Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 9782742799206
Éditeur : Actes Sud (2011)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.83/5 (sur 108 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A bord de la voiture de Thomas, son guide, une jeune occidentale, Anaïse, se dirige vers un petit village côtier d’Haïti où elle espère retrouver les traces d’un père qu’elle a à peine connu et éclaircir l’énigme aux allures de règlement de comptes qui fonde son roman f... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (49)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 06 septembre 2012

    carre
    Après le très réussi « yanvalou pour Charlie », cette deuxième ballade dans l'univers de Lyonel Trouillot est de nouveau bien agréable.
    Thomas vient récupérer Anaise à l'aéroport pour la conduire dans le village ou son père est mort. La jeune femme vient remplit d'interrogations, Thomas va lui servir de guide et amener Anaise sur des rivages insoupçonnés.
    A travers trois chapitres, Trouillot nous enchante par son talent de conteur, nous séduit par une prose d'une grande richesse. Son regard est aiguisé, réaliste, il ne s'y trompe pas, ni sur ces compatriotes, ni sur cet Occident qui peut paraitre arrogant. Quelles traces restent de notre éphémère passage ? Trouillot oppose bonté et bêtise humaine avec un plaisir des mots et une langue chatoyante. Ces phrases envoutent par leur musicalité. Un voyage dans ce bassin caribéen qui se lit d'une traite pour en apprécier toute sa saveur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 37         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mariecesttout, le 12 avril 2014

    mariecesttout
    En exergue, Guillaume Apollinaire:
    "Mais en vérité je l'attends
    Avec mon coeur avec mon âme
    Et sur le pont des Reviens-t-en
    Si jamais revient cette femme
    je lui dirai je suis content"
    Et bien sûr, celui qui explique le titre,celui à qui est dédié ce livre, Jacques Stephen Alexis, neurologue et écrivain haïtien, fervent opposant du régime de Duvalier, La belle amour humaine est le titre d'un message de voeux publié par Jacques Stephen Alexis en janvier 1957 dans Les Lettres françaises, prônant" un humanisme renouvelé." Il est est mort probablement exécuté en Haïti en 1961.
    Michel Séonnet a écrit et mis en accès libre une biographie de J S Alexis , le voyage vers la lune de La belle amour humaine.
    Il faut d'abord saluer l'écriture qui nous emporte , pleine de couleur , de sons , très musicale .
    Deux monologues , car les deux personnages ne se parlent pas, pas encore.
    le premier est celui de Thomas, le chauffeur haïtien qui va conduire Anaïse, l'européenne à la recherche de ses origines. L'histoire de son grand-père et son père. En distillant, tout au long du chemin et de ses digressions diverses sur le pays, ses habitants, ceux qui n'y comprennent rien et se permettent d'avoir des jugements péremptoires, des élément de l'histoire elle-même. Celle qu'elle ne connait pas.
    Il y a longtemps, dans le village de pêcheurs vers lequel ils se dirigent, ont brûlé deux maisons jumelles, celles d'un homme d'affaire et d'un militaire, deux grands amis , disparus en même temps. Et personne n'a jamais su l'origine de ce double incendie. Personne? Ou tout le monde? Est-ce important? Personne ne dira jamais rien en tout cas, et personne n'a jamais rien dit. Tels que décrits dans le récit de Thomas, de toute façon, on s'aperçoit que même le lecteur ne peut pas déplorer leur double disparition....
    Le deuxième est bien sûr celui d'Anaïse, ce prénom étant finalement la seule chose que lui a légué son père. Qui voit et décrit les choses à l'européenne,de façon moins imagée, plus concrète. et c'est très bien ainsi. Autre culture, autre style d'écriture.
    Et bien sûr, ces deux monologues introduisent une sorte d'épilogue qui reprend le titre du roman. le récit d'une rencontre qui s'est faite entre deux univers, deux cultures,Ici et maintenant. Et c'est dans cet échange qu'elle trouvera sa place, et donc: " demain, sur la route, c'est moi qui parlerai."

    Vraiment un beau roman.




    Lien : http://petitspointscardinaux.net/la-vie-les-livres/article/jacques-s..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Josephine2, le 24 avril 2015

    Josephine2
    Anaïse se rend à Haïti pour avoir des réponses aux questions qu'elle se pose, sur son père notamment. Que vient chercher Anaïse, qui n'est pas d'ici, et pas non plus une touriste ? Trouvera-t-elle des réponses à ses questions ? Qui pourra lui répondre ? Qui est Thomas ?
    Thomas, son guide, lui raconte Anse-à-Fôleur, petit village en bordure de mer, qui se différencie de la vie en ville, petit havre de paix. Il lui raconte les villageois, les enfants, leur façon de vivre et de voir les choses dans ce pays où la misère est féroce. Mais aussi son père et surtout son grand-père, Robert Montès et le Colonel, Pierre André Pierre, que tout séparait si ce n'est leur cruauté, leur manque d'empathie vis-à-vis de l'humain. Ils sont venus s'installer à Anse-à-Fôleur, dans des maisons qu'ils auront construites à l'identique et où ils exerceront leur pouvoir, comme toujours.
    Il lui parle de son métier de guide. Il lui raconte Haïti, le bruit des villes, des différences entre sa ville, Haïti étant un des pays les plus pauvres de la planète et les autres villes, notamment occidentales. Ainsi que de son autre métier de peintre. Ambiguïté avec son oncle. Il lui parlera des touristes qui viennent chercher avant tout le plaisir, et en avoir pour leur argent, sans rien donner en échange.
    Beaucoup de paraboles dans ce roman. Une écriture fluide, empreinte de douceur pour décrire l'intolérable, l'horreur et la Vie qui prend le dessus malgré tout. Une très belle leçon de vie dont nous devrions nous inspirer. Il y a du Laurent Gaudé dans ce livre. A lire absolument !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par spleen, le 23 septembre 2012

    spleen
    J'avais découvert Lyonel Trouillot , cet écrivain haïtien, en lisant yanvalou pour Charlie.
    Ce roman est assez différent, avec toujours le même talent .
    Nous ne sommes plus dans les bidonvilles de Port au Prince mais nous découvrons comme Anaise un endroit paradisiaque d'Haïti : L'Anse à foleurs, un village perdu où la jeune fille vient à la recherche de souvenirs de l'enfance de son père qu'elle a a peu connu.
    De son père il sera peu question mais son chauffeur, le volubile Thomas va lui faire découvrir dans un long monologue une autre histoire, celle de son Grand-père Robert Montes , un homme d'affaires qui a péri dans l'incendie de sa villa .
    Conte plus que roman où la cupidité , la méchanceté et la bêtise ne font pas le poids face à la candeur ,le naturel et la gentillesse des habitants ,où les touristes passent à coté de l'essentiel ,le bonheur simple mais où la question :quel usage faire de sa présence au monde? est omniprésente.
    Envoutement des mots si bien mis en musique par l'auteur et de ce pays qu'il décrit avec amour , ce livre est un havre de bonheur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Charybde2, le 18 septembre 2013

    Charybde2
    L'écriture poétique de Trouillot au service d'une radicale bienveillance. Magnifique.
    Publié en 2011, le septième roman de Lyonel Trouillot est à la fois celui d'une consécration internationale, avec plusieurs grands prix francophones, et celui qui peut pour la première fois, paradoxalement, faire figure de manifeste d'une certaine position politique, sociale, et humaine. Il s'agit toutefois d'un manifeste jouissivement madré, car à aucun moment ne filtre le moindre didactisme ou la moindre tonalité d'essayiste infiltré dans la narration.
    La mise en scène repose ici tout entière ou presque sur un chauffeur-guide haïtien, convoyant vers son village perdu en bord de mer une jeune Occidentale, dont le père disparu prit jadis la fuite, après qu'un mystérieux incendie y ait consumé les maisons de son grand-père, richissime homme d'affaires haïtien, et de son meilleur ami, colonel retraité de la police politique, réduisant le bois comme les deux occupants à l'état de cendres...
    C'est le récit (ou plutôt les récits, car les apparentes digressions, en réalité redoutablement cohérentes, y sont nombreuses) du guide qui livre comme sans y penser les éléments du mystère. Et l'intrigue n'a pas en réalité besoin d'être résolue, après qu'un des meilleurs limiers de Port-au-Prince, dépêché en urgence, à l'époque, par les autorités, ait échoué : qui a pu, crime ou accident, éliminer les deux monstres ordinaires, produits emblématiques de l'étroite association du pouvoir politique corrompu et du capitalisme avide dans toutes leurs splendeurs respectives ? Si le chauffeur présente, au fil des kilomètres de ce trajet en voiture, la belle galerie des personnages du village, spontanément ou en réponse aux quelques questions de la voyageuse (qui écoute beaucoup et parle fort peu), il ne répondra pas. Ce n'est pas nécessaire.
    Dans une langue tour à tour colorée et extrêmement poétique, Lyonel Trouillot laisse la vie répondre, formulant par images d'une rare force une sorte de théorie de la "bienveillance radicale", possible rempart humain d'une grande gentillesse et d'une rare agressivité, simultanément, face au mal qui ronge à loisir les existences.
    Au passage, et comme par inadvertance calculée, Lyonel Trouillot fournit une formidable leçon (mais attention, ne prenant jamais justement l'allure pesante d'une leçon classique) à destination du visiteur d'un pays pauvre, sur l'écoute, sur les idées reçues, sur le comportement... Précieux pour tout voyageur conscient, qui devrait sans doute à l'issue soumettre sa propre pratique à certaines introspections...
    Livre magnifique et lecture quasiment indispensable pour saisir un espoir de maintenir ou retrouver une juste beauté du monde.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 14         Page de la critique


Critiques presse (7)


  • Actualitte , le 06 septembre 2012
    C'est une histoire magnifiquement racontée, profondément enracinée dans une culture qui sourd à chaque page. C'est un voyage d'initiation vers une autre façon d'imaginer la mémoire collective et individuelle.
    Lire la critique sur le site : Actualitte
  • Liberation , le 25 novembre 2011
    La Belle Amour humaine vise la condescendance du monde riche, autant que la cupidité des profiteurs locaux. Au terme du voyage de la jeune fille, il y a une crapule. Est-ce une pierre dans le jardin du roman contemporain, amateur de quêtes familiales ? «Tu viens te construire une famille. Méfie-toi. Les familles, ça ne suit pas toujours les rêves.»
    Lire la critique sur le site : Liberation
  • LaLibreBelgique , le 22 novembre 2011
    Comme souvent chez les écrivains antillais, ce qui fascine d’abord est la volupté de langue, belle, poétique, surprenante et juste. Lire ce roman est déjà voyager et se trouver loin d’ici, près des mers chaudes.
    Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
  • LePoint , le 24 octobre 2011
    Ce livre profond est un hymne à "l'art de la route et de la rencontre", où naissent les vraies questions. Le titre est emprunté au romancier Jacques Stephen Alexis, maître de l'auteur, et si son décor est haïtien, ce roman s'ouvre vraiment à l'universel. Car la belle amour humaine, comme son contraire, la cruauté prédatrice, est également partagée, partout.
    Lire la critique sur le site : LePoint
  • LeMonde , le 14 octobre 2011
    De l'adversité à l'altérité, de la confrontation au partage, ainsi se déploie cette fable porteuse de vie et d'utopie où revient une interrogation lancinante, entêtante : "Quel usage faut-il faire de sa présence au monde ?" Lyonel Trouillot y répond, à sa manière, sensible, élégante et quelque peu inquiétante .
    Lire la critique sur le site : LeMonde
  • Bibliobs , le 21 septembre 2011
    En réfutant l’humanisme béat qui prétend gommer les différences entre les êtres, Trouillot utilise la parole pour les rapprocher autant qu’il est possible. Et rend ainsi le lecteur complice de ses personnages en envisageant, à la fois, la cruauté et la bonté des hommes.
    Lire la critique sur le site : Bibliobs
  • Lexpress , le 02 septembre 2011
    En compagnie de l'écrivain haïtien Lyonel Trouillot, un voyage aux confins du bien et du mal. Envoûtant.
    Lire la critique sur le site : Lexpress

> voir toutes (88)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Josephine2, le 24 avril 2015

    Vain désir de combler le manque. Elle est venue chercher un père. Elle ne l’a pas trouvé. Elle n’a trouvé que des humains. Vivants. En marchant vers la tonnelle, elle entend des rires, des chants, des bruits de vie. Elle croise des couples qui vont loin de la foule, vers les bois. C’est une autre cacophonie que celle de la capitale. Une harmonie. Ici les bruits ne sont pas en guerre les uns contre les autres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Josephine2, le 24 avril 2015

    J’ai des amis qui se précipitent dans des missions humanitaires et qui reviennent au bout de quelques mois, satisfaites d’elles-mêmes ou plus désespérées qu’avant leur départ. Lorsque je les interroge, je réalise qu’elles sont revenues parce qu’elles étaient fatiguées de regarder les gens mourir, ou parce qu’elles prenaient une halte avant de courir vers des lieux aux statistiques encore plus effrayantes. Un prof nous a mis devant ce dilemme : Un homme ou une femme est debout devant une falaise et dit à un homme ou une femme : ta main ou je saute. Vous êtes cet homme ou cette femme à qui s’adresse la demande. Que faites-vous ? La majorité des réponses laissait le « fou » finir au bas de la falaise. Je fais encore partie de cette majorité. Les choses changent-elles lorsque le choix nous est offert entre regarder quelqu’un pousser cet homme ou cette femme au bas de la falaise et pousser l’assassin ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Josephine2, le 24 avril 2015

    Qu’y a-t-il d’exceptionnel à tenir le monde pour sa propriété, à tout pourrir pour en tirer avantage, à ne penser l’autre qu’en termes de pertes et de profits ! C’est partout ainsi. Dans la ville d’où je viens, on oublie cela. On s’y adapte. Il y a toujours des gadgets et de la lumière. La différence entre ta capitale et la mienne, c’est que chez moi, les pauvres sont assez riches pour oublier qu’ils sont pauvres. Mais c’est partout pareil. Je viens d’une ville qui bouffe du virtuel et dans laquelle chacun ne se laisse prendre la tête que par ses soucis personnels. Ce qui a tué mon grand-père et son ami le Colonel, c’est leur manque de discrétion. En discutant avec mon prof sur les systèmes politiques, j’ai compris que la stabilité d’un système ne tient pas à ses vertus mais à sa maîtrise de la provocation. Il suffit de ne pas étaler son luxe sous le nez des autres et de leur faire croire qu’ils participent à la fête.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Josephine2, le 24 avril 2015

    Page 23
    S’ils te demandent à quoi cela sert de découvrir l’astuce par laquelle le lait qui n’a pas de jambes s’arrange pour grimper jusqu’au cœur de la noix de coco, c’est qu’ils souhaitent que tu comprennes que peu de choses méritent qu’on en saisisse les origines, les pourquoi et les conséquences. Qu’il est des faits sans importance qui ne valent pas le bavardage, et d’autres dont les causes sont d’une telle profondeur qu’elles échappent à toute analyse, et qu’il convient pour être heureux de les laisser à leur mystère « Laissez les choses à leur mystère », voilà ce qu’ils te répondront.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Josephine2, le 24 avril 2015

    Le petit monsieur de la capitale m’a expliqué en souriant, tout tendre dans ses couleurs pastels, qu’il a retenu de sa visite à Anse-à-Fôleur que tout ce qui compte, c’est le bonheur. Le reste, c’est des entraves. Qu’il est heureux. Que sa maîtresse est heureuse. Que les seuls criminels qu’il convient de poursuivre sont ceux qui veulent pour eux seuls tout le bonheur du monde. Que parfois, la nature ou le hasard s’en chargent. Et les choses ainsi rendues nécessaires par un principe supérieur d’équité finissent par advenir d’elles-mêmes sans l’intervention d’un auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (27)

Videos de Lyonel Trouillot

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Lyonel Trouillot

Lyonel Trouillot - "La belle amour humaine" et "Dictionnaire de la rature" .
A l'occasion de l'Escale du Livre 2015 à Bordeaux, Lyonel Trouillot vous présente ses ouvrages "Dictionnaire de la rature" et "La belle amour humaine" aux éditions Éditions Actes Sud. Retrouvez les livres : http://www.mollat.com/livres/lyonel-trouillot-dictionnaire-rature-9782330047290.html http://www.mollat.com/livres/trouillot-lyonel-belle-amour-humaine-roman-9782330018719.html Note de Musique : © Mollat Découvrez notre site : www.mollat.com & suivez-nous sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/Librairie.mo... https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Libra... https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemo... http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/








Sur Amazon
à partir de :
4,87 € (neuf)
8,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La belle amour humaine par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (200)

> voir plus

Quiz