AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754806962
Éditeur : Futuropolis

Note moyenne : 3.91/5 (sur 82 notes)
Résumé :
Michel Hartog, milliardaire et architecte, choisit une ex-aliénée, Julie, pour s’occuper de son neveu dont les parents sont morts. La jeune femme et l’enfant, Peter, sont rapidement enlevés par un couple de truands aux ordres d’un tueur à gages nommé Thompson qui lui-même est aux ordres d’un commanditaire mystérieux. Julie découvre que derrière un kidnapping crapuleux pour lequel on veut lui faire porter le chapeau, se cache plus simplement une tentative de meurtre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
LePamplemousse11 mars 2015
  • Livres 4.00/5
Vous engageriez comme nounou pour votre neveu de sept ans une jeune fille qui vient de passer cinq années dans une institution psychiatrique ?
Ca parait dingue mais croyez-moi, dans ce roman, c'est peut-être le truc le plus censé qui soit !
Entre une course poursuite à travers la France avec des tueurs, une bande de bras-cassés qui s'appellent Bibi, Coco ou Nénesse et qui ont la gâchette facile, un vrai tueur qui passe tout le roman à vomir, une jeune fille complètement siphonnée, pas un personnage pour rattraper l'autre dans ce périple de cinglés.
L'écriture est nerveuse, rapide, sans temps morts, pas de psychologie, pas de description, juste des faits bruts, comme un grand verre de scotch qu'on boirait cul-sec, sans glaçon !
Commenter  J’apprécie          290
Renod
Renod03 juin 2016
  • Livres 4.00/5
Michel Hartog a hérité d'une fortune colossale à la mort son frère et de sa belle-soeur. L'homme a la réputation de faire le bien. Par exemple, le personnel de sa propriété cossue de Neuilly-sur-Seine n'est composé que de personnes en situation de handicap. Et lorsqu'il doit embaucher une nouvelle nounou pour son neveu, un garçon dénommé Peter, il va la chercher à la sortie d'un hôpital psychiatrique. Julie y a passé cinq années. Sans liens familiaux, de condition modeste, elle est surprise par le luxe qui s'offre à elle. Ses premiers contacts avec ce garçon gâté et capricieux sont compliqués. Elle décide un matin de l'emmener au parc. Après quelques minutes, la nurse et l'enfant sont kidnappés par trois individus patibulaires. Qui sont ces mystérieux ravisseurs ? Ont-ils un lien avec l'ennemi de Hartog qu'elle a croisée à son arrivée dans l'hôtel particulier ? C'est le début pour Julie et Peter de périples qui vont les mener aux quatre coins de la France…
Une jeune fille déséquilibrée et un enfant capricieux poursuivis par toutes les polices de France et un tueur à gages accompagné de deux hommes de main…. Qui est leur commanditaire ? L'histoire est chargée d'action avec des scènes qui rendraient parfaitement au cinéma. Je pense au prologue mais aussi à la pétarade du Prisunic ou la scène finale dans la Tour au Maure… Cette intrigue animée est servie par une écriture travaillée et nerveuse. L'histoire n'a pas pris une ride si ce n'est quand l'auteur mentionne des modèles de voitures : Ford Capri, Renault 4 & 16, Simca 1500, DS, etc. Et Manchette s'est amusé à citer le titre de plusieurs quotidiens ou hebdomadaires au cours du récit. Je ne sais pas s'il l'a fait par jeu ou après avoir perdu un pari...
Le roman est peu politisé. Il y a peut-être une dialectique entre Fuentès, l'architecte fantasque, et Hartog, l'architecte utilitariste, mais il n'st pas aussi marqué que les autres titres. le roman convient parfaitement au format « Série noire » de cette époque : court, rythmé et remuant. Il est agréable à lire mais pas inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
lonesloane
lonesloane30 novembre 2011
  • Livres 5.00/5
Michel Hartog est un architecte pour le moins original, tant de par ses créations aussi novatrices que farfelues, que dans sa façon de vivre décalée et un tantinet philanthropique. Il faut dire que depuis la mort accidentelle de son frère et de sa belle soeur quelques années auparavant, il est devenu le richissime héritier d'un empire financier aussi important qu'improbable. Comme pour mieux illustrer son besoin de faire le bien autour de lui, il ne s'entoure que de gens à la dérive dans la société, estropiés et marginaux de tous poils. C'est donc tout naturellement qu'il va recruter Julie, qui vient de passer cinq longues années en asile psychiatrique, pour s'occuper de Peter, le neveu dont il est devenu le représentant légal.
Mais très rapidement les évènements vont tourner à la catastrophe. Julie et Peter sont enlevés par une bande de malfrats dont le chef semble être un certain Thompson, tueur à gages à la réputation sulfureuse, lui même aux ordres d'un mystérieux commanditaire. On pensera d'abord à un rapt « classique » visant à obtenir un rançon tout en cherchant à faire porter le chapeau à Julie (quoi de plus facile que de « charger » une jeune femme au passé si fragile), mais cette dernière comprendra vite que Peter et elle sont au coeur d'une affaire bien plus sordide, et que c'est leur mort qui est programmée. Au prix d'une lute acharnée, et de quelques dommages collatéraux, elle parviendra à s'échapper avec son jeune protégé à travers les campagnes françaises. La vie mouvementée de Julie lui a appris à ne pas faire confiance aux flics, elle décide donc de fuir seule avec le petit pour tenter de rejoindre Hartog dans sa résidence « la tour Maure » isolée en plein coeur du Vercors.
C'est alors un hallucinant « road movie » qui s'engage avec pour décor la campagne française dans toute sa splendeur. Une course poursuite infernale dans un univers triste et lugubre largement accentué par le trait si caractéristique de Jacques Tardi. Prenez en trame scénaristique un roman de Jean-Patrick Manchette et c'est le pompon, fusillades à tour de bras (je repense avec délectation à la scène du supermarché, une pure merveille), et un suspense qui va crescendo tout au long de l'ouvrage, pour offrir au lecteur médusé, un final sur une dizaine de pages à couper le souffle.
Croyez moi, c'est jouissif à souhait, un grand moment de bande dessinée. J'avais déjà pris un énorme plaisir à la lecture des deux précédentes adaptations de romans de Manchette par Tardi le petit bleu de la côte ouest » et « La position du tireur couché »), mais là, j'ai le sentiment qu'on a passé encore un palier. C'est superbement maitrisé, comme si Tardi avait trouvé le ton juste, le recul nécessaire pour encore mieux s'approprier la noirceur du roman originel. Et puis le trait si caractéristique de l'auteur s'adapte à merveille à l'ambiance lourde qui règne de la première à la dernière page, ces paysages campagnards mélancoliques retranscrits à la perfection, une galerie de personnages improbables à la gueule cassée que lui seul est capable d'imaginer avec autant de brio. Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré « Ô dingos, Ô châteaux » et je n'ai pas peur de le considérer comme une pièce maîtresse (une de plus) de l'oeuvre de Jacques Tardi. Oui, affirmons le, toute bibliothèque digne de ce nom se doit de posséder dans ses rayonnages ce petit bijoux de la bande dessinée.
Lien : http://testivore.com/o-dingo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LVI
LVI21 mars 2012
  • Livres 3.00/5
Besoin d'amour !

En 1977 parait ‘Griffu', la première intromission de l'anar Tardi dans l'univers déjanté de l'agoraphobe et grand fumeur, mais surtout ancien militant d'extrême gauche JP Manchette (1942-1995) ; et ce n'est pas une adaptation, mais bien un scénario original que celui-ci a livré au rebelle Tardi, qui, longtemps après, reviendra aux déclinaisons policières de Manchette, en 2005 avec ‘Le petit bleu de la côte ouest', en 2010 avec ‘La position du tireur couché' et donc maintenant en 2011 avec ‘O dinguos, ô châteaux' (le titre est emprunté à Rimbaud : ‘O saisons, ô châteaux' des ‘Illuminations' : « Quelle âme est sans défauts ? »).

Le roman date de 1972 et a valu à l'époque le ‘Grand prix de la littérature policière' à son auteur.

En 92 pages en N&B, le libertaire Tardi adapte le gaucho Manchette et nous raconte l'histoire d'une délinquante juvénile, qui, après avoir passé cinq ans en HP, se voit proposée de devenir la nounou d'enfer du très jeune neveu d'un architecte raté devenu le tuteur du riche héritier et donc nouveau maître du blé et qui n'engage que des infirmes et des ‘tarés', sauf qu'un tueur fou secondé par deux nuisibles enlève aussitôt les deux perdreaux, qui réussissent toutefois assez rapidement à leur échapper, engageant ainsi une folle et meurtrière course-poursuite à travers les tristes paysages de ‘Navarre'…

Comme à chaque fois que le rebelle Tardi s'intéresse à l'oeuvre du démolisseur Manchette, le récit prend largement le pas sur le dessin, d'un classicisme décourageant (on se croirait revenu au temps de ‘Rumeurs sur le Rouergue'), qui fait de ces albums-là du dernier des Communards plus de strictes illustrations des romans de Manchette que de véritables oeuvres picturales signées Tardi : nous sommes loin en effet du ‘Démon des glaces' et de ses vignettes et planches dignes des gravures d'antan par exemple. Si donc vous avez juste envie de lire une adaptation dessinée de ce roman de Manchette, vous serez probablement aux nues ; mais si vous vous intéressez avant tout au génie de l'auteur engagé Tardi, tournez-vous plutôt vers ses adaptations de Léo Malet ou son feuilleton ‘Le cri du peuple' au travers desquelles il laisse une empreinte indélébile dans l'histoire du roman graphique français : Tardi lui-même s'est toujours plus intéressé à la création d'ambiance et donc aux décors (ce qui rend même les aventures d'Adèle Blanc-Sec, pourtant plus que tirées par les cheveux, plus ou moins intéressantes) plutôt qu'aux personnages : dessiner les rues d'une ville, ses ombres, le brouillard, les pavés luisants, les réverbères blafards, les petits bars miteux et décrépits, les lueurs d'hiver qui donnent un petit frisson, des pans d'immeubles avec de petites fenêtres qui laissent entrevoir une petite lumière, les édifices, les portails, les cimetières et les musées, mais aussi les tristes pavillons de banlieue, c'est ce qui fait la patte Tardi et qui n'existe en rien dans ses adaptations récentes de JPM (le ‘Griffu' d'autrefois étant une exception).

Mais comme toujours chez le révolutionnaire Tardi, le dessin est précis et le trait réaliste, l'histoire s'adressant autant à l'estomac qu'au cerveau. le désarroi est à l'honneur et le tout est totalement lugubre. En fait, cette histoire de plomb baladeur, d'héroïne brisée et de tueur qui a la rate qui se dilate, nous donnerait presque comme un léger picotement sous la langue, une envie de Deauville, de Bugatti et de satin. Alors si cette ballade au coeur du noir d'encre vous dit, n'hésitez pas, of course !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
antoineperroud
antoineperroud20 août 2013
  • Livres 4.00/5
Ô Dingos, ô Châteaux !, Jacques Tardi adapte Jean-Patrick Manchette, troisième épisode. Ce roman, antérieur de quelques années au Petit bleu de la côte ouest et à La position du tireur couché, pose les bases de ce qui deviendra le néo-polar ou roman noir, genre que Manchette affina et revendiqua toute sa vie. Taper dans le concret, cracher au visage de la société pour mieux en dénoncer les dérives, ce récit ne fait pas dans la dentelle. L'histoire, avec sa distribution délirante (un tueur professionnel rongé par la folie, des hommes de main aussi obtus que les pandores sur leurs basques, un grand-patron prétendument bienfaiteur mais véritablement amoral et une garde d'enfant tout juste sortie de l'asile, sans être vraiment guérie), n'est que prétexte à une longue descente en enfer dans la réalité de la France de Pompidou.
Au moment de sa parution en 1972, le sujet et le style voulaient refléter leur époque, presque quarante ans plus tard, sa version dessinée conserve, d'une manière inquiétante, toute sa gravité. le fond du propos reste, malheureusement, toujours d'actualité : les patrons se gavent et dictent leur loi, consommation et croissance règnent dans les discours, quant aux fous, ils courent toujours. Tardi n'a qu'à se servir dans la prose de Manchette pour raconter une histoire particulièrement jouissive, outrageuse, à la limite d'un surréalisme sanguinolent.
Graphiquement, le dessinateur « déroule » son art sans trop se poser de questions. Les passages se passant à Paris n'offrent pas grand-chose de nouveau ; Tardi a tant montré la capitale, arrondissement par arrondissement, à toutes les époques, que ses vignettes sont quasiment entrées dans l'imaginaire des bédéphiles. Par contre, la longue course poursuite à travers l'Hexagone et le final façon puzzle dans le Massif Central, permettent au créateur d'Adèle Blanc-Sec de s'illustrer (!) dans de nouveaux paysages plus bucoliques, d'une manière que les frères Coen ne dédaigneraient pas.
Parfois trop bavarde, cette adaptation reste des plus (trop ?) fidèles au texte d'origine. Respect littéraire ou peur de trahir l'ami trop tôt disparu ? Au lecteur d'en décider. Toujours est-il que Tardi propose avec Ô Dingos, ô Châteaux ! un très bon album. À lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Les critiques presse (12)
BulledEncre23 janvier 2012
Tardi est aussi à l’aise pour rendre les délires architecturaux des personnages que pour faire exploser les têtes et vomir l’hémoglobine…. Les amateurs de polar noir trouveront un ouvrage de premier ordre.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi17 janvier 2012
En adaptant une nouvelle fois l’oeuvre de Jean-Patrick Manchette (La Position du tireur couché, Le Petit Bleu de la côte Ouest…), Jacques Tardi parvient à transcrire avec justesse un univers sans concession, où les héros ne sont qu’aspérités et ne prétendent surtout pas à l’affection du lecteur. Avec souplesse, il épouse bellement un récit violent et très noir, mais pas totalement dénué d’espoir.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD12 janvier 2012
Un véritable jeu de massacre, du roman noir plus que noir. Considéré comme un ouvrage mineur de Manchette, ce récit dessiné par Tardi s’avère d’une efficacité stupéfiante. Sans oublier de flinguer, outre toute sorte de personnages patibulaires, la société de consommation.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LeSoir26 décembre 2011
Jacques Tardi, le créateur d'Adèle Blanc-Sec, signe le polar dessiné de l'année. « Ô Dingos, ô châteaux ! » tire un portrait à la hache, au flingue et au cocktail Molotov de la déglingue de notre société de consommation
Lire la critique sur le site : LeSoir
BDSelection12 décembre 2011
Entre tragédie violente et road movie émouvant, cette cavale d’une jeune femme, tout juste sortie d’un séjour en hôpital psychiatrique, et d’un enfant dont elle a été chargée de s’occuper par son oncle, un richissime architecte raté, est aussi truculente que cynique.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Lexpress07 décembre 2011
Le road-movie furieux et sanglant se lit d'une traite. Tardi, au sommet, plante des personnages à gueule dans un décor stylisé, noir et blanc, des années 1970. Percutant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation06 décembre 2011
[Tardi] est maître de la précision elliptique (et non dénuée d’ironie). De même qu’il sait à l’occasion s’affranchir de la psychologie ou d’une vraisemblance exagérée (nouveau point commun avec Hitchcock), de même il a à l’égard des romans à partir desquels il travaille une liberté fondée sur la connaissance.
Lire la critique sur le site : Liberation
LesEchos29 novembre 2011
Road movie avec l'accent français, ce roman en images en noir et blanc additionne les cadavres mais ne connaît pas de temps mort.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LaLibreBelgique28 novembre 2011
Au sommet de son art, Tardi découpe sa narration avec maestria, imbriquant comme jamais narratifs, phylactères et différents niveaux de lecture. Un accomplissement sous forme de retour aux sources : c’est avec Manchette qu’il avait signé "Griffu" (1977), une de ses premières bandes dessinées.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Actualitte14 novembre 2011
Tardi conserve l'essence du livre de Manchette tout en simplifiant les séquences qui auraient "chargé la barque", et par la grâce d'un dessin incroyablement organique crée une ambiance étouffante ! Et même la légère inexpressivité des personnages nous aide à comprendre leurs réactions qui s'apparentent plutôt à des réflexes de survie sous la pression d'évènements extrêmes...
Lire la critique sur le site : Actualitte
BDGest04 novembre 2011
Parfois trop bavarde, cette adaptation reste des plus (trop ?) fidèles au texte d'origine. Respect littéraire ou peur de trahir l'ami trop tôt disparu ? Au lecteur d'en décider. Toujours est-il que Tardi propose avec Ô Dingos, ô Châteaux ! un très bon album. À lire.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario03 octobre 2011
Le graphisme de Tardi, impeccable (même si parfois, le manque d'expression par-ci par-là alourdit un peu certaines séquences), [...] sert très efficacement le récit de façon exemplaire. Avec de très belles ambiances en noir et blanc !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
RenodRenod03 juin 2016
Il entendit une explosion assourdissante et supposa que Coco se décidait à ouvrir le feu. Des morceaux de matière plastique voltigèrent au-dessus d’un étalage. Un tumulte énorme monta du magasin. C’est excitant, je suis excité, songea Thompson en crachant la bile sur le sol. De plus en plus de gens s’étaient couchés par terre, se tassaient contre la base des étalages. Les mères mettaient leurs enfants sous elles pour les protéger de leurs corps. Tout ce monde braillait. Thompson riait comme un bossu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
christinebeaussonchristinebeausson09 août 2013
Le patron, il fait le bien comme un fou. N'engage que des tarés. Il fait des usines pour les infirmes, tu te rends compte? Les mecs dans des petites voitures, il les fait bosser à la chaîne. Dans la maison, c'est le même tabac. La cuisinière est épileptique. Le jardinier n'a qu'un bras, ce qu'est pratique, pour actionner le sécateur. Le secrétaire particulière est aveugle. Le valet fait de l'ataxie locomotrice, donc, faut pas s'étonner si ça arrive froid, les plats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RenodRenod03 juin 2016
Il y avait un grand miroir au mur de la salle de bains et la jeune fille se regarda dedans. Elle essaya plusieurs vêtements neufs qui lui plaisaient. Elle se regarda également nue et n’aima pas ce qu’elle voyait. Elle se trouvait garçonnière, charpentée comme un cheval, les seins trop plats, les épaules trop musclées, les hanches trop étroites et la taille pas assez fine. Ses cheveux très noirs, mi-longs, soigneusement arrangés et frisés artificiellement à leurs extrémités, semblaient une perruque. Bref, elle avait l’air d’un travelo récemment opéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Jacques Tardi (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Tardi
Ô Dingos, Ô châteaux, la nouvelle bande dessinée de Jacques Tardi (éditions Futuropolis) est en librairie le 4 novembre 2011!
Après le Petit bleu de la côte ouest et La Position du tireur couché, Jacques Tardi revient avec une troisième adaptation d'un roman de Manchette : Ô dingos, Ô châteaux! Manchette change ici de registre avec ce road movie sanglant et déjanté, mené tambour battant. le livre a obtenu le Grand Prix de la littérature policière. Avec près de 100 pages ce récit est aussi l'une des adaptations les plus ambitieuses de Tardi.
www.futuropolis.fr https://www.facebook.com/pages/%C3%94-dingos-%C3%94-ch%C3%A2teaux-TardiManchette/196575207086273
©Futuropolis, 2011 un grand merci à Romain Cipiere pour la réalisation et le montage
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

QUIZZ RIGOLO SUR ADELE BLANC-SEC - TARDI

Qui vole un œuf de ptérodactyle ...

Adèle est bête comme ses pieds
Adèle et la bête
Adèle est la bête
Adèle et l'abbé

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques TardiCréer un quiz sur ce livre