Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020069253
Éditeur : Editions du Seuil (1984)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Soleone. La Sicile. A la recherche de ses origines, Settimo se rappelle de ses parents. Sa mère, belle et intimidante, et son père... mais il ne sait rien de ce juge désormais disparu. Il est question ici de sa jeunesse, de ses découvertes et de ses désillusions dans un... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 03 février 2013

    brigittelascombe
    "Les histoires sont faites pour glisser l'une sur l'autre, et passent les saisons, et passe notre enfance dans ce pays brûlé, toujours le même".
    Ces histoires, dans l'histoire de Settimo Battiato (le narrateur de Tous les soleils) fils de juge mort de soif ligoté à un arbre pour avoir voulu pénétrer les trafics d'eau du "clan", fils d'une jeune et jolie gérante d'hôtel pleine d'aplomb, de tyrannie et de candeur mais dont le père assassiné lui aussi était l'un des "maîtres absolus de la soif", futur "maschietto" (à traduire à mon avis par macho), sont reliées par un fil rouge, celui du sang et d'un soleil trop violent qui échauffe les corps et les esprits, celui de Tous les soleils, ceux de la Sicile jamais nommée mais dont l'âme brûle de mille feux et dont la terre tremble, explose et se reconstruit d'épreuve en épreuve.
    De l'avant naissance en 57, où il suffit d'une étreinte hasardeuse pour que naisse un être, où la mort de l'un se remplace par la vie d'un autre, à l'adolescence des années 60, où le temps se démultiplie et s'étire à l'infini, crépite la prose douloureuse de Bertrand Visage qui jette au feu des mots: les haines, vengeances,premiers émois de couple nubile,nudités de chambres d'hôtel,fresque délirante de peintre suspendu au plafond tel un Michel-Ange,jalousies,processions sur fond de ferveur délirante,passe-droits,superstitions,dégouts,défis,révoltes, méchancetés....
    Si conteur il y a et même brodeur, vu l'écriture imagée de Bertrand Visage ("l'intercesseur", "le secret médical est humide comme un temps de moisson"..), on est bien loin d'une féminine italienne Simonetta Greggio mais dans une puissance poétique très masculine hantée de seins ("qui volent", "rouges mordus au fer", "ronds métalliques alignés"), de gestes maternels équivoques, de griffes cruelles qui égratignent les pages pour mieux les dompter. J'ose comparer l'écriture puissante de l'auteur aux mots magiques de Tahar Ben Jelloun dans la nuit sacrée.
    D'ailleurs si ce dernier a reçu le Prix Goncourt, Bertrand Visage (auteur par ailleurs de Bambini et de Intérieur Sud, éditeur chez Seuil) a été récompensé par le prix Fémina en 1984 pour Tous les soleils.
    Un prix 5 étoiles!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigittelascombe, le 03 février 2013

    Mal aux pieds,cuvette d'eau.Gestes de vie qui bougent très doucement dans nos mémoires,et nous n'y comprenons plus rien.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 03 février 2013

    Il n'est pas très facile de se représenter sa propre mère avec les yeux de ceux qui l'ont aimée.Pourtant,je le répète,j'ai toujours su qu'elle faisait des ravages.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 03 février 2013

    Mais ce qui fait la différence entre les riches de chez nous et tous les autres riches du monde,c'est que les nôtres n'achèvent jamais rien. Celui qui peut s'offrir un palazzo de quatre étages en voudra cinq,et quand les murs seront debout il attendra trois ans pour mettre un toît,et quand le toît sera monté il oubliera de niveler une route dans la rocaille;ou si la route existe,elle n'aura pas de plaque ni de nom,rien qu'une flèche à la chaux jetée là comme un droit de conquête.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 03 février 2013

    Combien de nuits dura cette nuit?Les minutes étaient des heures,tout le souvenir que j'en garde est rétracté dans le fragile instant où,l'oreille étant collée au sol,j'eus subitement l'impression que mon crâne se fossilisait dans le pavé.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 03 février 2013

    Pour elle,les six mois de deuil étaient passés,elle se délivrait de ce corset noir qui l'avait transformée en insecte stérile,elle sortait de sa camisole,de son trou de mur,elle avait soudain très soif et rien ne l'empêcherait d'aller boire l'amarena ou le citron pressé à l'eau de seltz,en promenant sa langue sur les cristaux de sucre qui se déposent au bord du verre.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
11,30 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Tous les soleils par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz