Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Evelyne Amon (Éditeur scientifique)

ISBN : 2210754135
Éditeur : Magnard (2001)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.14/5 (sur 231 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
En 1941, Jean Bruller, dessinateur et graveur, crée dans la clandestinité Les Éditions de Minuit, qui publient en 1942 une nouvelle intitulée Le Silence de la mer. Ce récit marque le début de la carrière littéraire de son auteur, ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par lecassin, le 26 mai 2013

    lecassin
    « Vercors » n'est autre que le nom de résistant et le pseudonyme de Jean Bruller, illustrateur. Il fonde en 1941, une maison d'édition clandestine avec Pierre de Lescure. Une petite maison d'édition qui deviendra grande : il s'agit rien moins que « Les Editions de Minuit »…
    Les Editions de Minuit, qui publient en 1942, un premier texte de Jean Bruller/Vercors : « Le Silence de la mer ».
    Nous sommes au bord de la mer en 1941, au début de l'occupation. Dans la maison d'un village comme il y en eut tant dans la France occupée vivent un vieil homme et sa nièce. La maison est réquisitionnée : un officier allemand, Werner von Ebrennac, occupera une chambre au grand dam des habitants du lieu.
    Le vieil homme et sa nièce s'enferment alors dans un mutisme forcené, malgré les tentatives de l'officier ; un officier élégant tant dans la forme que dans le fond : il est cultivé, francophone et francophile…et plaide en faveur du retour de l'Allemagne à ses vraies valeurs ; celles de la culture...
    Dans le « Chanteur du silence » , Julos Beaucarne évoque « le va-et-vient du silence dans le spectre duquel se cachent toutes les musiques »… il y a fort à penser qu'ici le silence du vieil homme et de sa nièce contient toutes les formes de réprobation et de résistance face à l'occupant. Au même titre que le blanc n'est autre qu'un mélange invisible de toutes les couleurs visibles, ce silence pourrait bien être, ici, le fruit du mélange inaudible de tous les cris de révolte …
    Bref, un petit opuscule à lire et à relire quand on est convaincu que la culture partagée reste et restera le ciment de l'entente entre les peuples.
    Quelques adjectifs ; un texte : court, très court, élégant, émouvant, poignant…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 16 août 2012

    LiliGalipette

    Dans une demeure sur le bord de mer, un vieil homme et sa nièce doivent subir l'occupation allemande en la présence de Werner von Ebrennac. « Cela était naturellement nécessaire. J'eusse évité si cela était possible. Je pense que mon ordonnance fera tout pour votre tranquillité. » (p. 22) Devant l'intrus, l'homme et la jeune fille observent un silence farouche. Mais l'Allemand est un être poli, cultivé, amoureux de la France. Il comprend que ses hôtes ne peuvent résister à l'invasion qu'en se taisant. « Je suis heureux d'avoir trouvé ici un vieil homme digne. Et une demoiselle silencieuse. Il faudra vaincre ce silence. Il faudra vaincre le silence de la France. Cela me plaît. » (p. 32) Alors, l'officier parle chaque soir et déclare son amour pour le pays occupé, sans s'offusquer du silence qui pèse chaque jour un peu plus.
    De son côté, le vieil homme ne veut pas offenser l'officier allemand, mais lui et sa nièce se doivent de rester fidèles à un idéal de liberté face à celui qui incarne l'ennemi. Et c'est d'autant plus difficile de poursuivre ce silence quand l'ennemi se révèle humain, humaniste et généreux. Finalement, les seuls mots qui seront prononcés seront dits trop tard pour tous.
    Superbe récit sur l'amitié entre les peuples, au-delà des guerres et des idéologies délétères. Je me rappelle avoir vu un téléfilm adapté de cette histoire. Impossible de me souvenir des acteurs, mais j'avais aimé ce récit et je m'étais promis de le lire. C'est chose faite et c'est un plaisir infini. de cet auteur, je vous conseille aussi Les Animaux dénaturés, ou comment le chainon manquant entre l'homme et le singe peut poser de grands problèmes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par orno, le 22 mai 2013

    orno
    le courage!! une qualité qui ne doit pas être galvaudée aujourd hui, et surtout dans les periodes les plus sombre de notre histoire.
    Le Silence de la mer a ete justement publie clandestinement lors de la seconde guerre mondiale par des hommes qui ne manquait pas de cette qualité noble cité au debut de cette critique.
    c est pour cette raison qu il faut lire absolument ce recueil de nouvelle qui temoigne des atrocites de la guerre et surtout un espoir de jours meilleurs
    un grand manifeste de la resistance
    emouvant!!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Bdalex, le 13 juin 2013

    Bdalex
    Le Silence de la mer est sans aucun doute l'un des plus beau texte écrit sur la résistance, l'incompréhension et l'amour.
    Il est dur d'exprimer les sentiments qui vous traversent à la lecture de ces pages.
    Bien sûr tous les allemands n'étaient pas des salauds. Bien sûr tous les français n'étaient pas des résistants armes à la main. Et bien sûr ils pouvaient s'aimer malgré tout ce qui les dépassait.
    Mais voyez-vous, je serais toujours plus proche de ce père et sa fille, résistants du silence et du reproche, de la réprobation des faibles qui trouvent toujours un moyen de s'opposer à l'injustice et à l'inéluctabilité de leur sort, que des indignés.
    Et puis, Vercors a su traduire un trouble, un amour tout aussi impossible que celui de Roméo et Juliette. Tous les officiers allemands n'ont pas été aussi chevaleresques que celui de Vercors, loin s'en faut. Mais j'ose espérer que, comme Vercors l'a imaginé, il y avait des ilots de civilisation au milieu de tant d'horreur, comme dans toutes les guerres.
    Tout cela est décrit avec justesse et une grande économie de mots, mais sans une parole échangée, si ce n'est le plus déchirant et le plus vibrant des mots d'amour que la jeune fille pouvait oser : "Adieu".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 7         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par feanora, le 10 août 2014

    feanora
    Ce livre est pour moi l'un des textes les plus émouvants que j'ai lus.
    Un officier allemand vient habiter dans une maison où vivent un oncle et sa nièce. Ces derniers, fidèles à leur devoir vont vouloir continuer à vivre comme s'il n'existait pas.
    Mais voilà , l'ennemi est cultivé, mélomane et d'une courtoisie absolue. Il n'est pas un conquérant mais un homme de devoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par lecassin, le 26 mai 2013

    Il était parti quand, le lendemain, je descendis prendre ma tasse de lait matinale. Ma nièce avait préparé le déjeuner comme chaque jour. Elle me servit en silence. Nous bûmes en silence. Dehors luisait au travers de la brume un pâle soleil. Il me sembla qu’il faisait très froid.

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation

  • Par agenet, le 03 février 2014

    Il était devant les rayons de la bibliothèque. Ses doigts suivaient les reliures d'une caresse légère.
    -... Balzac, Barrès, Baudelaire, Beaumarchais, Boileau, Buffon... Chateaubriand, Corneille, Descartes, Fénelon, Flaubert... La Fontaine, France, Gautier, Hugo... Quel appel ! dit-il avec un rire léger et hochant la tête. Et je n'en suis qu'à la lettre H ! Ni Molière, ni Rabelais, ni Racine, ni Pascal, ni Stendhal, ni Voltaire, ni Montaigne, ni tous les autres !...
    Il continuait de glisser lentement le long des livres, et de temps en temps il laissait échapper un imperceptible "Ha !", quand, je suppose, il lisait un nom auquel il ne pensait pas.
    - Les Anglais, reprit-il, on pense aussitôt : Shakespeare. Les Italiens : Dante. L'Espagne : Cervantès. Et nous, tout de suite: Goethe. Après, il faut chercher. Mais si on dit: et la France ? Alors, qui surgit à l'instant ? Molière ? Racine ? Hugo? Voltaire ? Et quel autre ? Ils se pressent, ils sont comme une foule à l'entrée d'un théâtre, on ne sait pas qui faire entrer d'abord.
    Il se retourna et dit gravement :
    -Mais pour la musique, alors c'est chez nous: Bach, Haendel, Beethoven, Wagner, Mozart... Quel nom vient le premier ?
    "Et nous sommes en guerre ! " dit-il lentement en remuant la tête.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par -Clea-, le 22 août 2011

    Le silence tomba une fois de plus. une fois de plus, mais, cette fois, combien plus obscur et tendu ! Certes, sous les silences d'antan, comme, sous la calme surface des eaux, la mêlée des bêtes dans la mer, je sentais bien grouiller la vie sous-marine des sentiments cachés, des désirs et des pensées qui se nient et qui luttent. Mais sous celui-ci, ah ! rien qu'une affreuse oppression.....

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 16 août 2012

    « Je suis heureux d’avoir trouvé ici un vieil homme digne. Et une demoiselle silencieuse. Il faudra vaincre ce silence. Il faudra vaincre le silence de la France. Cela me plaît. » (p. 32)

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par tassedeculture, le 24 janvier 2012

    J'appris ce jour là qu'une main peut, pour qui sait l'observer, refléter les émotions aussi bien qu'un visage, - aussi bien et mieux qu'un visage car elle échappe davantage au contrôle de la volonté.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
4,80 € (neuf)
3,12 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Silence de la mer par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz