AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Albaret-Maatsch (Traducteur)
ISBN : 235087169X
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (2011)

Note moyenne : 3/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Elle a réglé ses factures (inhabituel), rangé son bureau (extravagant) et détruit toutes les toiles d’araignées (surprenant). Matilda s’apprête à filer à l’anglaise. Plus rien ne la retient à la vie : son mari est mort, leur chien et leur chatte aussi. Mais avant de tirer sa révérence, tout doit être en ordre. La tâche accomplie, elle peut s’en aller pique-niquer au bord de la mer avec, dans son panier, une bouteille de beaujolais, une part de brie et des cachets po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
sld09
sld0930 mai 2016
  • Livres 2.00/5
Ce livre ne m'a pas plu du tout.
J'imaginais que le suicide n'était qu'un point de départ, un moyen un peu abrupt de lancer le récit... Mais non, le suicide reste l'idée fixe de l'héroïne jusqu'au dénouement. D'ailleurs rien ne nous est épargné : suicide, adultère, meurtres, inceste, trafique de drogue, désamour parents / enfants, perte des dernières illusion sur son couple et son entourage ; on n'échappe même pas à la mort du chien écrasé par une voiture qui libère l'héroïne de ses dernières attaches à la vie...

Et l'humour corrosif de Mary Wesley n'a pas suffi à alléger l'atmosphère. Alors même s'il est bien écrit, ce roman n'était pas du tout pour moi...
Lien : http://lecturesdestephanie.b..
Commenter  J’apprécie          240
amaryllis
amaryllis15 juin 2012
  • Livres 3.00/5
L'histoire : Une femme d'un certain âge (on ne saura jamais lequel tout au long du roman) a fait le ménage dans toute sa maison, elle a réglé ses affaires, donné son jars seul être qui lui tienne encore compagnie. Mathilda veut en finir avec la vie, elle a perdu son mari et avait promis de mourir avant de devenir un poids. Mais son plan est compromis quand elle rencontre le fameux matricide dont toute la presse parle et recherché activement par la police. Leur union atypique va permettre de réveiller sa vie.
C'est une lecture bien agréable ! Comme on peut le lire sur la quatrième de couverture, on découvre la vie de cette vieille femme indigne. Sa vie n'est pas très gaie, ses enfants semblent l'avoir abandonnée, elle est veuve, elle a perdu ses animaux de compagnie, bref tout ce qui s'apparente à déchéance... Rien de très amusant et cela ne donnerait pas envie de le lire. Mais en fait tous les codes sont basculés, au fur et à mesure de l'histoire, on découvre que : son mari est mort à Paris car il entretenait une relation incestueuse avec sa fille, son fils préféré pique les petits amis de son autre fille.
Quand elle rencontre le matricide, elle le reconnaît, n'en a peur. Suite à une mission qu'elle se donne à Londres pour l'aider, elle va retrouver un des ses amis et surtout on va découvrir d'autres choses sur sa vie. Mais comme tout est loufoque, on ne sait plus ce qui est vrai ou faux, inventer par ses connaissances, les rumeurs et dires des autres ou même par Malthilda elle-même le matricide va l'aider à revenir sur sa vie, essayer de retourver ses souvenirs et finalement la faire revivre.
C'est donc une lecture pas prise de tête, à ne pas prendre au sérieux et lire pour se détendre. Ce roman est d'une autre mesure que Les Raisons du coeur, que j'avais énormément apprécier. J'ai passé un bon moment avec celui-là mais il n'est pas de même envergure, La resquilleuse est un roman plaisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marysedepe81
marysedepe8103 avril 2012
  • Livres 3.00/5
La resquilleuse
Dans ce roman à l'humour très british, l'auteure nous brosse un portrait, façon pointillisme, d'une femme atypique. Avec tendresse et par petites touches subtiles elle nous peint une femme rebelle, une quinquagénaire au franc-parler dévastateur qui refuse le lent naufrage de la vieillesse : « la vieillesse s'insinue subrepticement » et son corollaire : la dépendance. J'ai vraiment eu l'impression de ne découvrir le personnage dans son ensemble, avec ses blessures intimes et ses failles, qu'à la fin du roman comme dans un tableau pointilliste qu'on ne peut bien voir qu'en prenant du recul. Une exellente découverte que cette auteure anglaise. On en redemande.
Premier roman pour les adultes de Mary Wesley, écrit en 1983, sorti en France en 1994 sous le titre "souffler n'est pas jouer"
Commenter  J’apprécie          50
Biblio87
Biblio8720 mai 2014
  • Livres 4.00/5
Livre ayant attiré mon regard plusieurs fois en librairie, j'ai fini par craquer et par l'acheter. La couverture et le titre m'attiraient et lorsque j'ai lu le résumé, je me suis dit "pourquoi pas?". A peine rentrée, je m'y mettais et si le début m'a largement convaincue, la suite m'a un brin déçue.
Ce qui m'a plu dès le départ, c'est l'écriture de l'auteure. J'ai trouvé dans sa plume un style un peu "ancien" mais qui ne m'a pas dérangée du tout car j'ai trouvé cela agréable et original.
En parlant d'originalité, l'histoire en est bourrée. Totalement improbable, le récit m'a surprise de bout en bout. Je ne m'attendais pas à trouver une histoire telle que celle-là, mêlant des passages graves à des situations cocasses. J'ai franchement rigolé à quelques reprises.
Cela est sans doute dû au personnage charismatique de Matilda qui m'a beaucoup plu. Elle est étonnante, spontanée et a une forte personnalité et ce sont des caractéristiques que j'apprécie lorsqu'elles sont associées à des héroÏnes telles que Matilda, des femmes un peu spéciales, pleines de personnalités, avec des idées bien arrêtées et humaines avant tout.
Ce qui m'a un peu déçue, c'est la relative lenteur du roman et les (parfois très) longs dialogues que j'ai trouvés un peu ennuyeux. J'ai trouvé que cela diminuait le côté rocambolesque de l'histoire.
En quelques mots :
Un roman qui m'a surprise dans le bon sens du terme. L'auteure nous emmène dans des aventures improbables grâce à un personnage principal charismatique et originale. le seul reproche que j'ai à faire, ce sont les longs dialogues que j'ai trouvés parfois ennuyeux. Mais une chose est sûre, j'ai très envie de découvrir les autres livres de cette auteure que je ne connaissais pas du tout avant cette lecture !
Lien : http://books-all-around-etc...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
vdujardin
vdujardin10 septembre 2012
  • Livres 4.00/5
Voilà un roman assez inclassable... ou comment soigner le mal de vivre en reportant son attention au soin de l'autre, même si l'autre est recherché à travers tout le pays pour le meurtre de sa mère... Sous l'humour apparent transperce la grande souffrance et aussi la grande naïveté de Matilda, qui va peu à peu ouvrir les yeux sur le monde... sa vie... et celle de son "mari adoré" finalement pas si clair que ça, voilà qui ne risque pas de lui remonter vraiment le moral! Une lecture agréable, les pages défilent à toute vitesse: comment va se terminer cette histoire hors-norme??? Bonne lecture à vous!
Lien : http://vdujardin.com/blog/ar..
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
sld09sld0929 mai 2016
On ne savait jamais si Anabel mentait, c'était une incorrigible menteuse dont les plus belles inventions s'étaient souvent révélées vraies.
Commenter  J’apprécie          150
ILLEILLE26 février 2016
"Si mon pique-nique s'était passé comme prévu,je devrais être en train de flotter au niveau du phare.
Commenter  J’apprécie          20
TheomaTheoma31 août 2011
Une mère n'est pas censée aimer le père de ses enfants : il y a quelque chose d'indécent là-dedans.
Commenter  J’apprécie          20
marysedepe81marysedepe8103 avril 2012
la vieillesse s'insinue subrepticement
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr


Lecteurs (44) Voir plus




Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
425 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre