Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2814503022
Éditeur : publie.net


Note moyenne : 3.25/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
(édition numérique)
Pour Livre des peurs primaires, c’est la relation directe à la ville, toutes les villes. Ses circulations, accidents, silhouettes, lumières. Sa propre et permanente représentation aussi, le spectacle toujours banalement recommençant de la télé... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par valetudinaire, le 08 juin 2011

    valetudinaire
    Voilà un fabuleux livre à contingences ; où tout n'est que possibilités avortées d'imaginaires présents. Tout n'est que supposition du pire à venir qui est mais qui n'a jamais été ; et voilà bien l'angoisse : d'envisager tous les possibles et même les plus horribles mais ne retenir qu'eux et en être obsédé. Faire avec tout cela qui nous entoure et qui nous dégoûte, quand bien même ça devrait finir dans le sang, la douleur, dans la fuite.
    Vivre avec la peur de vivre des vies d'horreurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par brigetoun, le 03 février 2010

    brigetoun
    petites histoires, situations, numérotées qui renvoient presque toujours à un autre numéro - et la lecture peut se faire en suivant ces pistes ou en suivant l'ordre normal, avec dans le premier cas des rapprochements faisant sens ou savoureux mais le risque de passer à côté de certains petits textes isolés - un refrain "cela n'arrivera pas" avec le plaisir des variantes (ou de l'absence) - des situations triviales, réellement tragiques - une recension de nos petites craintes, superstitions, grandes terreurs, fantasmes
    Des catastrophes imaginaires, la crainte d'un accident, la peur d'étouffé par un chewing-gun, la lecture d'un feuilleton (ou le visionnement), l'impossibilité d'écrire physique ou mentale ou par inconfort, plusieurs fois ce qui se passerait si liseuse tombait heurtée par un passant et "sauf que non", la séparation ou la mort, etc..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigetoun, le 03 février 2010

    Ces fictions du bord de l'œil que je me force à voir ne sont pas réelles : l'image projetée pupille droite est déformée par la tumeur qui presse arrière le tissu et l'écran. Mais non, je reviens sur mes pas, pensées, fragments et instants, ce n'est pas possible : je ne possède rien sous le crâne qui ne soit pas moi-même, jamais elle ne pourra se développer, jaillir, se propager.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par valetudinaire, le 07 juin 2011

    Je ne suis plus qu’un écrivain du dimanche à présent, authentique et littéral, des heures de clavier cloitré dimanche, dernier jour de la semaine, dernier rebut de ceux qui n’ont pas, n’ont jamais eu, n’auront jamais le luxe du temps pour.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par valetudinaire, le 07 juin 2011

    Le train, désormais supprimé, ne partira plus. De train supprimé en suppression de train, il est sept heures déjà. Je reste assis au bord des rails, quais, bouteille de bière entre les malléoles. Je la descends pour la soif. Je dormirai ici si le temps persiste. Mais non : j’ai des vertiges, nausées, ce truc pue, c’est infect, ça n’arrivera jamais.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par brigetoun, le 19 novembre 2011

    Niko Bellic croisé dans le hall, je lui ai tenu la porte et il m’a suivi. Plusieurs minutes après son visage contre le mien : ce silence dans la verticale de l’immeuble. Ces sons stridents échappés. Je me dis : le calme avant la tempête. Je me dis : c’est l’odeur des jours avant la bombe. La déflagration vient du dessus, des étages supérieurs, et s’abat vers le sol. Le plafond perce et me recouvre, je reste figé-blanchi sous les gravas. Mais le bruit reprend son cours, le tympan se débouche ; ce n’est qu’une impression qui n’arrivera jamais.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par brigetoun, le 03 février 2010

    Un peu de sang sur la vitre et le crâne du type sonné par terre un moment. Le cache-objectif de mon Kodak s'est détaché et le flash a pris cher. Dorénavant, toutes les photos que je prendrai seront entachées de ce coup temporal inopiné...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir livre des peurs primaires par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    Un nom, un roman

    Sorel ( Julien )

    •   De l'amour
    •   Vanina Vanini
    •   Le rouge et le noir
    •   La chartreuse de Parme

    10 questions - 30 lecteurs ont répondu