Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2035859123
Éditeur : Larousse (2011)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 12 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le fantôme de Canterville n'arrive pas à effrayer une famille d'Américains installée dans une demeure anglaise hantée. Dans la seconde histoire, un jeune homme confond un peu vite le sujet d'un tableau et le modèle qui pose pour lui. Outre les textes annotés, l'ouvrage... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par LiliGalipette, le 05 janvier 2012

    LiliGalipette
    Le fantôme de canterville
    La famille Otis, américaine et républicaine, acquiert le manoir de Canterville réputé pour être hanté par un fantôme cruel. le spectre ne tarde pas à se manifester, notamment en ravivant chaque nuit une odieuse tâche de sang sur le parquet de la salle à manger. Mais les effrayantes manifestations du fantôme n'inquiètent pas la famille Otis, et certainement pas les jumeaux qui élaborent des tours pendables pour le ridiculiser. « C'était de toute évidence des gens habitués à vivre sur un plan d'existence bas et matérialiste, et tout à fait incapables d'apprécier la valeur symbolique des phénomènes extra-sensoriels. » (p. 39) Seule la jeune et douce Virginia témoigne un peu de compassion au spectre dépité et humilié. Certes le fantôme a la dent dure, mais n'est-ce pas une malédiction plus qu'une vocation ? « Il faut que je secoue mes chaînes, et que je gémisse à travers les trous de serrures, et que j'erre pendant la nuit, […]. C'est là ma seule raison d'être. » (p. 47) D'où viendra le salut pour ce pitoyable spectre ?
    Oscar Wilde met à mal les codes des histoires de fantôme : a-t-on jamais vu un spectre se prendre les pieds dans des ficelles et prendre peur d'un autre fantôme ? Mais le plus ridicule n'est pas le pauvre esprit frappeur. C'est plutôt le brave Mr. Otis, fort content de lui-même et de son esprit terre-à-terre : certes, il y a un fantôme, mais faut-il vraiment que ses chaînes grincent autant ? Hop, un peu d'huile et tout le monde dormira tranquille. Entre le rationalisme bonhomme de l'Amérique et le mysticisme de la vieille Europe, le choc des cultures est certain ! Et l'humour est au rendez-vous.
    Le millionnaire modèle
    Hughie Erskine est dotée d'une belle figure, mais d'un esprit médiocre. Sans emploi et sans le sou, il lui est impossible d'épouser la jolie Laura. « À moins d'être riche, il est absolument inutile d'être un garçon charmant. le romanesque est le privilège des nantis, et non la profession des chômeurs. Il vaut mieux avoir un revenu assuré qu'être séduisant. » (p. 127) Ce qu'il lui faudrait, c'est un fabuleux coup de chance. Et s'il le trouvait dans le geste désintéressé qu'il adresse à un mendiant ?
    Dans ce texte très court – quelques pages – Oscar Wilde est féroce envers les jeunes gens romantiques. Compter fleurette demande des moyens et une jolie frimousse n'est pas un gage de réussite, ni de profit. La fin, délicieusement positive, sonne comme celle des Contes de fées traditionnels. Sauf qu'ici la bonne fée à une drôle de d'allure et une étrange façon d'occuper ses journées…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Lagagne, le 11 janvier 2012

    Lagagne
    Le fantôme de canterville
    Une nouvelle pour voir les fantômes autrement. Sir Simon de Canterville est un fantôme anglais tout ce qu'il y a de plus classique, avec pour mission de hanter le manoir familial. Oui mais voilà, un jour ce manoir est vendu à une famille d'américains : les Otis. Et ceux-ci sont loin d'avoir "l'esprit anglais", ne se laissent pas impressionner par ce fantôme 3 fois centenaires. Empli de pragmatisme, le père propose de huiler les chaînes du fantôme, qui font vraiment trop de bruit et l'empêchent de dormir. Les garçons de la famille (dont des jumeaux terribles) lui tendent des pièges partout dans la maison, l'effraie et le rende ridicule. Seule Virginia, la fille Otis, semble faire la transition entre les deux univers.
    J'ai eu de la compassion pour ce pauvre fantôme incapable d'effrayer ces rustres d'américains. J'aurai bien pris un jumeau pour frapper sur l'autre! C'est une nouvelle amusante qui m'a fait sourire. Je ne sais pas si j'en garderai un souvenir impérissable, mais en tout cas j'ai passer un agréable petit moment de lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ewylyn, le 23 août 2014

    Ewylyn
    Deux nouvelles pour un petit prix, il était logique de sauter sur l'occasion pour découvrir la plume De Wilde. Je rêve de lire Le portrait de Dorian Gray et cette lecture me convainc que je dois m'y tenir. Parce que l'écriture de cet auteur est superbe et que ces deux nouvelles sont captivantes, chacune à leur manière.
    L'histoire du fantôme de Canterville est géniale, je n'ai pas pu décrocher de ma lecture, en plus les chapitres sont courts et la plume fluide donne encore plus envie de rester accroché à l'intrigue. J'ai également beaucoup ri, Oscar Wilde maîtrise l'humour noir et les situations aussi sombres que drôles. le manoir Canterville est hanté par l'un de leurs ancêtres, celui-ci est maître dans l'art d'effrayer les résidents et s'en vante ouvertement. Seulement, il n'avait pas prévu que les Canterville cède la demeure aux Otis, une famille américaine qui ne semble pas véritablement croire au fantôme, voire pire ! Ils s'en amusent ! C'en est trop pour le fantôme qui décide de s'affirmer en tant que tel, oubliant que la petite Virginia désire lui apporter son aide.
    Cette nouvelle possède une ambiance tellement unique. On sent cette pointe gothique, sombre et angoissante, propre à un récit de fantôme et de paranormal. Toutefois, la noirceur ne s'installe pas, elle laisse de la place pour l'amour, pour l'amitié et le rire. Quelle belle amitié entre le fantôme et Virginia, on est touché par la gentillesse de la petite fille et par les malheurs de l'esprit. On aime cet aspect très 19e dans les mœurs, dans l'architecture, dans les expressions sans pour autant être impossible à comprendre. C'est fou de voir à quel point la plume De Wilde est fluide, agréable, forte, précise. Ce que cette pauvre famille fait subir à ce fantôme est juste très drôle et en même temps, on se sent presque révolté du manque de considération dont elle fait preuve.
    La seconde histoire est plus courte, mais tout aussi intéressante. Elle est même plus touchante sans se départir d'une bonne dose d'humour. le modèle millionnaire, je ne connaissais pas de nom cette nouvelle et ce fut une très belle surprise. L'intrigue nous présente un jeune homme fou amoureux et qui se voit ralenti par le père de sa belle, il ne lui confiera sa main que s'il parvient à réunir une somme d'argent. Somme impensable à réunir pour le moment, alors en rendant visite à un ami peintre, sa vie prend un tournant inattendu.
    J'ai beaucoup aimé le thème de la peinture, de l'art en général, thème que l'on retrouve dans Le portrait de Dorian Gray. Ce qui m'a surtout enchantée c'est le quiproquos dont le jeune homme est la victime heureuse. Il confond le sujet du tableau et le modèle, et là, je ne peux rien ajouter de plus au risque de spoiler une très belle leçon de vie, la chute et surtout le rebondissement incroyable. Retenez juste que l'histoire est également très bien écrite, tout comme Le fantôme de Canterville, la plume De Wilde est posée, précise, belle et fluide. Un vrai régal à lire, il est impossible de passer des heures, cachets à la main pour tenter de comprendre. Tout est clair et je trouve même que cette nouvelle possède un petit éclat poétique très appréciable. le personnage principal est très attachant, ce qui ne gâte rien.
    En somme, si vous désirez comme moi, découvrir la plume d'Oscar Wilde, je pense que ces deux courtes nouvelles donnent un bel aperçu du talent de l'auteur. Des protagonistes sympathiques à suivre, des idées intéressantes, des intrigues aussi drôles que fascinantes à lire, des ambiances bien déterminées... le tout servi par une plume fluide et simple à lire sans être simpliste. Je suis très enthousiasmée par cette lecture et je suis convaincue de me plaire dans l'univers de l'auteur, je serais ravie de lire d'autres ouvrages De Wilde.

    Lien : http://la-citadelle-des-livres.skyrock.com/3229465861-Le-fantome-de-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sakura230, le 27 mars 2014

    sakura230
    Le fantome de Canterville est jolie petite histoire et agréable à lire mais j'ai adoré le Millionnaire modèle !
    L'histoire est encore une fois très courte mais il nous montre qu'il ne faut pas se fier aux appenrences car elles peuvent être trompeuses.
    Les nouvelles et Contes d'Oscar Wilde sont tout simplement superbes, le style est fluide et j'aime énormément son style d'écriture.
    Merci à Mr Wilde de nous faire rêver aux travers de plusieurs histoires différentes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

  • Par collegelachampagne, le 10 mars 2014

    collegelachampagne
    J'ai apprécié la lecture du roman Le Fantôme de Canterville. Pour moi c'est un roman passionnant! L'histoire est intrigante avec des passages effrayants et comiques à la fois ce qui est rare dans un roman parlant de fantôme. Il est aussi plein de suspense. Les personnages sont attachants, drôles et vivants. Les lieux sont bien décrits. le vocabulaire est riche et varié. La description des personnages est simple et donne envie de savoir la fin du roman rapidement. C'est un livre simple et amusant, un roman à ne pas rater. A lire absolument si vous appréciez ce genre de lecture!
    Haribo11
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LiliGalipette, le 05 janvier 2012

    Dans 'Le millionnaire modèle' :

    "Les seules personnes que devraient fréquenter un peintre, [...], ce sont les gens qui sont bêtes et beaux, des gens dont la contemplation procure un plaisir esthétique et la conversation un repos intellectuel. Les dandies et les coquettes mènent le monde, ou du moins ils le devraient." (p. 129)

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par sakura230, le 27 mars 2014

    An artist's heart is his head, replied Trevor; And beside , our business is to realise the world as we see it, not to reforme it as we know it. - The Model millionaire

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 05 janvier 2012

    Dans 'Le fantôme de Canterville' :

    « Il faut que je secoue mes chaînes, et que je gémisse à travers les trous de serrures, et que j’erre pendant la nuit, […]. C’est là ma seule raison d’être. » (p. 47)

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 05 janvier 2012

    Dans 'Le millionnaire modèle' :

    « À moins d’être riche, il est absolument inutile d’être un garçon charmant. Le romanesque est le privilège des nantis, et non la profession des chômeurs. Il vaut mieux avoir un revenu assuré qu’être séduisant. » (p. 127)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Ewylyn, le 16 août 2014

    Et après tout ça, de misérables Américains modernes venaient lui offrir du lubrifiant ! Et ils lui jetaient des oreillers à la tête ! C'était absolument intolérables. D'ailleurs, jamais fantôme ne fut traité de cette façon. Par conséquent, il devait prendre sa revanche ; jusqu'au lever du jour, il resta prostré dans une attitude de profonde méditation.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
2,80 € (neuf)
0,29 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Fantôme de Canterville, Le Millionnaire Modèle par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (21)

> voir plus

Quiz