Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2350871363
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (2010)


Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Après le drame, l’été de ses onze ans, les gendarmes l’ont conduit dans la vallée. Il n’est plus jamais remonté au hameau, entre le Val d’Aoste et la Savoie.
Vingt-sept années plus tard, Alex est barman à Grenoble. Il ne sait plus lire, mais possède une mémoire... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

  • Par lilyetseslivres, le 15 avril 2010

    lilyetseslivres
    La vie d'Alex bascule irrémédiablement l'été de ses onze ans. Un drame terrible le sépare brutalement de sa famille et de sa vie d'enfant, un drame dont il a tout oublié, hormis l'instant d'avant, celui d'après, ne laissant plus derrière lui que de terribles conséquences, séparation, déménagement et son incapacité désormais à écrire et à déchiffrer le moindre mot. Alex est devenu ce que l'on appelle un hypermnésique, « Un don pour les uns, une maladie pour les autres. » De tout il se souvient parfaitement. Avec une mémoire quasi cinématographique les images s'incrustent dans son esprit, comme en creux, tous les soirs, il lui faut les ranger, les archiver. A trente huit ans, il est devenu un homme dont le passé pourrait s'apparenter à un immense mille feuilles où rien de ce qu'il croise n'est effacé par la mémoire, un son, une voix, un visage même entr'aperçu fugacement, tout y reste gravé, méticuleusement, inexorablement, incroyablement étouffant… Sandra professeur à l'université et psycholinguiste tente de l'aider à réapprendre à lire et à écrire, en remontant le temps jusqu'au trou noir, désespérément opaque et mutique.
    Alex est devenu un peu par hasard, barman à Grenoble, au café des Deux mondes, toujours fidèle à son poste, mais toujours étrangement « absent d‘ici mais présent là-bas », entre présent et passé. Il y croise une multitude de personnes, que forcément il n'oubliera plus jamais. Ses étranges capacités n'ont pas pas échappé à Maggy, capitaine de police, qui de temps à autres fait appel à lui pour résoudre ses enquêtes, lui l'éternel témoin, bien malgré lui de tout ce qui se passe autour de lui.
    Or un jeune homme vient d'être assassiné dans le parc du Mistral, pourra-t-il le reconnaître ? Remontant le passé, comme s'il rembobinait un film, Alex parvient à retrouver l'instant précis où le jeune homme est « entré » très subrepticement dans son angle de vision. Peu à peu tous les fils se rejoignent tissant des liens pour le moins inattendus entre cette affaire, lui-même et Sandra…
    Les enquêtes se croisent et se mêlent, très intimement, l'Histoire entre dans le présent, le présent se nourrit de l'Histoire. .. Construit comme un polar particulièrement efficace, au suspens extrêmement tendu, Souffles couplés nous emmène dans les arcanes de la mémoire, et des mots, ces mêmes mots qui sont au centre justement de l'œuvre de Gérald Tenenbaum. Mots ciselés, affutés, opposés, sonnant et résonnant tout au long de ses textes, textes poèmes bien souvent, où rien n'est laissé au hasard, mais où tout prend son sens.
    « - Vous voyez, nous sommes comme des voyageurs sur un océan de formes et de sens. Mais chaque forme fait sens et chaque sens prend forme. Notre travail consiste à comprendre le comment. le pourquoi est sans doute inaccessible, comme la nature de l'âme… » explique Sandra à ses étudiants, c'est aussi le travail du poète…
    (...)

    Lien : http://lily-et-ses-livres.blogspot.com/2010/03/souffles-couples-gera..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par nanoucz, le 26 mai 2010

    nanoucz
    Une histoire pleine d'émotion et d'impressions fugitives, où les existences se croisent, chacune avec ses failles et ses silences. le personnage d'Alex est poignant, homme privé d'enfance et empêché de vivre pleinement sa vie d'adulte, sans cesse replongé dans le passé par des réminiscences qui l'assaillent comme des flashs. Sandra, confrontée à l'incertitude dans sa vie de couple, trouve dans son voyage avec Fulvio et Alex une parenthèse bienvenue et l'occasion d'exercer son empathie.
    A la lecture de ce roman, je me demande ce qui a pu inspirer son auteur, tant l'univers recréé semble maitrisé bien que peu exposé. plutôt suggéré qu'expliqué en détail. Gérald Tenenbaum installe une ambiance mystérieuse et impalpable, et livre petit à petit des indices qui laissent percevoir le drame passé, qui s'explique dans les dernières pages. Mais il en dit très peu, finalement, et cette économie donne tout son charme à cette histoire toute en retenue.
    Un beau moment de lecture...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par yaki, le 08 juillet 2014

    yaki
    Alex a 11 ans quand un accident traumatisant survient dans sa vie. Vingt-sept ans plus tard, il vit à Grenoble où il est devenu barman. Il ne sait plus lire mais sa mémoire est prodigieuse et il retient tout ce qu'il voit ou entend. Il est hypermnésique. Maggy, capitaine de police, fait parfois appel à lui pour ses enquêtes et Sarah, psycholinguiste essaie de lui faire retrouver ses souvenirs d'enfant. L'assassinat d'un jeune homme va amener Alex et Sarah à se rapprocher pour sauver la vie de Fulvio, un ami de Sarah. Ce sera également le prétexte pour Alex de replonger dans son passé.
    Construit à la manière d'un roman policier, le roman nous entraine avec
    Alex dans sa recherche de mémoire avec du suspens tout au long du livre.
    L'auteur alterne la vie d'Alex aujourd'hui avec ses souvenirs enfouis d'enfant,
    ce qui donne un rythme au récit. le lecteur a envie d'en savoir plus, de voir
    jusqu'où les souvenirs d'Alex vont l'emmener… Dans le dernier tiers du roman
    l'histoire s'accélère vers une fin inattendue qui laisse le lecteur pantois.
    Gerald Tenenbaum a un style bien à lui, il brosse des portraits et des
    situations en quelques mots, avec une écriture très poétique. Un roman tout en
    sensibilité et des personnages qu'on a du mal à oublier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Nanne, le 06 août 2010

    Nanne
    En ce 17 juillet 1983, une catastrophe s'est abattue sur la grande maison épervier. Alex, onze ans, peine à sortir du mutisme dans lequel il a sombré, malgré la bonne volonté de la doctoresse et de l'inspectrice de police, présentes sur les lieux. Alex a finalement été descendu en bas, dans la vallée, pour être placé dans un foyer d'accueil. Jamais plus, Alex ne reviendra au hameau perdu dans la montagne, entre Savoie et Val d'Aoste. Vingt-sept ans plus tard, Alex est barman au café des « Deux mondes », à Grenoble. Taiseux depuis son enfance, Alex est néanmoins doté d'une mémoire prodigieuse, hors du commun, capable de retracer l'événement le plus anodin dans ses infinis détails. Parce qu'Alex est hypermnésique, terme scientifique et savant pour désigner la mémoire absolue. Un don pour les uns, une plaie pour les autres. Alex vit avec depuis le drame qui a fait basculer son enfance sur l'autre rive. Depuis cette épreuve personnelle, Alex ne sait plus lire, ni écrire. Il globe et il dessine. Seule, sa mémoire enregistre tout. Elle est son œil et sa main. Avec Alex au comptoir, pas besoin de carnet.

    Lien : http://dunlivrelautredenanne.blogspot.com/2010/08/la-croisee-des-che..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par wakinasimba, le 05 septembre 2010

    wakinasimba
    Après le drame, l'été de ses onze ans, les gendarmes ont emmené Alex dans la vallée. Il n'est plus jamais remonté au hameau, entre le Val d'Aoste et la Savoie.
    Vingt-sept années plus tard, Alex est barman à Grenoble. Il ne sait plus lire, mais possède une mémoire prodigieuse. Maggy, capitaine de police, exploite parfois ce don pour résoudre des affaires délicates, comme celle de l'inconnu du parc Mistral.
    De son côté, Sandra, psycholinguiste, tente de l'aider à s'affranchir de ce monde de souvenirs indélébiles. Hasard ou destin, l'enquête criminelle fait affleurer le passé.
    Mon avis :
    Un style haché, coupé, très difficile de rentrer dans la narration. Pourtant, j'ai fini par y arriver.
    L'histoire est intéressante, les redites un peu moins, qui ne rythment pas franchement le récit.
    Un dénouement surprenant mais trop rapide, j'ai dû relire le passage pour pouvoir capter toutes les informations.
    L'auteur est un professionnel du langage, et son rythme d'écriture en pâti, j'ai trouvé la narration pas assez fluide. C'est un roman qu'il faut vraiment prendre le temps de lire, chaque mot vient en écho au précédent. Mais la technique est intéressante et, étrangement, crée une atmosphère.


    Lien : http://motamots.canalblog.com/archives/2010/08/21/18039454.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Nanne, le 06 août 2010

    Des vies jumelles, de part et d'autre, sur les deux versants. Côté italien ou français, c'est le même temps qu'on prend. Quand on est de là-haut, de la montagne, la ville, on y descend parfois. Pas souvent. Quand il faut. Avec parcimonie. Mais là, d'un coup, c'est la ville qui est montée. La ville est vite et bruyante, elle s'agite, elle parle fort, elle vibre, elle résonne. En haut, on ne fait pas comme ça. C'est à cause du silence qui se dépose. On prend son temps. Le temps va comme il peut, on n'y peut pas grand-chose, c'est d'autre chose qu'on s'occupe. Le soleil se lève chaque jour du même côté de la montagne, on l'accepte, on fait avec.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par nanoucz, le 09 mai 2010

    Buste incliné vers l'avant, Alex gravit la Bastille par le sentier caillouteux, flanqué en silence d'un Trumeau étonné, oreilles aux aguets, alternant allure chaloupée et impulsions désordonnées. Tenté par les bourgeons ou les premiers insectes, il s'amuse par instants comme en plein jour, veillant discrètement cependant à maintenir le cap au côté de celui qui marche.

    Ils sont deux, le chat et l'homme, mais seul l'homme est dans la nuit. Ce qui lui plaît tant dans ces échappées noctambules, c'est la disparition des ombres, la sienne surtout. (p 92-93)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Nanne, le 06 août 2010

    Alex est accroché au passé. Sa mémoire le protège du présent, mais, Sacks l'a décrit, c'est une arme aussi, formidable, qu'il pourrait utiliser pour recouvrer la liberté. Lettres, lire, libre … Pour Alex, être libre, c'est être lire.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par line70, le 28 mars 2011

    Il y a des moments, quelques-uns dans une vie, où l'à-peu-près ne suffit plus, où les demi-mesures révulsent soudain, où les arrangements implosent d'eux-mêmes. Ce qui étreint alors ressemble à une voix paisible, venue du fond des âges vous rappeler un pacte ancien, une allégeance essentielle portée par tous et germant en chacun, une part d'absolu dont le sens ultime est tout ensemble partage et indivision. La vérité de l'être est à ce prix.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Gérald Tenenbaum

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Gérald Tenenbaum

Gérald Tenenbaum - Peau vive .
Gérald Tenenbaum vous présente son ouvrage "Peau vive" aux éditions La Grande ourse. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/tenenbaum-gerald-peau-vive-9791091416221.html Notes de Musique : Menion/Menion/01 Night in Berlin. Free Music Archive.








Sur Amazon
à partir de :
5,99 € (neuf)
3,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Souffles couplés par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 101 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.