AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 202108468X
Éditeur : Editions du Seuil (2012)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Slima est une putain marocaine. Son fils Jallal l’aide à attraper les hommes, les clients, les soldats
d’une base militaire. Il parle à sa place, se bat pour elle. Tous deux résistent à la misère et aux
humiliations. Ils savent manipuler les hommes, tirer d’eux de quoi survivre. Ils se sont inventé une
religion où cohabitent l’Islam, la sorcellerie, et des rêves nés des chansons populaires et des films.
Marilyn Monroe est devenue pour eux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
isabelleisapure
isabelleisapure02 août 2013
  • Livres 4.00/5
Les tribulations d'une Marocaine et de son fils.
Elle se prostitue, son fils baignant dans cette atmosphère se fait pourvoyeur de « clients ».
L'un d'entre eux, militaire déserteur, bouleversera involontairement leur vie en disparaissant.
Elle qui en chemin découvre la foi et la paix, lui en rencontrant un jeune garçon qui le trouble sentimentalement au point de l'entrainer vers le gouffre.
Un parcours dramatique, violent et sinueux mêlant la prostitution, l'amour, l'homosexualité, la foi en l'islam pour s'achever dans un imaginaire fantasmatique de l'au-delà…
Un livre parfois dérangeant servi par la plume percutante et éblouissante d'Abdallah Taïa.
Commenter  J’apprécie          100
Sharon
Sharon01 janvier 2016
  • Livres 3.00/5
Je ne connaissais pas du tout l'oeuvre d'Abdellah Taïa, jeune auteur marocain, avant de lire Infidèles. Dans ce roman divisé en quatre parties, des voix s'élèvent, et j'ai eu l'impression que personne ne les écoute, personne ne les entend, pas même ceux à qui ils s'adressent. Ainsi, Slima ne réagit pas aux paroles pleines d'amour de son fils, qui tente de la faire réagir. Chaque personnage semble muré dans sa solitude - solitude à deux pour Jallah et sa mère - et ne jamais parvenir à s'en sortir.
Le mot n'est jamais prononcé, pourtant la fatalité domine. Chaque lueur d'espoir est très vite étouffée, quand elle ne plonge pas les personnages dans une douleur plus grande encore. Slima, enfant abandonnée, a été recueillie - sa mère adoptive en a fait très rapidement sa domestique, puis l'a vouée à la prostitution, lui ôtant ainsi tout avenir. Un soldat, parmi les nombreux clients de Slima, avait apporté un peu de réconfort à la mère et au fils, il sera la cause involontaire de l'emprisonnement de Slima. Même l'amour n'apporte rien de véritablement bon, parce que les êtres aimants semblent ne pas réellement regarder la personne qu'ils disent aimer.
Les phrases sont courtes, simples, rythmées, scandées comme des cris de douleur et de rage parfois. Les mots sont crues, aussi, et m'ont mis mal à l'aise, notamment en ce qui concerne Slima et son fils, et ce que celui-ci a très certainement subi de la part des clients de sa mère. Il est question aussi de la violence - officielle - du sort des femmes - lire le dialogue entre le coiffeur du Caire et Slima - de la religion, de l'extrémisme. Et de Marilyn Monroe aussi, trait d'union entre la mère et le fils, consolation pour les malheureux.
Infidèles est un roman désespéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bazart
Bazart08 septembre 2012
  • Livres 3.00/5
Abdellah Taïa a publié trois romans au Seuil qui sont traduits ou en cours de traduction en Espagne, Hollande, Italie, Suède, Roumanie et aux États-Unis. Il a également dirigé la publication de Lettres à un jeune Marocain (Seuil, 2009). Par ces livres et par ses prises de position publiques, à visage découvert pour défendre l'homosexualité et la liberté des personnes dans son pays, il est devenu une sorte d'icône au Maroc et dans les pays musulmans, violemment attaqué par les islamistes et encensé par les jeunes et les moderniste.
Récit à plusieurs voix écrit dans un style télégraphique qui ne manque pas de poésie, l'histoire est rythmée par les nombreuses ruptures temporelles et les rencontres des deux antihéros.
uN joli roman qui nous fait découvrir la jeune vague de la littérature marocaine.
Commenter  J’apprécie          70
pilyen
pilyen01 octobre 2012
  • Livres 4.00/5
Nous faisons la connaissance de Slima, prostituée marocaine, dont la mère sur son lit de mort, lui livre les secrets de son métier : introductrice. Cela consiste, lors de la nuit de noces, à accompagner les jeunes mariés stressés à s'unir comme la nature l'a pensé. L'introductrice excite le mari, cajole et au besoin force un peu l'épouse, introduit le membre de l'homme dans la bonne cavité et, si besoin, trouve du sang pour étaler sur les draps. Si j'ai bien suivi, Slima ne sera que prostituée, les bons vieux métiers semblent se perdre inexorablement...
Slima aura un fils, Jallal, qui sera bercé toute son enfance par les bruits de l'amour provenant de la chambre de sa mère et par la vision enchanteresque de Marilyn Monroe dans "Rivière sans retour". Ce fils, après la mort de sa mère totalement confite de religion, se retrouvera auprès d'un jeune terroriste islamiste.
En quelques longs chapitres, nous suivons leurs destinées, pour le moins atypiques. Cette prostituée est très croyante mais veut vivre un Islam réinterprété selon ses goûts. La croyance est dans son âme mais en aucun cas sclérosante ou fermée. Jallal ne pense pas trop à la religion. Orphelin désorienté, il rencontrera un être aux apparences douces qui se révélera être un terroriste islamiste.
Alors, finalement, bonne ou mauvaise pioche ce roman ?
Malgré un manque d'unité stylistique (ça commence comme du Christine Angot, avec des phrases courtes, très courtes, pour terminer de manière plus fluide ou classique) et cette idée, par forcément mauvaise, de changer de narrateur à chaque chapitre, mais obligeant le lecteur à s'interroger sur l'identité de la personne qui parle, au lieu de se laisser prendre par le texte, je ne regrette nullement cette lecture.
Roman un tantinet transgressif, ce qui n'est pas pour me déplaire, tout en restant empreint de religiosité, je crois avoir perçu dans le propos d'Abdellah Taïa une proposition d'idées nouvelles à tous les manifestants des révolutions arabes. Ce roman est une bulle de liberté lancée au dessus du monde musulman dans l'espoir que cet automne islamique se transforme en réel printemps arabe.
Un peu plus sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissSugarTown
MissSugarTown13 septembre 2013
  • Livres 2.00/5
Voici un livre que j'ai failli abandonner, même à quelques pages de la fin. Je crois que j'ai dû sauter certains passages ou les dernières pages... Bref !
Je suis restée mitigée tout au long de ma lecture, certains passages m'ont beaucoup plu, au point de les trouver extrêmement intelligents, alors que d'autres sonnaient trop creux... deux sentiments extrêmes qui ne m'ont presque pas quittée tout au long de ma lecture.
J'ai finalement pensé qu'Abdellah Taia avait du potentiel mais qui n'est pas encore totalement au point... par manque de maturité parfois. J'avais parfois l'impression d'avoir affaire à un adolescent rebelle, certaines provocations mal placées... entre autres.
J'ai trouvé ses pensées souvent inachevées, manquant cruellement de profondeur, non abouties... et c'est ce qui m'a dérangé et manqué le plus en lisant ce roman. J'avais l'impression qu'on tenait à chaque fois le début d'une idée intéressante, mais il n'allait jamais jusqu'au bout, du moins pas assez loin pour moi.
Pour l'histoire du roman, il s'agit de celle de Slima et de son fils Jallal. Slima est une prostituée.
Les sujets abordés dans ce roman sont : la prostitution, le sexe, la religion, l'Amour, la spiritualité, le terrorisme, un peu de politique aussi...
Ce n'est pas une lecture que je recommanderai spécialement parce que je me suis quand même beaucoup ennuyée. J'aurai au moins découvert la plume de cet auteur dont j'entends parler depuis un bout de temps !
Lien : http://laculturehajarienne.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde03 septembre 2016
Et il a fait cette proposition :
« Tu veux qu'on monte sur la lune ? Tu veux ? On la coupera en deux. Une moitié pour toi, une moitié pour moi. »
J'ai compris qu'il m'initiait à sa langue intérieure, à sa façon d'utiliser les mots, de les attacher les uns aux autres, de les réinventer, de les prononcer avec un souffle nouveau.
Commenter  J’apprécie          50
BazartBazart08 septembre 2012
Cette nuit-là, pendant que River of No Retern passait sur notre télévision, ma mère n’a pas arrêté une seule seconde de pleurer.
Je comprenais cette identification. Il n’y a pas que le sang qui lie les êtres. Les âmes se rencontrent, se reconnaissent et se parlent même quand les mers, les océans les séparent. Elles dépassent ces barrières insignifiantes. Elles marchent sur les eaux. Volent au ciel. Discutent avec les prophètes. Récitent soudain, sans jamais les avoir appris auparavant, des poèmes sacrés, soufis, écrits il y a des siècles et des siècles. Psalmodient le Coran, la Bible et Les Mille et Une Nuits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart04 septembre 2012
Nous voyons. Nous acceptons la mort. Nous y allons.
Nous apprenons l'Histoire depuis le premier éclat : elle défile, limpide, devant nous. Devant Slima. Devant moi. Slima ne parlait presque plus.
Elle s'éloignait mais jamais elle ne lâchait ma main. Nous dormions ensemble, dans une toute petite pièce. Elle dans mon creux. Moi dans son creux. Frère et soeur. Musulmans. Plus que cela. Bien plus. Et même le contraire de cela. "

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stellaccilestellaccile02 décembre 2012
le monde ne comprend pas la terre. On ne sait plus être vrai. Tu ne dois jamais te livrer complètement aux autres, mon fils, même à ceux qui t'aiment.Résiste. Résiste.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Abdellah Taïa (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abdellah Taïa
Abdellah Taïa est l'invité de François Busnel dans l'émission La Grande Librairie du 29 janvier 2015, à propos de son roman "Un Pays pour mourir" (Seuil).
autres livres classés : littérature marocaineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
189 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre