Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Luce Hinsch (Traducteur)

ISBN : 2264043210
Éditeur : 10-18 (2009)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 26 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Rut et Gorm sont des enfants du grand Nord norvégien, un pays de mer, de travail et de silence. Issus de milieux différents, solitaires par obligation et victimes de la rigueur morale de leurs familles respectives, leurs rencontres ne pouvaient être que fortuites et éph... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par chocobogirl, le 05 mai 2010

    chocobogirl
    Rut Nesset est une célèbre artiste peintre norvégienne. Elle expose jusqu'à New York mais aujourd'hui, il s'agit de sa première exposition à Oslo. Un jeune homme est venu là pour elle. Gorm Grande est là pour la rencontrer. Et c'est ici que tout commence : un flash back qui durera tout au long du roman et qui nous fait remonter à l'enfance de Rut et de Gorm. Car ces deux-là n'en sont pas à la première rencontre...
    Rut a grandit sur une ile auprès d'un père prédicateur qui ne jure que par Dieu et d'une mère soumise. Elle grandit aux côtés d'un frère un peu attardé qui ne sait rien faire sans elle. Issue d'une famille pauvre où l'instruction n'est primordiale pour les filles, Rut va refuser don destin de bonne épouse pour étudier la peinture et fuir un milieu qu'elle exècre.
    Gorm, lui, vient d'un milieu bourgeois. Son père détient une entreprise familiale florissante mais son travail lui prend tout son temps et ses absences sont nombreuses. Sa mère, dépressive, a souvent des crises et reporte toute son affection sur son jeune fils, au détriment de ses 2 autres filles. Choisissant tout d'abord de s'engager dans la marine pour mieux fuit le carcan familial, Gorm finira par reprendre l'affaire paternelle.
    Leur première rencontre sera marquante à tout point de vue. Un altercation, un caillou mal lancée et voilà Rut marquée à vie dans sa chair.
    Dès lors, les chemins de ces deux-là se croiseront à de nombreuses reprises. Alors que leur sentiment est d'être chacun destiné à l'autre, les circonstances de la vie, les hasards feront qu'ils n'arriveront pas à se retrouver. Leur septième rencontre serait-elle enfin la bonne ?
    La septième rencontre est mon premier Wassmo et je peux dire déjà que ce fut un bonheur !
    Alors que le premier chapitre est déstabilisant par un manque d'éléments qui nous permettrait de comprendre le pourquoi du comment (en le relisant à la fin, on comprend tout !), on se laisse très vite embarquer dans les vies respectives de ces deux enfants qui se débattent dans leur vie respective et dans leur lot de soucis et de chemin tout tracé.
    Après leur première rencontre, quelque chose les relie et chacun reconnaitra plus ou moins vite qu'une partie de leur être leur manque, sans pour autant l'identifier.
    Nous les verrons grandir, gagner leur indépendance, aimer, souffrir, devenir parent,...
    On se dit que le hasard fait mal les choses et on enrage de voir ces êtres se croiser sans pouvoir se retrouver. Chaque rencontre a un gout d'inachevé. De plus en fortes, elles font monter l'attente chez le lecteur qui ne saura pas lacher ce roman avant La septième rencontre dont il est question dans les premières lignes.
    C'est aussi pour Wassmo l'occasion de dresser un portrait de la Norvège d'autrefois. Les paysages semblent enchanteurs mais la vie est difficile. Les pauvres restent pauvres et sans instruction. Les femmes sont condamnées aux seconds rangs. On se marie pour éviter de donner la vie à un enfant hors-mariage. Et les convenances sont de mises. Qui veut sortir du lot doit s'attendre à subir la vindicte populaire.
    " La septième rencontre" est un roman poignant et fort qui nous conte une très belle histoire d'amour tout en justesse et en subtilité. Les sentiments des personnages sont évoqués avec sensibilité et les non-dits affleurent au fil des mots. Et plus qu'une histoire d'amour, ce roman nous narre le destin de deux êtres qui ont su dépasser la voie qui leur était toute tracée pour mieux s'accomplir dans leur propre chemin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par tynn, le 22 octobre 2013

    tynn

    Sept fois! C'est le nombre de rencontres de Gorm et Rut. Il en a fait le compte.
    Deux enfants de Norvège, aux vies familiales et sociales différentes, font une rencontre de jeux qui les marquent à jamais, au point de les faire se chercher et s'espérer, de l'adolescence à l'âge adulte.
    Enfants de l' après-guerre, leurs vies sont des lignes sinueuses, tels les chapitres les racontant alternativement. Ils grandissent sans réel bonheur, en solitude et frustration, au sein de familles dysfonctionnelles, dans une société rugueuse, peu expansive et teintée de religiosité puritaine.
    Rut devient une artiste tourmentée. Gorm est chef d'entreprise. Malgré mariage et enfants, leurs vies personnelles sont des échecs. Portés par le souvenir de leur première rencontre, ils se croisent sans jamais réussir à se trouver réellement.
    La société norvégienne est intéressante mais les personnages sont sans grand charisme, subissent leur vie plus que la maitrisent. le procédé de quête perpétuelle est un fil rouge un peu grossier, qui finit par être agaçant, voire éprouvant. L'ensemble est donc teinté de grisaille, peine à décoller et le gâchis répété du bonheur impossible m'a laissée un peu épuisée d'attente.
    Herblorg Wassmo nous a offert des livres "coup de poing" ( "Un verre de lait, s'il vous plait" ) et des trilogies d'une rare intensité ( Tora, Dina ). Ce livre n'en a pas le souffle narratif ou la puissance évocatrice.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par sandrine57, le 11 décembre 2010

    sandrine57
    J'ai adoré ce livre! Mais je ne suis pas très objective puisque je suis une inconditionnelle de cette auteure qui encore une fois m'a emportée dans ses contrées nordiques. Spécialiste des personnages féminins forts, Herbjorg Wassmo nous livre ici le portrait de Rut, blessée par son enfance, hantée par la mort de son jumeau et qui trouve son salut dans la peinture. Gorm semble plus effacé. Il a grandi à l'ombre d'une mère dépressive et d'un père triste et absent et semble vivre une vie qu'il n'a pas choisie.
    Bousculés par la vie, entraînés dans des mariages malheureux, ils sont liés par un fil invisible mais indéfectible depuis leur première rencontre. Mais de rencontres fugaces en malentendus, paralysés par la morale et la timidité, ils ne se rejoignent jamais. Leur septième rencontre sera peut-être enfin celle qui confirmera qu'ils sont destinés l'un à l'autre.
    Une très belle histoire d'amour et de persévérance qui se lit d'une traite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Theoma, le 30 avril 2012

    Theoma
    « Je crois que tu es l'être humain qui m'est destiné, Rut. Pas pour te posséder, mais pour que mes pensées te portent à travers tout. le chagrin aussi. M'en donnes-tu le droit ? »
    Cette déclaration. J'en tremble encore.
    Au fil des ans, Rut et Gorm se sont rencontrés sept fois seulement. Pourtant, chaque rencontre a marqué leur vie. La septième sera décisive.
    Il existe un genre de livre particulier qui se différencie par la lenteur avec laquelle vous tournez les pages. Non pas que vous vous ennuyez, au contraire, vous refusez de brûler les étapes, la vie bat déjà si vite. Vous la savourez cette lecture.
    Vous vous réjouissez du moment où vous allez retrouver cette ambiance, ces personnages, cette histoire. Vous allez même jusqu'à vous faire violence pour poser le livre. Ne pas tout dévorer d'un coup. Un petit morceau chaque jour.
    Vous vous en étonnez car il ne s'y passe pourtant pas grand chose dans ce roman. En fait, l'essentiel y réside. La vie, l'amour, la famille, les rêves, les larmes. Ça frémit, ça palpite. Comme j'ai tout aimé dans ce roman frémissant ! La vibration du paysage, la vibration de la passion. C'est donc cela écrire. Je dois maintenant me sevrer de Rut et Gorm. le manque se fait déjà sentir.

    Lien : http://www.audouchoc.com/article-la-septieme-rencontre-herbj-rg-wass..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par tulisquoi, le 12 juillet 2010

    tulisquoi
    On peine un peu, au début, à entrer dans ce livre. Il s'ouvre par cette fameuse septième rencontre. Celle de la dernière chance pour nos deux héros. Mais comme on n'a aucun recul sur leur histoire pour l'instant, on est un peu perplexe devant ce qui se joue. On a du mal à comprendre. Surtout que sans crier gare, l'auteur enchaîne par l'enfance de Rut. Et c'est à partir de ce deuxième chapitre qu'on va finalement se laisser porter tout doucement par l'histoire.
    Rut, fille d'un prédicateur qui n'en a que le nom et d'une mère soumise, subit depuis sa plus tendre enfance le poids des responsabilités. Responsabilité d'un frère jumeau qui, privé quelques secondes d'oxygène à la naissance, nait avec une déficience mentale. Sur leur petite île, loin de la civilisation, elle est son guide, sa confidente, la seule qui le comprenne et puisse l'aider à avancer dans la vie. Mais comment dans ce cas, réaliser son rêve à elle, faire des études et peindre ? Elle n'a qu'une envie c'est de partir, fuir cette île qui l'étouffe et où sa vie est déjà toute tracée.
    Gorm lui vient d'un milieu aisé. Son père est propriétaire d'un des plus grands magasins de la ville, sur le continent. Seul fils de la famille, petit protégé d'une mère hypocondriaque, délaissé par un père taciturne qui ne lui parle jamais, on attend tout de même de lui qu'il reprenne le magasin familial. Gorm suit la voie toute tracé pour lui, par défaut. Jusqu'au jour où il décide de tout plaquer, de vivre sa vie.
    En alternant chapitre après chapitre l'histoire de Rut et celle de Gorm, on va les voir grandir, évoluer, souffrir, se révolter, s'apaiser et se rencontrer au fil de leur vie. C'est une histoire d'amour qui se joue, mais il y a aussi en tram de fond la Norvège, ses paysages, ses habitants, ses coutumes. Il y a aussi des luttes pour sortir des carcans imposés par le sexe, la culture, son origine.
    On a commencé sur La septième rencontre, on finit sur cette septième rencontre, celle qui devrait peut-être changer leur vie. Un roman où on se retrouve assez vite emporté par l'histoire, même si on ne comprend pas toujours les choix des protagonistes. Un roman qui reste néanmoins un peu en dessous de Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil de Haruki Murakami qui aborde plus ou moins les mêmes thèmes et que l'on retrouvera très vite sur ce blog.

    Lien : http://www.tulisquoi.net/la-septieme-rencontre-herbj%C3%B8rg-wassmo
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par liratouva2, le 07 août 2010

    Quand Gorm était arrivé dans la rue, Rut avait disparu. Tout en faisant le tour du pâté de maisons, il revoyait son regard posé sur lui. Deux yeux sombres, désespérés. L'avait-elle seulement vu? / Non, pensait-il. Elle était trop occupée à fuir. Ce n'était pas la septième rencontre, telle qu'il l'avait espérée

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Theoma, le 30 avril 2012

    Il avait pensé à elle durant tout l'été. Il revoyait nettement ses yeux. Quelques fois, il les voyait même avant de se réveiller complètement le matin. Il avait envie de mettre un mot sur ce sentiment. Rien que pour lui. Il l'aurait écrit, s'il avait trouvé le terme approprié. Mais il fallait un mot neuf. Que personne n'avait pensé ou prononcé auparavant.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par tulisquoi, le 12 juillet 2010

    Il avait sorti un stylo de sa veste, retourné le papier et écrit : « Est-ce la même chose pour tout le monde ? La nostalgie de l’être qui nous manque ? De cette personne unique. Celle qui peut te comprendre sans s’en servir ensuite contre toi. Celle qui n’exige pas de te posséder, et envers qui tu n’as ni besoin de mentir, ni de prendre tes distances. Existe-t-elle ? Ou bien est-ce seulement un mythe dont tu as paré quelqu’un rencontré à une réunion religieuse ? »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Eric-Pierre, le 22 février 2013

    C'est comme ça qu'on devient un homme. En prenant des décisions. Il y a trop de gens qui n'y arrivent pas.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Theoma, le 30 avril 2012

    Je crois que tu es l'être humain qui m'est destiné, Rut. Pas pour te posséder, mais pour que mes pensées te portent à travers tout. Le chagrin aussi. M'en donnes-tu le droit ?

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Herbjørg Wassmo

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Herbjørg Wassmo

Bande annonce du film "Dina", inspiré de de la trilogie d'Herbjørg Wassmo, "Le livre de Dina".
Durant les années 1840, dans une petite ville portuaire de Norvège. Dina, une jeune fille solitaire et sensuelle, vit avec le traumatisme de la mort de sa mère, qu'elle a accidentellement provoquée durant son enfance.Rejetée par son père, elle devient une créature sauvage et fougueuse qui refuse toutes les règles de son époque. Seul son tuteur parvient à la faire sortir de son mutisme en lui communiquant sa passion dévorante pour le violoncelle.Sortant peu à peu de son isolement, Dina devient une femme de caractère, imprévisible et obstinée. Amante passionnée, dépassant les conventions de son mariage arrangé, Dina s'engage pleinement dans des amours tumultueuses pour prendre sa revanche sur la vie.











Sur Amazon
à partir de :

7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La septième rencontre par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

> voir plus

Lecteurs (61)

> voir plus

Quiz