Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Bernard Lesfargues (Autre)

ISBN : 2070372715
Éditeur : Gallimard (1981)


Note moyenne : 3.89/5 (sur 85 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Le Cercle" est un groupe secret de cadets du collège militaire Leoncio Prado de Lima. Contre la discipline de fer qui les écrasent, les membres du "Cercle" ont institué leurs propres règles, garantes d'une pseudo liberté fondée sur la viol... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par petch, le 17 janvier 2013

    petch
    Roman polyphonique, où l'histoire se déroule du point de vue de plusieurs protagonistes sans beaucoup de repères sur qui est le narrateur et quand il raconte les faits. On retrouve une littérature typiquement sud-américaine par le style, remplie d'onirisme, de longues digressions, de monologues, de descriptions foisonnantes. Il n'est pas toujours facile de s'y retrouver, d'autant plus que chacun des personnages apparaît sous différents noms, prénoms, surnoms, au fil du récit. Mais si on réussit à se faire entraîner par ce récit (il m'aura fallu un bon tiers du livre quand même) alors l'histoire de ces adolescents en école militaire, et de leur vie aussi bien à l'intérieur du camp que dans la ville (Lima), est intéressante et émouvante par le drame qui nous est conté.
    Le Cercle est un groupe fermé de jeunes cadets, élèves bizuths (surnommés les chiens) du collège militaire de Leoncio Prado, auquel appartiennent en particulier le Jaguar et le Poète, l'un venant des milieux populaires, l'autre de la petite bourgeoisie. Pendant ces trois ans de collège, ils vont tour à tour s'entraider, se défier, aimer la même jeune fille à l'extérieur du collège, se déchirer suite à un drame qui coutera la vie à un des membres du Cercle. A l'issue de leurs « classes », le clivage social reprendra le dessus.
    Ce premier roman de Mario Vargas Llosa montre comment le brassage social, inexistant dans la capitale péruvienne, existe à l'intérieur du collège : blancs, noirs, indiens, métis, riches et pauvres s'y côtoient pour vivre un enfer quotidien. A travers cet exemple il donne des renseignements instructifs pour celles et ceux qui souhaitent en apprendre plus sur la société latino-américaine en général et péruvienne en particulier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lorca, le 25 janvier 2014

    Lorca
    Un très bon livre sur l'adolescence dans un lycée militaire au Pérou. La violence, l'indiscipline et l'exaspération sexuelle des jeunes gens est omniprésente. le récit, sous forme polyphonique, demande un certain effort au lecteur mais, passé les cinquante premières pages, le passage d'un personnage à l'autre devient plus facile à suivre.
    Le livre est construit de façon très intelligente avec des incursions dans le passé qui nous permettent de comprendre le comportement des protagonistes.
    Premier roman de Vargas LIosa, La ville et les chiens a reçu plusieurs prix et il est aujourd'hui considéré comme une grande oeuvre de la littérature sud américaine.
    Après avoir été déçu par Tante Julia et le scribouillard (livre postérieure du même auteur), j'ai été passionné par la lecture de La ville et les chiens.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Snarkk, le 08 mars 2014

    Snarkk
    Un des romans (relativement autobiographique) parmi les plus percutants que j'ai pu lire dans ma vie. Et j'étais jeune, lorsque j'ai lu celui ci pour la première fois, d'où une certaine incompréhension et incapacité à en saisir la majeure partie de son essence.

    Ce n'est que plus tard que je me suis rendu compte que j'avais déjà lu un chef d'oeuvre. Désabusé, certes, mais un chef d'oeuvre quand même, qui transpire l'aspiration au bonheur suite à une vie de malheurs. Des drames qui se nouent autour d'un meurtre, des vies qui s'entrechoquent et qui s'entrechoquaient sans même s'en rendre compte. Chroniques d'enfances militaires, chroniques d'enfances grivoises, chroniques d'enfances d'adultes. Tout un périple dans lequel nous entraîne Mario Vargas Llosa.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par MyriamBachon, le 10 janvier 2012

    MyriamBachon
    L'histoire est prenante; tout un monde inconnu que l'on découvre.Toutefois, j'ai été très génée à la lecture par le style de l'auteur: j'ai eu beaucoup demal à situer les personnages et les époques. Il faut persévérer car le roman devient très plus clair au fil des pages etde plus en plus passionnant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Annette55, le 01 novembre 2013

    Annette55
    c'est le livre de MarioVargas Llosa que j'ai le moins aimé mais pour moi c'est un très grand écrivain.....

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Medelie, le 19 décembre 2012

    Le sujet me tenait à cœur et je lui demandai : « Combien de temps de prison attraperais-tu, si on te prenait ? — Je sais pas, dit-il, ça dépend du fric que j'aurais sur moi à ce moment-là. » Et il me raconta qu'une fois on avait attrapé mon frère au moment où il s'introduisait dans une maison de La Perla. Un flic qui passait par là tira son revolver et lui dit en le menaçant : « En route pour le commissariat, à cinq mètres devant moi, ou je te descends, espèce de voleur ! » Mon frère, avec un culot monstre, éclata de rire et lui dit : « T'as pas bu, des fois ? J'entre ici pour me pieuter avec la cuisinière. Si tu veux t'en assurer, t'as qu'à mettre la main dans ma poche, et tu verras. » Le flic hésita un bon moment, mais la curiosité fut plus forte et il s'approcha. Il lui mit le revolver sur l'œil et tout en fouillant dans sa poche il lui disait : « Si tu bouges d'un millimètre, je te crève l'œil. Tu en meurs ou tu restes borgne, alors du calme. » Quand il retira la main il tenait une liasse de billets. Mon frère rit et lui dit : « Tu es un cholo et moi de même, nous sommes frères. Garde cet argent et laisse-moi filer. Je viendrai voir la cuisinière une autre fois. » Le flic lui répondit : « Je vais pisser derrière ce mur. Si t'es encore là quand je reviens, je t'embarque au commissariat pour tentative de corruption de l'autorité. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par JacobBenayoune, le 17 novembre 2013

    Et il me raconta qu'une fois on avait attrapé mon frère au moment où il s'introduisait dans une maison de La Perla. Un flic qui passait par là tira son revolver et lui dit en le menaçant : « En route pour le commissariat, à cinq mètres devant moi, ou je te descends, espèce de voleur ! » Mon frère, avec un culot monstre, éclata de rire et lui dit : « T'as pas bu, des fois ? J'entre ici pour me pieuter avec la cuisinière. Si tu veux t'en assurer, t'as qu'à mettre la main dans ma poche, et tu verras. » Le flic hésita un bon moment, mais la curiosité fut plus forte et il s'approcha. Il lui mit le revolver sur l'œil et tout en fouillant dans sa poche il lui disait : « Si tu bouges d'un millimètre, je te crève l'œil. Tu en meurs ou tu restes borgne, alors du calme. » Quand il retira la main il tenait une liasse de billets. Mon frère rit et lui dit : « Tu es un cholo et moi de même, nous sommes frères. Garde cet argent et laisse-moi filer. Je viendrai voir la cuisinière une autre fois. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par petch, le 26 décembre 2012

    Le dimanche matin, après le petit déjeuner, il y a messe. L'aumônier du collège est un prêtre blond et jovial qui prononce des sermons patriotiques où il raconte la vie irréprochable des grands hommes, leur amour pour Dieu et pour le Pérou, il exalte la discipline et l'ordre et compare les militaires à des missionnaires, les héros aux martyrs et l'Eglise à l'Armée. Les cadets ont de l'estime pour l'aumônier, ils pensent que c'est un homme, un vrai : ils l'ont vu, plus d'une fois, habillé en laïc, rôder dans les bas-fonds d'El Callao, l'haleine empestant l'alcool et l'oeil vicieux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par petch, le 01 janvier 2013

    Il descendait ensuite jusqu'au bout de l'avenue Brasil et il s'asseyait sur l'un des bancs de ce petit parc semi-circulaire par laquelle elle se termine, au bord de la falaise, au-dessus de la mer couleur de cendre de la Magdalena. Les parcs de Chiclayo - très peu nombreux, il les connaissait tous par coeur - étaient vieux eux aussi, comme celui-ci, mais leurs bancs n'avaient pas cette rouille, cette mousse, cette tristesse que leur imposaient la solitude, l'atmosphère grise et le mélancolique murmure de l'Océan.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par geoffroybodard, le 31 mars 2014

    les rires naissent dans l'estomac et meure au bord des lévres

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (11)

Videos de Mario Vargas Llosa

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Mario Vargas Llosa

Discours de réception du prix Nobel (5ème partie) Stockholm, le 7 décembre 2010.











Sur Amazon
à partir de :
7,97 € (neuf)
4,69 € (occasion)

   

Faire découvrir La ville et les chiens par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (228)

> voir plus

Quiz