Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2277300365
Éditeur : J'ai Lu (1999)


Note moyenne : 3.77/5 (sur 31 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Qu'est-ce qu'elle fait, Ève? Elle poinçonne des tickets de métro. Geste banal ? Non, geste envoûtant qui va conduire un P.D.G. aux limites de l'amour et de la folie.
Les autres personnages de ce livre étonnant ne sont pas moins étranges. II y a la manucure qui se... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par lecassin, le 27 mai 2014

    lecassin
    "Le Geste d'Eve" est la nouvelle qui clôt ce recueil de neuf nouvelles. Neuf nouvelles dont le point commun pourrait être la cupidité, la tentation, la passion qui tourne à l'obsession : « Les mains », « le carnet vert », « le meilleur client », « le retour de Versailles », « Bouboule », « Vue imprenable », « Faux marbre », « le diable emporte Pierre », « Le geste d'eve »…
    « Les mains » : La Rencontre de Ginette et d'un hideux personnage : « Il était laid, des traits austères, la main plus rude que le gant » aurait dit Hugo… mais Ginette est manucure… Alors…
    « le carnet vert » : un homme découvre un carnet vert ; une somme pour lui qui vit chichement de son emploi de comptable…Qui est Jean de Bize, celui qui contre une somme bien plus élevée demande par voie de presse qu'on lui rende le fameux carnet ?
    « le meilleur client » : un homme « dévalise » la boutique d'articles funéraires du couple Euterpe…Où veut il en venir ?
    « le retour de Versailles » : une vente aux enchères à Versailles. Caroline rêve d'une commode, Georges d'un tableau…
    « Bouboule » : Bouboule, le chien du père Tabuze s'est fait renverser… Madame de Montcaillou lui viendra-t-elle en aide, malgré le peut de sympathie qu'elle porte à son maître ; comme à tous les hommes, d'ailleurs…
    « Vue imprenable » : peut-on être misanthrope sur son île déserte ; sans l'autre ?
    « Faux marbre » : et si la chair humaine n'était belle que marbrée ? Justement …
    « le diable emporte Pierre » : « Un idiot à Paris », en quelque sorte…
    « Le geste d'eve » : la « poinçonneuse des Lilas » et le PDG…
    Un bien étrange (mais néanmoins remarquable) recueil emmené par le style alerte d'Henri Troyat, dont on imagine le sourire malicieux, qu'il a dû afficher tout au long de la rédaction de ces neuf nouvelles admirablement ficelées…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 16 mai 2012

    LiliGalipette
    Une manucure effacée épouse le Diable, un philanthrope excentrique fait le malheur d'un homme avide, un solitaire rêve d'un enterrement de patriarche, une vente aux enchères tourne mal pour un collectionneur, un chien peut en cacher un autre, un misanthrope découvre le sens de la vie en cherchant un homme, un artiste brimé se prétrifie, le Diable a plus d'un tour dans son sac, une poinçonneuse fait chavirer le coeur d'un riche industriel, etc.
    Les nouvelles se suivent et ne se ressemblent pas. Petits bouts d'existence mis bout à bout pour dresser le portrait d'une humanité simple. Ce sont les histoires extraordinaires de gens simples que l'on ne remarque pas. Je suis sous le charme de du style de l'auteur: légèreté, finesse et simplicité. Je le recommande à tous. Ce petit recueil a mis un peu de merveilleux et un peu de folie dans mon monde de lectrice.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par horline, le 08 mai 2011

    horline
    Avec Le geste d'Eve et autres nouvelles, Henri Troyat a décidé de surprendre le lecteur en rompant radicalement avec sa signature littéraire. Pas de grande fresque qui se déroule lentement dans la froideur de l'hiver russe, mais des histoires courtes et truculentes dominées par le loufoque, le rocambolesque, l'étrange, et témoignant d'une imagination foisonnante de l'auteur.
    Ainsi on découvre que le diable aime se faire limer les ongles, qu'un carnet de cuir abandonné peut servir d'appât, qu'une poinçonneuse a le pouvoir de charmer un pdg via son composteur de tickets de métro ou encore qu'un obsédé du faux-marbre se fige sous les poils de son pinceau…autant de nouvelles qui proposent une galerie de personnages extravagants.
    Extravagants parce qu'ils sont aveuglés par la lumière de leur idée fixe. Elle éveille en eux et malgré eux toutes les lâchetés, toutes les bassesses et autres compromissions, quelles que soient les conséquences.
    Pour autant, on ne parvient pas à les détester tant les conséquences s'avèrent diaboliques et renversantes. Sans compter la plume de l'auteur qui les met à nu sous un angle humoristique et tendre souvent, cruel et cynique parfois. On se surprend à ressentir de l'empathie pour certains de ces personnages.
    Au-delà de l'absurde, on devine une parabole du mythe d'Adam et Eve dans laquelle les personnages cèdent à leur tentation, avec un serpent prenant l'apparence d'un composteur de tickets de métro et le fruit défendu d'un carnet de cuir ou d'un tableau. Bien sûr, ayant goûté au fruit défendu, les héros ne connaîtront plus le Paradis.
    Lire ces nouvelles est réellement rafraîchissant : on découvre un univers insaisissable mêlant harmonieusement réalité et surnaturel, grâce auquel H. Troyat fait souffler tour à tour cynisme et éthique. Portée par une écriture à la fois limpide et foisonnante, cette œuvre rappelle l'art du romanesque de l'auteur où chaque détail participe à la construction de l'intrigue.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Epictete, le 01 février 2014

    Epictete
    C'est tout un monde qui est décrit dans ces neuf nouvelles, Un monde peuplé de personnages qui pourraient être banals, mais qui se trouvent pris dans des circonstances bien particulières, étonnantes, voire étranges.
    C'est traité avec plein d'humour.
    J'aime beaucoup les nouvelles, mais là, on est dans le haut de gamme. On n'entre pas à l'académie française par hasard. Henry Troyat semble s'être livré à un exercice de style, très différent de ce qu'il écrit habituellement, mettant au service de l'humour et du rythme son talent d'écrivain.
    Ne passez pas à côté.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Snarkk, le 08 mars 2014

    Snarkk
    Chose assez surprenante, j'oublie régulièrement le contenu de ce livre écrit par Henri Troyat. Je suis obligé de relire la quatrième de couverture à chaque fois pour me rappeler de ce qu'il contient, ce qui est plutôt mauvais signe en général.

    Pourtant - et c'est je crois le seul et unique cas similaire - j'ai le sourire aux lèvres dès que je me remémore les nouvelles qui composent "Le geste d'eve". Dans un style difficilement imitable, maniant l'humour avec une délicatesse et une impertinence que j'adore, Henri Troyat nous offre plusieurs nouvelles légèrement fantastiques, qui interrogent et qui font rire. Que demander de plus ? le mieux, dans tout cela, c'est qu'à chaque fois que je retombe sur ce livre, je n'ai plus qu'à me délecter d'avance à l'idée de le parcourir à nouveau.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Epictete, le 01 février 2014

    Elle donna n coup de volant à droite, à gauche.Des arbres sautèrent de côté pour l'éviter. Mais l'un d'eux moins prompt que les autres, resta sur place. Une affichette était collée sur son tronc: "Votez pour...."
    Mme de Montcaillou ne sut jamais pour qui elle aurait dû voter. Sur le point de perdre connaissance, elle se vit projetée hors de la voiture et enlevée au ciel dans les pattes d'un grand chien noir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par lecassin, le 27 mai 2014

    Il lui manquait dans la physionomie ce je ne sais quoi qui allume la convoitise du mâle…

    Commenter     J’apprécie          4 21         Page de la citation

  • Par horline, le 08 mai 2011

    Tout se brouilla devant ses yeux. Elle donna un coup de volant à droite, à gauche. Des arbres sautèrent de côté pour l’éviter. Mais l’un d’eux, moins prompt que les autres, resta sur place.


    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 16 mai 2012

    Il l’inquiétait un peu par la zone obscure qu’elle devinait en lui. Mais elle se disait que toute femme a dans le sang la vocation de réformatrice et qu’elle saurait limer les mauvais instincts de cet homme comme elle avait su limer ses ongles.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par horline, le 08 mai 2011

    Elle leur montrait sa carte de « membre adhérent » sous cellophane. Cette expression de « membre adhérent » impressionnait tout le monde. On chuchotait qu’elle avait le bras long, sans savoir, au juste, dans quel sens elle pouvait l’étendre.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (18)

Videos de Henri Troyat

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat

Henri TROYAT parle d'Emile ZOLA, de sa vie, de ses engagements, ses intérêts.La biographie qu'il a écrite : "ZOLA".Stéphane GRAPPELLI, Maria PACOME expliquent ce qu'ils aiment dans les livres de Zola








Sur Amazon
à partir de :
2,50 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Le geste d'Eve par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz