Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253145645
Éditeur : Le Livre de Poche


Note moyenne : 3.65/5 (sur 174 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Je suis mort à sept heures du matin. Il est huit heures vingt-huit sur l'écran du radio-réveil, et personne ne s'en est encore rendu compte. Ainsi commence l'aventure de Jacques Lormeau, trente-quatre ans, quincaillier à Aix-les-Bains. Comment parviendra-t-il à se faire... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (16)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 31 janvier 2012

    carre
    Jacques Lormeau, trente-quatre ans, quincaillier à Aix-les-Bains est mort à 7 heures du matin. Et pourtant Van Cauwelaert va en faire le narrateur de son roman . le prix Goncourt 1994, nous entraîne, dans les pensées du défunt et celles de ces proches. Une nouvelle fois, l'auteur s'intéresse à ce passage de vie à trépas mélant suspense, tendresse et humour. Il devient le spectateur de l'émoi susciter par sa mort, mais aussi les mesquineries alors qu'il ne peut plus rien dire, rien faire pour s'expliquer, pour dialoguer. Et si au lieu de courir àprès le bonheur, on vivait l'instant présent ? Van Cauwelaert réussit avec LA VIE INTERDITE à mon avis son meilleur livre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par SebastienFritsch, le 19 avril 2012

    SebastienFritsch
    Le point de vue du roman (et son point de départ) est original : en effet, on apprend, à la première ligne, la mort du narrateur. Cela ne l'empêche pourtant pas de continuer à nous guider dans l'histoire, son histoire et celle de ses proches : il navigue en effet entre eux, se fait témoin de leurs réactions, constate que tout n'est pas toujours comme on le croit. Il remonte aussi ses souvenirs, les plus forts, et parvient à se comprendre lui-même un peu mieux. Avant de comprendre les autres. Il "vit" aussi (mais toujours en témoin) les évènements qui suivent tout décès, de la constatation par la gendarmerie, jusqu'à son propre enterrement, en passant par la préparation du corps et la veillée funèbre. Suit l'ouverture du testament.
    Tout cela est présenté avec humour et tendresse, parfois avec toute la brutalité ou la cruauté qui existe dans les relations de famille.
    La conclusion de ce roman est, en gros, qu'il ne faut pas attendre la mort pour commencer à comprendre les autres. Et qu'il ne faut pas se dire qu'ils n'ont qu'à faire un effort pour mieux nous comprendre. Les intentions ne se voient pas. Si vous avez un message à faire passer, dites-le, n'attendez pas qu'on le devine.

    Juste une dernière remarque : la fin m'a semblé un tout petit peu décevante. Elle est pourtant "charmante" (je n'en dis pas plus, pour laisser le suspens), mais elle prend malgré tout des airs de queue de poisson. Et puis, je crois aussi que la déception vient du fait que cette fin m'a coupé de tous ces personnages auxquels j'avais commencé à m'attacher. J'aurais bien passé encore quelques fragments d'éternité avec eux.

    Lien : http://sebastienfritsch.canalblog.com/archives/2007/09/04/6010467.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Caju, le 23 mai 2012

    Caju
    L'histoire est originale, nous suivons un personnage mort qui vit à travers ses souvenirs et la vie de ses proches. La lecture est agréable si on accepte d'errer dans les souvenirs du défunt mais elle peut parfois paraître longue ... sans réels rebondissements... Mais le sujet s'y prête, peut-être que la "vie après la mort" est un passage tranquille ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par gegetrois, le 30 août 2013

    gegetrois
    LA grande question : y a t 'il Une vie après la mort ?
    Pour le narrateur, plus de problème : il vient de mourir, mais a encore une conscience, et en tant qu'observateur, il a la faculté de se déplacer dans l'espace et le temps. Il alterne ses souvenirs, (parfois avec regrets de n'être pas s'être comporté d'une autre façon) et sa vue de la situation actuelle, ou il assiste aux évènements et aux discutions de ses proches (mais sans pouvoir intervenir).
    Ecrit dans un style léger, avec humour en général, mais parfois avec réelle émotion. j'ai 'dévoré' ce roman.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par layla_posset, le 19 septembre 2013

    layla_posset
    Quel livre ! Quel auteur !
    A chaque fois que j'ouvre un ouvrage de Didier van Cauwelaert, je sais que je ne vais pas seulement lire un livre, mais m'immiscer dans un univers drôle et décalé. Quels personnages attachants ! Quelle tendresse se dégage de ces pages !
    Lorsque le héros meurt dès les première ligne, on sait déjà que le livre sera spécial... et il l'est !
    Un doux voyage dans un autre monde, pour réapprendre à ouvrir les yeux sur ce et ceux qui nous entourent...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par mandarine43, le 09 août 2011

    [ Incipit ]

    Je suis mort à sept heures du matin. Il est huit heures vingt-huit sur l'écran du radio-réveil, et personne ne s'en est encore rendu compte. Le roman sur lequel je me suis endormi hier soir s' est refermé autour de mon pouce.
    Dans un premier temps, naturellement, j'ai pensé qu'il s'agissait d'un cauchemar et que le bulletin météo de Savoie FM allait me replonger comme tous les matins, à neuf heures, dans la réalité commune. Mais l'étrangeté de ce rêve à image fixe - mon corps immobile qui ne respire plus, vu de l'extérieur en plan large avec effet de plongée - a fini par lézarder cette hypothèse. Encore incrédule bien que déjà résigné, j' ai passé en revue mes souvenirs de la nuit, cherchant une angoisse, une douleur, une rupture, mais je n'en ai retiré qu'un sentiment de continuité qui me laisse sans prise.
    Fabienne avait levé le rideau de fer à six heures et demie, comme tous les jours, pour approvisionner les chantiers. Un moment plus tard, elle a ouvert la porte donnant sur le jardin de derrière, et lancé :
    - Jacques, tu as la référence des brûleurs gaz-de-ville pour M. Ruinilloz ?
    La dernière pensée que j 'aie formulée de l'intérieur, le nez dans l'oreiller, a été : « Faisons le mort. » C'est réussi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par mila0707, le 20 juillet 2011

    Pourquoi ne fait-on l'effort de comprendre les autres que lorsqu'ils ne nous gênent plus? Elle avait tout pour me fournir l'amour qui remplit une vie et nourrit une œuvre. Mais j'ai cherché ailleurs pour me croire libre.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par mila0707, le 20 juillet 2011

    Jamais je n'aurait pensé lui faire du mal. Elle m'avait répondu: "C'est ça que je te reproche. Justement. Ne pas savoir ce qui me fait du mal."

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par mila0707, le 20 juillet 2011

    Je sais quels sont mes torts envers Fabienne, comment je suis passé à côté d'elle par flemme et par injustice, par nostalgie de mon adolescence, par dépit de n'avoir rien fait de ma vie. C'était si facile de l'en accuser.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par ilea, le 18 octobre 2007

    "comme c'est court la vie d'un chien… une telle densité de souffrance et d'inquiétudes. L'angoisse d'être abandonné de ne plus faire plaisir, de perdre un bâton, de manquer le rendez vous laissé par une odeur sur un arbre, de se retrouver au maton privé de l'os qu'on a rongé en rêve. Un si grand besoin d'être rassuré d'accompagner de faire comprendre ce que son maître ne voit pas"

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir La Vie interdite par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (461)

> voir plus

Quiz