AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Victoria-Tom (Traducteur)Alexandre Tisserand (Adaptateur)
ISBN : 2847893059
Éditeur : Akata (2003)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 236 notes)
Résumé :
Impatients, Tohru et ses amis se réjouissent par avance des vacances d’été et du voyage scolaire de l’automne. La discussion va bon train, quand ils apprennent que Hotsuharu a perdu la tête, et qu’il est en train de saccager toute sa salle de classe. Il est encore plus « black » que d’habitude ! Uki et Kyô réussiront-ils à le calmer ? De plus, ils vont voir apparaître Ristsu, l’enfant unique de l’étrange gérante de la station thermale où ils ont tous passé un week-e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
florencem
florencem16 juillet 2012
  • Livres 4.00/5
J'ai trouvé ce tome beaucoup moins intéressant que les précédents. Il faut dire que Ristu, le membre des douze que l'on rencontre dans ce tome huit n'est pas vraiment un personnage que j'affectionne, et sa découverte prend les trois quart de ce tome... Il est vrai qu'il est assez drôle de le voir perdre le contrôle mais ces monologues très longs et sans queue ni tête m'ennuient énormément. J'ai zappé la plupart de ses dialogues, c'est pour dire. Je ne lui trouve pas réellement d'intérêt. Même si il permet à Tohru de nous expliquer ce qu'elle ressent, il cause beaucoup plus de soucis qu'il n'apporte quelque chose. Il fait partie de cette catégorie de personnages que j'appelle des "bouches trous". Donc clairement, je ne suis pas du tout pressée de le revoir.
(Attention spoilers possibles)
L'atout majeur de ce tome, car oui, il y a quand même quelque chose de positif dans ce tome, c'est la relation entre Hatsuharu et Rinne. Natsuki Takaya ne fait qu'effleurer cette relation, mais en même temps, elle apporte beaucoup de mystère entre ces deux personnages et on espère de tout coeur, qu'on en apprendra un peu plus dans les prochains tomes. Je ne le cache pas, mais le couple Haru/Rin est l'un de mes préférés. Je ne suis pas trop friande des couples "dramatiques", mais il y a quelque chose de spécial entre ces deux-là. On le voit tout de suite dans ce tome. du part parce que Haru semble tenir énormément à Rin au point de se transformer en Black Haru, tellement celle-ci lui manque. Rin est à l'hôpital (à cause d'Akito ? Cela ne m'étonnerait pas du tout vu la violence dont fait preuve le chef de famille), et elle quitte Haru de façon assez brutale. de ce que l'on connaît des relations entre les membres des Douze, il se pourrait que Rin est quittée Haru pour le protéger (on a déjà vu le cas entre Kisa et Hiro ou Hatori et Kana). Mais le plus important, c'est la détermination dont à l'air de faire preuve Rin. Elle veut quelque chose et semble prête à tout pour l'obtenir. Est-ce lever la malédiction ? Se débarrasser de l'influence d'Akito ? On ne sait pas encore, mais on peut s'attendre à de "l'action" venant de la jeune femme.
Dans un tout autre registre, je trouve aussi mignon de voir Hiro rendre visite à Rin. La jeune femme semble beaucoup plus vieille que lui, mais il semblerait que ces deux-là soient assez proches. Il faut dire qu'ils ont tous les deux des histoires d'amour contrariés à cause d'Akito. En parlant du chef de famille, d'ailleurs... je trouve malsain que personne ne décide de faire quelque chose. Je sais qu'au Japon le chef de famille est très respecté et que l'on ne discute pas ses décisions, mais franchement... Pas un seul des Douze ne semble avoir été épargnés par la violence d'Akito que ce soit physique ou psychologique... L'emprise qu'il a sur les Douze est malsaine, terrifiante même... Et du coup, j'ai peur pour Tohru car elle change les choses petit à petit et qu'adviendra-t-il quand Akito prendra conscience de ces changements ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Koneko-Chan
Koneko-Chan17 août 2014
  • Livres 5.00/5
Ce tome 8 m'a bien fait rire ! Shigure et Ayame m'ont bien fait rire.
Par contre, ce n'est pas le cas du nouveau personnage que l'on découvre : Ritsu. Je n'ai jamais vraiment apprécié ce personnage, qui est vraiment extrême. Et encore, il est plus supportable que dans l'anime car on peut passer rapidement sur ses longs dialogues d'excuses. Ritsu est possédé par l'esprit du singe et s'excuse en permanence. Il se sent inférieur aux autres et a peur de faire honte à ses parents. Heureusement, Tohru sera là pour lui dire les mots qu'il veut entendre. Il a beau être chiant, j'aime beaucoup ses altercations avec Shigure ("Et voilà, justice est faîte" m'avait valu un gros fou rire quand j'ai vu l'anime). On voit toute l'étendue du sadisme de Shigure dans ce tome ^^ J'aime vraiment beaucoup son personnage, et la relation qu'il a avec Hatori et Ayame. On revoit ces deux là d'ailleurs. Ayame vient rendre visite à Yuki pour lui proposer de venir à la rencontre parents-prof. Ayame apporte toujours une bonne dose d'humour au manga (j'ai éclaté de rire devant son strap "yuki", un strap avec un petit rat xD Dire que je n'avais jamais vraiment fait attention à ce détails malgré mes nombreuses relectures !).
L'orientation est d'ailleurs un des points abordés dans ce tome. La malédiction des Soma semble se répercuter sur leur avenir, surtout en ce qui concerne le chat (et encore, si vous saviez ce qu'ils veulent lui faire... Mon pauvre Kyô :'(). Mais Tohru aussi semble angoissée, et ça, Kyô l'a bien compris. On comprend dans ce tome que les sentiments de notre chat préféré ont bien évolués depuis le début de la série. Même Yuki semble l'avoir remarqué ^^
On va également évoquer deux autres Soma dans ce tome, dont l'une sera présente à la toute fin : Rin, à qui Hiro va rendre visite. J'ai toujours apprécié leur relation, je trouve que Hiro est différent, plus mature, lorsqu'il est avec Rin. On comprend dans ces moments là qu'il n'est pas qu'un sale gamin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ptitelily01
ptitelily0119 juin 2016
  • Livres 5.00/5
Nous rencontrons le singe, qui est un personnage assez atypique et qui s'excuse en permanence. Mais qui cherche aussi sa place dans ce monde en ayant comme exemple un cas assez extrême au sien. Une fois de plus la magie de Tohru va opérer. Il y a un passage que j'aime particulièrement et qui va énormément aider ce nouveau personnage :
Je pense qu'en réalité, personne ne vient au monde avec une image précise de sa propre raison d'être. Chacun de nous doit trouver cette raison, en avançant dans la vie et en affrontant les difficultés avec persévérance. La raison pour laquelle nous sommes nés, celle pour laquelle nous pouvons continuer d'exister. Notre « raison d'être », c'est comme si nous la décidions nous-mêmes. Parfois, elle peut être dans un rêve que nous cherchons à réaliser, ou dans notre travail, ou chez quelqu'un d'autre, qui nous est cher. Cette « raison d'être », que nous trouvons nous-même peut sembler incertaine, voir ambiguë. Nous pouvons aussi la perdre, parfois. Personnellement, tant que je serais en vie, je veux toujours avoir une raison de vivre. Quelle qu'elle soit. Tout le monde recherche ça et si j'ai le choix, si je peux choisir ma « raison d'être », je voudrais qu'elle se trouve « à l'intérieur » de quelqu'un.
Je n'ai mis qu'une partie du passage, mais qui finalement touche beaucoup de monde et pas seulement le personnage à qui Tohru le dit. Ce personnage va apporter beaucoup d'action et d'agitation. Shiguré me fait une fois de plus bien rire par son comportement. On passe sur des moments tristes et assez sombres pour rire de plus belle plus loin. J'aime beaucoup cette façon de faire, cela allège beaucoup l'histoire. Nous voyons aussi le côté violent de Hatsuharu, qui est le boeuf avec une double personnalité, mais ce passage nous permet de voir les liens qui les unissent quoi qu'il arrive. Nous avons un léger passage sur l'avenir et leur orientation, qui me rend assez triste vu que si c'est la fin, Tohru va partir de ce foyer qu'elle a créé. La fin est assez intrigante, un personnage apparaît et je dois vous l'avouer, j'ai un gros trou de mémoire en ce qui la concerne. Et en même temps, elle me fait assez froid dans le dos pour le moment, mais j'ai hâte de voir ce que cela va donner.

En conclusion, je suis toujours aussi enchantée par ce manga. Et plus j'avance dans l'histoire et plus je suis attachée aux personnages, cela m'attriste déjà de me dire que je m'approche de plus en plus de la fin. Nous avons un tome vraiment mouvementé, mais dès que nous avons Shiguré et Ayamé ensemble cela devient vite une cacophonie, à se demander s'ils ont finir de grandir. Un manga toujours assez sombre par moments, mais qui vous fait énormément sourire. J'ai hâte de voir ce que la fin va nous dévoiler dans le tome suivant.

Lien : http://plaisirdelire01.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ValentineF
ValentineF20 septembre 2013
  • Livres 5.00/5
Ristu, le singe, est un personnage charmant, sensible, manquant cruellement de confiance en soi. Cela donne au choix : l'envie de tuer ce personnage ou de le dorlotter.
Ce volume repart en grande partie sur la comédie avec Ritsu et sa mère. On sent tout de même le drame d'une situation entre Hatsuharu et Rin, même si le sujet n'est que survolé.
Comme le tome précédent, ce tome s'éloigne de l'intrigue principale pour présenter les maudits et les relations difficiles qu'ils entretiennent avec leur famille.
C'est intéressant au niveau "psychologie des personnages", et on se pose la question de notre propre réaction (Dans le monde réel, ce serait un enfant avec une particularité physique ou mentale non détectée).
Commenter  J’apprécie          20
Sobooks
Sobooks29 avril 2016
  • Livres 3.00/5
Je me demandais justement quand allait apparaître Ritsu et le voilà ! Il est drôle et ressemble beaucoup à sa mère et à Mitsuru, ce qui est amusant à voir.
J'aurais aimé en savoir plus sur l'histoire d'amour d'Hatsuharu et je me demande comment va se dérouler la suite !
La partie sur la maison hantée était particulièrement marrante !
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
NicolinaNicolina31 mai 2012
Je pense qu'en réalité personne ne vient au monde avec une image précise de sa propre raison d'être...
Chacun de nous doit trouver cette raison, en avançant dans la vie et en affrontant les difficultés... avec persévérance...
La raison pour laquelle nous sommes nés... celle pour laquelle nous pouvons continuer à exister... notre raison d'être...
C'est comme si nous la décidions nous-même.
Parfois elle peut être dans un rêve que nous cherchons à réaliser... ou dans notre travail ou chez quelqu'un d'autre qui nous est cher.
Cette "raison d'être" que nous trouvons nous-même... peut sembler incertaine... voire ambiguë... nous pouvons la perdre parfois.
Personnellement tant que je serai en vie je veux toujours avoir une raison de vivre... qu'elle qu'elle soit....
Tout le monde recherce ça... et si j'ai le choix... si je peux choisir ma" raison d'être"... je voudrais qu'elle se trouve "à l'intérieur" de quelqu'un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Koneko-ChanKoneko-Chan17 août 2014
Shigure (à Tohru) : Par exemple, tu as une montagne de linge à laver. Elle est si grosse, que tu ne peux même plus te déplacer librement dans la pièce ! Dis-moi maintenant comment tu comptes t'y prendre... Pour couronner le tout, ta machine à laver est en panne et tu dois tout laver à la main ! ... Que vas-tu faire ? Tu te demandes peut-être si tu arriveras à tout nettoyer... Et si toute cette immense lessive sera lavée convenablement. Plus tu y réfléchis, plus tu es inquiète... Mais le temps passe... Que vas-tu faire ? Ce serait peut-être bien de commencer... Par ce qui se trouve à tes pieds, non ? Penser à l'avenir est important... Mais si tu ne penses qu'à ça... Tu finiras par te prendre les pieds dans le linge qui se trouve juste devant toi, et tu tomberas. "Maintenant"... Voilà ce à quoi tu dois penser avant tout, sans te perdre dans le futur. Quand tu feras cette grosse lessive, linge par linge... Tu finiras par voir le soleil, beaucoup plus vite que tu ne le croyais... À travers les vêtements qui pendront aux fils. C'est vrai, à certains moments, tu seras encore angoissée... À ce moment là, tu iras te reposer bien sagement... Tu liras un bon livre, ou tu regarderas la télévision... Ou, si tu préfères, tu mangeras un bon plat de pâtes avec tes amis !

Oohh... Ça alors ! Vraiment, quelle belle histoire ! Comme récompense, est-ce que tu pourrais me préparer pour moi aussi un peu de somen ? Surtout, prends ton temps... Ah, et puis j'aimerais bien avoir un peu de thé aussi...

Kyô : Shigure, tu es pitoyable ! ... Tout ce qui t'intéressait, c'était de manger des somen avec nous ! Avoue-le !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ptitelily01ptitelily0112 juin 2016
Je pense qu’en réalité, personne ne vient au monde avec une image précise de sa propre raison d’être. Chacun de nous doit trouver cette raison, en avançant dans la vie et en affrontant les difficultés avec persévérance. La raison pour laquelle nous sommes nés, celle pour laquelle nous pouvons continuer d’exister. Notre « raison d’être », c’est comme si nous la décidions nous-mêmes. Parfois, elle peut être dans un rêve que nous cherchons à réaliser, ou dans notre travail, ou chez quelqu’un d’autre, qui nous est cher. Cette « raison d’être », que nous trouvons nous-même peut sembler incertaine, voir ambiguë. Nous pouvons aussi la perdre, parfois. Personnellement, tant que je serais en vie, je veux toujours avoir une raison de vivre. Quelle qu’elle soit. Tout le monde recherche ça et si j’ai le choix, si je peux choisir ma « raison d’être », je voudrais qu’elle se trouve « à l’intérieur » de quelqu’un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Koneko-ChanKoneko-Chan24 février 2013
Shigure : Ah mon Dieu ! Quelle horreur Kyô ! Tu ne sais pas qu'une légende dit que ceux qui sont possédés par le chat deviennent de vrais pervers quand ils mangent des nouilles roses, comme le vermicelle japonais ?!
Kyô : Arrête de dire n'importe quoi, imbécile !!
Yuki : Ça ne m'étonne pas...
Kyô : Tais-toi ! C'est que des bêtises, espèce de sale rat !
Commenter  J’apprécie          50
florencemflorencem16 juillet 2012
On n'a pas besoin de courage, pour se tuer ! Le vrai courage, c'est de continuer à vivre, malgré tout ce qui peut nous arriver ! C'est très bien d'être attaché à la vie, ça prouve que nous sommes réellement vivants.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Natsuki Takaya (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Natsuki Takaya
Fruits Basket, générique français
autres livres classés : mangaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Fruits Basket

Qui Tohru rencontre t-elle au début du livre?

Yuki
Kyo
Sa mère
Shuguré

11 questions
199 lecteurs ont répondu
Thème : Fruits Basket, tome 1 de Natsuki TakayaCréer un quiz sur ce livre