Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2080704230
Éditeur : Flammarion (1993)


Note moyenne : 4.11/5 (sur 45 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le don de Tarjei Vesaas, peut-être le plus grand écrivain norvégien de ce siècle (1897-1970), aura été de savoir abolir la dérisoire ligne de démarcation entre vie et mort, solitude et présence. Il n'y a pas d'explication toute prête à proposer de ce chef-d'œuvre qu'est... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 07 juin 2014

    LiliGalipette
    Siss et Unn sont deux fillettes très différentes. La première est populaire et entourée d'amis. La seconde est solitaire et inaccessible. Pourtant, il se noue entre elles une amitié inexplicable et incommensurable. Une amitié si pure qu'elle ne peut pas exister ailleurs que dans la glace, qui saura la préserver à jamais. « La glace qui couvrait le lac était si étincelante qu'elle ne semblait pas exister. Une glace d'acier. Pas le moindre flocon de neige n'était tombé depuis sa formation. » (p. 61) Ce sentiment est si fort que les deux enfants prennent peur. Unn, pour échapper à la pression incontrôlable d'une trop grande joie choisit de faire l'école buissonnière et de se promener sous les arcades mystérieuses de la cascade gelée. L'indicible se produit et il ne reste plus que Siss qui, pour ne pas oublier Unn, se fait une promesse démesurée. « Dehors, la neige continuait à tomber, comme pour effacer Unn et tout ce qui se rapportait à elle. » (p. 109)
    Dans ce texte très court, Tarjei Vesaas déploie une symbolique du froid qui confine à l'allégorie, voire à la mystique. L'amour, la mort, l'absence, ce sont trois états que les mots ne peuvent pas cerner, mais par touches, par éclats, il est possible d'en approcher le profond mystère. Palais de glace est un texte éminemment poétique, aux accents de légende et de drame antique. Pour moi qui aime tant l'hiver et le froid, ce roman est aussi précieux et unique qu'un flocon de neige.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sentinelle, le 10 juillet 2008

    sentinelle
    Ecriture poétique, paysages féeriques, le début de l'hiver norvégien et l'amitié de deux petites filles dont l'une des deux disparaîtra dans une cathédrale de glace. Récit sur la mort, le renoncement, la dépression, l'hiver, le froid, le cycle des saisons, le travail de deuil suivi de l'acceptation, le retour à la vie et la réapparition du printemps.
    Une belle allégorie toute en langueur où l'amitié, la fidélité occupent une place prépondérante : comment tenir sa promesse, à savoir ne pas oublier l'autre, sans s'éteindre à son tour en s'identifiant à la personne disparue et choisir de poursuivre sa route malgré tout...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LePalaisdeLaurent, le 28 mai 2013

    LePalaisdeLaurent
    Unn et Siss, deux fillettes de onze ans se rencontrent et tombent éperdument sous le charme l'une de l'autre. Mais la mort va venir subitement s'immiscer au cœur de leur bonheur naissant. Voilà résumée succinctement l'histoire de Palais de glace de Tarjei Vesaas (1897-1970), écrivain norvégien issu de la campagne rugueuse du Telemark. Et de cette trame on ne peut plus mince, l'auteur va réussir à tirer un admirable chef d'œuvre de la littérature norvégienne en nynorsk (néo-norvégien). Il faut pourtant admettre que tout le monde ne pourra pas rentrer dans ce court roman aux allures de conte qui a de quoi dérouter. Pour ma part, j'ai adoré ! Avec une merveilleuse poésie (on croirait entendre la musique de la neige qui tombe), l'auteur nous convie sans jamais sombrer dans le mélodramatique dans un monde entre rêve et réalité où l'hiver glacial du nord abolit la frontière parfois poreuse et dérisoire entre la vie et la mort, entre l'amour et le souvenir. Au centre de l'ouvrage, un mystérieux "Palais de glace" autour duquel tout tourne, qui est à la fois une bizarrerie de la nature glaciale figeant une cascade dans le gel, mais aussi un véritable château féérique dans lequel va finir par se perdre une jeune fille à l'imagination fertile et vagabonde. Toute la finesse, toute la subtilité du livre résident dans la force des symboles et surtout dans les nombreux non-dits, dans cette retenue que l'on retrouve constamment, notamment à travers la sensualité émanant de l'étrange amour-amitié qui s'installe dès les premières pages entre les deux principales protagonistes de l'histoire. Mais cette subtile retenue transparaît aussi dans l'"après". Car jamais la mort omniprésente n'est explicitement citée, pas plus que le deuil qui imprègne pourtant une bonne partie du livre, alors même que le temps s'écoule inexorablement avec le passage des saisons, de l'automne au printemps. Si ce n'est les prénoms des deux héroïnes, aucun autre nom n'est cité : ni lieu, ni personnage, ni date, comme si Unn et Siss n'existaient que l'une pour l'autre, l'une par l'autre. Encore une fois, pas d'histoire complexe ici mais bien une force d'évocation hors du commun dans un petit livre qui dépeint à la fois l'amour et la force des sentiments pouvant conduire jusqu'à la mort, au-delà de la mort, jusqu'au retour du printemps et de la vie. Est-ce alors nécessairement l'oubli ? le renoncement ? En conclusion, un texte souvent triste et froid, mais aussi beau et émouvant, presque jamais désespérant malgré le sujet, et imprégné de la proximité de la nature que les Scandinaves savent décrire mieux que quiconque. En tout cas une bien belle découverte que je recommande vivement !
    L'illustration de couverture de l'édition française GF reprend avec bonheur la peinture "Jeune fille sur une jetée" d'un autre grand artiste norvégien, à savoir Edvard Munch.

    Lien : http://laurent.femenias.free.fr/livres/livres.php#palaisdeglace
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par letitbe, le 20 janvier 2013

    letitbe
    C'est l'histoire d'une amitié foudroyante entre deux fillettes Siss et Unn. Une amitié forte qui se passe de mots, une amitié brisée par la disparition de l'une des fillettes et laissant l'autre inconsolable.
    L'auteur exprime tout en nuances les ressentis émotionnels et sensoriels des protagonistes qui évoluent dans des paysages grandioses au gré des éléments.
    Un roman délicat et triste.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par paulotlet, le 13 avril 2011

    paulotlet
    Au coeur de l'hiver norvégien, un drame se noue. Une enfant se perd sous la cascade gelée, véritable château de glace. Tout en retenue, ce roman décrit les émotions avec beaucoup de pudeur.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Irisa, le 18 mai 2009

    Donc, pas moyen d'oublier Unn. Cela prit forme dans la chambre de Siss. C'est là que se forgea l'intangible promesse.
    Au bout de huit jours, Siss eut le droit de se lever. Une semaine où, de sa fenêtre, elle vit tomber une neige incessante et où les nuits lui réservèrent quelques belles heures. Elle avait le sentiment que ces chutes intarissables avaient pour but d'effacer Unn. De l'effacer. Pour souligner qu'elle était partie pour toujours et qu'il serait inutile de la rechercher.
    Dans ces moments, il lui arrivait cependant de se révolter. Les promesses prenaient toute leur force. Elles s'affirmaient davantages au fur et à mesure que les recherches se faisaient plus rares, lorsque les espoirs s'évanouissaient.
    Non, elle ne disparaîtra pas. Elle ne peut pas disparaître. Dans sa chambre, Siss se le répétait sans cesse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Irisa, le 18 mai 2009

    A certains endroits, que l'eau avait abandonnés, l'oeuvre, terminée, était brillante et figée. Ailleurs, dans un nuage de vapeur, on voyait l'eau se souder en glace bleu-vert.
    Un palais ensorcelé. Il fallait essayer d'y pénétrer si, toutefois, on pouvait trouver une entrée ! On y découvrirait sûrement une quantité de passages et de portails étranges. Il fallait y aller. Pour Unn, tout s'effaçait devant cette apparition. Elle n'avait plus qu'une idée en tête : pénétrer dans ce palais de glace.
    Ce n'était pas facile d'y parvenir. Souvent, elle croyait trouver une ouverture, mais ce n'était qu'une illusion. Elle ne voulait, à aucun prix, abandonner. Finalement, elle trouva une petite fente par où l'eau coulait et qui était assez large pour lui laisser le passage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Irisa, le 18 mai 2009

    Mais qu'était-ce donc ?
    C'était le palis de glace, mais...
    Le soleil avait disparu. Elle se trouvait devant un gouffre aux parois rigides. Le soleil y viendrait-il plus tard ? Pour le moment, elle ne voyait que des ombres glacées.
    Aux yeux d'Unn, un monde ensorcelé se révélait, composé de monticules, de voûtes, de coupoles givrées, de courbes harmonieuses et de dentelures complexes. Rien que de la glace, sur laquelle l'eau, éclaboussant sans cesse, continuait son oeuvre de construction. Les glaces, ayant barré certaines parties de la cascade, d'autres branches s'étaient créées, où se forgeaient de nouvelles improvisations. Malgré l'absence du soleil, c'était un éblouissement de couleurs, des jaillissements de bleus et de verts.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Irisa, le 18 mai 2009

    Chapitre XII Un rêve de ponts enneigés

    Pendant que nous sommes tous là, la neige tombe de plus en plus dense.

    La manche de ton manteau se couvre de blanc.
    La manche de mon manteau se couvre de blanc.
    Elles forment des liens entre nous comme des ponts enneigés.

    Mais les ponts enneigés sont gelés.
    Ici à l'intérieur la chaleur règne.
    Sous la neige ton bras est chaud.
    Doucement il pèse sur le mien.

    Il neige et il neige,
    Sur des ponts silencieux,
    Des ponts que les autres ignorent.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Irisa, le 18 mai 2009

    Comme si elle venait du tréfond de la neige, une promesse de Siss à Unn :
    Je te promets de ne penser qu'à toi.
    Je penserai à tout ce que je sais de toi. Quand tu étais à la maison, à l'école, et sur le chemin de l'école. Toute la journée je penserai à toi, et aussi pendant la nuit, si je me réveille.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Tarjei Vesaas

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Tarjei Vesaas

Jean-Yves Ruf - Tarjei Vesaas - Nocturnes balbyniennes - MC93 Bobigny








Sur Amazon
à partir de :
5,61 € (neuf)
2,35 € (occasion)

   

Faire découvrir Palais de glace par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (104)

> voir plus

Quiz