Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une critique

Critiques sur Quartier lointain : L'intégrale (96)


Classer par:     Datecroissant   Les plus appréciéescroissant   Notecroissant


    • Livres 5.00/5
    Par Chrisdu26 le 15/01/2014


    Cet album me laissait présager du lourd et bien c'était du très lourd, du très beau, du merveilleux Taniguchi !

    Qui n'a pas rêvé une seule fois de faire un bond dans le passé tout en sachant ce qu'il sait aujourd'hui ? Que feriez ou ne referiez-vous pas ? Seriez-vous tentés de modifier votre chemin quitte à sacrifier les personnes, les choses que vous aimez par-dessus tout ? Serions-nous plus heureux si nous gommions certains faits ou certaines erreurs de notre passé ? Et s'il suffisait de tourner à gauche plutôt qu'à droite pour que notre destin en soit à jamais bouleversé ? Que de dilemmes surgissent quand plusieurs choix se présentent !

    C'est dans cet étrange voyage dans le temps que nous basculons au côté d'Hiroshi. Quatre cent six pages de doute et d'espoir qui nous font prendre conscience que finalement certaines décisions ne sont pas toujours si simples.

    Hiroshi, 48 ans, marié et père de deux enfants, se retrouve dans la peau du gamin de quatorze ans qu'il était avec, gravés dans sa mémoire, tous les événements du passé qui sont devenus des événements à venir. Comment une telle chose peut-elle être possible ? Choqué et désorienté dans un premier temps, un sentiment d'exaltation l'envahit finalement. Il voit là comme une deuxième chance pour effacer les cicatrices de sa vie. Son père mutique qui va abandonner sa famille, sa mère qui va se noyer dans le chagrin, son meilleur ami qui meurt dans un accident de moto, les secrets de famille qui éclatent et puis la belle et douce Tomoko, qu'il n'a jamais osé aborder. Mais la peur prend vite le dessus sur la frénésie. Il est dur d'être un adolescent et de porter le fardeau d'un homme adulte. Tiraillé entre passé et présent, Hiroshi se rend vite compte que tout n'est pas si simple, que chaque chose, chaque décision a son importance, une place prépondérante, un poids moral. Comment faire ? Tourner à droite, à gauche ? Et vous, seriez-vous tentés de foncer contre le mur du temps ?

    Jirô Taniguchi nous offre le meilleur de lui-même dans cet album. Il touche comme d'habitude un point sensible, l'importance des choix que nous faisons dans notre parcours, le pardon, la famille, la place du père et de la mère, l'enfance blessée, l'abus d'alcool, le surmenage au travail et l'abandon de ses rêves. La délicatesse de son trait, noir sur fond blanc, nous laisse muets et admiratifs. Ce roman graphique m'a emporté très loin dans mon enfance. La tentation est grande de vouloir tout changer. Mais nos erreurs, nos doutes, nos rêves, tout ce qu'on n'a pas eu le temps de dire, ne font-ils pas de nous ce que nous sommes aujourd'hui ? «Des Êtres si imparfaits et si affreux ». Alors je garde tout, mes joies, mes peines, mes beaux voyages, mes chaines et surtout mon présent…

    Quartier lointain, un flash-back qui nous laisse au pied du mur…


    Lien : http://marque-pages-buvard-post-it.blogspot.fr/2014/01/quartier-loin..

    Commenter     J’apprécie          2 46         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par manU17 le 29/06/2013


    Il y a des jours comme ça où rien ne se déroule vraiment comme prévu. Hiroshi, bon père de famille de quarante-huit ans va en faire l'étrange expérience. Alors qu'il pensait être dans le train pour Tôkyô, il se dirige en fait vers Kurayoshi, sa ville natale, sans bien comprendre comment il a pu se tromper. L'abus d'alcool de la veille semble être l'explication la plus plausible. Les souvenirs remontent à la surface, son passé, ses jeunes années, sa mère. Sans l'avoir vraiment voulu encore, il se retrouve dans le cimetière du temple Genzen où repose sa mère. « Pas un souffle de vent… Pas le moindre chant d'oiseau… Ça m'a tout de même paru étrange. le temps semblait suspendu… » le temps d'un battement d'ailes de papillon, mille et une questions affleurent. Sa mère a-t-elle été heureuse ? Qu'est devenu son père après s'être volatilisé sans la moindre explication ? Tout se bouscule dans son esprit confus... Une légère brise qui fait bruisser les feuilles des arbres, une sensation singulière, inexplicable et Hiroshi se retrouve propulsé dans son corps d'adolescent de quatorze ans.

    Retour inopiné vers le passé, dans le quartier de sa jeunesse, mais en ayant toute conscience de l'invraisemblance, de l'impossibilité de la chose. Comment expliquer l'inexplicable ?... le bonheur de retrouver des personnes disparues est douloureusement atténué par le fait de savoir qu'on finira par les perdre à nouveau. A moins que ? Et si le passé pouvait être modifié ? Recommencer sa vie en sachant tout ce que l'on sait est un fantasme assez répandu, fantasme devenu réalité pour Hiroshi. Changer le cours des choses. Revivre ses premiers flirts. Empêcher son père de disparaître ou au moins en comprendre les raisons...

    Finesse du trait, noir et blanc parfait, nuances de gris étrangement lumineuses, finesse des sentiments, psychologie des personnages parfaitement maitrisée, nuance des sentiments exprimés et des expressions des visages à aucun moment figées ou monolithiques. Avec ce Quartier Lointain, Jirô Tanigushi est au meilleur de sa forme, au sommet de son art.

    Malgré son épaisseur et son poids, ce roman graphique ou ce manga, peu importe, nous emporte et nous transporte, avec la légèreté d'un battement d'ailes de papillon…


    Lien : http://bouquins-de-poches-en-poches.blogspot.fr/2013/06/quartier-loi..

    Commenter     J’apprécie          0 46         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par andman le 11/03/2013


    Pour une première pioche, j'ai eu la main heureuse !
    Néophyte en mangas mais très bien conseillé en la matière par une spécialiste Babelio, mon premier choix s'est porté sur Quartier Lointain de Jirô Taniguchi.
    Ce manga se lisant normalement de gauche à droite, le dépaysement n'est pas trop prononcé. La première fois, quand on peut, il vaut mieux éviter les changements radicaux…

    Il nous arrive parfois de penser avec nostalgie aux heures insouciantes de l'adolescence et avec regret à nos choix malheureux, mélange d'inexpérience et de timidité. le thème de ce manga s'inspire de cet état d'âme quelque peu mélancolique.

    Hiroshi, cadre tokyoïte de 48 ans, est en déplacement professionnel à Kyoto. le lendemain d'une réunion où visiblement il a un peu forcé sur le saké, il se trompe de train. Il voyage non pas vers Tokyo mais vers Kurayoshi la ville où il habitait jadis. Arrivé à destination, il se rend au cimetière du temple Genzen où repose sa maman et là, phénomène étrange, après une perte de connaissance il revient à lui dans la peau de l'adolescent qu'il était l'année de ses 14 ans.
    Il redécouvre la maison familiale et revit son année de collège, à la grande différence qu'il a conservé ses facultés intellectuelles d'adulte. Il impressionne évidemment son entourage par ses aptitudes surprenantes, sa capacité à prévoir l'avenir ; même la jolie Tomoko est sous le charme.

    Mais un fait majeur de son adolescence ne cesse de le perturber : le 31 août de cette année là, prétextant un rendez-vous, son père a quitté le domicile familial et n'est jamais revenu.
    Hiroshi arrivera-t-il à percer le secret de cet homme aimé des siens, arrivera-t-il à dissuader son père d'accomplir cet acte apparemment insensé ?

    Ce manga en noir et blanc au graphisme particulièrement expressif permet de découvrir le quotidien d'une famille japonaise d'après-guerre dont le mode de vie s'occidentalise peu à peu.
    Cette histoire empreinte d'onirisme est de toute beauté et finalement d'une grande sobriété, susceptible d'intéresser un large public.

    Commenter     J’apprécie          0 46         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par MachaLoubrun le 19/02/2014


    En revenant d'un voyage d'affaire, le train qu'emprunte Hiroshi se dirige vers Kurayoshi, sa ville natale, au lieu de prendre la direction de Tôkyô. Est-ce l'alcool qui lui joue des tours ? Hiroshi va se recueillir sur tombe de sa mère et s'évanouit. A quarante-huit ans, il redevient un adolescent de quatorze ans et revit l'année fatidique où sa vie a basculé, un 31 août, lorsque son père s'est lui aussi évanoui à tout jamais dans la nature, sans plus jamais donner signe de vie.

    Il vit intensément cette étrange expérience et porte un regard ambivalent sur ses proches et sur les évènements qui se succèdent. Il a en effet gardé toutes ses capacités intellectuelles d'adulte mais peut-il changer le cours des choses et ainsi modifier sa vie et celle de son entourage ? Au fur et à mesure que la date du 31 août approche, l'histoire gagne en intensité dramatique, Hiroshi sera-t-il retenir son père ?

    Jirô Taniguchi entraine le lecteur dans les brumes de la mémoire avec beaucoup de finesse et d'acuité, fidèle à son univers mélancolique, il lève le voile sur les liens amoureux ou familiaux et les secrets de famille, tandis qu'Hiroshi chemine vers le pardon.

    Retrouvez vous aussi Le Quartier lointain d'Hiroshi, cette histoire bouleversante ressemble à un conte philosophique et renvoie chacun de nous à sa propre histoire.








    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la critique



  • Par sylvie le 04/05/2008


    e lis peu de BD, et ne connais pas les mangas. Mais je sais que ce que nous croyons désigner par un genre n'en est finalement pas un...
    Ou plutôt, qu'il en existe des centaines de sortes sous ce terme générique qui veut dire \"histoires illustrées\" ou dessinées...
    Je dirai donc que nous sommes en présence d'un \"roman graphique\" japonais.
    Ce manga parait d'ailleurs dans la collection intitulée \"écritures\" aux éditions Casterman.
    Le scénario est excellent ! On suit le héros pour un voyage dans le temps, qui devient un véritable parcours initiatique, pour finalement aboutir à un trajet intime ou à un cheminement intérieur.
    Le sujet traité semble être celui des crises d'identité éprouvées à l'adolescence et en milieu de vie... le génie de l'auteur, est qu'ici, grâce aux pouvoirs de la littérature, l'homme de cinquante ans se retrouve dans la peau de l'adolescent qu'il était à quatorze.
    L'étrange dialogue intérieur de ce personnage hybride va donner une belle profondeur à l'intrigue qui se déroule sous nos yeux incrédules et qui ne peut se réduire à un simple voyage fantastique.
    A la fin du récit l'homme regagnera la vie qu'il était en train de fuir, fort d'un savoir acquis aux sources de ses blessures d'enfance.
    Cette histoire est plongée dans un décor réaliste dessiné minutieusement. La multitude et la précision des détails donnent une dimension poétique à l'ensemble de l'œuvre. Chaque chapitre est illustré par un titre et par une image qui met les personnages en scène avec beaucoup d'émotion.
    J'ai aimé me plonger dans cette histoire dessinée et suivre les personnages attachants dans leur vie quotidienne et japonaise des années 60 aux années 90. J'ai été troublée et touchée par l'expérience hors du commun du héros, qui va se poser des questions existentielles pour trouver quelques réponses et beaucoup d'énigmes
    http://sylvie-lectures.blogspot.com/2008/05/quartier-lointain-jir-taniguchi.html

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par MissG le 14/10/2012


    Marié, père de deux filles, Hiroshi par le biais du hasard se trompe de train et se retrouve dans la ville de son enfance.
    Ses pas le conduisent jusqu'au cimetière où repose sa mère et c'est là qu'il tombe dans un sommeil profond pour se réveiller ... dans son passé, à l'époque de ses 14 ans, mais dans sa tête il a toujours son âge actuel de 48 ans.
    Il redécouvre alors son quartier, sa maison, sa famille : "Ce quartier autrefois familier, je l'avais cru lointain, à jamais enfoui dans ma mémoire. Je me tenais pourtant en son coeur, immobile et désorienté.", ses amis à l'école, et se rend compte qu'il est retourné l'année où son père a quitté le domicile pour ne jamais y revenir.
    Hiroshi va alors tenter de changer le passé, de trouver la raison qui a conduit son père à les abandonner et de tout faire pour qu'il change d'idée et reste avec eux.

    Thème maintes fois abordé en littérature, la question "Peut-on changer son passé ?" est ici abordée sous l'angle d'un retour dans le passé, mais où un garçon de 14 ans se retrouve affublé de l'esprit et de la connaissance du futur d'un homme de 48 ans : "Comme chaque matin, je me suis réveillé avec l'espoir d'ouvrir les yeux sur ma vie d'adulte ... Mais rien n'avait changé, j'avais toujours 14 ans ... Une chose était différente pourtant, c'étaient les 14 ans : ... Ils n'étaient plus les mêmes "qu'avant".".
    Il est illusoire de croire à un conte de fée et à une fin heureuse, malgré les atouts dans son jeu Hiroshi ne pourra pas rebattre les cartes de son passé pour le changer : "Le passé ... Finalement, j'avais été incapable de le changer ... J'avais 14 ans, j'étais collégien et j'étais un bon à rien.".
    A la place, son esprit d'adulte lui permettra de s'ouvrir aux autres, d'être plus mâture que ses 14 ans :"Avec le temps nous croyons grandir ... Mais la maturité n'est qu'un leurre, une entrave à notre âme libre d'enfant.", et finalement, grâce à cela, d'apprendre le passé de ses parents, comment ils se sont rencontrés et quelle vie ils menaient avant, et pour lui, d'ouvrir les yeux sur sa vie actuelle, de redécouvrir sa famille, avec qui il vit mais d'une façon aveugle, habitué à la routine et au quotidien.

    "Quartier lointain" est un livre difficile à classer, il tient à la fois de la bande dessinée, du manga, du roman graphique, les deux volumes faisant à eux deux un peu plus de 400 pages.
    L'histoire est prenante et touchante, et surtout, elle est construite de façon intelligente, apportant une variation sur le thème du retour dans le passé, étant donné que le personnage principal garde son esprit d'adulte dans un corps d'enfant.
    "Quartier lointain" est également une palette d'émotions, il y a à la fois de la nostalgie, de la tristesse, une forme de mélancolie, mais aussi de l'humour, des situations cocasses, et les premiers émois de l'adolescence et de l'amour.
    Servi par des dessins de qualité, ce récit se lit avec beaucoup de plaisir, d'autant que le graphisme de Jirô Taniguchi est agréable à voir et transmet parfaitement au lecteur les paysages, les lieux de l'action, les émotions des personnages, sans oublier quelques précisions culinaires apparemment chères à l'auteur, puisqu'il était déjà question de nourriture dans "Les années douces".
    Je mettrai un petit bémol : les dessins sont en noir et blanc, uniquement les six premières pages sont en couleur et je n'ai pas compris la raison de ce changement : le noir et blanc pour le retour dans le passé aurait été compréhensible, or là, même lorsque Hiroshi revient dans le présent le noir et blanc reste; à moins qu'il ne s'agisse d'une erreur lors de l'impression de cette intégrale.
    La mise en couleur était d'ailleurs jolie, c'est quelque peu frustrant de ne voir que quelques pages en couleur et le reste en noir et blanc, d'autant que cela n'aurait pas dénaturé l'histoire ni ne lui aurait ôté sa profondeur et les sentiments qui s'en dégagent.
    J'ai été touchée par l'histoire et par la beauté du graphisme, l'oeuvre de Jirô Taniguchi me plaît décidément beaucoup et se laisse découvrir avec plaisir.

    "Quartier lointain" de Jirô Taniguchi est un magnifique roman graphique japonais où cohabitent des émotions diverses et qui, sous couvert d'une histoire presque banale, cache une forme de philosophie et de questions existentielles qui apportent quelques réponses au personnage principal mais surtout en soulèvent d'autres qui restent sans réponse, le mystère gardant ainsi toute sa saveur.


    Lien : http://lemondedemissg.blogspot.fr/2012/10/quartier-lointain-de-jiro-..

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Yggdrasil le 03/03/2014


    le temps qui passe, inexorablement empreint d'amertume et de nostalgie laisse des séquelles à jamais gravées dans nos cœurs. Hiroshi, 48 ans, honorable père de deux filles semble épargné par ces tracas. de retour d'un rendez-vous d'affaire arrosé plus que de raison, ses pas l'entrainent vers le mauvais quai, le mauvais train. Au lieu d'aller vers son présent son foyer, le super hakuto file vers son passé, vers Kurayoshi la ville de son enfance. Par manque de volonté, par fatalisme, Hiroshi se laisse emporter, bercer par la douceur du spleen. Et soudain, le visage de sa mère resurgit devant lui, reflet éphémère aperçu au travers d'un miroir. Ipso facto, la boite de pandore s'entrouvre libérant le flot des souvenirs, des émotions, des afflictions : la mort de sa mère. Bouleversé, Hiroshi fuit son passé, l'ombre de son enfance, de ses peines et cherche la quiétude, le réconfort dans le temple Genzen où repose sa mère. Et le temps d'un battement d'aile de papillon, le voici plongé au cœur de son adolescence.

    48 ans et le corps d'un adolescent, le moment des questions, des redécouvertes, de l'incompréhension. L'espoir d'influer sur les choses, de comprendre les vides laissés. Hiroshi profite de cette seconde chance pour apprendre à vivre heureux, mais très vite le poids du véritable passé pèse sur lui. La complétude lui apparaît, le hante. Tiraillé entre peur de changer son futur, volonté d'affronter ce jour fatidique, et l'amour naissant pour la belle Tomoko, le jeune Nakahara semble crouler sous le poids des responsabilités.

    Ô combien d'entre nous aimeraient reprendre le cours des événements, tirer telles les parques sur les fils du destin, se tracer une nouvelle voie, ne plus avoir ni remords ni regrets ni culpabilités; le temps d'une histoire Jiro Taniguchi nous rend maître du destin, nous renvoie dans les prémices de l'adolescence. Dans l'univers des non-dits, des mauvais choix, de la quête identitaire, Hiroshi apprend, mûrit.

    Parce qu'il ne peut changer les choses, il comprend ses erreurs, grandit. En fouillant le passé, des blessures vont surgir, des plaies qui ne sont pas les siennes mais qu'Hiroshi transporte malgré lui.


    Lien : http://pmasq.wordpress.com/2014/03/02/quartier-lointain-lintegrale/

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Pavlik le 28/04/2014


    On dit souvent de Taniguchi qu'il est le plus européen des mangakas. Sans doute est-ce du à la finesse de son trait qui évoque la ligne claire. Premier manga primé à Angoulême, Quartier lointain est un album aussi fascinant que bouleversant.
    Récit intime teinté de fantastique, l'histoire est celle d'un quadragénaire à la dérive, projeté dans le passé, dans le corps de ses quatorze ans. le temps d'un été, il aura l'occasion de revivre un moment clé de sa jeunesse, celui ou son père a quitté le domicile familiale, laissant un foyer brisé.

    Avec son dessin hyper réaliste, très fin, tout en nuances de gris, Taniguchi crée une ambiance mélancolique, introspective. Les détails sont foisonnants, le découpage des cases très classique (pas besoin d'esbroufe quand on dessine comme ça). le thème du temps qui passe et des rêves que nous laissons en chemin est magnifiquement traité. Taniguchi, au final, pose la seule question qui vaille le coup : que faire de sa vie ?

    Si l'on ne doit lire qu'un album de cet auteur c'est celui-ci.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Seraphita le 30/12/2011


    9 avril 1998 : Hiroshi Nakahara, 48 ans, revient dans son foyer, à Tokyo, par le train. La veille, il a travaillé durement et un peu trop forcé sur l'alcool. Quand il découvre que le train dans lequel il se trouve va le conduire vers sa ville natale et non Tokyo, comme il le projetait, il s'étonne mais ne se formalise pas trop. Sa gueule de bois doit expliquer cette bizarrerie. Arrivé à destination, ses pas le mènent au temple Genzen où sa mère est enterrée : voilà 23 ans qu'elle est morte. Au pied de sa stèle, Hiroshi se souvient : son père a disparu lorsqu'il était en 2e année de collège. Une disparition subite, inexpliquée. Hiroshi s'endort, franchit « la porte vers le lointain » et se réveille dans le corps de l'adolescent de 14 ans qu'il a été, peu de temps avant la disparition de son père. Remis du choc de cette transmutation, il formule un vœu : dissuader son père de disparaître…

    Une BD délicieuse, tout en délicatesse : délicatesse du graphisme, tout d'abord, qui souligne des passages, des transformations ( à l'image de « la porte vers le lointain » où les mots sont absents et les dessins suggèrent le voyage d'Hiroshi dans le temps, ou lors des baignades en mer en compagnie de la belle Tomoko). Délicatesse des mots choisis par l'auteur, notamment dans les intitulés des chapitres qui découpent la BD. le premier titre : « La Porte vers le lointain » laisse présager la poésie qui va habiter toute l'œuvre.

    Une BD qui laisse aussi place à l'humour. On rit souvent des péripéties du jeune Hiroshi : on se souvient que l'homme de 48 ans était un buveur invétéré. le jeune Hiroshi de 14 ans n'a pas oublié les joies de l'alcool, mais son corps frêle ne peut supporter les mêmes doses qu'un adulte… Aussi, les scènes d'ivresse de l'adolescent sont-elles cocasses aux yeux du lecteur, un peu moins pour ses parents qui savent le rappeler à l'ordre…

    Une BD emplie d'émotions contrastées, au final, autour du thème de l'enfance : Jirô Taniguchi évoque à merveille la nostalgie d'une enfance révolue qu'on aimerait rejouer et transformer, l'adolescence et ses amours naissantes, les amitiés fortes, la scolarité… Des thèmes qui se déroulent ici au Japon mais qui apparaissent singulièrement universels…
    Un final, en clin d'œil, « au voyageur du temps ».

    Laissons-nous transporter, en un peu plus de 400 pages, sur les ailes de l'enfance, du temps…

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par CHATPITRE le 22/11/2013


    Peut-on revenir dans le passé et influencer son avenir ?
    Avons-nous fait le bon choix quand à notre vie future ?
    Faut-il regretter la route que l'on s'est choisie, et l'avons nous réellement choisi ? Autant de questions sans réponse, mais dont "quartier lointain" nous donne un éclairage.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique






Sur Amazon
à partir de :
24,50 € (neuf)
20,82 € (occasion)

   

Faire découvrir Quartier lointain : L'intégrale par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (10) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (1112)

> voir plus

Quiz