AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020005816
Éditeur : Editions du Seuil (1970)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Essais
«Pour être correctement compris, le livre que je présente ici demande à être lu, non pas comme un ouvrage métaphysique, encore moins comme une sorte d'essai théologique, mais uniquement et exclusivement comme un mémoire scientifique. Le choix même du titre l'indique. Rien que le Phénomène. Mais aussi tout le Phénomène. (...)

Dans le cas particulier de l'Essai ici présenté, deux options primordiales - je tiens à le faire remarquer - s'aj... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
colimasson
16 septembre 2015
  • 3/ 5
Et si le Phénomène humain s'inscrivait en précurseur de la déferlante des livres New Age et de pseudo-développement-personnel ? On y retrouve, à quelques décennies près, les mêmes défauts : amalgame des concepts scientifiques, psychologiques et spirituels agrémenté d'un enthousiasme qu'on soupçonne moins spontané que simulé dans un art inconscient de la propagande.

Teilhard de Chardin revendique l'entreprise scientifique de sa démonstration. Celle-ci reconnaît les découvertes récentes de la science et se montre cohérente, à condition que l'on admette les présupposé de son auteur : pluralité, énergie, système quantum et totum deviennent les axiomes d'une nouvelle science tardive. Plus ridicule que l'officielle, parce que née de la volonté d'un seul homme et parce qu'elle s'aligne sur les mêmes rigueurs, alors qu'elle revendique la volonté d'une plus grande liberté. Démonstration, comme toutes les démonstrations, moins justifiée par le désir de la Vérité que par le désir de prouver une vérité individuelle : prouver que le Christ serait l'axe et la fin de tout évènement du monde, le point Oméga vers lequel convergent toutes les forces montantes de la science, de la philosophie et de la religion. Les présupposés de cette théorie sont le primat du psychique et de la pensée dans l'Univers et la valeur biologique attribuée au fait social, si bien que Teilhard de Chardin se montre humaniste, matérialiste et socialiste, avec toutes les dérives qu'un enthousiasme incontrôlé peut susciter. Dans une pluie de pétales de roses veloutés, il imagine un avenir doucereux brodé par les doigts agiles de la science : hormones pour contrôler le développement du corps, gènes pour contrôler le mécanisme des hérédités. Ceci avec toutes les plus bonnes et sincères intentions du monde.

Le cerveau de Teilhard de Chardin fonctionnait sans doute très bien et se peuplait d'idées originales, un peu fofolles comme de jeunes pousses qui cherchent encore la direction de la lumière, mais le langage qu'il emprunte pour les exprimer est périmé. A la limite peut-on lire son ouvrage pour se dégoûter de toute entreprise de théorisation. Avec le recul, on se rend compte que la vulgarisation des connaissances engendre des chimères qui peuvent être terrifiantes lorsqu'on les dote d'un grand pouvoir, ou ridicules lorsqu'elles se plantent, comme ce fut ici le cas pour Teilhard de Chardin.

En conclusion, on ne retiendra qu'une idée majeure : « Relier entre elles d'une manière cohérente les deux énergies du corps et de l'âme : la Science a pris le parti d'ignorer provisoirement la question ». A la limite, cette proposition a encore du chemin à faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          106
magenest
14 janvier 2014
  • 4/ 5
Une grande réflexion sur l'évolution de la vie et de la conscience. En observant comment la vie a évoluée, par assemblage d'entités semblables pour former des organismes plus évolués, Teilhard de Chardin en vient à décrire le développement du prochain grand organisme composé de l'assemblage d'êtres humains: la noosphère. Rigoureux et bien décrit, la lecture de cet ouvrage est parfois fastidieuse, mais toujours fascinante. On a vraiment l'impression d'accompagner le scientifique philosophe dans sa réflexion sur la place de l'humanité dans l'univers.
Commenter  J’apprécie          70
rogermue
05 juin 2013
  • 5/ 5
Teilhard de Chardin - un homme étonnant. Homme d'église, savant ou scientifique et penseur surprenant.
Ce livre de Teilhard m'a élargi l'horizon de vue énormément. Mais quant à la philosophie je ne suis qu'un dilettante. Et il y a beaucoup de temps que j'ai lu ce livre. Peut-être que je trouve le temps de dire un peu plus sur le contenu de ce livre. Surtout la pensée de Teilhard sur l'évolution et sur une évolution de l'homme dans le futur est surprenante et très raisonnable.
Commenter  J’apprécie          30
PierredeLaCoste
02 août 2013
Le chef d'oeuvre du grand scientifique chrétien. On n'en finit pas de redécouvrir Teilhard. Avec son idée de "Noosphère", n'avait-il pas prévu l'émergence de notre intelligence collective permise par le réseau mondial, l'Internet?
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson09 septembre 2016
[Le pas de la réflexion fait accéder à une nouvelle forme de biologie caractérisée par]
« a) Émergence décisive, dans la vie individuelle, des facteurs d’arrangement internes (invention) au-dessus des facteurs d’arrangement externes (jeu des chances utilisé).
b) Apparition également décisive, entre éléments, de véritables forces de rapprochement ou d’éloignement (sympathie et antipathie), relayant les pseudo-attractions et pseudo-répulsions de la Prévie, ou même de la Vie inférieure, référables, semble-t-il, les unes et les autres, à de simples réactions aux courbures de l’Espace-Temps et de la Biosphère, respectivement.
c) Éveil, enfin, dans la conscience de chaque élément en particulier (par suite de son aptitude nouvelle et révolutionnaire à prévoir l’Avenir), d’une exigence de « survie illimitée ». C’est à dire passage, pour la Vie, d’un état d’irréversibilité relative (impossibilité physique pour l’enroulement cosmique de s’arrêter, une fois amorcé) à l’état d’irréversibilité absolue (incompatibilité dynamique radicale ? d’une perspective assurée de Mort Totale avec la continuation d’une Évolution devenue réfléchie).
Ces diverses propriétés conférant au groupe zoologique qui les possède une supériorité, non seulement quantitative et numérique, mais fonctionnelle et vitale, indiscutable ; — indiscutable, je dis bien : pourvu cependant que l’on se décide à appliquer jusqu’au bout, sans fléchir, la loi expérimentale de Complexité Conscience à l’évolution globale du groupe tout entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson01 août 2016
D'un point de vue purement positiviste, l'Homme est le plus mystérieux et le plus déroutant des objets rencontrés par la Science. Et en fait nous devons l'avouer, la Science ne lui a pas encore trouvé une place dans ses représentations de l'Univers......L'Homme, tel que la science réussit aujourd'hui à le reconstituer, est un animal comme les autres....
Commenter  J’apprécie          100
euphemieeuphemie14 octobre 2013
D'un point de vue purement positiviste, l'Homme est le plus mystérieux et le plus déroutant des objets rencontrés par la Science.Et en fait nous devons l'avouer, la Science ne lui a pas encore trouvé une place dans ses représentations de l'Univers......L'Homme, tel que la science réussit aujourd'hui à le reconstituer, est un animal comme les autres....
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson05 septembre 2016
1) Considéré objectivement, à titre de phénomène, le mouvement chrétien, par son enracinement dans le Passé, et par ses développements incessants, présente les caractères d’un phylum.
2) Replacé dans une Évolution interprétée comme une montée de Conscience, ce phylum, par son orientation vers une synthèse à base d’amour, progresse exactement dans la direction présumée pour la flèche de la Biogénèse.
3) Dans l’élan qui guide et soutient sa marche en avant, cette flèche montante implique essentiellement la conscience de se trouver en relation actuelle avec un Pôle spirituel et transcendant de convergence universelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson14 septembre 2016
Comment ne pas voir que, après nous avoir roulés individuellement, chacun de nous, — vous et moi — sur nous-mêmes, c’est toujours le même cyclone (mais à l’échelle sociale, cette fois) qui continue sa marche au-dessus de nos têtes, — nous resserrant tous ensemble dans une étreinte qui tend à nous parfaire chacun en nous liant organiquement à tous les autres à la fois ?
Commenter  J’apprécie          70
Video de Pierre Teilhard de Chardin (2) Voir plusAjouter une vidéo

Léopold Sédar SENGHOR et la mort. Teilhard de Chardin
Off, Léopold Sédar SENGHOR lit un extrait de son oeuvre traitant de Dieu, de la mort et de Pierre TEILHARD DE CHARDIN.
Dans la catégorie : Le genre humainVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Epistémologie, causalité, genre humain>Le genre humain (172)
autres livres classés : humanitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
192 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre