Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Marie-Françoise Monthiers (Traducteur)

ISBN : 2203334673
Éditeur : Casterman (2000)


Note moyenne : 4.49/5 (sur 35 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un homme se souvient. Il se revoit, enfant, en train de jouer sur le plancher du salon de coiffure de son père. Ce père, justement, vient de mourir. Voilà une quinzaine d'années que le fils n'était pas retourné le voir. À l'occasion de... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par cicou45, le 09 juillet 2011

    cicou45
    Ce livre nous raconte l'histoire de Yoichi Yamashita, un homme marié travaillant et résidant à Tokyo depuis de nombreuses années. Il mène une vie paisible auprès de son épouse jusqu'au jour où il apprend le décès de son père qu'il n'a pas revu depuis presque quinze ans. Yoishi se rend donc dans sa ville natale, à Tottori afin d'assister à la veillée funèbre ainsi u'à l'enterrement de son père. Il y retrouve ainsi de nombreux membres de sa famille et replonge ainsi dans son passé qui reste encore très flou pour lui mais qu'il tente tant bien que mal de reconstituer grâce aux récits de ses oncles et de sa soeur aînée. Lui qui n'avait jamais compris le départ soudain de sa mère et qui tenait son père pour responsable, il prend soudain conscience que les choses étaient loin d'être aussi simples et que le facteur déclencheur de la séparation de ses parents a en partie été le grand incendie qui a anéanti la ville dans les années '50, laissant ainsi toute la famille démunie.
    Ecrit plus à la manière d'une bande-dessinée que d'un manga, ce premier tome aux graphismes magnifiques est avant tout une histoire touchante puisque tout lecteur peut se retrouver dans le personnage de Yoichi. Qui n'a jamais éprouvé de regrets en perdant un être proche ? En tous cas, en ce qui concerne, j'ai de nombreuses fois ressenti cet horrible sentiment de ne pas avoir été assez présente ou de ne pas avoir assez ouvert mon coeur suite au décès d'un de mes proches. C'est pour cela que ce livre l'a extrêmement touché car il nous incite aussi à faire la paix avec nous-mêmes ! Magnifique !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lunch, le 26 janvier 2013

    lunch
    Chronique sur les 3 tomes.

    Cette lueur qui pénètre dans le salon de coiffure... le soleil envahi la pièce et dégage cette impression chaleureuse. le ton est donné d'emblée sur cet album qui reste pour moi la grande œuvre de Jirô Taniguchi.
    Pourtant, en m'y replongeant, j'ai trouvé le dessin de ces premières planches un peu grossier, comme si on avait zoomé dessus. Un rendu un peu pixelisé qui ne correspond pas du tout à mes souvenirs. La nostalgie de cette lecture n'avait gravé en moi que des images pleines de douceurs... fort heureusement, il ne s'agit là que des premières cases et le trait que l'on connaît, fin et minutieux de l'auteur, reprend rapidement sa place.
    Le récit est loin d'être haletant, mais il nous accroche et nous colle à la peau. Une histoire de famille, personnelle. Pourtant, nous ne sommes pas vraiment dans la situation telle qu'elle est contée : cet homme, Yoichi, qui apprend le décès de son père et qui va assister à la veillée funèbre. Près de quinze ans qu'il a coupé les ponts avec sa ville natale, qu'il n'a plus revu son paternel, arguant une surcharge de travail, des obligations professionnelles... fuyant son passé.
    Nous ne sommes pas dans cette situation mais pourtant, nous nous reconnaissons forcément quelque part dans ce récit intimiste et poignant. J'avais déjà lu Le journal de mon père, plusieurs fois... Pourtant, j'ai pleuré.

    Contrairement à Quartier lointain (travail postérieur, publié en 1998 au Japon et en 2002 en France) qui reprend un peu le même sujet, celui d'un fils qui revisite son passé familial, Le journal de mon père (paru en 1995 au Japon, 1999 pour la présente version) suscite bien plus d'émotion.
    L'approche fantastique de Quartier lointain nous distanciait un peu du récit intimiste du Journal de mon père. Pas de fiction ici, pas de voyage dans le temps. Nous sommes confrontés aux sentiments bruts, nous prenons les baffes de plein fouet, nous encaissons les remarques comme si elles nous étaient adressées personnellement.

    La chronique à lire en intégralité sur BenDis... !

    Lien : http://bendis.uldosphere.org/index.php?p=mangas&motor=1&titre=journa..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ubikson, le 21 mai 2012

    Ubikson
    Une fois de plus, Taniguchi nous conte une histoire comme il en a le secret, avec ce flashback empreint de nostalgie qui nous laisse pantois et qui fait vibrer quelque chose en nous, ce spleen indéfinissable qui nous torture un peu mais dont on savoure l'amertume.
    A l'image de "Quartier Lointain" ou d' "Un Ciel Radieux", Taniguchi redécouvre le monde au travers des yeux d'un enfant. Inspiré de sa vie, le héros/auteur explore son propre univers, son histoire personnel, avec un regard d'adulte pour trouver les secrets et les mystères qu'il était incapable de percevoir enfant.
    Une perle.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

  • Par Yuko, le 10 septembre 2012

    Yuko
    Avec finesse et dignité, Jiro Taniguchi dresse le portrait d'un homme, de ses choix de vie, de ses incompréhensions et de ses erreurs. Un dialogue intérieur réalisé avec profondeur et sensibilité que mettent merveilleusement en valeur les traits du maître et la mise en scène de ses cases. Un travail magnifique, soigné et délicat, pour un voyage initiatique très touchant et une marche vers le passé regretté.
    Une invitation à la découverte, à la compréhension et à l'émotion, ponctuée d'empathie et de tendresse.
    Quand un adulte revient sur les traces de l'enfant qu'il a été, il y retrouve les sentiments et l'attachement, il comprend, avec son regard d'adulte, les erreurs et les sacrifices commis par ses propres parents. Un discours universel sur la famille, le pardon et l'humilité. Une oeuvre magnifique, à découvrir !

    Lien : http://art-enciel.over-blog.com/article-le-journal-de-mon-pere-de-ji..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par pilou62200, le 15 novembre 2014

    pilou62200
    Un superbe triptyque qui remet profondément en cause, les petites erreurs que l'on peut commettre dans les liens de famille. A la mort de son père, Yoichi revient, et va avoir une longue discussion lors de la veillée funèbre.
    Ce tome revient sur les premiers moments de la vie de ses parents.
    Son père est coiffeur, et avec une farouche volonté, développe son commerce.
    Jusqu'à l'incendie qui va ravager la ville....
    On ne peut être que touché par cette lecture.....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Mero, le 16 décembre 2013

    Je ne savais pas... Je n'ai rien su. Je ne savais rien ni de mon père.. ni de ma mère... ni de ma famille. Si je pouvais, aujourd'hui, j'aimerais parler avec mon père.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (21)

Videos de Jirô Taniguchi

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jirô Taniguchi

Expo Eloge du détour de Taniguchi Jirô à Fontevraud 2011








Sur Amazon
à partir de :
17,00 € (neuf)
10,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Journal de mon père, tome 1 : le grand incendie par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz