Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Guy Abadia (Traducteur)

ISBN : 2253072214
Éditeur : Le Livre de Poche


Note moyenne : 4.31/5 (sur 74 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Hiro Protagoniste est le plus grand sabreur du monde, dans l'univers réel et dans le Métavers virtuel. Il livre aussi des pizzas pour le compte de la branche commerciale de la Mafia. Y.T., 15 ans, blonde, plutôt du genre dégourdi, voire redoutable, transporte sur sa pla... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par finitysend, le 26 novembre 2014

    finitysend
    Un récit bien rédigé .. bien construis .. idéal pour découvrir le cyberpunk.
    Avec de grandes qualités de style pour ce qui est de la caractérisation , des dialogues et soliloques intérieurs fréquents qui sont de qualité , et de même pour ce qui est globalement de la matérialisation du contexte et du rythme dans la trame trame narrative .
    C'est le roman idéal pour découvrir le cyberpunk à mon humble avis car presque toutes les thématiques de ce sous-genre de la SF y sont réunies .
    On y trouve la dilution des pouvoirs politiques , la puissance des hyper-entreprises et autres trusts tout puissants et quasi souverains , la réalité virtuelle , les tensions sociales et les drames variés vécus par une main d'œuvre réduite à des rapports de force terribles ( quasiment dramatiques ) avec les employeurs . Une main d’œuvre livrée à une précarité sociale de chaque instant malgré les bénéfices certains d’un monde hyper technologique . On y retrouve aussi le libéralisme économique quasi anarchique , sauvage , violent et autorégulé avec , les enclaves privées quasi indépendantes et souveraines , avec les franchises .
    Bref ... de la matière ... surtout quand c'est écrit avec brio et talent comme dans ce roman .
    Du rythme donc ...
    Le personnage principal est un livreur de pizza qui risque sa vie si il débarque en retard pour ses livraisons ( questions de vie ou de mort ) ou simplement si il tombe mal .
    Le roman baigne dans une atmosphère en partie « onirique » du fait des drogues aux effets réels dans le monde réel et également dans le monde virtuel qui n’est pas moins réel que la réalité d’ailleurs .
    Cette drogue est commercialisée par des dealers pas commodes du tout .
    Un texte relativement bref mais Intense , très détaillé pour ce qui des aspects informatiques et pour la prospective autour de la réalité virtuelle , qui devient dans cet univers un environnement alternatif absolument palpable pour les personnages .
    Tout cela sur fond de chaos personnel et social pour les personnages …. le tout en courant vite …
    J'ai eu un peu de mal avec certains aspect " sumériens " de l'intrigue , une énigme dans le fil du récit …
    Sinon je trouve que bouquin conserve malgré le temps qui passe tonus et validité et même une incontestable pertinence pour ce qui est de certaines extrapolations .
    Surtout que le vocabulaire reste très actuel et que le texte ne vieillit pas à mon humble avis .
    Un monde dangereux donc où il vaut mieux avoir la pèche et être malin , et avoir un goût certain pour l'action et l'activité physique , et surtout pour le lecteur : posséder une endurance certaine pour les concepts informatiques expliqués en long , en large et en travers.
    …………………………………………………………………………………….
    Pour info : le texte intitulé : Le samouraï virtuel au livre poche est le même roman que Snow crash chez Braguelonne ...
    …………………………………………………………………………………….
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 44         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ChtiSuisse, le 12 novembre 2013

    ChtiSuisse
    Un livre palpitant ayant pour thème central le hacking dans un univers cyberpunk teinté de racines linguistiques anciennes.
    569 pages en poche c'est pour moi la bonne longueur pour tel roman.
    Au menu :
    Des hackers :
    C'est vraiment le thème central du roman.
    Sujet très bien traité même si parfois un peu exagéré.
    Un peu trop d'aspects sont vus par ce prisme.
    Une société différente :
    Cela se passe aux États-Unis et l'état fédéral a reculé dans tous les domaines.
    le territoire est principalement aux mains de firme et franchises privées.
    Vous pouvez acquérir leur "nationalité".
    En fait, tous les aspects de la vie sont privatisés à l'extrême.
    Les emplois sont tributaires de firmes puissantes. Elles ont droit de vie sur leurs employés pour les plus mafieuses.
    Il y a bien sûr des religions perverties (pléonasme).
    La sécurité prend des moyens bien extrêmes. Les "vigiles" sont bien plus musclés et armés.
    Les groupes illégaux (en fin s'il y avait des lois) sont puissants.
    C'est un monde cependant cohérent, mais qui demande de s'y plonger !
    le multivers :
    Un univers virtuel total accessible depuis presque partout.
    Des scènes d'actions :
    poursuites, traques, retournements de situation, combats réels et virtuels
    Des apports anciens :
    Au milieu de toute cette vitesse, une partie du livre relate les apports profonds et anciens de langues et de cultes oubliés.
    Certains pourraient être clairement rebutés par ces passages d'un rythme très différents.
    Je l'ai beaucoup apprécié : ils m'ont beaucoup appris sur d'anciennes langues.
    Il est. hélas, impossible de différencier ce qui tient de la recherche de ce qui tient de la fiction.
    Mais l'idée que notre langage puisse receler des moyens propres de hacking et de viralité est fascinant (même si l'auteur est parfois excessif).
    Quelques faiblesses à signaler :
    Il m'a été difficile de croire au début du roman. Hiro a pour métier celui de livreur de pizza extrême. Un peu dur à avaler. Accrochez-vous et vous une fois qu'Hiro retrouvera ses vraies qualifications le récit deviendra passionnant !

    Lien : http://travels-notes.blogspot.com/2013/11/le-samourai-virtuel-snow-c..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par jsgandalf, le 13 mai 2012

    jsgandalf
    Le « Samouraï virtuel » aussi sorti sous le titre non traduit de « Snow crash » est un roman de cyberpunk une branche de la science-fiction donnant une place prépondérant au cybermonde. le protagoniste principale, héros du métaver et anti-héros de l'univers réel vie dans des état unis qui ont explosé en une multitude de franchises commerciales ou religieuses, voire en micro états aux nom tous plus farfelue que les uns. L'histoire est bien mené mais malgré des personnages haut en couleurs et de nombreux rebondissements, il y a des passages trop long et des théories un peu ambitieuses à expliquer. Je reste cependant un grand fan d'auteur capable d'inventer de tels univers.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mercure, le 23 juin 2010

    mercure
    Oyez gentes virtualités, voici LE livre originel qui crée le concept littéraire d'avatar et de monde virtuel.
    Si ça démarre comme un film de Tarentino, ne vous laissez pas abuser par le côté kitsch : au-dessous, Hito le Samouraï aux deux sabres sait tout des mondes virtuels qu'il contribue à créer et développer..
    Le scénario connaît quelques faiblesses ( voire des longueurs) mais la vie dans le métavers captive par sa richesse de situations et son foisonnement d'inventions.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par JiohnGuilliann, le 10 décembre 2011

    JiohnGuilliann
    La lecture du Samouraï Virtuel est rafraîchissante. Tout est bon dans ce livre : le rythme (ça déroute toujours au début un roman écrit au présent), le monde, l'intrigue, l'évolution de cette intrigue et les personnages. Il n'y a que la traduction du titre en français qui pêche... Snowcrash, ça a quand même plus d'allure et colle plus au thème.
    C'est un livre dynamique et plein d'inventivité que je recommande chaudement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par finitysend, le 16 septembre 2012

    Au moment où Hiro touche l'hypercarte , elle se transforme . Au lieu d'une vue de l'esprit tremblotante en deux dimentions , elle devient un bout de carton réaliste , couleur crème , finement texturé . Au recto , imprimé en lettres moins noires brillantes , il y a ces deux mots :
    Babel
    ( apocalypse )
    Le monde se fige et s'assombrit l'espace d'une seconde . Le soleil noir perd son animation régulière et fluctue par à-coups dans le flou . De toute évidence son ordinateur , vient d'encaisser un choc .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par mercure, le 27 mai 2010

    Même "bibliothèque" est une notion brumeuse. C'était, dans le temps, une endroit rempli de livres, surtout des vieux bouquins poussiéreux. Puis on a ajouté les bandes, les disques et les magazines. Ensuite, il y a eu toutes les informations converties sous une forme accessible aux machines, c'est-à-dire des zéros et des uns. Au fur et à mesure que le nombre des médias augmentait, les matériaux se sont mis au goût du jour et les méthodes d'exploration des données sont devenus plus élaborées. Au bout d'un moment, il n'y a plus eu de différence entre la Bibliothèque du Congrès et la CIA.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par ChtiSuisse, le 10 novembre 2013

    — Mon pauvre Hiro, tu es vraiment couillon. C’est une femme, et tu es un crétin. Tu n’es pas censé la comprendre. Ce n’est pas ça qu’elle cherche.
    [...]
    — Elle ne veut pas que tu la comprennes. Elle sait que c’est impossible. Elle veut juste que tu te comprennes toi-même. Tout le reste est négociable.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par ChtiSuisse, le 07 novembre 2013

    Ce Snow Crash, au juste, c’est un virus, une drogue ou une religion ?
    Elle hausse les épaules.
    — Quelle différence ? demande-t-elle.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par ChtiSuisse, le 07 novembre 2013

    Dans le temps, on descendait au café du coin prendre un sandwich avec un petit noir et on se sentait chez soi. Ça marchait surtout si on ne quittait jamais son patelin natal. Mais dès qu’on déménageait dans la ville voisine, on devenait le point de mire de tout le monde quand on passait la porte, et l’assiette garnie spéciale n’avait plus le même contenu ni la même saveur. Pour peu qu’on se déplace deux ou trois fois dans sa vie, on finissait par ne plus se sentir nulle part chez soi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Neal Stephenson

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Neal Stephenson

Neal Stephenson au National Book Festival de 2011 (en anglais)








Sur Amazon
à partir de :
20,93 € (neuf)
17,40 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Samouraï virtuel par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (174)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz