AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Honnoré (Traducteur)Sae Cibot (Traducteur)
ISBN : 2203373342
Éditeur : Casterman (2005)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 232 notes)
Résumé :
On ne sait presque rien de lui. Il travaille dans le commerce, mais ce n'est pas un homme pressé ; il aime les femmes, mais préfère vivre seul ; c'est un gastronome, mais il apprécie par-dessus tout la cuisine simple des quartiers populaires... Cet homme, c'est le gourmet solitaire. Chaque histoire l'amène à goûter un plat typiquement japonais, faisant renaître en lui des souvenirs enfouis, émerger des pensées neuves, ou suscitant de furtives rencontres. Imaginé par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
manU17
manU1721 mars 2013
  • Livres 3.00/5
Ma rencontre avec le Gourmet Solitaire s'est faite sur un rayonnage d'Emmaüs. Je l'ai pris, rapidement feuilleté puis reposé. J'ai pris d'autres livres mais pas lui et je suis reparti. J'y ai repensé toute la journée avec regret, il me le fallait. Et s'il n'y était plus quand j'y retournais ? Obligé d'attendre la réouverture d'Emmaüs le samedi matin suivant. Mais je travaillais ce samedi matin. Je rentre donc du travail sur les chapeaux de roue, comptant sur une fermeture à 12h30 qui me laisserait, peut-être, une chance de l'y trouver encore. Ouf, j'arrive avant la fermeture ! Je fonce vers le rayon livre, à peine dans l'encadrement de la porte, je le cherche du regarde, je l'aperçois, il est là, je m'en saisis pour ne plus le lâcher, je le tiens, je ne repartirai pas sans. le bonheur tient à peu de chose parfois…
Le titre résume parfaitement ce manga. Nous suivons un homme toujours seul dans sa quête de lieux dans lesquels il va pouvoir se sustenter d'un encas, d'une collation ou le plus souvent d'un copieux repas. Nous découvrons donc ses repas successifs pris dans des endroits successifs. Moult détails nous sont donnés sur l'ambiance de l'endroit, son environnement et surtout sur le menu qui va constituer ses repas, allant des produits utilisés à leur préparation ou leur cuisson.
Quel intérêt me direz-vous ? Eh bien, c'est là que c'est fort. On a envie de connaitre le prochain repas, difficile de bien saisir pourquoi mais on accroche, on tourne les pages. Je pense que notre intérêt est lié au dépaysement, dépaysement lié au cadre, aux menus, aux recettes, aux ingrédients qui nous sont, pour une bonne partie, totalement inconnus. du coup, notre imaginaire vagabonde grâce à ces aliments, algues nori des rochers, peau de tôfu crue à la kyôtoïte, manjû grillé, shûmaï, sanchu, sukiyaki, algues hijiki bouillies…
Une somme de petits moments essentiels pour notre héros ordinaire qui apprécie toujours ces précieux instants avec délectation et gare à celui qui viendrait troubler le calme entourant son cérémonial. Son plaisir semble d'autant plus intense qu'il est solitaire…
Comme je le dis souvent, rien de tel qu'un bon petit plaisir solitaire !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          466
Laurence64
Laurence6423 mars 2013
  • Livres 2.00/5
C'est l'histoire d'un mec…
Mono-maniaque. Mais alors vraiment mono-maniaque.
Il est vaguement dans le commerce. Vaguement car sa passion du métier équivaut à ma passion pour les collections de pots de yaourts (en langage Trivial Poursuit, le dit collectionneur se dit glacophile).
Ne me remerciez pas, il est difficile de placer ce terme en société pour briller.
Allez donc vous vanter d'être glacophile à moins qu'une crise de masochisme aiguë ne vous pousse à collecter les regards atterrés et les moues méprisantes. Ou que vous ayiez programmé votre suicide social.
Bref, foin de mon parfait désintérêt pour la diversité du pot de yaourt nature ou aromatisé, notre représentant de commerce voyage à travers le Japon. Ce qui semble contredire mon propos précédent. S'il voyage, c'est qu'il est pour le moins consciencieux, voire passionné professionnellement (sa vie affective est une jachère).
Et ben non!
Le monsieur se fiche comme d'une guigne de ses affaires. Une fois expédiées, le monsieur n'est mû que par un organe unique que je soupçonne hypertrophié: son estomac.
Evidemment, il possède deux jambes qu'il actionne pour se déplacer mais la précision n'est qu'anecdotique. le moteur de son existence se situe dans le brassage alimentaire.
A peine arrivé quelque part (Kyoto, Tokyo, Okinawa, etc), il ne cherche pas le client mais le restaurant. Il veut se sustenter.
Le sushi est le moteur de son existence, la nouille frite son monument culturel. le champignon, son univers agricole. Pour lui, les sept merveilles du monde sont le nomiya, le sushi-bar, la brasserie, le boui-boui, la baraque à friture, le wok monumental, le panier à vapeur visitable 24H sur 24.
Toutes ses pensées (je dis bien toutes) tournent autour de son estomac incapable de ne pas fuir dans ses talons. le gourmet solitaire ne répond qu'à une unique injonction: "j'ai faim". Sa question existentielle: "Que vais-je manger?"
Hermétique aux fringales insatiables de ce super héros au super tube digestif, chapitre après chapitre, j'ai observé la progression vertigineuse du mur de tofu (soyeux ou pas), qui s'élevait entre nous.
Une fiole d'Hépatum à portée de main, je le regardais aller de ville en ville, dans sa quête obsessionnelle de nourritures diverses.
Parfois, une lueur se faisait. L'homme cessait de lorgner le wasabi pour considérer ses contemporains. Une étincelle allumait mon intérêt. Las, un bol de soupe le noyait illico.
De nouveau, un plateau s'étalait sous mes yeux, les prix m'étaient annoncés comme si, soudainement, j'allais embrasser l'addiction stomacale japonaise et me précipiter en direction du soleil levant dans l'unique objectif de liquider la production agricole et maritime de l'île en un bref séjour.
C'est donc l'histoire d'un asiatique qui mange pendant dix-huit chapitres et d'une lectrice occidentale qui a souffert d'indigestion aiguë au neuvième chapitre. Les algues, peut-être, n'étaient pas fraiches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
Chrisdu26
Chrisdu2611 juin 2013
  • Livres 4.00/5
Voyage gastronomique au pays du soleil levant. La cuisine Japonaise n'a plus de secret pour moi. Après toutes ces recettes, ces menus plus alléchants les uns que les autres, je suis fin prête pour vous préparer un repas dans la pure tradition nippone. Ce manga, tsunami de saveurs et d'émotions, vous met l'eau à la bouche dés l'entrée et vous régale jusqu'au dessert.
Quelque peu désorientée par la lecture de droite à gauche, j'avoue qu'il m'a fallu un petit temps d'adaptation et parfois une relecture de la page afin de la savourer à sa juste valeur. Mais très rapidement j'ai été rattrapée par les dessins onctueux et la plume aigre-douce de Tanaguchi.
Fin gastronome et importateur indépendant, cet homme solitaire va durant dix-huit jours exciter nos papilles gustatives et nous balader dans les plus beaux quartiers de Tokyo ainsi que quelques villes afin de nous faire découvrir la fine gastronomie de son pays. Rien ne lui échappe, les grands comme les petits restaurants, les mets raffinés ou la cuisine rapide de comptoir. Tout va passer sous son regard et son palais critique.
Pas d'horaire pour passer à table, sa journée est rythmée par son travail mais surtout par ses fringales permanentes qui lui permettent de découvrir et de nous présenter les spécialités typiquement locales. Chaque jour un menu et le plaisir de le regarder passer à table, de découvrir en même temps que lui son plat du jour. Un vrai cérémonial. On salive de plaisir de voir ce gourmet solitaire repu. Voilà un livre, délicieux mille feuilles, où finalement il ne se passe pas grand-chose et c'est là que Taniguchi est maître en la matière car une fois que l'on a gouté à ce manga on ne peut le lâcher, par curiosité et surtout par gourmandise.

Ce gourmet n'est ni pressé ni stressé, il a ce qu'on appelle au Japon un sacré « Yogû». Il prend le temps d'apprécier et de savourer son repas, plus rien n'existe quand il est à table. Il honore chaque bouchée, chaque cuillerée, cela en devient presque jouissif de le regarder déguster son Takayaki, beignet de poulpe, ou un Mamekan, divine pâtisserie japonaise.
Au fil des restaurants, des décors nippons, des menus et de son appétit, sa mémoire et sa langue se délient pour nous laisser entrevoir une petite fenêtre sur son passé, ses amours, sa vie comme une auto-psychanalyse par la bouffe.
Si je l'avais suivi dans ses festins quotidiens, je serai une vraie petite Sumo. En attendant, je veux bien devenir votre geisha pour un soir et vous préparer, le souvenir d'un riz à la sauce Hayashi accompagné de ses bouchées à la viande façon Sûmaï, un délicieux Wagashi au doux nom sucré d'Amanatto suivi pour la digestion d'un bon saké.
Vous avez encore un petit creux ? Rendez vous avec le Gourmet Solitaire, une histoire sans faim !

Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
cicou45
cicou4519 septembre 2013
  • Livres 4.00/5
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de manga mais lorsque mon mari l'a vu sur une étagère de la médiathèque, il a tout de suite pensé à moi, sachant que j'ai une grande passion pour Jirô Tanigichi et je tiens à le remercier pour cette attention !
Cet ouvrage est divisé en dit-huit chapitres, chacun correspondant à un repas différent que prend le protagoniste dans divers endroits du Japon. Alors, ce que j'ai trouvé extrêmement marrant, c'est que dans chaque chapitre donc dans chaque repas, il y a un dessin de ce dernier avec la description de chaque aliment le composant et le coût de celui-ci. Alors, les prix étant bien évidemment indiqués en yens, je n'ai pas pu me faire une très grande idée de ce que cela faisait en euros mais bon, tans pis, je ne vais pas m'amuser à convertir les dix-huit prix pour me faire une idée pour savoir si les restaurant sont chers ou pas au Japon ! D'ailleurs, il n'est pas question uniquement de restaurants mais également de sortes de fast-food japonnais ou dans de simples supermarchés. Attention, lorsque je dis simple, ce ne l'est pas tant que ça puisque notre personnage, la quarantaine environ et qui travaille plus ou moins dans le commerce (mais l'on ne sait pas trop de quoi exactement), étant très souvent en déplacement, n'est pas un simple homme en quête d'un repas pour se sustenter mais il est avant tout un fin gourmet ! Un fin gourmet qui ne boit jamais d'alcool et qui ne peut pas (enfin, il y arrive une fois au cours de ses pérégrinations culinaires) se passer de riz pour accompagner ses plats.
Avec tout ce qu'il ingurgite, l'on pourrait s'attendre à voir la silhouette d'un homme fort mais, bien au contraire, il est plutôt musclé et assez bel homme (Merci Jirö).
Une alliance entre Jirô Taniguchi pour les dessins et Masayuki Kusumi pour le scénario très réussie mais j'avoue que ce livre m'a un peu déçue par rapport aux autres ouvrages de Taniguchi que j'ai lus car ici, il manque cruellement d'action et d'intrigue si ce n'est : que va bien pouvoir manger notre personnage pour son prochain repas ?
Un livre très vite lu, plaisant à regarder (j'adore vraiment des dessins de Taniguchi) et que je vous recommande si vous êtes vous aussi intéressé par cet illustrateur ou par les mangas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Musardise
Musardise22 février 2016
  • Livres 3.00/5
Pendant quelques chapitres, j'ai trouvé l'album assez répétitif. Je n'ai jamais séjourné au Japon, et je pense que je suis passée, comme certainement une grande majorité des lecteurs occidentaux, à côté de certaines subtilités, sociétales autant que gastronomiques, qui ont contribué à mon désappointement. Difficile parfois pour moi de comprendre pourquoi certains plats ne se mangent pas avec d'autres, par exemple, et pourquoi on ne va pas dans tel type de restaurant à telle heure la journée.
En revanche, petit à petit, devant la diversité des lieux de restauration et de la nourriture consommée par le personnage, homme d'affaires typiquement japonais, j'ai cru comprendre que le sujet était prétexte à observer la société japonaise, et, même, à la critiquer - on notera que l'album date d'environ vingt ans et que celle-ci a depuis évolué. Et donc, cet homme non seulement met en valeur les traditions, les changements, voire les contradictions du Japon, mais aussi les met parfois aussi un peu à mal. D'où quelques chapitres aux situations un peu outrées, où il casse par exemple la figure à un restaurateur, ou celle où il transpire abondamment et enlève chemise et maillot en public. Il se laisse aller, va à l'encontre de ce qu'on attend de lui. Ce n'est sans doute pas par hasard si, à chaque chapitre, il commande et mange trop, bref, se goinfre à chaque fois. C'est la manière que Taniguchi choisit pour donner dans le politiquement incorrect, tout en restant dans les limites de la forme très lisse qu'il arbore dans son dessin et dans sa mise en page. Ça n'est finalement pas inintéressant de voir ça sous sa plume.
Cela dit, l'aspect contemplatif et voulu de l'album me touche peu, comme souvent chez cet auteur. Je ne sais pas, je crois que je le trouve trop occidental, et que je ne retrouve justement pas ce qui fait la spécificité d'une bonne partie de la littérature japonaise, mais aussi de la culture japonaise, et qui est si bien rendu par Tanizaki. Pourtant, ce sont tout de même deux scènes empreintes de nostalgie, mais d'une nostalgie amusée, qui ont le plus retenu mon attention : celle du jus de melon au goût affreusement chimique mais qui rappelle si bien l'enfance ; j'ai alors immédiatement pensé avec envie aux bouteilles de soda jaune ou orange vif que j'achetais avec ma cousine dans l'épicerie du village de ma grand-mère. Et celle où le personnage mange avec un repas bio, auquel il trouve un goût délicieux : le goût des légumes détestés de son enfance. Il m'a semblé alors y retrouver un petit quelque chose qui parle à chacun d'entre nous, un petit quelque chose de légèrement proustien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Les critiques presse (3)
BDGest04 avril 2016
Ode au bien-manger et à la fragilité de l'instant présent, Les rêveries d'un gourmet solitaire offre une pause(-repas) bienvenue au milieu du brouhaha des villes.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan13 décembre 2013
Chaque récit se déroule au rythme décousu des pensées du héros et l'empathie joue à plein, instituant une connivence inattendue entre le gourmet et son lecteur.
Lire la critique sur le site : Auracan
Actualitte30 janvier 2012
On retrouve dans ce manga la tonalité nostalgique propre à Taniguchi, la méditation sur le temps qui passe et le moyen d'en ralentir le cours, le tout servi par un dessin net et apaisé...
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations & extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU1721 mars 2013
Extrait de la postface:

Le saké, chauffé juste à point, est excellent. Il s'harmonise parafitement avec cet endroit, avec ce bistrot, avec l'espace de la ville dans laquelle j'ai marché tout à l'heure, avec le flot de temps qui s'écoule ici. Le caractère "umai" (fameux) me vient à l'esprit pour exprimer cette correspondance. Ouh là...je crois que je commence à être un peu pompette... Et le myôga est un vrai bonheur: il n'est pas difficile de voir que c'est la patronne qui l'a confit ici même, elle vient de le sortir directement de sa jarre de sel, et de le découper rapidement en lamelles. Un parfum unique. Ça donne faim d'un bol de riz et d'une soupe au miso...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PalmyrePalmyre18 mai 2014
Les Japonais ne mangeaient pas de viande rouge jusqu'à la fin du XIXe siècle. C'est donc à la cuisine occidentale (ragoûts, biftecks...) et coréenne qu'ont été empruntées les différentes façons de l’accommoder. Les barbecues coréens sont de nos jours extrêmement populaire et la viande de bœuf grillée est souvent citée en tête des aliments préférés des Japonais.
Commenter  J’apprécie          140
missmolko1missmolko105 janvier 2014
J'ai un petit business d'import et de revente d'articles et d'accessoires de mode, mais je n'ai pas de boutique. Gérer un magasin c'est comme le mariage. Les responsabilités augmentent et au bout du compte, les semelles de la vie s'alourdissent. N'avoir de compte a rendre a personne, s'assumer en solitaire, pour moi c'est ça être un homme.
Commenter  J’apprécie          130
DosamuseDosamuse07 octobre 2015
Bento : boîte-repas le plus souvent destinée au déjeuner, qui contient généralement une partie de riz blanc et une partie de mets variés. (...) Ici, le bento est muni d'un système de chauffage instantané (en tirant sur une languette, de l'eau est versée sur une petite dose de chaux vive, ce qui dégage une très forte chaleur).
Commenter  J’apprécie          112
MusardiseMusardise24 février 2016
Finalement... Ces femmes... Elles ont mangé à cinq heures ! Leur mari rentre du boulot, les gosses rentrent de l'école, Maman prépare à manger, mais elle n'y touche pas. J'imagine qu'elle dit : "J'ai pas faim"... Et ce qu'elle à fait de son après-midi, c'est son secret...
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Jirô Taniguchi (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jirô Taniguchi

FIBD 42 : Rencontre internationale : Jirô Taniguchi
Rencontre internationale avec Jirô Taniguchi Animée par Nicolas Finet.
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jirô Taniguchi

Dans quel film le mangaka apparaît-il?

Quartier lointain
L'élégance du hérisson
Stupeur et tremblements

10 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : Jirô TaniguchiCréer un quiz sur ce livre
. .