Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2021084205
Éditeur : Editions du Seuil (2012)


Note moyenne : 3.19/5 (sur 36 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Ils ont dans les soixante ans à eux trois. Ben le pacifique est docteur en botanique et en marketing. Chon va de temps en temps en Afghanistan et Cie. pour se battre au sein de commandos spéciaux. Quant à O (nom de baptême Ophelia)... Blonde et bimbo, certes, mais aussi... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (23)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Coriolis, le 10 juin 2015

    Coriolis
    Ce rêve beuh
    C'est un nouveau monde en couleurs
    Une nouvelle vie
    Un paradis aux mille nuits sans sommeil
    Ce rêve beuh,
    Je n'y crois pas c'est merveilleux
    Un monde fabuleux est dans les cieux
    Et nous faisons ce rêve beuh à deux...
    Ouais enfin c'est à trois que rêvent nos héros sous le soleil de leur Californie natale...Moins combatifs que les trois mousquetaires et surtout moins énervants que la mielleuse Jasmine, son Aladdin d'opérette et leur génie de malheur, voici Ben, Chon et Ophélia dite O. ; trois amis qui se la coulent douce à Laguna Beach. Mais qui sont donc ces djeune's arborant un hâle de surfeur pro ? Présentation : Ben c'est un peu « the Brain » du trio, un Nicolas le jardinier, spécialiste de la culture hors-sol, qui n'a pas de problèmes dans sa plantation si vous voyez ce que je veux dire.Quant à O, c'est la caution féminine et sexy de la bande. Elle est jeune, belle, blonde et a du tempérament : le cauchemar de toute femme, quoi ! Accessoirement, elle adore faire enrager sa mère et en pince sérieusement pour Chon. Et comme on la comprend, la petite ! Chon, c'est le « warrior » par excellence ! Soldat engagé au Moyen-Orient, il est courageux, séduisant et fort. Tout en testostérone le bougre du genre « on frappe d'abord et on discute après »!
    Il faut savoir qu'à Laguna Beach, trois options s'offrent aux autochtones en mal de travail : 1- devenir un surfeur enherbé ou consommateur d'herbe (rien à voir avec les ruminants et autres bestioles aimant brouter). Hélas, cela ne paye pas beaucoup.
    2- traquer les surfeurs toujours enherbés ou leurs éventuels fournisseurs. Un job qui permet de boucler les fins de mois mais vous pouvez dire « adieu » au jacuzzi que vous comptiez faire installer sur votre terrasse car ça ne rapporte que des clopinettes.
    3- devenir le fournisseur préféré de ces surfeurs on ne peut plus enherbés et autres « planeurs » en manque de substances psychoactives...Et là, c'est le Jackpot assuré! Tu prospères...Youpla boum! T'es le roi du cannabis !
    Alors que dans Savages du même auteur, notre trio infernal faisait fortune grâce à un commerce des plus fumeux (c'est le cas de le dire !). Dans Cool, nous remontons à l'origine de leur épopée tretrahydrocannabinol-esque ou trafic de la beuh pour les nuls en chimie ! Il n'y a pas de fumette sans feu après tout ! Et quand je dis « nous remontons à l'origine »...Je ne mens pas...Sortez vos pattes d'eph et vos colliers de fleurs, nous partons dans le Laguna Beach version « peace and love and drugs et surtout and drugs ». Je plante le décor ! 1967 ! Jimi Hendrix et sa guitare redoutable sévissent sur les ondes tout comme The Doors ou encore The Velvet Underground. Et c'est sur ces riffs, ô combien efficaces, que les hippies prônent le partage, l'amour libre et la paix en consommant pétards, buvards et autres stupéfiants stupéfiants. Évidemment, nombreux sont ceux et celles à l'époque à être tentés de traficoter ici et là pour faire du fric ou à vouloir se lancer dans ce marché florissant dans le but de transformer le blé en herbe (dixit Colette). Même la police est fortement tentée de tremper dans les affaires : corruption quand tu nous tiens! Je ne cherche pas d'excuses à nos trois rois de la combine et je ne leur jetterai pas la première pierre, Pierre mais quand même ! Reconnaissez qu'ils n'ont fait que suivre les traces (et mêmes les rails) de leurs aînés finalement.
    Don Winslow livre ici un roman sur le trafic de stupéfiants diablement efficace. Cool est, en effet, doté d'une écriture acerbe et de dialogues savoureux (mention spéciale au personnage de O. et à sa répartie assassine). L'auteur pose, au-delà d'une apparente désinvolture dans le style, un regard critique sur les États-Unis. Il analyse avec pertinence et cynisme l'impact de la drogue sur les différentes strates de la société américaine.Vous l'aurez compris : la prudence est de mise devant cette stupéfiante lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par jeranjou, le 10 mars 2015

    jeranjou
    Allez ! Soyez COOL ! Vous reprendrez bien un peu de BOC…
    Pour ceux qui n'auraient pas lu « Savages » de Don Winslow ou vu le film adapté au cinéma par Oliver Stone , BOC est l'acronyme de la triplette gagnante : Ben l'intello botaniste, Ophelia la belle midinette, appelée « O » et Chon, la gâchette facile du trio et accessoirement membre des forces spéciales (Navy Seal).
    Comme a pu le faire Georges Lucas avec la prélogie « Star Wars », « Cool » est une suite de « Savages » dont l'histoire se déroule avant cet opus. En outre, pour le grand plaisir des amateurs de l'auteur dont je fais partie depuis quelques années, quelques héros issus d'autres romans font irruption dans le récit comme Bobby Z ou encore Frank Machianno, dit Frankie Machine, pour pimenter l'atmosphère.
    Pour résumer le roman sans dévoiler les clés de l'intrigue, Cool permet de comprendre comment le trio BOC s'est rencontré et comment Ben et Chon se sont lancés dans le business du cannabis haut de gamme. Et comme pour le premier opus « Savages », direction la Californie et plus précisément « Laguna Beach », afin de découvrir le paradis de la drogue, du sexe et de l'alCool à gogo. Coooooooooool !
    Cependant, Don Winslow ne se contente pas de réchauffer les plats avec son trio gagnant et nous propose de découvrir de nouveaux personnages faisant partie d'un groupe de hippies appelé « L'Association ».
    Sous la direction de » « Doc » Halliday, John Mc Alister, Stan, Diane et le reste de la tribu se retrouvent pour fumer de l'herbe et autres substances prohibées dans différents lieux de Laguna, notamment dans une grotte près de la plage où squatte une petite fillette nommée Kim avec sa mère. Mais pourquoi se focalise-t-on sur cette petite Kim ?
    Pour être honnête, je dois bien avouer que j'avais beaucoup de mal à comprendre le lien entre tous ces personnages et que je ne voyais pas bien l'utilité de complexifier le récit à ce point.
    Mais j'avais oublié un peu trop vite que j'avais affaire à une pointure du roman américain et que les pièces du puzzle éparpillées (1) un peu partout dans la première partie du roman allaient se recoller comme par magie dans la dernière ligne droite du récit.
    Finalement, dans un style toujours aussi percutant et déroutant, Winslow réussit parfaitement son coup et nous propose une suite pleine de rebondissements en mode préquelle (2). Toujours de la violence, évidemment des bonnes doses de cannabis et sans oublier quelques zestes de sexe...mais toujours à la cool !
    Bref de quoi passer un bon moment… sans atteindre bien évidemment la qualité du chef d'oeuvre de Don Winslow « La griffe du chien » !
    (1) Et pourtant j'ai déjà réalisé des puzzles de quatre ou six mille pièces…
    (2) Une suite qui précède façon Star Wars, dérivée du mot anglais prequel
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 31         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 20 octobre 2012

    carre
    Tout d'abord un grand merci aux Editions du Seuil et à mon site favori (quoi ? je fayote) pour cette spéciale Masse Critique.
    Cool la vie, Chon, O et Ben sont unis à la vie, à l 'amour, à la mort. Mais quand on navigue en eaux troubles, les idéaux sont sérieusement secoués par les emmerdes. En parallèle, les géniteurs de nos trois héros connaissent les mêmes problématiques. On ne fait pas d'un chien, un chat.
    Plongée vertigineuse dans le monde de la drogue, de l'argent facile et du sexe, Winslow en pleine forme, survitaminé le garçon, ça remue durablement, ça plonge le lecteur dans une sorte de transe absolument jubilatoire.
    Des dialogues savoureux, une écriture cinématographique sur un rythme éfréné, du pur bonheur. Les grincheux diront qu'il à fait mieux ("La griffe du chien"), n'empêche Winslow sait y faire et "Cool" prouve une fois encore le talent du bonhomme.
    Cerise sur le gâteau, hasard des sorties, Oliver Stone a eu la bonne idée d'adapter "Savage" le précédent Winslow avec nos trois héros et ça déménage aussi sec.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par michel.carlier15, le 01 novembre 2012

    michel.carlier15
    Après avoir lu et adoré "Satori" et "Savages" , j'aurais été jusqu'à vendre père et mère pour pouvoir lire "Cool" . Je n'ai eu heureusement pas à le faire puisque les éditions du Seuil nous l'ont gracieusement offert .
    Selon le principe de la préquelle , nous retrouvons nos héros de "Savages" , Ben , Chon et O (pour Ophelia ) , toujours mêlés au trafic de l'hydro , cannabis de première qualité , ce qui suscite forcément des convoitises , et accessoirement , du racket .
    Cela entraîne forcément quelques passages à tabac , quelques cadavres et des petits problèmes avec la DEA , agence gouvernementale chargée de lutter contre le trafic de stupéfiants .
    Mais on peut toujours trouver des arrangements , y compris avec la DEA . Avec les racketteurs et les trafiquants , c'est moins facile , mais il suffit d'être un peu plus malin qu'eux pour arrondir les angles . Et Ben et Chon ne sont pas dépourvus d'intelligence et d'énergie pour parvenir à leurs fins .
    Même si leurs méthodes sont différentes : Ben déteste le recours à la violence , Chon ne recule devant rien , y compris le tabassage et le meurtre .
    Derrière cette violence ( pas de "cool" nulle part , sauf au sein du trio ) , il y a une description acerbe de la société américaine , avec tous ses travers .
    La plume de Don Winslow , souvent trempée dans le vitriol ( le vécu de l'auteur ne doit pas y être étranger ) , donne des dialogues croustillants ( "Cool" en est truffé ) et une vision assez personnelle de la culture pop . On est vraiment loin de la philosophie "love and peace" , mais plutôt dans un trip "drugs , violence and murder" .
    J'ai entendu dire que "la griffe du chien" était le meilleur livre de Don Winslow , bien meilleur que "Cool" . Cela donne envie d'aller voir de plus près ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 20         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Bibliolibra, le 01 novembre 2012

    Bibliolibra
    L'histoire est cool.
    Les personnages sont cools
    Le narrateur est cool.
    La couverture est cool.
    Et je peux aller loin comme ça...
    Au cours des premières pages je me suis dit que Don et moi n'étions pas faits pour être amis (auteur/lecteur hein...), puis... Un déclic? Une étincelle? Un éternuement? Quelque chose s'est produit et j'ai finalement fini par apprécié sa lecture.
    En prenant un peu de recul, on peut dire qu'il y a un sacré potentiel dans son écriture. Certes, il y a la trame de l'histoire qui tourne autour de la drogue et de la vie de la jeunesse Baba-cool des années soixante et de la jeunesse d'aujourd'hui. Cependant, on sent une culture largement maîtrisée des époques avec lesquelles l'auteur jongle, une maîtrise que les nombreuses références soulignent.
    Autre élément révélateur du potentiel de cet auteur: son style. Celui-ci dérange et peut paraître un peu trop Cool... A noter que maîtriser l'écriture «à la cool» n'est pas du ressort de tout le monde, ce qui fait montre d'un certain talent. Personnellement, il me serait difficile de reprendre un texte dans le même style.
    Après, l'intrigue, on aime ou on aime pas. Là c'est quitte ou double. de mon (humble?) avis, son travail sur le thème est très original, l'alternance de courts chapitres facilite l'imprégnation du récit et l'allège d'autant plus que le sujet aurait pu se révéler lourd à certains moments.
    A la base, ces thèmes là ne m'intéressaient pas plus que cela, mais pour le coup, j'ai bien aimé! Comme quoi l'ouverture d'esprit est primordiale quand on est «lecteek» (fan de lecture;-) comme moi!
    Une apparence Cool mais un fond et une forme réfléchis et travaillés.
    Beau travail!
    Un grand merci aux éditeurs et à Babélio.
    NB: Pour en savoir plus sur ce livre je vous invite à consulter le site des éditions Seuil

    Lien : http://www.seuil.com/livre-9782021084207.htm
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lexpress , le 16 avril 2013
    Avec Cool, le maître américain retrouve les héros sexy de Savages, lestés cette fois d'un lourd passé. Une épopée pop et sombre sur fond de surf et de trahisons.
    Lire la critique sur le site : Lexpress

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par carre, le 15 octobre 2012

    Dennis voit son visage veillir, ses cheveux se clairsemer, son ventre s'avachir. Sait que ses réflexes sont un peu plus lents et sa mémoire moins performante, qu'il a désormais plus de pages de calendrier derrière lui que devant.

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la citation

  • Par carre, le 16 octobre 2012

    Quel est le point commun entre les éléments de la liste suivante ?
    (a) Sonny Corleone
    (b) Bonny et Clyde
    (c) Filipo Sanchez
    La réponse est : Ils n'auraient jamais dû monter dans une putain de bagnole.

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la citation

  • Par carre, le 13 octobre 2012

    O est quasiment sûre que la chaine National Géographic va procéder à des fouilles archéologiques sur sa mère avec pour ambition de tenter-en pure perte-de découvrir une seule et unique partie survivante de son corps originel.

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par myrtille81, le 16 octobre 2012

    Ronald Reagan, Bush premier vendant de la cocaïne pour financer les terroristes, une guerre pour protéger l'essence à bas prix, bill Clinton et le réalpolitik avec du foutre sur les robes pendant que des fanatiques fouf furieux complottaient et Bush second avec ses manipulateurs, lui le gamin toujours membre de sa fraternité étudiante aux ordres de vieux malfaisants aprèsquoi tu allumes un matin ta télé et voilà les tours qui s'effondrent la guerre est entrée chez nous.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par myrtille81, le 10 octobre 2012

    Triste vérité de l'existence...
    Les gens intelligents deviennent parfois stupides, mais les gens stupides ne deviennent jamais intelligents.
    Jamais.

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
15,00 € (neuf)
9,67 € (occasion)

   

Faire découvrir Cool par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz