AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072722675
Éditeur : Gallimard (01/03/2017)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 937 notes)
Résumé :
Jean Atwood, interne des hôpitaux et quatre fois major de promotion, vise un poste de chef de clinique en chirurgie gynécologique. Mais au lieu de lui attribuer le poste convoité, on l'envoie passer son dernier semestre d'internat dans un service de médecine consacré à la médecine des femmes - avortement, contraception, violences conjugales, maternité des adolescentes, accompagnement des cancers gynécologiques en phase terminale.
Le Docteur Atwood veut faire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (202) Voir plus Ajouter une critique
canel
02 janvier 2013
★★★★★
★★★★★
Superbe portrait du métier de médecin, magnifique roman-témoignage de Winckler, généraliste ayant beaucoup travaillé en gynécologie.
Pour obtenir le poste de chirurgienne dont elle rêve, une jeune interne doit d'abord faire un stage de six mois en gynécologie, dans une petite unité de "Médecine de la femme". Agressive, suffisante, pleine de morgue et de certitudes, elle suit à contrecoeur la pratique quotidienne du Dr Karma. Elle tombe de haut, désapprouve son comportement, observe cyniquement, peste intérieurement, "pense comme un mec" (sic)... Où sont son expérience personnelle de la féminité et son empathie envers les patientes ?
Et puis elle (re)découvre, au fil des consultations et grâce à un tuteur exceptionnel, ce qu'est le corps féminin. Seins, règles, maux de ventre, migraines, nausées, contraception, désir, rapport sexuel, couple, plaisir, grossesse, avortement, fausse couche, accouchement, maternité, viol, inceste, ménopause... Et elle apprend à écouter, surtout, ce choeur de femmes, leurs paroles pour se livrer (les questions, les peurs, la douleur, les maux, les bonheurs... ) sur tous ces sujets, et bien d'autres.
Le style peut rebuter : logorrhée des patientes, elles se lancent à parler d'un souffle, d'une traite, le texte est donc parfois chiche de ponctuation. Pas de suspense (ou si peu), et on tourne néanmoins les pages de cet admirable ouvrage frénétiquement, sans vouloir le lâcher. Pour apprendre, pour se retrouver, pour comprendre, car on se rend compte que finalement, on ne sait pas grand chose. N'ayez crainte : très peu de détails sanguinolents, chirurgicaux, qui vous donnent mal au ventre et la nausée.
Éloge d'une pratique médicale respectueuse, humaine, comme on aimerait en rencontrer plus souvent. C'est peut-être un peu trop beau pour être crédible ? Considérons qu'il s'agit d'un concentré du meilleur des mondes médicaux. La jeune femme frise un peu la superwomanie aussi, ne dort guère, a une capacité de mémorisation et de travail phénoménale, et sa métamorphose de sorcière en fée est bien rapide... mais qu'importe. Si la forme peut agacer de loin en loin, rien à jeter sur le contenu, sauf peut-être la fin rocambolesque, mais tellement poignante que...
Sourire, rire, émotion, larmes, révolte, dégoût, admiration, etc. se succèdent/s'entremêlent à la lecture.
Hommes, femmes, jeunes (à partir de 15 ans), "vieux", "vieilles", lisez ce livre : une pépite, une bible !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          596
Cricri124
20 mars 2017
★★★★★
★★★★★

"Je serais médecin. Je consacrerais ma vie à tailler dans les corps humains." Henning Mankell
Cette citation, qui n'est pas tirée de ce livre, aurait très bien pu être prononcée par la jeune et brillante interne Jean (prononcer 'Djinn') car c'est précisément ce à quoi elle aspire et ambitionne: la chirurgie. Il y a peu de place pour l'être humain dans sa vocation, si ce n'est en tant que matériau d'expérimentation. Cependant, pour valider sa cinquième année d'internat, elle se voit contrainte de faire un stage d'un semestre dans une unité de médecine générale, celle du docteur Karma, spécialisée dans la gynécologie. Elle considère ce stage comme une perte de temps, indigne de ses talents, et débarque dans cette petite unité pleine de colère, de suffisance et de mépris. Jean, formatée par ses professeurs incarne déjà ces médecins qui se prennent pour Dieu. Mais, face aux méthodes peu conventionnelles du docteur Karma, ses convictions vacillent....
Ce livre a un petit côté manichéen et une fin un peu trop rocambolesque à mon goût. Il ne se lit pas nécessairement pour ses qualités littéraires. Mais la trame n'est qu'un prétexte pour faire résonner un choeur de femmes dans le coeur de son intimité. de témoignages en états d'âmes, ces portraits de femmes transpirent de sincérité, de souffrance, d'humilité, d'espérance, et plus encore. de multiples sujets y sont abordés comme la sexualité, l'IVG, la contraception, l'intersexuation. Ce livre évoque aussi les relations entre médecins, et dénonce certaines pratiques médicales. Au delà de cet aspect, la relation médecin-patient est particulièrement mise à l'honneur, une relation basée sur l'écoute, sans jugement et dans le respect de la dignité du patient... une relation qui a tendance à se perdre. Ha! Évidemment, on aimerait rencontrer beaucoup plus de docteur Karma.
Même si j'ai trouvé que ce livre versait un peu trop dans la caricature, il n'en demeure pas moins un petit condensé d'humanité et de tolérance qui se lit agréablement et très vite malgré ces 600 et quelques pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
ladesiderienne
13 mai 2013
★★★★★
★★★★★
Je pense qu'aucune femme ne peut rester insensible à ce magnifique roman de Martin Winckler car il a su traiter un sujet plutôt tabou (particulièrement chez les hommes) : les problèmes gynécologiques qu'elles rencontrent dans leur vie, et surtout la façon dont elles les ressentent, les expriment et la perception de ceux-ci par le corps médical.
C'est un livre plein d'enseignements, écrit pour que dans tous les cas, la dignité de la femme soit respectée et que le pouvoir de décision, en ce qui concerne les soins à pratiquer, soit partagé entre le soignant et sa patiente. Parmi tous les sujets évoqués, l'auteur soulève notamment celui de l'intersexualité ainsi que celui des rapports de séduction (plutôt malsains) pratiqués entre l'industrie pharmaceutique et les praticiens.
Les deux personnages principaux sont formidablement attachants. Franz Karma est le gynécologue dont toutes les femmes rêvent. Quand à son alter ego, Jean Atwood, quelle belle évolution entre l'arrivée de la jeune interne arrogante et pleine d'ambition (qui tenait des propos si masculins que je me suis trompée sur son identité) et la fin où, enrichie par sa propre expérience, elle choisit de prêter désormais une oreille attentive au 'Choeur des femmes".
La construction du récit est très originale car chaque chapitre est une découverte. L'auteur change de narrateur, transcrit les réflexions intimes de ses personnages, nous soumet quelques chansons, des extraits d'ouvrages médicaux, des posts de sites internet. Comme dans une chorale, chacun vient y jouer sa partition. J'ai noté quand même parfois quelques longueurs qui ont gêné ma lecture en interrompant un peu le rythme.
Simplement, pour conclure, je vous avoue que lors de ma prochaine consultation gynécologique, j'aimerais montrer ce livre à mon médecin lorsqu'il me demandera de poser les pieds sur les étriers...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
rabanne
04 août 2016
★★★★★
★★★★★
Je ressors de cette lecture extrêmement émue... J'avais été particulièrement marquée par La maladie de Sachs, conseillé à l'époque par mon oncle généraliste. J'y ai retrouvé les états d'âme d'un médecin soucieux de "soigner", de comprendre et de respecter ses patient(e)s, ainsi que l'intimité étroite qui lie immédiatement le lecteur avec ces dernier(e)s.
Il s'agit ici de LA femme dans tous ses états. "Les monologues du vagin" dans une autre version : un chorus de femmes, des confessions très intimes, non pas faites sur l'oreiller ni sur un divan, mais dans un cabinet de consultation gynécologique !...
Sensibilisée depuis ma plus tendre enfance par l'univers médical, de par la profession de mes parents et autres membres de ma famille, j'ai toujours su intérieurement que jamais je ne suivrai (pourrai choisir) cette même voie. Parce que j'en avais trop entendu parler et ce que j'en avais perçu, justement, c'est la conviction que je ne saurais supporter la charge émotionnelle et psychologique d'une telle vocation.
Martin Winckler s'adresse à nous, les femmes, dans toute notre complexité, nos mystères, notre diversité, mais en filigrane il parle bien entendu aussi aux hommes (qui nous aiment, nous supportent). Il nous donne la voix, nous reconnaît, nous rend un vibrant hommage ! Sa médecine soigne les corps, écoute les âmes, soulage la douleur (physique comme psychologique), met des MOTS sur nos maux, respecte la personne, ne juge pas, c'est une médecine (simplement) humaine (!). Comment ne pas se retrouver dans certains parcours de vie, le nôtre ou celle de nos mères, soeurs, copines ? Comment ne pas éprouver le même ressentiment à propos de l'arrogance de certains généralistes ou "spécialistes", à l'éthique douteuse, à la violence morale, verbale, voire physique ("bouchers", "nazis", sic)... ?
Que ce roman ne parle pas à la majorité, notamment des hommes, par sa longueur, sa spécificité "féminine" et sa structure narrative particulière (récit entrecoupé de poèmes ou refrains, de best-of de ce qui est dit en consultation - que j'ai trouvé savoureux pour ma part - entre autres), je peux le comprendre aisément. Les cinq étoiles reflètent mon appréciation de cette lecture, sachant qu'elle n'est pas évidente à recommander si l'on ne connaît pas du tout l'auteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
LiliGalipette
23 mars 2014
★★★★★
★★★★★
Jean Atwood est une jeune interne en médecine talentueuse. Major de sa promotion, elle se destine à la chirurgie gynécologique. Mais pour valider le dernier semestre de sa cinquième année, elle doit rejoindre le service de la médecine des femmes. Ce centre de médecine générale est dirigé par le Dr Franz Karma qui jouit d'une excellente réputation. Pourtant, le courant ne passe pas entre Atwood et Karma. Et la jeune femme ne supporte pas d'assister aux consultations, estimant perdre son temps avec des femmes qui ne connaissent rien à la gynécologie. « Comme si j'y connaissais quelque chose, moi qui ne sait pas ce qui se passe dans le mien, à ce qui se passe dans leur corps. » (p. 49) Karma lui propose un marché : elle sera à l'essai pendant une semaine. « Ne jugez pas les femmes. Écoutez-les. » (p. 69) Une semaine durant laquelle elle pourra émettre toutes les critiques qu'elle souhaite, sans obligation de prolonger son séjour à la médecine des femmes, mais avec la certitude que son semestre sera validé. Commence alors une série de jours décisifs pour Jean qui, outre la capacité à écouter ses patientes, va apprendre à s'écouter elle-même. « Si tu n'aimes pas soigner, tu te feras chier… » (p. 230)
Je n'ai pas aimé ce roman. Inutile d'y aller par quatre chemins pour le dire. L'ambitieuse et arrogante Jean Atwood m'a été immédiatement antipathique et le processus très artificiel utilisé par l'auteur pour la rendre touchante n'a pas fonctionné avec moi. Sortir un passé douloureux, une vie amoureuse houleuse et un corps difficile à assumer sont des ficelles trop énormes et font basculer sans élégance le personnage de garce sans coeur à victime pitoyable. Ça ne prend pas avec moi, d'autant plus qu'il est couru d'avance que la grande gueule va se révéler sensible et dévoiler un coeur d'or. Bla bla bla… Et comment supporter les longues introspections du personnage qui ne sont que des récriminations furibondes égrenées en chapelets haineux et vindicatifs ? Un cri du coeur ? Mouais…
Je passe à la forme du récit. Outre l'expérience de Jean Atwood et ses pensées, on lit le récit des femmes qui entrent dans le bureau du Dr Karma. C'est tout à fait indigeste et n'est qu'une compilation de stéréotypes féminins. On croise la camionneuse sexy, la cougar amoureuse, l'adolescente qui veut prendre la pilule en cachette, la nymphomane, la femme battue, la mère pondeuse, etc. Aucune subtilité dans ces portraits qui figent des images de femmes telles que l'auteur les voit, sans finesse, ni profondeur. Quant à parler de choeur, j'évoquerai plutôt une assemblée tonitruante et vociférante. Aucune harmonie ne se dégage des différents témoignages de femmes, rien ne tend vers une féminité universelle, encore moins vers une féminité apaisée.
Je passe sur la fin qui est l'exemple ultime du grand n'importe quoi. Entre secrets familiaux et recherches scientifiques, les coïncidences pleuvent et noient le lecteur dans un grand bol de clichés et de pathos aromatisé à l'eau de rose. Pas émue pour deux sous, j'avais envie d'éclater de rire à chaque nouvelle révélation, pour une fois impatiente de savoir quelle autre bêtise (je reste polie) l'auteur allait ajouter à l'équilibre déjà précaire de ce roman bien indigeste.
Finalement, qu'essaie de dire ce texte ? Peut-être qu'il y a autant de médecines qu'il y a de femmes et que le médecin doit comprendre sa patiente au lieu de débiter ses connaissances. Voilà une évidence qui enfonce bien des portes et qui ne méritait pas un tel pavé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          309
Citations & extraits (167) Voir plus Ajouter une citation
Cricri124Cricri12420 mars 2017
Soigner, c’est autre chose que jouer au docteur.
Commenter  J’apprécie          200
LisengeLisenge19 mars 2017
- Qui donc es-tu pour affirmer que ce patient ne dit pas la vérité ?
- Soigner, c'est autre chose que jouer au docteur.
- Tu ne sauveras peut-être jamais personne. Mais tu peux soulager et soigner presque tout le monde. Choisis.
Commenter  J’apprécie          40
canelcanel01 janvier 2013
Aujourd'hui, pourtant, lorsqu'elles sont enceintes ou ne désirent pas l'être, lorsqu'elle veulent pratiquer un dépistage du cancer du col ou faire soigner un symptôme gynécologique, les femmes sont encore systématiquement contraintes de s'allonger sur le dos, cuisses écartées, sexe exposé, dans une position humiliante imposée par les médecins sans aucune nécessité médicale.
La posture dite "à l'anglaise" (sur le côté, ou "en décubitus latéral") permet tous les gestes gynécologiques courants ; elle permet également de procéder à des accouchements en toute sécurité, si la femme le désire ; dans de nombreux pays du monde, c'est dans cette position que les femmes sont examinées, soignées ou accouchées. Et dans cette même position, elles peuvent choisir de voir, ou non, ce que les médecins leur font.
Nous exigeons que les médecins français proposent à toutes leurs patientes d'adopter, si elles le désirent, le décubitus latéral, en lieu et place de la position gynécologique machiste et archaïque qui leur est encore imposée en ce début de XXIe siècle.
(p. 458-459)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
canelcanel29 décembre 2012
Je suis juste... une pute. Une pute de quatorze ans. Pourquoi ? Pouvez pas comprendre... Et si je vous le dis vous préviendrez les flics et là... Non, j'ai rien fait de mal. Enfin, si. Enfin, non. Moi, je voulais pas. J'ai jamais voulu. Mais je n'avais pas le choix. Quand ça a commencé, je ne comprenais pas ce qu'il faisait. J'avais dix ans. Je l'aimais bien. Il avait toujours été gentil avec moi. Il avait toujours vécu seul, et forcément, il était tout le temps fourré à la maison, parce que ma mère l'aime beaucoup, c'est normal, c'est son petit frère, son petit chéri, ils ont grandi ensemble, quand ils étaient gamins c'était vraiment pas marrant et toute petite déjà elle s'occupait de lui, alors elle a continué et pour nous c'était naturel qu'il soit toujours là (...) Et toutes petites, il nous gardait souvent ma soeur et moi quand mes parents sortaient avec des amis. Lui, il était gentil, il nous faisait à manger, il nous lisait des histoires. Alors la première fois... la première fois qu'il est venu dans ma chambre... (...)
Ca a duré longtemps. Quatre ans. Presque un tiers de ma vie quand j'y pense.
Il me disait qu'il ne fallait pas que j'en parle à ma mère, mais il n'avait pas besoin de me le dire. Je n'aurais pas pu lui en parler. J'avais trop peur qu'elle me traite encore de pute. Qu'elle me dise que j'étais une salope d'accuser ainsi son petit frère, son petit chéri, qu'elle élevait déjà quand elle était petite fille.
(p. 94-96)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
AproposdelivresAproposdelivres10 octobre 2014
Je me trouve dans un autre couloir, long de quelques mètres seulement, au bout duquel une seconde porte vitrée donne sur un escalier extérieur. Un rayon de soleil éclaire le lino. À ma droite, deux portes fermées. L’une est celle des toilettes. La seconde porte un panonceau disant : « La conseillère sera de retour à 10 heures. » À ma gauche se trouve un petit secrétariat, séparé du couloir par un comptoir surmonté d’un volet mobile. Le volet est ouvert, une femme d’une quarantaine d’années – sans doute la silhouette que j’ai aperçue par la vitre – pose son sac sur le comptoir, le fouille et en tire une petite carte verte, qu’elle tend à une femme en blouse blanche assise derrière le comptoir.
Derrière le secrétariat, j’aperçois, à travers la demi-cloison surmontée d’une vitre, une salle d’attente sans fenêtre. Elle est vide.
À mon entrée, les deux femmes tournent la tête.
La quadra me salue de la tête sans ouvrir la bouche.
– Bonjour, fait la secrétaire en levant un sourcil.
Elle semble avoir la trentaine, à peine. Ses cheveux noirs sont retenus par des couettes de chaque côté de sa tête. Elle porte des bagues à chaque doigt ou presque, de grandes boucles et plusieurs piercings aux oreilles, un autre au-dessus de l'œil, un maquillage outrancier et un horrible tatouage en forme de toile d’araignée dans le cou. Elle me fait irrésistiblement penser à un personnage de je ne sais plus quelle série télé.
– Bonjour… dis-je de ma voix la plus grave et la plus ferme. Je suis le docteur Atwood, interne en gynécologie obstétrique. Je dois prendre mes fonctions… Ici.
Elle me lance un drôle de regard, mâchouille un chewing-gum et dit :
– Ah. O.K. Moi, chuis Aline, la secrétaire. Le docteur Karma m’a prévenue que vous veniez aujourd’hui. Il ne va pas tarder. Je vous fais patienter un peu pendant que je m’occupe du dossier de cette dame ?
– D’accord…
Il fait chaud dans ce couloir. J’ôte mon imperméable.
– Il y a une penderie dans le bureau, dit la secrétaire en me désignant la pièce contiguë au secrétariat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : gynécologie cliniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Martin Winckler ?

Quel est le patronyme de Martin WINCKLER ?

Marc ZAFFRAN
Martin ZAFFRAN
Matthieu ZAFFRAN

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Martin WincklerCréer un quiz sur ce livre
. .