Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Patrick Honnoré (Traducteur)

ISBN : 2203396415
Éditeur : Casterman (2006)


Note moyenne : 4.11/5 (sur 131 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Mais qui croira mon histoire ? Moi-même, parfois, je me demande si tout cela est réellement arrivé...

Une nuit d'été, un terrible accident a lieu dans une rue de la banlieue de Tokyo, entre un motard et une fourgonnette. 10 jours plus tard, le conducteur ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (35)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lorraine47, le 27 avril 2014

    Lorraine47
    Un ciel radieux, est un titre léger et enjoué portant sur un sujet difficile à traiter: la transmutation de l'âme.
    Comment l'âme de Kazuhiro Kubota, quadra surmené et père de famille vient-t-elle élire domicile dans le corps du jeune lycéen et amateur de trial Takuya Onodéra? Mais surtout pourquoi?
    Je poursuis ma découverte de l'oeuvre de Jirõ Taniguchi comme le petit scarabée que je suis, avec humilité et attention pour ce grand maître. Le sujet pourrait prêter à sourire mais c'est une fois de plus un parcours philosophique qui nous est proposé dans cet ouvrage.
    J'ai lu la postface avec une attention particulière. Oui, la mort d'un proche est une épreuve incommensurable, unique pour chacun de nous. Mais au delà de cette douloureuse étape, nous retenons que comme le deuil, certains événements peuvent nous permettre de changer le cours de nos vies et d'en apprécier la valeur.
    Je laisserai le dernier mot à un auteur qui compte désormais pour moi: " Cela prend longtemps pour accepter en soi la disparition d'un être aimé. Et je crois que c'est en mettant de l'ordre dans ses sentiments, en surmontant sa détresse et en prenant un nouveau départ, que l'on grandit."
    Je ne ferai aucun commentaire sur les illustrations en noir et blanc, remarquablement émouvantes.
    Un ciel radieux... Le paradis à portée de main!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 50         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par InstinctPolaire, le 23 novembre 2012

    InstinctPolaire
    Je m'appelle Kazuhiro Kobuta et je suis l'archétype du cadre japonais surmené. L'esprit bouillant de bilans, de retards, d'objectifs à satisfaire, j'en ai oublié ma famille. Je n'ai pas écouté les conseils de Michiko mon épouse qui me disait de me ménager. Je me suis rendu compte que depuis près de six mois, je néglige ma fille Tomoni. Pris dans la spirale d'une fuite en avant éperdue, dont je ne confie l'angoisse qu'à mon journal intime que je cache des miens.
    Le 3 juillet, terrassé de fatigue, j'ai pris le volant. J'ai eu un accident. Dix jours après, je suis mort.
    Mais...
    Je m'appelle Takuya Onodéra et je suis l'archétype de l'adolescent rebelle. Je nourri des reproches contre des parents trop stricts. Dans le moto-cross j'ai retrouvé des sensations de liberté.
    Le 3 juillet, j'étais en moto quand cette camionnette face à moi a fait une embardée. J'ai eu un accident. vingt-deux jours après je suis sorti du coma.
    Mais...
    Nous sommes le 1er août et je viens d'avoir une révélation : Moi, Kazuhiro Kobuta – enfin mon âme – est enfermée dans le corps du jeune homme à moto que j'ai renversé : Takuya Onodéra. Que faire de cette vérité impossible à admettre ?
    Aujourd'hui c'est le 2 septembre. Moi, Takuya, je ne comprends pas ce qui m'arrive. J'ai rêvé de motocross cette nuit. Je crois que je suis redevenu – un peu – moi-même... Mais un autre vie en moi...
    Combien de temps me reste-t-il pour mettre de l'ordre dans mes affaires avant que Takuya ne revienne et que moi, Kazuhiro, ne disparaisse ?...
    Il est rarement accordé à une personne l'opportunité de revenir sur ses erreurs passées pour en demander pardon aux personnes qu'on a négligé. Par un caprice de la Destinée, Takuya, l'adolescent revêche devient le canal de cette rédemption pour Kazuhiro, le quadragénaire épuisé. Celui qui ne connait pas le monde aide celui qui l'a manifestement mal compris. Celui qui est conscient d'avoir commis des fautes devient le révélateur ce celui qui n'a pas compris la chance qui lui est accordée.
    " Un Ciel Radieux est désormais achevé. Que pourrai-je ajouter ? Il me suffit de penser que le lecteur, après la découverte de ce récit,se sentira peut-être ému ". Ainsi Jiro Taniguchi commence-t-il la Postface de ce manga..
    Un peu ému est un doux euphémisme....
    Un récit incroyable, beau, chargé de sens et d'une grande force émotionnelle que rend à merveille le minutieux travail de M. Taniguchi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 34         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Chrisdu26, le 23 juillet 2013

    Chrisdu26
    «Mais qui croira mon histoire ? Moi-même parfois, je me demande si tout cela est réellement arrivé…»
    Kazuhiro, en voiture, et Takuya, en moto, se font face sur la route. le premier est harassé par un travail exigeant et le deuxième à la fougue de la jeunesse. L'accident est inévitable.
    Kazuhiro meurt. Takuya est dans le coma. Mais n'est-ce pas le contraire ?
    Après 22 jours de combat, miracle ! Takuya sort du coma. Mais effet étrange, il ne reconnait pas les siens. Pourquoi tout le monde l'appelle Takuya, il y a erreur sur la personne, son nom est Kazuhiro !
    Durant le choc accidentel, la conscience du père de famille a pris place dans celle du jeune homme de dix sept ans. Mais que se passe-t-il quand Takuya veut reprendre possession de son corps mais que celui-ci est bien trop petit pour deux âmes écorchées ? Kazuhiro prend le dessus. Il n'est pas dans ce corps par hasard, il lui reste tant de chose à accomplir, à dire à ses proches. Mais comment faire ? le temps lui est-il compté ? Il veut coûte que coûte revoir la femme de sa vie et sa fille qu'il a laissées dans le chaos. Il n'a pas d'autre choix, Takuya doit lui venir en aide. Mais la cohabitation dans ce jeune corps s'avère difficile. Les familles respectives sont dépassées, comment croire l'impensable ? Les non-dits, les secrets, les silences, les doutes viennent s'entremêler dans cette douloureuse convalescence.
    Kazuhiro prend conscience du surmenage qui l'a conduit à sa perte, éloigné de sa femme et se rend compte du gâchis. Quant à Takuya il lui reste tant de chose à apprendre et comprendre sur ses parents que son jeune âge a réfuté.
    La sagesse et la jeunesse vont s'affronter, se lier, se délier. Une remise en question pour ces deux êtres que la vie n'a pas épargnés. Un duo difficile surtout quand l'un veut reprendre ses droits et possession de ses facultés tandis que l'autre se bat pour accomplir sa mission avant, mais avant quoi ?
    Kazuhiro acceptera-t-il l'évidence ? Takuya reprendra-t-il possession de sa vie au dépend de l'autre ?
    Un face à face splendide entre résilience et rédemption que Jirô Taniguchi mène de main de maître. Un manga sublime, rempli d'émotion. Une écriture qui prend possession de notre conscience et nous tire les larmes. Une philosophie de vie qui nous percute et nous ramène aux vraies valeurs, à l'essentiel.
    Taniguchi : Emotion, Sensibilité et Vérité, quel Pléonasme !
    Un ciel radieux ? Un ciel parfait que mon âme n'est pas prête d'oublier…


    Lien : http://marque-pages-buvard-post-it.blogspot.fr/2013/07/un-ciel-radie..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Missbouquin, le 01 novembre 2012

    Missbouquin
    Ce roman graphique de 200 pages se dévore tout bonnement ! Il faut dire que les dessins de qualité aident à entrer dans le rythme. Et j'avoue que l'histoire aurait sûrement moins bien rendu en roman classique.
    Tout commence par un accident de la route : fatigué, à bout de nerf, Kubota renverse un jeune lycéen en moto, Takuya. Kubota est tué sur le coup, laissant une femme et une petite fille, mais Takuya, après plusieurs semaines de coma, finit par se réveiller. Seulement il ne se rappelle de rien, il ne comprend pas ce qui se passe et ne reconnaît pas les gens autour de lui, qui semblent le prendre pour un autre. En réalité, il semblerait qu'au moment de l'accident, l‘esprit de Kubota soit passé dans le corps du jeune garçon. Très vite, il comprend qu'il ne dispose que d'un sursis, qui semble lui être laissé pour régler une dernière chose … avant que l'esprit jeune et fort de Takuya ne reprenne le dessus …
    « Kazuhiro Kubota .. c'est son nom .. cet autre qui vit en moi … Mais qui croira à mon histoire ? Moi-même, parfois, je me demande si tout cela est bien arrivé. »
    Cette histoire est envoûtante, très bien menée et pleine d'émotions. Si l'on a envie de donner des claques à l'ancien Takuya, on ne peut s'empêcher d'avoir le cœur serré face aux adieux de Kubota à sa famille …
    Un très beau roman graphique à découvrir, qui traite remarquablement bien du deuil. Comme le dit l'auteur lui-même : « même si l'histoire est un peu étrange, j'ai voulu représenter avec les moyens de la bande-dessinée les conflits et les tiraillements du cœur, l'affliction qu'il y a à accepter la mort d'un être et ce qu'il faut faire pour partir sans laisser aucun conflit intérieur non résolu derrière soi. »

    Lien : http://missbouquinaix.wordpress.com/2012/11/01/les-livres-non-chroni..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Noctenbule, le 19 avril 2013

    Noctenbule
    Une histoire qui surprend, qui étonne et qui est rempli de douceur. Jirô Taniguchi met toujours l'homme au coeur de ces histoires.
    Deux hommes que seul la mort rapproche.
    Un cadre, quadragénaire, surmené et exploité par son entreprise, Kazuhira Kobuta, qui en oublie sa famille. Il l'aime mais le temps passe vite qu'il n'arrive pas à profiter de ces moments de bonheur avec sa femme Michiki et sa fille Tomoni. le 3 juillet, il a prie le volant épuisé et un accident a eu raison de lui. 10 jours plus tard, il mourut à l'hôpital.

    Un adolescent rebelle de 17 ans, qui déteste ces parents et passionné de moto-cross, Takuya Onodéra. le 3 juillet, au volant de sa moto, il se fait percuté par une voiture. 22 jours plus tard il sort du coma.
    L'être qui sort du coma est l'esprit de Kazuhiro. Normal qui ne reconnaît pas son entourage. Ce n'est pas le sien. Que faire? A qui en parler? L'esprit de Takuya vient parfois à travers des rêves où des migraines. Il veut reprendre possession de son corps.
    Kazuhira veut revoir sa famille et leur donner un message avant qu'il parte à jamais. Une parole de regret et aussi d'amour. Les hommes vont échanger à travers ce corps pour chacun prendre un chemin meilleur.
    J'ai découvert Taniguchi lorsque j'étais adolescente et depuis je n'ai cessé d'aimer le lire, le relire et le redécouvrir. L'homme possède t'il une âme? Cela pourrait être le sujet, mais quand on parle de la mort ou parle aussi de la vie. Des gens qui espèrent que vous allez rester vivant et en bon état de santé physique et psychique. Et d'autre part, les gens qui doivent faire le deuil de la personne que l'on a aimé. Un mélange d'espoir et de blessures qui se mêlent pour faire de l'homme un être différent, peut-être meilleur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 4         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • BulledEncre , le 06 février 2014
    Une belle leçon de vie emplie d’optimisme et de poésie sur le sens de la vie, le deuil, l’amour…
    Lire la critique sur le site : BulledEncre

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Stouph, le 12 septembre 2010

    Un ciel radieux est désormais achevé. Que pourrais-je ajouter ? Il me suffit de penser que le lecteur, après la découverte de ce récit, se sentira peut-être ému.

    Toutefois, si je devais apporter un commentaire, je dirai ceci : je crois que dans le cours de toute existence, certains événements, certaines expériences sont capables de nous faire changer notre façon de vivre. Ces événements, ce sont ceux au cours desquels on retrouve la conscience objective de soi-même, sa nature profonde, au-delà du personnage que l'on incarne dans les conventions de la vie quotidienne.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par cicou45, le 16 juillet 2011

    "Encore maintenant, perdre tout à coup un être qui a vécu près de soi, c'est un grand trou qui s'ouvre. Mais on ne peut pas vivre non plus avec cette béance dans le coeur en permanence. Cela prend longtemps en soi d'accepter la disparition d'un être aimé. Et je crois que c'est en mettant de l'ordre dans ses sentiments, en surmontant sa détresse et en prenant un nouveau départ, que l'on grandit."

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Stouph, le 12 septembre 2010

    Je pensais qu'une fois que j'aurai revu Michiko et Tomomi...
    ... Je pourrais accepter de mourrir sereinement ... mais en fait, c'est pas si simple...

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par marina53, le 20 avril 2012

    Au point de départ de cette histoire, il y a l'idée que chaque être humain, au cours de sa vie, peut découvrir les quelques choses essentielles, une ou deux tout au plus, qui comptent réellement pour lui.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Missbouquin, le 01 novembre 2012

    « même si l’histoire est un peu étrange, j’ai voulu représenter avec les moyens de la bande-dessinée les conflits et les tiraillements du cœur, l’affliction qu’il y a à accepter la mort d’un être et ce qu’il faut faire pour partir sans laisser aucun conflit intérieur non résolu derrière soi. »

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
13,04 € (neuf)
14,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Un ciel radieux par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz