AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203020628
Éditeur : KSTR-Casterman (2009)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 165 notes)
Résumé :
"Depuis le moment où tu es venu me chercher devant la fac, j'avais envie de t'embrasser.
On parlait, on parlait, mais tu ne m'embrassais pas... "

Il la rencontre, un soir, dans une bibliothèque universitaire. Elle est étudiante, elle est séduisante, elle l'émeut immédiatement. Il va entreprendre de la conquérir, sans brusquerie, à pas comptés... De lui, on ne saura rien, ou presque. Mais l'on saura tout, en revanche, de la manière dont il la dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
marina53
marina5318 octobre 2015
  • Livres 4.00/5
Elle était là, dans cette bibliothèque universitaire, un soir. Il la regardait travailler, penchée sur ses feuilles. Elle a bien senti ce regard sur elle et, ses yeux bleus posés sur lui, lui a demandé ce qu'il y avait. Elle lui dit qu'elle est étudiante à la fac de lettres, qu'elle doit réviser pour son partiel et que son livre de Wittgenstein sur le langage est plutôt chiant. D'ailleurs, elle n'a déjà plus envie de réviser... Ils s'enfoncent dans la nuit noire, il la raccompagne chez elle. Elle lui dit qu'il faudrait qu'elle revienne pour travailler plus sérieusement et puis qu'elle doit y aller. Un rendez-vous vaguement pris, sûrement, puisqu'ils se retrouvent à la bibliothèque, plus tard. Mais aucun n'a réellement envie de travailler. Ils vont finalement aller manger tous les deux...
Bastien Vivès se place dans la peau du jeune homme que l'on ne verra jamais et dont on ne saura jamais le nom. Il croque cette jeune fille frêle, si belle, touchante, un peu timide, avec douceur et finesse, faisant la part belle aux émotions, à cette relation intime qui s'installe gentiment et aux conversations parfois gênées ou tout en retenue. le lecteur ne voit que cette jeune femme, infiniment tendre et émouvante, dans ses gestes et ses mots. Voilà un procédé intime vraiment original qui nous offre de belles séquences émouvantes et attendrissantes. Dépourvu de tout cadre, le dessin aux crayons de couleurs, spontané et délicat de Bastien Vivès, regorge d'émotions.
Il se perd Dans mes yeux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
LiliGalipette
LiliGalipette29 février 2012
  • Livres 5.00/5
Le narrateur – ou appelons-le plutôt le spectateur – rencontre une jeune et jolie étudiante à la BU. Son regard reste posé sur elle pendant toute l'histoire, il se gorge de son image autant qu'il le peut. Venu là pour lire, il ne savait pas qu'il tomberait amoureux de cette rouquine un peu mutine. « À ta place, j'irais lire autre part, c'est chiant la bibliothèque. » (p. 24) Elle, c'est une étudiante en Lettres Modernes qui ne lit pas beaucoup, mais qui a gardé de son enfance le souvenir d'un album qu'elle feuillète souvent.
Elle est un peu timide, mais elle irradie. Son assurance fragile se brise souvent dans un éclat de rire. le spectateur veut la séduire, mais doucement, sans l'effaroucher. Il l'écoute parler d'elle, il l'accompagne au cinéma, au zoo et dans des soirées. Délicatement, il se rapproche d'elle sans la brusquer. Il a compris dès le début qu'elle était un peu fébrile, pas toujours à l'aise. Quand il la rejoint chez elle, on suit d'abord son trajet parisien jusqu'au studio qu'elle habite : ce voyage amoureux est propice à l'impatience et la rêverie. « Depuis le moment où tu es venu me chercher devant la fac, j'avais envie de t'embrasser. On parlait, on parlait, mais tu ne m'embrassais pas. » (p. 60) Impatience de sa part à elle, prudence de son côté à lui. Entre eux, les baisers sont toujours aveugles et ils lui ferment les yeux. Image noire quand elle est proche de lui.
Le narrateur n'en est donc pas un, pas vraiment. Il se contente de regarder et d'écouter. Dans la disposition de la page, les cases vont par deux, comme deux yeux qui suivent tous les gestes de la jeune fille. Il y a un dialogue, des questions et des réponses, mais les seules répliques que nous avons sont celles de la jeune fille. Quoi que dise le garçon, finalement, cela a peu d'importance. Ce qu'il voit est plus puissant que tout ce qu'il peut dire, voire entendre. Parfois les paroles se brouillent et s'estompent pour former un brouhaha : quand il doit subir les autres qui ne sont pas elle, il n'entend plus rien et seul son regard compte, toujours posé sur cette fille si particulière, celle fille dont il est amoureux.
Servi par un très joli crayonné et une réelle maîtrise du mouvement, cet album m'a bouleversée. Dès le début, les premières pages qui sont comme les planches-contact d'un souvenir. Car cette histoire est un souvenir, comme en témoigne la fin. L'émotion file dans tout l'album : on sent que cette jeune fille est sur le fil, qu'elle hésite et qu'elle doute d'elle-même et de ses désirs. La tension émotive qui s'accumule explose dans la dernière partie, et elle a explosé chez moi aussi. Cette histoire, je l'ai vécue (l'auteur aussi, mais nous ne nous connaissons pas) ou du moins j'ai vécu cette situation d'errance et de déséquilibre. Voir ce souvenir en images et en couleurs, c'est stupéfiant, d'autant plus que Bastien Vivès maîtrise d'un bout à l'autre toute la puissance émotive de son propos : pas de débordement dégoulinant, pas de voyeurisme et pas d'hyperbole. Cette histoire fait mal, mais les douleurs ne sont toujours que personnelles, donc minuscules pour les autres, et c'est ce tour de force auquel parvient l'auteur : partager la puissance intime d'une douleur qui n'est pas la nôtre.
Polina m'a replongé dans mes années de danseuse, Amitié étroite rassemblait déjà de nombreux échos personnels : Dans mes yeux est une porte ouverte sur mes souvenirs. À chaque fois, Bastien Vivès vise juste. Précision : je ne prétends pas que l'auteur écrit sur mon histoire, je dis qu'il écrit pour le moi dans le sens où chacun de ses ouvrages me touche et interroge ma propre histoire. Ils sont rares les auteurs capables d'une telle prouesse. Ainsi, j'affirme que le dessinateur est aussi doué que l'écrivain : l'auteur, qu'il use de la plume ou du pinceau, mérite ce titre quand il emmène son lecteur au-delà de son histoire et qu'il lui ouvre les portes de sa propre réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Musardise
Musardise10 juin 2016
  • Livres 2.00/5
J'ai l'impression qu'avec Bastien Vivès, c'est tout l'un ou tout l'autre, soit la finesse, soit le gros cliché bien lourd. Ici, c'est la seconde option qui l'emporte largement à mes yeux. Que le scénario se résume à peu de choses ne me pose pas de problèmes : c'était le cas déjà dans le goût du chlore, qui excellait dans le rendu d'une ambiance, de la naissance des sentiments et des non-dits. Ici, à l'inverse, l'album s'enlise dans un minimalisme assez creux, tout juste sauvé par un dessin, il est vrai, novateur et original.
Un jeune homme rencontre une étudiante dans une bibliothèque, une relation plus ou moins amoureuse s'instaure entre eux. L'originalité est censée venir de la narration : tout ce que verra le lecteur le sera du point de vue du narrateur, à la manière du procédé de la caméra subjective. Idem pour ce qui est des dialogues, on ne pourra lire/entendre que les paroles prononcées par la jeune fille, voire éventuellement d'autres personnes dans son environnement immédiat. Ce qui ne me semble pas très logique, soit-dit en passant, puisque dans la vie, si on ne voit que l'autre, on s'entend soi-même parler (je précise que le narrateur n'est pas sourd). Ce procédé de la caméra subjective montre donc très rapidement ses limites. D'autant que, si les paroles du narrateur ne nous sont pas audibles, il nous faut pouvoir les deviner (sans quoi on ne comprendrait rien à rien) : d'où des dialogues du personnage féminin pas toujours très naturels, car construits pour combler les blancs du narrateur.
S'ajoute à ce manque de naturel des dialogues un manque de naturel du personnage féminin, qui passe son temps à minauder, à faire des poses en veux-tu en voilà, à jouer les pimbêches du début à la fin. Histoire d'en rajouter une couche, les situations sont peu naturelles, comme lorsque la jeune fille se met à rire comme une hystérique parce que le narrateur a lu un livre pour enfants dans le métro. L'apogée, c'est la fin, qui relève du pur cliché sur la rupture, avec des dialogues du genre "On devrait arrêter de se voir", "Nan mais c'est pas toi, c'est moi en fait", bref, des trucs que les gens ne disent jamais dans la vraie vie (ou alors seulement quand ils ont une forte tendance à jouer la comédie). Cette fin en forme de rupture tombe comme un cheveu sur la soupe, s'avère être le but de l'album et se révèle sans intérêt. On se dit alors : "Ah ouais, tout ça pour ça, ça valait le coup, dis-donc."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MissG
MissG26 mars 2012
  • Livres 4.00/5
Une nouvelle fois, Bastien Vivès aborde les sentiments amoureux mais d'une façon novatrice, tant par le dessin que par son style narratif.
"Depuis le moment où tu es venu me chercher devant la fac, j'avais envie de t'embrasser. On parlait, on parlait, mais tu ne m'embrassais pas ..."
En effet, l'histoire est écrite en caméra subjective, c'est-à-dire du point de vue du garçon, un narrateur silencieux dont le lecteur ne verra jamais le visage ni se saura jamais le nom.
Le lecteur va vivre cette histoire d'amour à travers les yeux du garçon et ne verra que la fille, sans jamais là non plus en connaître le nom.
Il n'y a qu'elle, avec son côté irrésistible et gauche, ses arabesques et la sensualité qui s'en dégage, terriblement attachante et touchante et qui scotche le lecteur au récit dès sa première apparition.
Cela tend à prouver, après "Amitié étroite", la forte dimension cinématographique dans l'oeuvre de cet auteur.
De plus, Bastien Vivès a fait tomber les codes de la bande dessinée en offrant un livre gommé de cases ou de bulles, le tout dans un style très minimaliste, et avec des dessins uniquement réalisés aux crayons de couleur.
Visuellement, cet album est une pure merveille et un régal à lire.
Je ne le qualifierai tout de fois pas de parfait, car j'ai trouvé la fin trouble et un peu en-deçà du reste de l'histoire.
J'aurai aimé un peu plus de clarté, ou un peu moins de trouble de l'héroïne, en tout cas pas une fin aussi insaisissable que celle-là.
Et puis, alors que l'intégralité de l'oeuvre est visuellement splendide, je trouve que la couverture ne reflète pas la qualité des dessins, du graphisme et des couleurs.
Une couverture est pourtant un élément important pour un livre, celle-ci pourrait presque rebuter une personne ne connaissant pas l'univers graphique de Bastien Vivès.
Dans un style graphique et narratif différent d'"Amitié étroite", Bastien Vivès livre avec "Dans mes yeux" un album très touchant, un beau bijou à découvrir et à lire sans modération.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marie36
marie3628 août 2011
  • Livres 4.00/5
Dans mes yeux raconte l'histoire d'une rencontre amoureuse.....
toute simple, deux personnes, ici vraisemblablement deux étudians, se rencontrent à la bibliothèque....
Tout y est, les premiers regards échangés, les premiers mots, puis les sentiments qui se dévoilent au fur et à mesure....
Ca parait simple, basique, pas d'action....en fait ce qu'il y a dans cette bd, c'est tout d'abord la justesse des dialogues, du ressenti et puis le point de vue....On est à sa place à lui, le garçon, tout le récit se fait de son côté, comme si on l'avait elle en face....Ca peut paraître déroutant et c'est le propos de l'auteur, je pense, de vouloir nous donner un autre point de vue, de laisser parler l'image, et entre chaque planche....tout est centré sur elle....
ce n'est pas facile de rentrer dans les albums de Bastien Vivès au premier abord, mais il est un jeune auteur à vraiment découvrir....Toutes les personnes qui se sont laissé tenter par Bastien Vivès ne l'ont pas regretté en tout cas.....;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Les critiques presse (2)
BulledEncre22 juin 2015
Symphonie légère d’une rencontre, de sa naissance à sa mort. Simplement parfait…
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Lecturejeune17 février 2012
Lecture Jeune, n°130 - juin 2009 - L'histoire pourrait tenir en deux lignes : un jeune homme rencontre une charmante étudiante à la bibliothèque universitaire. Ils se revoient par la suite, dans des lieux qui sont propices au flirt : au cinéma, au restaurant, à une fête chez des amis, etc. Vient alors le premier baiser puis la première nuit. Une histoire d'amour ordinaire si ce n'est que le récit « est vu » exclusivement par les yeux de « l'amoureux », qui n'apparaîtra jamais au fil des pages - si ce n'est ses mains qui enlacent la jeune fille - et auquel le lecteur se substitue. Après Le Goût du chlore et La Boucherie, Bastien Vivès poursuit ses investigations sur la question amoureuse qu'il semble « décortiquer » en usant d'une multitude de points de vue. Ici, peu de dialogues, mais les scènes se succèdent avec ce personnage féminin, dont il a dessiné les moindres faits et gestes : lorsqu'elle enfile son manteau puis s'enroule dans son écharpe, quand elle danse ou qu'elle l'embrasse, etc. Il est aussi question d'une relation fragile qui semble vouée à l'échec dès ses balbutiements. Une relation intense mais précaire. Fragile, insaisissable, frivole, voire immature, cette jeune fille est d'abord un corps en mouvement. Le lecteur est fasciné dès la couverture, par ses cheveux au roux flamboyant et sa bouche vermeille. L'auteur a utilisé le crayon de couleur, qui témoigne de la fraîcheur du sentiment amoureux naissant et de la spontanéité du jeune homme, littéralement envoûté par cette étudiante. Bastien Vivès le rappelle : « le dessin est une écriture » et les mots ne peuvent pas rendre compte de toutes les émotions. Aussi, cet album s'observe et se regarde, plus qu'il ne se lit, et il enchante le lecteur par sa justesse. Anne Clerc
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
jovidalensjovidalens06 février 2012
Dans une bibliothèque "on" regarde une étudiante en train de lire et prendre des notes.
6 dessins par page et...quelques bulles : ce qu'elle dit.
On ne voit qu'elle, on n'entend qu'elle. Pas lui. On devine les questions qu'il lui pose à partir de ses réponses à elle.
On est dans le corps de celui qui la regarde, qui la rencontre, qui l'écoute.
L'aime-t-il ??? S'en amuse-t-il ???
Il y a elle, avec sa timidité, avec son envie de le séduire, avec ses pudeurs, avec ses maladresses, avec ses larmes et émotions dont elle a honte, avec son merveilleux sourire, avec ses yeux qui se dérobent ... et les lieux qu'il voit quand il marche à côté d'elle.

Malin, le procédé ! et tendrement efficace !
Décidément, M. Bastien Vivès est un grand !
Capable avec des phrases anodines et de merveilleux dessins aux couleurs chatoyantes de nous faire comprendre (au sens propre, de prendre avec soi) toute un épisode de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette29 février 2012
« À ta place, j’irais lire autre part, c’est chiant la bibliothèque. » (p. 24)
Commenter  J’apprécie          200
jovidalensjovidalens06 février 2012
Ooh ! Le singe c'est mon animal préféré.
[...]
Regarde comme il creuse.
Il continue de creuser en regardant autre part...Aucun autre animal ne peut faire ça.
Il est capable de faire quelque chose en pensant à autre chose...comme nous.
[...]
D'habitude je pleure pas facilement, je comprends pas.
Je sais pas, c'est le singe...derrières la vitre. C'est triste
Oh ! merde; c'est n'importe quoi !
Je suis vraiment désolée, ça veut pas s'arrêter...
Pardon...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MagBMagB19 janvier 2012
Tu sais, je suis en lettres, mais en fait je lis pas grand chose [...] Si si, je lis des bouquins pour moi... mais je lis surtout des bouquins pour mes études... Quand j'ai du temps libre, je préfère faire autre chose.
Commenter  J’apprécie          30
juanilinjuanilin22 mars 2009
Depuis le moment où tu es venu me chercher devant la fac, j'avais envie de t'embrasser.
On parlait, on parlait, mais tu ne m'embrassais pas...
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Bastien Vivès (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bastien Vivès
MAG#6 Plein d'auteurs dans un seul grand bouquin qui reflète ce qu'est la bande dessinée d'aujourd'hui.
Auteurs : Boulet, Bastien Vivès, Naoki Urasawa, John Cassaday, Frederik Peeters, Emmanuel Lepage, Katsuya Terada, Paul Pope, Taiy? Matsumoto, Bob Fingerman, Atsushi Kaneko, Keiichi Koike, Eddie Campbell
Éditions : Les Humanoïdes associés
2015
autres livres classés : roman graphiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les bandes dessinées de Bastien Vivès

Un roman graphique sur une danseuse.

Poline
Pauline
Polina

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Bastien VivèsCréer un quiz sur ce livre