AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nils Ahl (Traducteur)
ISBN : 2290011436
Éditeur : J'ai Lu (03/02/2009)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 298 notes)
Résumé :
Ce témoignage est un voyage aux côtés d'un jeune homme aux capacités hors du commun. Comme le héros de Rain Man, Daniel Tammet est un autiste savant, un génie des nombres. Son cerveau lui permet d'effectuer des calculs mentaux faramineux en quelques secondes.

Pour lui, les nombres sont des formes et des couleurs.
Il a ainsi mémorisé les 22 514 premières décimales du nombre pi, un exploit qui a nécessité plus de cinq heures d'énumération en pub... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
10 juin 2015
★★★★★
★★★★★
Le monde de l'autisme, vu de l'intérieur. Par un jeune homme atteint du « syndrome savant » comme il est défini au Royaume Uni. Autrement dit un autisme de type asperger, à haut potentiel.
Le témoignage ressemble énormément à celui de Josef Schovanec, dans « Je suis à l'est » : même ressenti, mêmes angoisses, contrôlées à coup de ritualisation, mêmes performances hors norme avec les chiffres ou l'apprentissage des langue (Qui peut prétendre apprendre l'espagnol ou le lituanien en une semaine?)
Daniel Mammet se livre simplement, avec sincérité et retrace son itinéraire d'enfant différent. Il sait qu'il était un bébé inconsolable puis un enfant emmuré, et il a fallu la patience d'une famille aimante et tolérante pour qu'il sorte de cette prison personnelle. Bien sûr tout n'est pas simple, et l'angoisse est tapie un peu partout, prête à ressurgir quand on l'y attend le moins, dès que les chemins balisés sont délaissés.
Comme Josef, Daniel est une sorte de célébrité médiatique nationale et même internationale, puisqu'il a participé à des shows télévisés, à but caritatif, à coup de récitations de plus de 22 000 nombres premiers en 5 heures! C'est la visualisation synesthésique des chiffres qui contribue, avec une mémoire hors norme, à la mémorisation de telles suites. En effet Daniel voit les chiffres avec chacun une couleur et une morphologie (grand, mince, tassé…..), à la façon de Rimbaud dans son poème des voyelles.
Le récit est émouvant car authentique, pas de concession à la vérité et pas de stratagème pour se vendre.
C'est le meilleur moyen d'aborder cette pathologie.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Dixie39
06 mars 2015
★★★★★
★★★★★
Un livre extraordinaire ! Comme son auteur !
Daniel Tammet, à travers le récit des étapes de sa vie, nous fait partager sa particularité, celle d'un enfant, adolescent puis adulte atteint d'une forme d'autisme que l'on nomme le syndrome d'Asperger.
Il nous explique la manière dont ses pensées s'articulent, dont il perçoit le monde et les personnes qui l'entourent et sa difficulté à entrer en interaction avec les autres dans le respect de codes « relationnels» qu'il ne comprend pas, car il n'est pas possible pour lui de les décrypter, de façon « innée », intuitive.
« Écouter les autres n'est pas facile pour moi. Quand quelqu'un me parle, j'ai souvent le sentiment d'être en train de chercher une station de radio, et une grande partie du discours entre et sort de ma tête comme des parasites. Avec le temps, j'ai appris à en saisir assez pour comprendre de quoi on me parle, mais c'est parfois problématique quand on me pose une question et que je ne l'écoute pas. Celui qui la pose peut parfois s'ennuyer avec moi, ce qui me met mal à l'aise. »
Les mécanismes de sa pensée sont fascinants, car ils nous sont complètement étrangers et lui donnent accès à une capacité d'apprentissage, d'intégration et de classements de données et savoirs qui pourraient nous laisser croire que cet homme qui « fonctionne comme un ordinateur », est aussi insensible et détaché des affects qu'une machine. Or, c'est loin d'être le cas. Cette particularité s'accompagne d'une hypersensibilité qui contraint souvent les autistes Asperger à s'isoler et se retrancher du monde et des autres et qui est source de grande souffrance.
J'ai ressenti ce livre comme un don. C'est plus qu'un récit autobiographique qu'il nous livre, plus que les portes de son esprit qu'il nous ouvre. C'est un don de soi, un pas vers l'autre pour une compréhension, une tolérance mutuelle et l'espoir de susciter chez le lecteur une curiosité, motrice de la découverte et de l'acceptation de l'autre.
J'ai trouvé qu'il se dégageait beaucoup de poésie de ses pensées, structurées par les nombres, les formes et les couleurs. Il faut entendre Daniel Tammet nous parler de la langue qu'il a inventée : le Mänti, pour s'en convaincre.
« Le Mänti existe telle une expression tangible et communicable de mon intimité. Chaque mot, resplendissant dans sa couleur et sa texture, est pour moi comme une oeuvre d'art. Quand je pense ou que je parle en Mänti, c'est comme si j'étais en train de peindre avec des mots. »
Je ne pourrais pas vous livrez toutes les pensées qui se sont bousculées dans mon modeste cerveau à la lecture de ce texte, tout ce que je souhaiterai relevé dans ce que nous livre Daniel Tammet, c'est qu'il nous fait aimer sa différence en plus de la comprendre. On quitte ce livre avec le désir d'en apprendre plus sur cette particularité qui touche un certain nombre d'individus et de découvrir d'autres écrits de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
Nastie92
04 avril 2014
★★★★★
★★★★★
Daniel Tammet est atteint du syndrome d'Asperger, il est ce que l'on appelle un "autiste savant".
Le sous-titre de son livre : "À l'intérieur du cerveau extraordinaire d'un savant autiste" est parfaitement bien trouvé, car c'est exactement de cela qu'il s'agit. Daniel Tammet a réussi à surmonter ses difficultés de communication, et arrive parfaitement à nous raconter son histoire, à nous faire partager ses émotions, sa façon de ressentir les choses, de comprendre et voir le monde.
Atteint de synesthésie, Daniel Tammet a une vision du monde très particulière, il voit des nombres et des couleurs partout. Les nombres le fascinent depuis toujours, et leur présence le rassurent : "Si je me sens malheureux ou angoissé par une situation nouvelle (ce qui de fait me stresse et me met mal à l'aise), je compte. Quand je compte, les nombres suscitent des images et des formes solides et rassurantes dans mon esprit. Je peux alors me détendre et gérer la situation, quelle qu'elle soit."
Dans son livre, il arrive à nous emmener dans son cerveau et nous faire ressentir les choses à sa façon. Et c'est captivant, car il est hypersensible. Il décrit par exemple le silence en ces termes : "Parfois, je pressais mes doigts sur mes oreilles, pour encore plus de silence - un silence qui n'a jamais été statique pour moi mais toujours en mouvement, onctueux et transpirant tout autour de ma tête, comme de la condensation."
Des dessins illustrent parfois son propos, comme lorsqu'il explique comment il a réussi à mémoriser des décimales du nombre pi, pour en réciter 22 514 sans faute en un peu plus de cinq heures.
Daniel Tammet est hors norme, ses capacités sont fascinantes. Outre des aptitudes fantastiques pour tout ce qui concerne les nombres, il a un don extraordinaire pour les langues. Il en parle couramment une dizaine, et a réussi, lors d'une expérience, à apprendre l'islandais en une semaine.
Mais Daniel Tammet n'est pas un singe savant, loin de là. Il ne faudrait surtout pas le réduire à ses aptitudes prodigieuses. Naturellement, les récits de ses exploits inouïs m'ont fortement impressionnée. Mais ce que j'ai admiré par dessus tout dans son livre, c'est qu'il ait réussi à vaincre ses problèmes de communication, et qu'il soit si bien arrivé à nous faire comprendre comment son esprit fonctionne, et qui il est au plus profond de lui-même.
Je ne peux que recommander ce livre bouleversant, une lecture dont vous sortirez différent, en tout cas ébranlé dans vos certitudes de personne "normale".
Monsieur Tammet, beaucoup diront de vous que vous êtes handicapé, mais après la lecture de votre livre, je trouve que c'est un terme qui ne vous convient absolument pas. Vous êtes certainement différent, très différent même, mais quand je vois la sensibilité dont vous faites preuve, votre capacité d'analyse de vos difficultés, votre compréhension de vous-même et des autres, je trouve tout simplement que vous êtes une merveilleuse personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Luniver
11 juin 2012
★★★★★
★★★★★
Daniel Tammet est atteint du syndrôme d'Asperger, une forme d'autisme, et de synesthésie, qui peut compliquer l'intégration au "monde normal" : difficulté de communication, à interpréter les sous-entendus des autres personnes, besoin de régularité, de collectionner des objets de manière obsessionnelle. Il est aussi atteint de synesthésie : il associe les jours et les nombres à une forme et à une couleur bien particulière. Malgré ces difficultés, il possède des capacités de calcul et de mémoire exceptionnelles. Il peut apprendre une langue en quelques jours, et est parvenu à retenir plus de 20.000 décimales du nombre pi.
Son témoignage est touchant et jette un pont entre les deux «mondes» : on peut mieux comprendre la façon de raisonner et de se comporter des personnes autistes et se rendre compte que certains comportements ne sont ni impolis ni blessants, mais résultent juste d'une manière différente d'interpréter les choses. Et les personnes ayant les mêmes difficultés pourront être rassurées de voir qu'il est possible de vivre une vie «normale» en acceptant leurs particularités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
litolff
14 octobre 2013
★★★★★
★★★★★
Un voyage passionnant et touchant dans le cerveau de Daniel Tammet, autiste savant souffrant du syndrome d'Asperger : Daniel a réussi a surmonter les troubles affectant ses capacités de communication, de sociabilisation et de compréhension de l'abstraction pour raconter, dans un livre étonnant, le fonctionnement stupéfiant de son cerveau qui lui permet de réciter plus de 22500 décimales de Pi ou d'apprendre l'islandais en une semaine... C'est sûr, on ne joue pas dans la même catégorie !!!
Au delà du coté prodigieux et spectaculaire, on découvre dans ce livre la prison que peut représenter l'autisme, aussi savant soit-il.
Un témoignage étonnant et touchant.
Commenter  J’apprécie          280
Citations & extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie9212 avril 2014
Il m'est aussi difficile de savoir quand il faut répondre à des assertions qui ne sont pas exactement formulées comme des questions. J'ai tendance à n'accepter que l'information pure, ce qui signifie que j'ai du mal à utiliser le langage dans un contexte social, comme la plupart des gens. Si une personne me dit : "C'est une mauvaise journée", j'ai appris que l'interlocuteur attendait que je lui dise quelque chose comme "Ah, vraiment ?" avant de demander pourquoi c'est une mauvaise journée. J'ai ainsi eu des problèmes en classe quand un professeur pensait que je ne répondais pas, alors qu'en fait je n'avais pas compris qu'on voulait que je donne une réponse. Par exemple, il dit : "Sept fois neuf" en me regardant et bien sûr je sais que la réponse est soixante-trois, mais je ne comprends pas qu'il faut la donner à haute voix. C'est seulement quand le professeur repose sa question de manière explicite : "Combien font sept fois neuf ?" que je vais répondre. Savoir si quelqu'un attend de moi que je réponde à une assertion n'est pas intuitif, et ma capacité à faire certaines choses, comme parler de la pluie ou du beau temps ne m'est venu qu'après beaucoup d'entraînement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
iarseneaiarsenea13 mars 2010
Dans ma chambre, je faisais des piles jusqu'à ce que les livres me cernent de tous côtés. Quand mes parents ouvraient la porte, ils avaient peur de renverser une de ces piles sur moi. S'ils essayaient de reprendre ne serait-ce qu'un livre, j'éclatais en sanglots et je piquais une colère. Toutes les pages de ces livres étaient numérotées et je me sentais heureux, entouré par les nombres, comme enveloppé par une agréable couverture numérique. Longtemps avant d'être capable de lire une ligne de ces livres je pouvais en compter les pages. Et quand je les comptais, mon esprit voyait ces nombres comme autant de mouvements ou de formes colorées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
LuniverLuniver06 juin 2012
Je me souviens qu'enfant, j'allais très souvent à la bibliothèque locale. Je passais des heures à regarder les livres les uns après les autres, essayant en vain d'en trouver un avec mon nom écrit dessus. Il y avait tant de livres dans cette bibliothèque, et tant de noms différents, qu'il était impossible qu'il n'y en ait pas un avec mon nom. Je n'avais pas compris à l'époque qu'il fallait écrire le livre pour avoir son nom dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
iarseneaiarsenea15 mars 2010
Je n'étais jamais volontairement impoli. Je ne comprenais pas que le but de la conversation n'est pas de parler uniquement des choses qui nous intéressent. Je parlais avec force détails jusqu'à être vidé de tout ce que j'avais à dire. Je sentais que j'aurais pu éclater si quelqu'un m'avait interrompu. Il ne m'apparut jamais que le sujet dont je parlais puisse ne pas être intéressant pour mon interlocuteur. Je n'ai jamais non plus remarqué s'il commençait à s'impatienter ou à jeter des regards autour de lui. Je continuais à parler jusqu'à ce que l'on me dise quelque chose du genre : « Il faut que j'y aille, maintenant. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
iarseneaiarsenea13 mars 2010
Selon les opérations, les formes diffèrent. De même, selon les nombres, j'éprouve des sensations et des sentiments distincts. Lorsque je multiplie par 11, je vois toujours des chiffres qui dégringolent dans ma tête. Les 6, quant à eux, sont les plus difficiles à mémoriser de tous, parce que ce sont pour moi de minuscules points noirs sans aucune forme ni texture. Pour les décrire, je dirais qu'ils ressemblent à de petits trous ou à des creux. J'ai des réponses visuelles, et parfois émotionnelles, pour chaque nombre jusqu'à 10 000. Je possède mon propre vocabulaire numérique et émotionnel, si l'on veut. De la même manière qu'un poète associe certains mots plutôt que d'autres, certaines combinaisons numériques sont pour moi plus belles que d'autres. Il y a des nombres qui se marient bien avec des nombres noirs comme les 8 et les 9 , mais moins bien avec des 6. Un numéro de téléphone comportant la séquence 189 est bien plus beau qu'un numéro comportant une séquence 116.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Dans la catégorie : Malades physiquesVoir plus
>Problèmes et services sociaux. Associations>Problèmes sociaux>Malades physiques (105)
autres livres classés : autismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
339 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .