Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253030074
Éditeur : Le Livre de Poche


Note moyenne : 3.65/5 (sur 198 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A treize ans, Valérie Valère a été internée au pavillon des enfants fous d'un grand hôpital parisien. A quinze ans, elle écrit le récit de ce séjour.

Son livre n'est pas seulement une vision du monde hospitalier, des traitements pour les malades mentaux,... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (25)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par PiertyM, le 25 novembre 2014

    PiertyM
    D'un langage cru relevant d'une colère énorme du mal être, Valérie Valère pousse ici un grand cri où la vie l'étouffe dans ce vaste monde. Elle veut tout simplement qu'on la laisse mourir, elle ne demande rien sinon que sa mort, elle va sombrer dans l'anorexie raison pour laquelle elle sera internée dans un centre psychiatrique. Dans cette rage d'une adolescente mal dans sa peau fulmine plusieurs questions d'existence notamment de la relation entre le moi et autrui. L'auteure nous relate l'incompatibilité existant entre elle et son environnement, comment elle se sent vide là dedans, presque étouffer, incapable de se trouver une place ou de faire porter sa voix, alors écrire devient pour elle une question vitale, le moyen de se trouver une place dans ce monde, communiquer avec son environnement...
    Un livre très bouleversant et qui nous fait penser à un moment quelle grande douleur peut se cacher derrière un sourire...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 40         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par chris0675, le 14 mars 2014

    chris0675
    Un livre que j'ais beaucoup aimé lire a plusieurs titres
    -une autobiographie donc une histoire vrai
    -la vision de notre monde vu dans les yeux de la folie (mais par la justesse de la souffrance de l'auteur peut etre un monde fou vu par ses yeux)
    Un style particulier vivant, comme seul les jeunes auteurs précoces et féconds savent en faire.
    une reflexion ouverte sur notre societée moderne et ses conventions
    faudrait le relire, pour etre sur souvent ce qu'on pense d'un livre change avec le temps
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 08 novembre 2011

    brigittelascombe
    "Je suis seule, seule avec mon corps qui ne demande rien, sauf de mourir".
    Ce corps, objet de honte, "machine à emmagasiner de la bouffe",elle l'a maltraité, vidé, vomi, jusqu'à être internée "chambre 27" en psychiatrie.
    Grace à ce premier livre autobiographique, Le Pavillon des enfants fous, livre exutoire, témoignage poignant sur l'anorexie et l'hospitalisation, Valérie Valère, adolescente brillante, triste et solitaire, boulimique d'écriture, a bouleversé ses lecteurs et a connu un franc succés.
    L'écriture est pour elle "un moyen de vivre un peu comme les autres".
    Alors elle écrit le pourquoi des trente et un kilos ("affreuse et folle, grosse et livide, j'étais devenue horrible et repoussante"), détaille les quatre mois de soins, confie son mal être ("une mort lente... qui vous fait supporter votre incessante souffrance"), évoque ses insomnies,se moque des soignants qu'elle trompe en cachette, parle de ses problèmes notamment par rapport aux transformations du corps et à une éventuelle sexualité supposée "dégoûtante".
    Le Pavillon des enfants fous est le document déchirant d'une anorexique dont l'obsession principale (les autres étant vécu comme persécuteurs) est: Vous ne m'aurez pas, c'est moi qui maîtrise et gère ma vie.
    Deux autres livres ont suivi: Malika ou un jour comme les autres et Obsession blanche mais ils n'ont pas suffi à évacuer son désir d'en finir.
    Elle est morte à 21 ans le 18 décembre 1982 à Paris.
    Emouvant!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lea25, le 27 août 2012

    Lea25
    Un livre poignant, bouleversant.. Je n'ai aucun autre mot pour exprimer ce que je ressens après cette étrange lecture. Mais je tiens à préciser que son récit est quelques fois un peu brouillon, les mots, les expressions se répètent ( le préface en début du livre le précise ) mais il est très prenant. Et il faut savoir aussi que ce livre n'est pas avant tout l'histoire d'une guérison comme le dit la quatrième de couverture. Certes elle a réussi à se sortir de l'anorexie. Mais son mal-être à toujours été présent. Sa mort précoce peut en témoigner.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 12 juin 2011

    brigittelascombe
    Petite fille brillante mais repliée sur elle même,Valérie Valère développe une anorexie mentale à l'adolescence qui la fait descendre à 31 kilos. Elle est internée en psychiatrie durant quatre mois.Puis deux ans après sa sortie,elle ressent l'urgence de publier son ressenti lors de son hospitalisation pour parler ouvertement de sa maladie et pour dénoncer les failles du système psychiatrique."Le Pavillon des enfants fous" voit le jour en novembre 1978.
    La malade de la chambre 27,boulimique d'écriture et de nourriture(vomies par à coup sur les pages blanches ou ailleurs) intellectualise tout, refuse un corps de femme dont elle a honte, refuse la sexualité jugée dégoutante au même titre que la nourriture, et désire rester fixer à l'enfance.
    La tristesse d'une enfant happée inexorablement par la mort.
    La trajectoire fulgurante d'un papillon aux ailes brulées aux feux violents du monde des adultes.
    Passée à la toxicomanie,elle s'éteindra le 18 décembre 1982 à Paris.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

> voir toutes (48)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Spilett, le 16 juin 2010

    "Au fait, tu resteras dans ta chambre en pyjama, tu n'auras pas le droit de lire ni de faire quoi que ce soit, juste te reposer. Quand tu auras pris un peu de poids, on verra, mais pour le moment c'est comme ça, d'accord ?"
    Bien sûr que non, qu'est-ce que vous voulez que je vous réponde, que votre bagne me convient à merveille ? Vos kilos je n'en veux pas, je ne prendrai pas de poids. Je suis bien comme ça et j'en ai rien à foutre de votre bouffe, vous pouvez la garder !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Silena, le 11 janvier 2014

    Quel crime ai-je donc commis ? Refuser le monde: crime puni de prison à perpétuité. Ils me manipulent comme un vulgaire ramassis d’os, dénué de toute pensée, de tout sentiment.
    Je suis seule. Dehors, le monde est en train de rire, de s’amuser, de parler, je suis seule, seule avec mon corps, qui ne veut rien, qui ne demande rien, sauf de mourir. Mais il résistera. Ils ne me laisseront pas m'évanouir parce que je dois souffrir et m'apercevoir de ma stupidité à m'entêter, à vomir ces gens, ces maisons, cette société contraignante. Mais qu'est ce qu'ils croient donc, que je vais céder à leur chantage infâme? Ils n'ont pas l'air de se rendre compte de l'horreur qu'ils provoquent.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par MarieAlice, le 13 novembre 2010

    Quel crime ai-je donc commis ? Refuser le monde: crime puni de prison à perpétuité. Ils me manipulent comme un vulgaire ramassis d’os, dénué de toute pensée, de tout sentiment.
    Je suis seule. Dehors, le monde est en train de rire, de s’amuser, de parler, je suis seule, seule avec mon corps, qui ne veut rien, qui ne demande rien, sauf de mourir.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 25 novembre 2014

    J'aurai voulu avoir plein d'amis tout en conservant ma solitude. Cela m'est apparu comme une impossibilité psychologique. Alors j'ai choisi la solitude. Je pourrai résister à tout, eux, ils auront toujours besoin de quelqu'un, mais moi, non, j'aurai mes propres pensées.

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par Yuko, le 12 juillet 2012

    La nuit est là comme un défi et toujours la veilleuse. Je pourrais rester dans cette chambre toute une vie, additionner toutes les périodes que les malades folles du pavillon psychiatrique y ont passées. Est-ce vrai, est-ce vrai qu'ils me laissent sortir ? Non, ce n'est qu'un leurre, ils laissent sortir mon corps, mais moi je reste là, derrière ces murs, dans cette île de folie. Moi, je ne sais pas si je pourrais jamais en sortir. ils emprisonnent mes pensées avec les âmes des fous, accrochées dérisoirement à la tige de leurs clefs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Valérie Valère

>Ajouter une vidéo

Les premiers romans
186 ème numéro d'Apostrophes.
Emission consacrée au premier roman de nouveaux romanciers; sont invités : Henri ANGER pour son livre, un premier roman "chatte allaitant un ourson". Henri ANGER explique pourquoi il a écrit si tard , à 71 ans, son premier roman. (thème du livre : la fugue d'un enfant) Valérie VALERE ( 1961-1982) pour "Malika" ( les rapports entre un frère et une soeur...











Sur Amazon
à partir de :
3,99 € (neuf)
0,97 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Pavillon des enfants fous par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (493)

> voir plus

Quiz