AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2863744283
Éditeur : Mazarine (15/03/2017)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses ta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
LireEnBulles
21 avril 2017
Avant de partager mon avis sur Là où tu iras j'irai de Marie Vareille, je remercie les Éditions Mazarine et NetGalley de m'avoir donné l'opportunité de lire ce livre en numérique.
Comme je l'ai dit, Là où tu iras j'irai est écrit par la française Marie Vareille, diplômée de l'ESCP-Europe et de l'Université de Cornell aux États-Unis. Dans sa vie, la jeune femme possède deux immenses passions : les livres et les voyages. Elle a notamment parcouru de nombreux continents comme l'Amérique Centrale et du Sud, et l'Asie. Son premier roman Ma Vie, mon ex et autres calamités est paru en 2014 chez City Éditions. Son genre littéraire de prédilection est la comédie romantique et la chick-lit feel good. Car dans Là où tu iras j'irai, on retrouve les ingrédients qui font de ce bouquin une petite boule de rire et de positivité. À noter, que j'ai réalisé après ma lecture que j'avais déjà entendu parler de l'auteure avec le roman Je peux très bien me passer de toi (Prix 2015 des lectrices Confidentielles) paru récemment en format poche, et que la quatrième de couverture m'avait déjà bien donné envie.
Mais revenons à nos moutons, avec le résumé de Là où tu iras j'irai qui est à la fois simple et complexe tant il prête à sourire dès les premières lignes. Isabelle 32 ans est une actrice ne connaissant pas le succès et travaillant dans un fast food pour gagner sa vie. Son quotidien elle le partage avec deux bêtes à poil : son chihuahua Woody-Allen et son mec Quentin,dont elle va se séparer après avoir refusé de se marier avec lui et d'avoir des enfants (elle les détestes ses gnomes). Juste avant ce rebondissement, elle avait croisé le chemin d'une adolescente riche et en colère répondant au nom de Adriana, qui va lui proposer de devenir sa nounou pour en réalité tenter de séduire son paternel Jan Kozlowski, célèbre réalisateur, sur le point de se marier avec Colombe. Si elle accepte, Adriana lui versera la coquette somme de 10 000 euros, de quoi bien renflouer le compte en banque de la trentenaire. S'étant retrouvée sans domicile, elle n'aura pas d'autre choix que d'accepter le deal et s'envoler pour l'Italie avec la famille Kozlowski. Vous ne souriez toujours pas ?
Alors, on continue. Arriver en Italie, celle qui déteste les enfants va devoir s'occuper de deux adolescentes dont Adriana apprenti-Youtubeuse qui se la joue « grande du web », Zoé aussi grinçante que des ongles sur un tableau, et enfin du petit Nicolas, 8 ans, qui ne parle plus depuis la mort de sa mère.
Cette comédie digne des plus célèbres auteures de comédies anglaises et américaines possède tout ce qu'il faut pour passer un bon moment. D'abord, il y a les personnages dont Isabelle est la pièce centrale du récit. Elle est attachante, drôle, survoltée et en pleine recherche de soi. Mais comment être une nounou quand on déteste les enfants ? Et comment ne pas commettre d'impairs quand la famille qu'elle vient de rejoindre est encore en plein deuil ? Ce qui m'a le plus touché ici est la relation que la jeune femme va arriver à nouer avec Nicolas. Comment grâce à la simple présence de l'un et de l'autre, chacun va évoluer et s'épanouir. Et malgré le caractère difficile des deux autres enfants, je me suis laissée séduire par eux, leur côté loufoque, ressentant même de l'affection. Dans cette famille chacun a dû faire face à sa manière, et pas toujours la plus simple, à la disparition de la mère qui était comme un point d'ancrage à leurs yeux.
Alors que le plus souvent dans les comédies romantiques et chick-lit, le personnage central de l'histoire me sort par les yeux, Isabelle est une exception. Je pense que la fraîcheur et la talentueuse plume de Marie Vareille y est pour beaucoup. Cette dernière arrive à faire passer les émotions (le rire et les larmes) d'une façon tellement naturelle que l'on ne peut que passer un très bon moment.
En conclusion, Là où tu iras j'irai est un roman coup de coeur rempli d'humour, d'amour, d'amitié et de compassion. L'écriture de Marie Vareille est aussi légère qu'un nuage dans un ciel bleu que l'on ne peut qu'admirer et qui nous fait sourire. Les personnages sont hauts en couleur et tellement empreint de réalisme qu'on ne peut que les aimer et avoir envie de les avoir dans notre vie. C'est donc avec plaisir que je continuerai à lire les autres écrits de l'auteure dans la joie et la bonne humeur. I feel good !
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lectrice-Lambda
22 avril 2017
« Là où tu iras j'irai » va nous raconter l'histoire d'Isabelle, une trentenaire qui va voir son quotidien bouleversé lorsqu'elle refusera la demande en fiançailles de son copain, Quentin, avec qui elle est en couple depuis plus de cinq ans. La raison est simple : il veut des enfants, elle non, et ce différent sonne la fin de leur histoire d'amour.
A la rue et sans le sou, sa carrière d'actrice ne décollant pas et son CDD chez Macdo ne l'aidant pas vraiment à subvenir à ses besoins, elle va se voir proposer un travail par une adolescente, Adrianna. Officiellement, elle doit remplacer sa nourrice et venir en Italie chez sa grand-mère pour la garder elle ainsi que Zoe et Nicolas, sa soeur et son frère. Officieusement, elle doit draguer leur père et faire rompre les fiançailles entre lui et Colombe, une coach bien-être trop parfaite pour être supportable.
Ce nouveau livre de Marie VAREILLE m'a semblé très différent de « Je peux très bien me passer de toi ». Cette histoire est une comédie pure et dure, tout en ajoutant plusieurs sous-genres de manière très subtile, mais mettant vraiment l'aspect ‘comédie' sur le devant de la scène. J'avoue avoir été déstabilisée pendant les premiers chapitres, ne m'attendant pas vraiment à ce que les évènements soient à ce point tournés au comique et à la dérision, mais l'on s'y habitue plutôt rapidement et l'on rigole beaucoup dans la plupart des chapitres. Cela amène également son lot de citations complètement loufoques, toutes hilarantes et croustillantes à souhait.
Alors, au final, même si au début on a du mal à croire en la véracité des évènements qui se déroulent dans cette histoire, on se laisse porter par la plume de Marie VAREILLE et par son humour complètement déjanté.
En opposition à cela, l'histoire cache sa part de drame. Cet aspect est emmené avec la famille d'Adrianna. Elle, son frère et sa soeur ont perdu leur mère qui s'est suicidée. Ils cachent leurs lots de problèmes et de peine chacun à leur manière : derrière un sourire, derrière de colère, derrière le silence.
J'ai beaucoup apprécié les chapitres mettant en scène Nicolas, le petit frère d'Adrianna, qui nous émeut à chacune de ses apparitions. C'est celui qui parle le moins, mais qui finalement véhicule le plus d'émotions. Marie VAREILLE a fait un travail exceptionnel avec ce personnage qui ne peut que nous serrer le coeur à chaque fois que l'on croise son chemin.
Il y a également une petite partie enquête, qui apporte de la profondeur au récit. On essaie de chercher, à l'instar d'Isabelle, qui se tapit dans l'ombre et tire les ficelles. On ne trouve pas immédiatement le coupable, alors le pari est plutôt réussi de ce côté-là.
Les chapitres sont la plupart du temps très courts, ce qui empêche de vraiment s'attacher aux personnages. Cet éloignement est encore plus marqué par l'utilisation de la troisième personne du singulier ( il/elle ) plutôt que du ‘je'. C'est plutôt déstabilisant de prime abord, mais ça permet de mettre en valeur le côté comédie avec plus de puissance.
Le final est assez surprenant et a pris une route que je n'attendais pas. J'ai apprécié être surprise, même si j'aurais préféré une autre fin, mais j'en suis satisfaite malgré tout.

En conclusion, « Là où tu iras j'irai » est une comédie pétillante comme on les aime. Marie VAREILLE nous fait rire, nous émeut et nous attendrit. Malgré un récit un peu trop rocambolesque pour être vraisemblable, on se surprend à en redemander encore.
Marie VAREILLE s'installe petit-à-petit dans le panthéon des auteurs de comédies françaises. En tout cas, pour ma part, elle est devenue l'un des auteurs dont je ne louperai plus jamais la sortie de ses prochains livres.
Si vous n'avez jamais lu de roman de Marie VAREILLE, foncez : vous ratez quelque chose !
Un livre à lire cet été, avec un bon mojito.
Lien : http://lectrice-lambda.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
djihane
19 avril 2017
J'avais découvert la belle plume de Marie Vareille grâce à Je peux très bien me passer de toi (Chick-litt) puis Elia, la passeuse d'âmes (Fantasy) deux genres totalement différents
J'irai là où tu iras est une comédie dans laquelle nous faisons la connaissance d'Isabelle. Elle a toujours nourri le rêve de devenir actrice sans jamais y parvenir. A 32 ans, elle n'a pas fait carrière et se contente de petits boulots. Quand son petit ami Quentin lui fait sa demande et lui signifie qu'il voudrait faire sa vie avec elle et avoir des enfants, la jeune femme panique. Va-t-elle accepter sa demande malgré le fait qu'elle déteste les enfants ou va-t-elle plutôt se laisser embarquer dans une opération séduction d'un veuf pour l'empêcher de se remarier ?
J'ai beaucoup aimé cette lecture, même s'il m'a fallu un peu de temps, au début, pour m'y plonger pleinement. La vie d'Isabelle est pleine d'humour et de rebondissements insolites. Tout en elle nous fait sourire, même son chien qui ne ressemble à rien et qui s'appelle Woody Allen. On a l'impression que cette jeune femme refuse de grandir et qu'elle nourrit toujours des rêves de gloire. C'est cela qui là rend très attachante. C'est cette petite étincelle en elle, ce brin de folie et ses frasques/mésaventures (involontaires) qui rendent comique ce roman.
Isabelle nous apprend aussi qu'on n'est pas obligé de rentrer dans un moule pour être heureux: Carrière+mariage/se mettre en couple+ avoir des enfants. J'ai apprécié le fait qu'elle se batte pour défendre ce qu'elle est. Même si elle ne sait pas encore ce qu'elle veut faire de sa vie car à 32 ans on a encore le droit de douter, de se remettre en question et d'être tout simplement humain ou encore, de ne pas vouloir d'enfants. Car oui il y a des femmes qui n'ont pas forcement envie de devenir mère et cela les gens ne semblent pas le comprendre. Alors chapeau bas Isabelle pour ta ténacité.
L'histoire est tantôt loufoque, tantôt attendrissante. Marie Vareille nous réserve aussi plein de surprises. Isabelle va se mettre dans une situation assez délicate et j'ai été curieuse de voir comment elle allait évoluer. Rajoutons à cela, la belle plume de l'auteure. Elle a un style qui lui est propre et c'est très appréciable. Sa manière d'écrire, ses descriptions, les blagues de ses personnages et leurs échanges m'ont fait sourire et passer un très bon moment.
Que serait une comédie sans des personnages drôles et pétillants ? L'auteure nous offre une panoplie de différents profils et c'est à ce demander s'ils ne sortent pas tous du pays des merveilles. Les meilleurs amis d'Isabelle sont de sacrés numéros: Alex qui se retrouve très jeune père malgré lui et qui n'est pas forcement le modèle à suivre, Amina, se cherche encore « culinairement » parlant et bien d'autres encore.
Là où tu iras j'irai une jolie comédie qui arrive à nous surprendre. Avec un humour bien particulier, des personnages loufoques et une histoire drôle et attendrissante. Un roman qui se lit très vite et avec lequel on passe un bon moment. La moral de l'histoire ? « Il en faut peu pour être heureux ».
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cammy
11 avril 2017
Isabelle veut être actrice depuis toujours mais pour le moment, sa carrière, c'est plutôt à McDo qu'elle la poursuit. Heureusement, en dehors du coté professionnel, le reste de sa vie est plutôt sympa : elle a des amis en or, un petit ami adorable et un appart génial à Paris. Enfin, tout va un peu s'écrouler lorsqu'elle réalise que Quentin veut un avenir et des enfants, "choses" qu'elle déteste. Nouvellement célibataire, fauchée et sans domicile, elle se voit accepter une proposition complètement rocambolesque. Une ado riche et en colère va l'embauchée comme nounou dans le but qu'elle séduise son père et fasse ainsi capoter le futur mariage de ce dernier avec une certaine Colombe.
Isabelle va devoir mettre de coté son aversion pour les minis humains puisqu'elle va devoir s'occuper de deux adolescentes Adriana, pimbêche et youtubeuse et Zoé, grincheuse et gameuse et de Nicolas, qui n'a pas ouvert la bouche depuis la mort de leur mère. Et si Isabelle déteste les enfants, Nicolas va devenir "l'exception qui confirme la règle", elle seule, va réussir à fendre sa carapace, le faire sortir de sa coquille. Les passages où ils sont tous les deux sont adorables.
Au delà de sa mission, Isabelle va se rendre compte que cette famille est complètement bancale avec un père qui ignore au plus haut point ses enfants, un grand-mère qui râle, des enfants qui gèrent leur deuil à leur façon mais chacun de leur coté. Il n'y a aucune cohésion dans cette famille, chacun vit sa vie à sa façon. Et bizarrement, la fameuse Colombe est plutôt sympa...
Ce que j'adore avec Marie, c'est qu'elle a le chic pour qu'on se retrouve dans tous ses personnages grâce à un petit détail qui fait mouche (enfin, les sympas du moins ^^). Et avec Isabelle, c'est plus que des détails ! J'aime cette version de l'adulte qui n'a pas vraiment fini de grandir, de l'adulte qui se plonge dans Harry Potter, qui pleure devant des Pixar, qui saute dans les flaques, qui préfère les Petits Filous aux brocolis.

Bilan
Encore une fois, c'est un sans faute ! Qu'est-ce que j'aime ce genre de roman à la fois chick-lit et intelligent, plein d'émotions et d'humour. A tour de blagues et de situations loufoques, on s'émeut pour cette famille brisée qui ne demande qu'à être recollée, et pour cette héroïne qui ne veut pas grandir parce qu'elle a un peu peur de ce que la vie d'adulte représente.
Et puis surtout, j'adore la façon qu'à Marie de narrer ses histoire. La lecture est fluide et ponctuée de sourires et d'éclats de rires. Elle écrit comme on s'exprime, avec des références qui me parlent, des piques et de remarques que j'aurais pu sortir.
Lien : http://ibelieveinpixiedust.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LaFouineuse
12 avril 2017
Là où tu iras j'irai a tout ce que j'aime, tout ce que je recherche, dans un roman. Il commence tout en douceur, pose les bases, on rencontre avec finesse les différents personnages, avec du mystère et de l'humour.. Les personnages sont tous attachants, et chose extrêmement rare pour moi : j'ai complètement adhéré à la narration externe, même si au départ j'étais mal à l'aise. En fait, une fois dedans, je n'ai pas pu décoller du livre.
Comme dans toutes mes lectures chouchou, j'ai aimé tout de suite le personnage principal : Isabelle. J'ai aimé son caractère, son côté maladroit, perdue parfois, qui ne sait pas top ce qu'elle veut faire de sa vie, mais qui en même temps ne se laisse pas faire et va de l'avant, coûte que coûte, tout en gardant ses principes, ses valeurs.
Si en général j'aime les romans qui me proposent des Book Boy Friends, si je recherche la plupart du temps une romance, je dois vous avouer qu'ici la présence ou non de romance m'était complètement égale. Isabelle et les 3 enfants de Jan Koslowski m'ont embarquée complètement avec leurs histoires : Tout ce que j'aime ressentir dans mes romances habituelles, ce sont ces 4 personnages qui me les ont fait ressentir. J'ai eu de la peine, de la compassion, je me suis aussi inquiétée et j'avais surtout envie de faire de gros câlins à tout le monde (surtout Nicolas !!!) .. J'ai été touchée, profondément par le deuil que chacun porte encore, malgré chaque personnalité : on ressent vraiment que malgré leurs façades, ils souffrent encore tous, à leurs manières, ils ont tous leur façon de faire face...
J'ai adoré la plume de l'auteure, la douceur qui en ressort.. Plus je tournais les pages, plus j'avais le sourire aux lèvres..
J'ai aimé ce côté salé/sucré de l'histoire. On pouvait passer d'un moment drôle, à un moment triste intense juste 2 lignes plus tard.. J'ai été aussi surprise à plusieurs reprises.. Un moment tendre, et d'un coup hop, une gifle.. J'en ai ri, et juste ensuite j'étais en colère, frustrée..
Bref vous voyez quoi : La lecture que j'aime, parfaite pour moi : quand j'ai reposé le livre, je me suis dit: wouaw, ce livre il est top ! Mieux en fait, je verrai bien l'histoire dans un film..
En bref je dirai que c'est le roman que j'ai préféré de Marie Vareille. Je n'ai trouvé aucun défaut, et il regroupe toutes les qualités requises pour en faire un coup de coeur, pour rejoindre mes lectures chouchou préférées, avec des personnages qui ont aussi leurs places dans mon petit coeur.
Les moments entre Isabelle et Nicolas, les quelques échanges entre Isabelle et Jan, la révélation finale.. La fin aussi.. tout est gravé dans ma mémoire je pense : vous savez, parfois on voit un livre quelques temps avoir l'avoir lu, et on se remémore des passages, ou des personnages.. Et bien je pense que dans 1 an encore j'aurai les 2 gifles et le coup du tome 3 de HP en tête.
Je vais arrêter là je pense car je risquerai de tout vous décrire le livre, les moments qui m'ont émue, comme ceux qui m'ont fait sourire.. Vous n'avez pas besoin de ça je pense, pour comprendre que ce roman, je vous le conseille à 100% si vous aimez ressentir tout plein d 'émotions, si vous aimez être attendri par des enfants, si vous aimez les jeunes femmes qui se cherchent, qui en ont bavé quand elles étaient jeunes, et qui du coup se cherchent encore à 32 ans... Bref, lisez ce livre, c'est tout !
Ma chronique complète :

Lien : http://lafouinotheque.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ElodieuniverseElodieuniverse14 avril 2017
On passe son enfance à trouver qu'on est trop jeune et le reste de sa vie qu'on est trop vieux.
Commenter  J’apprécie          20
LaFouineuseLaFouineuse12 avril 2017
– Je suis désolée, je ne peux pas rester, Nicolas.
– Parce que tu me détestes ?
Sa voix était si basse qu’il n’était pas sûr d’avoir parlé. Mais, au chagrin qui ravagea le visage d’Isabelle, il sut qu’elle l’avait entendu.
– Non, ça n’a rien à voir avec toi. Rien. Même si c’est vrai que je n’aime pas les enfants. Mais pas toi. Parce que toi, tu es comme un anniversaire le lundi soir, comme les soirées Mojitos Gratos au King. Tu es une Free Daïquiris Party au Wiki.
Elle posa ses mains sur les joues humides du petit garçon, attira son front contre le sien, plongea ses yeux dans les siens et murmura :
– Toi, tu es l’exception qui confirme ma règle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaFouineuseLaFouineuse12 avril 2017
– Dites-moi si je me trompe, j’ai l’impression que vous n’avez pas encore décidé ce que vous vouliez faire quand vous serez grande.
La formulation fit sourire Isabelle malgré elle. Il n’avait pas l’air d’attribuer cette deuxième rencontre à autre chose qu’au hasard et son intérêt semblait sincère. Aussi lui répondit-elle franchement après quelques secondes de réflexion :
– Quand je serai grande ? Eh bien, je voudrais être… je ne sais pas… quelqu’un d’autre, je crois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaFouineuseLaFouineuse12 avril 2017
– En fait, vous n’avez pas eu d’enfance : vous êtes devenue adulte le jour du décès de vos parents.
Elle allait acquiescer quand une chape de culpabilité fit courber ses épaules. Elle se recula dans le dossier de sa chaise.
– Ce n’est pas de leur faute, ils n’étaient pas mes parents, ils ne me devaient rien, j’ai déjà de la chance qu’ils m’aient accueillie chez eux. Ce n’est pas comme vous. Vous, vous n’avez aucune excuse pour ne pas vous occuper de vos enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaFouineuseLaFouineuse12 avril 2017
– Merde, merde, merde !
Le portail automatique était descendu à moitié. Déjà, ils n’avaient plus la place de passer.
Isabelle prit une grande inspiration. C’était maintenant ou jamais.
– Passe la première, dit Adriana.
– Débraye, dit Zoé.
– Défonce tout, dit Nicolas.
– Ma Porsche ! cria Jan.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : chick litVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La Chick lit vous a-t-elle séduit?

Que signifie le terme de "chick lit" ?

littérature de jeunettes
littérature de femmelettes
littérature de poulettes
littérature de belettes

12 questions
121 lecteurs ont répondu
Thèmes : chick litCréer un quiz sur ce livre
. .