Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 270242709X
Éditeur : Le Masque


Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sherlock Holmes et le Dr Watson : deux personnages mythiques de la littérature policière, mais demeurés mystérieux à bien des égards. Si l'on n'ignore rien des remarquables capacités cérébrales de Holmes, ni de l'indéfectible révérence de Watson pour les aptitudes du gr... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par belette2911, le 17 février 2013

    belette2911
    Ceci n'est pas un pastiche holmésien !
    Ce n'est pas non plus un recueil d'Untold Stories, ces histoires citées mais non racontées par Watson (histoires canoniques mais il n'existe pas de réçits officiels de celles-ci, seuls les pasticheurs ont émis leurs propres hypothèses).
    Alors, c'est quoi ? Une étude sur la relation entre Holmes et Watson. Non, que les coquins ôtent ce sourire grivois de leurs lèvres, je ne parle pas de ce genre de relation là !
    Ce livre nous en dit plus sur les caractère des personnages enfantés par Conan Doyle, sur l'implication que pourraient avoir les dates de leurs enquêtes sur leur vie,...
    Bref, c'est tout simplement le "jeu" auquel se livrent les holmésiens, "The Game" qui est appliqué.
    C'est quoi notre jeu ? Nous considérons que Holmes et Watson ont réellement existé, qu'ils avaient une histoire propre que l'on peut reconstituer par des recherches approfondies et érudites, et nous prennons pour argent comptant le moindre détail du canon, la moindre phrase écrite par Watson et nous nous amusons à tenter d'expliquer les "incohérences" qui parsèment l'oeuvre canonique (le serpent qui boit du lait, la blessure de Watson qui se déplace, Watson portait-il un pyjama pour dormir ?, ect.).
    Attention, toujours avec humour et sans se prendre au sérieux ! Comme on le dit toujours "Analyser le plus sérieusement du monde une de ses passions est, pour nous, un sujet d'amusement. C'est la meilleure voie pour se moquer de ceux qui approchent les sujets les plus sérieux avec un esprit trop pointilleux".
    Greffier, notez-la phrase !
    L'ouvrage est présenté de manière chronologique, ce qui, vous conviendrez, facilite la lecture.
    Thomson étudie chaque aventure (ou presque) en fonction de la date à laquelle elle est sensée avoir lieue, poussant même le vice jusqu'à tenter de déterminer la date canonique, ce qui n'est pas aisé, je le sais, j'ai déjà essayé ! (voir aussi l'excellent ouvrage de Jean-Pierre Crauser "Quel jour sommes-nous, Watson ?")
    June Thompson nous sort, à ses risques et périls, quelques théories sur les enfances de Holmes et Watson...
    Très freudiennes, ses théories, dans le sens où Sherlock compare sa mère à la reine des abeilles (la reine de Saba aurait été plus amusante) et lorsqu'elle a tout fini avec ses inepties à deux balles, elle nous a réduit le personnage à du grotesque, quasi.
    "Heu, auriez-vous un problème avec le détective, madame Thomson ?"
    Ok, ce n'est pas un homme facile à vivre, il s'injecte de la cocaïne dans les veines, il cache des choses à Watson, le houspille sur sa manière d'écrire (et se rendra compte plus tard combien il est difficile d'écrire), se fait passer pour mort durant trois longues années, laissant son ami dans le chagrin (il perd aussi sa femme entretemps puisqu'elle disparaît au retour de Holmes), mais bon, ce n'est pas une raison pour qualifier tout son comportement d'anormal.
    Pour Holmes, il y a toujours une bonne raison, pour lui, c'est normal et, de plus, il est généreux parce qu'il n'hésite pas à aider les non fortunés, juste par amour du travail.
    Qu'avons-nous encore de gratuit de nos jours ? Pas un détective de ce talent, en tout cas.
    Au final, on pourrait dire qu'elle fait coller les faits à SA théorie, comme certains auteurs le firent lorsqu'ils écrivirent sur l'Éventreur. Ils ont une théorie et bardaf, ils font en sorte que les faits collent avec leur théorie. C'est très dangereux.
    L'ironie que pratique Holmes n'est pas toujours faite pour blesser. J'adore la pratiquer, le sarcasme aussi et je peux vous dire que j'en ai déjà dites des vertes et des pas mûres ! Je ne le pensais pas, que du contraire, mais il est plus aisé d'avouer son affection par de l'ironie.
    Hormis ces quelques points de discorde avec elle, l'ouvrage se lit facilement, il n'est pas imbuvable, comme on pourrait le craindre, puisque consacré à "l'étude de l'holmésologie".
    Malgré tout, n'étant pas un roman à proprement parler, il est à réserver à un lecteur/lectrice qui voudrait en apprendre un peu plus sur le détective...
    Lorsque je tombai dessus dans les années 95, croyez-moi, c'était de l'or en barre, le Net n'existant pas dans nos chaumières (oups, certains se sont évanouis en apprenant la nouvelle).
    Le livre est intéressant à lire malgré une certaine psychologie de comptoir.


    Lien : http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/1-romans-policiers-victoriens-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 20         Page de la critique







Sur Amazon
à partir de :

7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Watson et Holmes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (5)

> voir plus

Quiz