Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2890262782
Éditeur : Quinze Editeur (1980)


Note moyenne : 3.4/5 (sur 10 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

La Fille laide est le premier roman de Thériault et son deuxième livre. C'est aussi comme le prolongement de Contes pour un homme seul dont on reconnaît certains personnages.

Ce roman décrit la jalousie et l'antagonisme de deux villages québécois ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Topinambulle, le 28 décembre 2012

    Topinambulle
    Édith quitte la plaine pour fuir ce mal qui la poursuit depuis sa naissance. Sa laideur, considérée comme une malédiction par sa famille, ne lui a valu que des coups et des injures. Elle décide de partir pour un lieu étranger, où elle espère séduire par sa différence. Elle gravit donc les montagnes jusqu'au hameau de Karnac, où elle sera engagée comme domestique par la veuve Loubron. Sur cette ferme, elle fera la rencontre de Fabien, employé par la riche Bernadette pour les travaux des champs.
    Fabien est beau, blond et fort, avec de parfaites dents blanches. Étonnament, malgré les avances de la propriétaire, l'homme à tout faire ne remarque qu'Édith. Il aime son aspect frêle, la vivacité de ses baisers. Mais, la jeune servante croit qu'elle est trop laide pour aimer ou être aimée. Jusqu'à ce que Fabien commette l'irréparable et tue la veuve Loubron qui faisait obstacle à leur union. Main dans la main, les deux engagés feront revivre les champs, le troupeau et les vieux bâtiments en savourant cette nouvelle liberté, sous le regard suspicieux des autres villageois.
    La première fois que j'ai lu ce roman, je devais avoir 13 ans. Je me rappelle l'avoir lu pendant une partie de la nuit, accrochée aux mots, lisant en cachette, toute recroquevillée dans mon lit, à la lueur d'une petite lampe. Impossible de le laisser de côté. Je n'ai jamais oubliée cette histoire et j'appréhendais un peu de m'y replonger : et si je n'y retrouvais pas la magie d'autrefois ?
    J'ai retrouvé ce style sauvage et poétique qui m'avait tant éblouie. Un torrent de mots, une fougue primitive, des sentiments bruts. Des dialogues tranchants. Une écriture simple, qui met en évidence la beauté de la nature dans ce Québec rural vaguement situé, presque hors du temps. On est près de la fable, mais loin du conte de fée, avec cette anti-princesse aux grands bras maigres et ce prince meurtrier. En relief, les pulsions de l'être humain : jalousie, colère, désir, guerre de clochers.
    Malgré la rudesse, ce que j'aime dans ce roman, c'est la force de l'amour. L'amour qui résiste aux préjugés, qui voit au-delà de cette laideur, qui s'enflamme, qui triomphe. Ce premier roman d'Yves Thériault, publié en 1950, me semble très moderne et audacieux pour l'époque. Un roman du terroir, un brin atypique, qui est devenu pour moi un incontournable.

    Lien : http://leslecturesdetopinambulle.blogspot.ca/2012/09/la-fille-laide_..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gustave_le_chat, le 27 juillet 2012

    Gustave_le_chat
    À ma grande surprise, j'ai bien aimé ce roman. Il décrit la jalousie et l'antagonisme des citoyens de deux petits villages. Il dépeint surtout très bien le sombre tableau de l'ignorance, des préjugés et leurs conséquences. On est témoin du climat malsain du village, des commérages méchants mais aussi de la bonté de cœur et de la sagesse de certains vieux villageois. Les personnages sont bien développés et incroyablement vivants. L'amour de Fabien envers Edith est poussé jusqu'à la folie, c'est à la fois violence et tendresse. L'écriture de Thériault est beaucoup plus poétique que réaliste ce qui sied bien à l'histoire.

    Lien : http://gustavelechat.wordpress.com/2011/05/02/la-fille-laide/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Topinambulle, le 28 décembre 2012

    Pense aux matins trempés, avec la brume de l'eau sucée par le soleil. Pense aux champs d'avoine blonds comme la fille de Benoît, qui est blonde, blonde, toute peau et tout poil. Pense à ces champs où tu aimais te coucher sur le dos et boire à pleine gueule le vent doré, doré puisqu'il avait caressé les avoines et collé de l'or à son souffle.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Topinambulle, le 28 décembre 2012

    Il s'était passé quelque chose en l'âme d'Édith. Une révolte et un sursaut. La bête se dressait sur ses pattes d'arrière et battait le ciel de ses sabots. C'était maintenant le temps des luttes et de l'amour à tout prix.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 07 août 2013

    C'est une suite de preuves dans la vie. On vit en se prouvant les décisions, en se prouvant les actes.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 07 août 2013

    Il y a toujours de la joie dans la musique.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

1,63 € (occasion)

   

Faire découvrir La fille laide par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (20)

> voir plus

Quiz