie 1930, mais cela aurait pu se passer n'importe où, n'importe quand. Quelques transpositions et le propos reste juste et d'actualité.
Une notion qui revient souvent c'est le changement que constituent pour les hommes de ne plus travailler eux-mêmes la terre, de ne plus la toucher que ce soit dans les grandes plaines où les tracteurs retournent la terre ou en Californie où les fermiers sont devenus des commerçants, qui ne la travaillent pas eux-mêmes et parfois ne la connaissent pas. Je ne connais pas le reste de l'oeuvre de Steinbeck et je ne sais pas comment cela s'articule avec d'autres opinions, mais j'ai fort envie de le savoir.
Voilà un avis que je donne très rarement, c'est peut-être même la première fois, mais si vous ne l'avez jamais lu, courez chez votre libraire ou à défaut à la bibli la plus proche. Pour ma part, je suis allée me procurer un autre Steinbeck, et ce ne sera pas le dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8917
pyrouette
pyrouette29 septembre 2012
  • Livres 5.00/5
Il y a d'abord le sentiment d'échec, la culpabilité, le regard sur ce qu'on a perdu, puis le départ. Départ vers une autre vie, une vie meilleure, la promesse d'un eldorado. On se retourne alors une derrière fois vers la terre qui nous a vus naître. le voyage interminable, les premiers morts, la faim, le froid… Mais on y croit toujours parce qu'on a vu les tracts qui promettaient un travail avec un bon salaire. Même si une petite voix nous dit que ce n'est pas normal tous ces gens qui partent dans la même direction. Chacun avec ses rêves dans la tête, tient bon. Puis l'arrivée, la descente aux enfers, la faim, le froid. Pas de maison, peu de travail et le salaire qui ne permet pas de manger à sa faim. Des morts, encore des morts. La cruelle vision des gens du nouveau pays qui ne nous acceptent pas mais qui ont besoin de nous pour le travail. L'inacceptable réalité et l'impossible retour. Alors notre mère qui a toujours tout accepté sans broncher va devenir la citadelle de la famille motivant les uns, câlinant les autres. Mais rien n'y fait, la misère est à nos portes, la désillusion, encore la mort… L'acceptation puis la colère.
Un récit bouleversant mais terriblement réaliste. Une prose sublime sur la crise de 1929 aux Etats- Unis qui me rappelle insidieusement la crise de notre monde moderne. Une chose n'a pas changée, les banques ont toujours le pouvoir ! Un roman à lire ou à relire, c'est grandiose. A prescrire à tous les intolérants de la Terre.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          880
Kassuatheth
Kassuatheth04 mai 2014
  • Livres 5.00/5
J'ai lu ce livre pour la première fois il y a 50 ans presque jour pour jour (novembre 1964), j'ai vu le film une dizaine de fois et, j'ai choisi Les raisins de la colère parmi mes livres pour une île déserte. Pourquoi? Tout simplement parce que ce roman est tellement dense que je suis persuadé de ne pas avoir encore tout découvert..
Je ne tenterai pas de vous convaincre que Les raisins de la colère est un chef d'oeuvre, presque tous ceux qui m'ont précédé l'ont fait. Je ne vous parlerai pas non plus des réalités économiques décrites. Là aussi, ceux qui m'ont précédé ont fait du bon travail. Je vais me concentrer sur deux aspects seulement du roman sachant qu'il y en a beaucoup plus. On va se partager le travail.
Le premier aspect, est cette dualité que l'auteur met en opposition entre le mépris et la méchanceté des gens bien pensant et de l'autre un groupe de personnes qui démontrent constamment leur humanisme. Cet extrait exprime très bien le mépris et. Je vais m'en contenter pour ne pas trop allonger la critique.
– Tu penses, on n'est pas piqués, nous deux. Ces sacrés Okies de malheur, ils n'ont pas un sou de jugeote, et pas un grain de sentiment. C'est pas des êtres humains ces gens-là, moi j' te le dis. Jamais un être humain ne supporterait une crasse et une misère pareilles. Ils ne valent pas beaucoup mieux que des chimpanzés…
De l'autre côté, nous voyons tous les gestes d'entraide, les partages de la dernière bouchée, le refus de donner pour ne pas humilier la personne qui est pauvre, le père qui se sacrifie pour son enfant et cet honneur auquel ils tiennent…
Le deuxième aspect, c'est l'évolution de la famille Joad. Avant l'éclatement de la famille traditionnelle, il y avait une structure précise : l'homme était le pilier de la famille et, chacun avait sa place et, même le grand père, avait encore le premier droit de parole même s'il n'était plus actif. Ils avaient aussi tout un ensemble de valeurs que chacun devait respecter.
Tout au long de la route, on voit les familles se regrouper et, sans voter quoi que ce soit, établir des règles de fonctionnement pour que tous et chacun soient respectés. La mère a pris une plus grande place mais elle le dit elle-même, ce n'est que temporaire. Même si on est encore dans le malheur, on sait que quelque chose doit et va arriver.
La fin de ce roman est sublime et illustre à merveille la valeur que l'auteur donne à ces personnes.
Cela ne fait pas partie de ma critique, mais est-ce quelqu'un sait ce qui est advenu de ces centaines de milliers de personnes. Sont-elles retournées chez elles ou se sont-elles intégrés à la population locale?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          678
Citations & extraits (328) Voir plus Ajouter une citation
zanonizanoni17 septembre 2016
-Va leur dire. Va pourrir au milieu de la rue pour leur montrer. çà sera ta façon à toi de leur parler. Sais même pas si t'étais un garçon ou une fille. Et j'veux pas le savoir. Allez, va dormir dans les rues. Comme çà, ils comprendront peut-être.
Commenter  J’apprécie          60
zanonizanoni16 septembre 2016
Et les Sociétés et les Banques travaillaient inconsciemment à leur propre perte. Les vergers regorgeaient de fruits et les routes étaient pleines d'affamés. Les granges regorgeaient de produits et les enfants des pauvres devenaient rachitiques et leur peau se couvrait de pustules. Les grandes Compagnies ne savaient pas que le fil est mince qui sépare la faim de la colère. Au lieu d'augmenter les salaires, elles employaient l'argent à faire l'acquisition de grenades à gaz, de revolvers, à embaucher des surveillants et des marchands, à faire établir des listes noires, à entraîner leurs troupes improvisées. Sur les grand-routes, les gens erraient comme des fourmis à la recherche de travail, de pain. Et la colère fermentait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zanonizanoni15 septembre 2016
Alors que les Californiens avaient envie d'une foule de choses -richesses accumulées, succès mondains, plaisirs, luxe et sécurité bancaire- les émigrants, nouveaux barbares, ne désiraient que deux choses : de la terre et de la nourriture; et pour eux les deux choses n'en faisaient qu'une. Et si les souhaits des Californiens étaient confus et nébuleux, ceux des Okies étaient concrets, immédiatement réalisables. L'objet de leurs convoitises s'étalait tout au long de la route, là, sous leurs yeux, à portée de la main: des champs fertiles avec de l'eau pas loin; de la belle terre grasse qu'on émiette entre ses doigts pour l'expertiser, l'herbe odorante et les brins d'avoine que l'on mâchonne jusqu'à ce que l'on sente dans sa gorge cette saveur pénétrante, légèrement sucrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
zanonizanoni16 septembre 2016
-Drôle de pays...Ils vous répondent qu'il n'y a point de travail avant même qu'on leur en ait demandé. (...)
-Peut-êt' qu'on pourrait quand même entrer leur demander s'ils savent où il y a du travail. On peut toujours voir. (...)
-Eh m'sieur ! savez pas où qu'on pourrait trouver de l'embauche?
Commenter  J’apprécie          50
zanonizanoni16 septembre 2016
-La prison, c'est un drôle d'endroit, fit-il. Tel que tu me vois, j'ai toujours couru après la solitude, j'allais dans le désert, comme Jésus, chercher quelque chose. Bien failli le trouver, d'ailleurs. Mais c'est en prison que je l'ai trouvé pour de bon.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de John Steinbeck (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Steinbeck
Extrait (en VOST) : Les raisins de la colère de John Ford (1947) tiré de l’œuvre de John Steinbeck
autres livres classés : grande dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Des souris et des hommes

En quelle année est paru ce roman de John Steinbeck ?

1935
1936
1937

10 questions
441 lecteurs ont répondu
Thème : Des souris et des hommes de John SteinbeckCréer un quiz sur ce livre
. .