Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Paul Chemla (Traducteur)

ISBN : 2742795049
Éditeur : Actes Sud (2011)


Note moyenne : 3.75/5 (sur 20 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

La crise mondiale, Joseph E Stiglitz, prix Nobel d'économie, l'avait annoncée. Aujourd'hui il démontre qu'elle est au système néolibéral ce que la chute du mur de Berlin, en 1989, fut à l'économie soviétique. Il ne... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par gigi55, le 28 janvier 2011

    gigi55
    En quelques 500 pages Joseph Stiglitz propose un tour de la question de la crise que nous traversons et qui est née en 2008 aux USA à partir de la crise de subrpimes.
    Si elle part d'une crise massive des crédits hypothécaires (en 2008 30 % des crédits hypothécaires étaient susceptible de n'être pas remboursés et d'entrainer la saisie des habitations fiancées) cette crise révèle aussi une difficulté plus profonde du capitalisme américain à trouver un nouveau souffle après effondrement du mur de Berlin et la diminution de la production industrielle transférée largement dans les pays émergents - surtout la chine.
    Et au-delà c'est une véritable crise morale et politique que nous devons affronter.
    Saurons-nous retrouver la voie d'une économie visant le dé&développement du bien-être du plus grand nombre ? Selon Joseph Stiglitz, ce pari est loin d'être gagné.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

  • Par jeanparapluie, le 12 avril 2013

    jeanparapluie
    En soi, il est plutôt réconfortant de voir un prix Nobel (2001) se mettre à critiquer la "science" économique, et en découvrir les aspects idéologiques. C'est aussi très inquiétant de voir qu'un esprit jugé par tous comme brillant et éclairé, découvre à 69 ans, que l'homme n'est pas toujours "rationnel", ni toujours égoïste, que les marchés ne sont pas parfaits, que l'information y est inégalement répartie, que la théorie des jeux est une abstraction mathématique qui ne s'applique pas directement aux situations concrètes réelles, et tenir des raisonnements qu'un enfant de sixième hésiterait à soutenir de peur de passer pour un imbécile ! Mieux vaut tard que jamais, certainement. Critiquer les fondements de l'économie classique, c'est bien, mais j'aurais attendu d'un homme d'une telle réputation une vision un peu plus profonde et moins naïve.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par jeanparapluie, le 12 avril 2013

    jeanparapluie
    En soi, il est plutôt réconfortant de voir un prix Nobel (2001) se mettre à critiquer la "science" économique, et en découvrir les aspects idéologiques. C'est aussi très inquiétant de voir qu'un esprit jugé par tous comme brillant et éclairé, découvre à 69 ans, que l'homme n'est pas toujours "rationnel", ni toujours égoïste, que les marchés ne sont pas parfaits, que l'information y est inégalement répartie, que la théorie des jeux est une abstraction mathématique qui ne s'applique pas directement aux situations concrètes réelles, et tenir des raisonnements qu'un enfant de sixième hésiterait à soutenir de peur de passer pour un imbécile ! Mieux vaut tard que jamais, certainement. Critiquer les fondements de l'économie classique, c'est bien, mais j'aurais attendu d'un homme d'une telle réputation une vision un peu plus profonde et moins naïve.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par gilles3822, le 07 mars 2010

    gilles3822
    Ouvrage un peu technique qui se veut pédagogique. Je suis effaré par ce que je lis sur l'état d'esprit qui règne dans la finance US. Nos banquiers sont des anges à côté de ces prédateurs. J'en suis à la moitié de ma lecture, j'en sais dé jà assez pour ne plus écouter les rubriques économie de la même oreille. L'expression "marché financier" perd toute connotation conceptuelle pour prendre forme humaine. Si vous cherchez des exemples de parfait salaud, ne cherchez plus. J'en reparlerai dans une prochaine rubrique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Chouchane, le 10 août 2010

    Chouchane
    Cela remet les points sur I concernant l'origine de la crise financière. Néanmoins,avec tout ce qu'on a déjà lu dans la presse c 'est presque une redite plus cultivée et sortie tout droit du cerveau d'un prix Nobel.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (1)

Video de Joseph E. Stiglitz

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Joseph E. Stiglitz

Joseph E. Stiglitz, Prix Nobel d'économie 2001 et lauréat du Prix Mutations 2007 de l'Institut Manpower pour l'Emploi, souligne la dissymétrie de la régulation des marchés effective au niveau des États et inexistante à l'échelle internationale.








Sur Amazon
à partir de :
10,17 € (neuf)
7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le triomphe de la cupidité par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (47)

> voir plus

Quiz

    Le monde est à nous, de Laurent Edel (niveau : difficile)

    A sa sortie de Sciences Po, Laurent Edel part travailler au Vietnam puis dans la Sillicon Valley. A son retour en France, il crée "Republic Alley", un incubateur de start-up internet, qu’il vend en 2002. Il entreprend ensuite, en famille, un tour du monde puis il coécrit en 2004 avec son épouse, Chine Lanzmann, "Le monde est à nous" (Editions JC Lattès). Actuellement coach en business et entrepreneur, Laurent Edel souhaite offrir une aide aux personnes qui cherchent à créer une entreprise sur la base d'une idée innovante : quel est le nom de la société qu’il a créée à cet effet ?

    •   “Good Futur”
    •   “Food Future”
    •   “Foudre Future”

    7 questions - 5 lecteurs ont répondu
    Thème : monde du travail , monde , économie , finance , société , business

    Créer un quiz sur ce livre.