Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2845634609
Éditeur : Xo Editions (2010)


Note moyenne : 3.72/5 (sur 365 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Oksa Pollock, 13 ans, pensait être comme tout le monde, mais ce soir tout a changé…

Un peu angoissée par la rentrée dans son nouveau collège, Oksa déclenche tout à coup des phénomènes étranges dans sa chambre. Un coin de son bureau prend feu, ses cartons... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (102)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par karasu-chan, le 05 octobre 2013

    karasu-chan
    Ayant entendu parlé de la Pollockmania, j'ai fini par melaisser tenter par le premier tome.
    Et bien que j'ai terminé assez vite ce premier tome, c'est un bilan mitigé que je fais.Alors oui l'univers est intéressant avec cette idée d'un monde caché, Edefia vivant en harmonie avec la nature, les créatures sont assez amusantes etles personnagesne sont pas creux mais ils manquent parfois d'épaisseur (pour moi un personnage excentrique doit quand même posséder d'autres traits de caractères pour m'intéresser un minimum). L'héroïne Oksa est intéressante mais alterne moments de puérilité et maturité. Quant à ses adversaires, hé bien ils ne sont pas très impressionnants malgré (à cause ?) de l'attente qui est créé autour d'eux par les récits de la grand-mère d'Oksa sur les terribles ravages qu'ils ont provoqué à Edéfia.
    De même, j'étais finalement plus intéressant par ce qu'il s'était passé en Edéfia que par les "aventures" d'Oksa au collège : c'est finalement quand elle est chez elle et apprend à maîtriser ses pouvoirs et pas ses mises en application au collège qui m'intéressait
    Bref le premier tome a des hauts et des bas: les aventures d'Oksa ne sont pas à la hauteur de ce que j'attendais comparé aux aventures que sa grand-mère a déjà vécu et les affrontements de la petite Gracieuse avec l'ancien ennemi fait pâle figure face à la guerre qu'a connue la "vieille Gracieuse".
    Je lirai sans doute les tomes suivants en espérant que l'intrigue s'étoffe et prenne de plus grande proportions car à défaut de me charmer, ce premier tome m'a intrigué. J'attend donc avec une certaine impatience de tomber sur le tome où Oksa parviendra à rallier à Edéfia ou au moins reprend contact avant de me faire une idée définitive sur la série
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 14         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Asuna, le 03 février 2013

    Asuna
    Ce roman me faisait de l'oeil depuis quelques temps déjà, et c'est avec curiosité et impatience que j'ai entamé ma lecture. Et je dois dire que j'en ressors assez mitigée. Que ce soit au niveau de l'histoire, des personnages, du monde crée par les auteurs,... il y a des choses que je trouve intéressantes, et d'autres non, voire même à la limite absurdes. Un peu comme si on avait rajouté des choses pour donner de la consistance. de plus, on ne peut pas vraiment parler d'action ni d'intrigue à proprement parlé dans ce tome : c'est un tome d'introduction, qui de ce fait présente l'univers du livre, les personnages, l'histoire, tout ça quoi. Et 619 pages de présentation, c'est long. Très long. Les 2 premiers tiers du livre sont vraiment lents. "L'histoire" ne démarre réellement qu'à la centième page environ. Et encore, je trouve que les choses intéressantes sont réparties de manière assez espacée : un récit haletant, relativement riche en suspense, cède la place à un récit lent et long, et ce environ 3/4 fois dans le livre. Ce qui fait que pour ma part, ma curiosité et mon intérêt n'ont pas forcément été nourris tout du long. Seul le dernier tiers est vraiment riche en révélations et rebondissements. Trop malheureusement. Trop d'infos nous sont données dans cette dernière partie pour que tout soit assimilé et apprécié à sa juste valeur.

    L'histoire tout d'abord. La trame de base est somme toute assez classique : des méchants qui veulent conquérir le monde, une Élue qui est la seule à pouvoir sauver ce monde, qui se découvre des pouvoirs... Ceci dit, il y a quand même des idées intéressantes et originales. Par exemple, les "origines" slaves des protagonistes, même si ça n'a peut-être pas été assez exploité. Ça donne en tout cas une touche originale.
    Certaines espèces animales ou végétales d'Édéfia sont également originales et intéressantes (je pense notamment au curbita-peto, aux Foldingots, à la Goranov (j'ai eu un gros coup de coeur pour cette plante si particulière !). Mais je trouve par contre que le nom de certaines aptitudes/termes spécifiques inventés par les auteurs manquent cruellement de subtilité (caméroeil, rêvoler, Crache-Granoks, Du-Dedans, Du-Dehors,...). Concernant les granoks et la Crache-Granoks justement, j'ai eu également beaucoup de mal avec cet objet. Je n'ai pas bien réussi à m'en faire une représentation, ni à savoir ce que c'était exactement (une sorte de baguette magique ? de sarbacane ?), ni à comprendre son fonctionnement (alors vous me direz, ouais enfin c'est un truc inventé. Oui, ok, mais perso, j'aime bien quand l'auteur (les en l'occurrence) pousse un peu plus loin que juste balancer un truc comme ça. À voir par la suite si c'est approfondi.
    Comme je vous le disais, la dernière partie est très riche en révélations concernant le monde d'Édéfia. C'est vraiment cette partie qui a éveillé de l'intérêt en moi et m'a donné envie de poursuivre. J'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur ce monde, parce qu'au début ça faisait un peu "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Notre monde c'est le plus beau et le plus mieux de tous les mondes"... Bref, vous voyez. Néanmoins, dans cette dernière partie donc, les infos sont nombreuses et intéressantes. On apprend que le peuple d'Édéfia est un peuple à l'écoute de la nature et respectueux de la vie ; on en apprend sur son Histoire, son fonctionnement,... J'ai particulièrement aimé le passage sur la source chantante et celui dans lequel Abakoum raconte sa naissance. J'ai trouvé ces 2 passages très poétiques, très beaux, et extrêmement bien décrits.

    Et je n'ai également pas pu m'empêcher de faire de nombreux rapprochements une fois encore avec HP. Oui je sais, c'est pas bien. Mais c'est comme ça. *Les foldingots déjà, vous avouerez qu'ils ont une énooooooorme ressemblance avec les elfes de maison (physiquement déjà, mais aussi leur rôle, c'est quand même un peu les boniches quoi). Ensuite bon, le pays, ça ok c'est ptet un peu tiré par les cheveux. Mais quand même La Crache-Granoks/baguette...* Et d'autres encore, mais bien évidemment j'ai oublié de prendre des notes en pensant que ça me resterait en mémoire. Perdu

    Les personnages sont nombreux, mais je les ai trouvés tous assez fades et "uniformes". Ils manquent de personnalité, de particularité.
    Je n'ai pas spécialement accroché avec Oksa, qui est une gamine de 13 impétueuse, et comme beaucoup d'héroïnes de romans dits jeunesse, extrêmement sûre d'elle. Et en même temps très immature (mais bon, d'un autre côté, elle a 13 ans quoi). Et il va de soi qu'elle arrive à faire des choses pour lesquelles il faut - normalement - des mois d'apprentissage.
    Dragomira, la grand-mère, m'a fait penser au début à la mère de Castle, pour ceux qui connaissent : exubérante, charismatique. Mais la "Baba Pollock" n'a fait que baisser dans mon estime au fur et à mesure que les pages défilaient. Elle se révèle totalement à l'opposé de l'image que je me faisais d'elle, et je trouve ses réactions disproportionnées et totalement inadaptées.
    D'ailleurs en y réfléchissant, je trouve de manière générale que les personnages ont des réactions souvent en désaccord avec le perso qu'ils incarnent, qu'ils sont assez immatures.

    Enfin, le style d'écriture est assez agréable, même si j'ai parfois eu du mal à savoir de quel personnage il était question, puisque le point de vue est omniscient. Ceci dit, encore une fois, la dernière partie est vraiment riche dans le style d'écriture également.

    En résumé, de manière globale, je n'ai pas autant apprécié que j'aurai aimé. Il y a de bonnes idées, mais aussi beaucoup de "comme par hasard". La dernière partie relève heureusement bien le niveau et de ce fait l'intérêt. Je lirai la suite pour voir ce que ça donne, parce que niveau action c'est assez plat dans ce 1er tome.

    Lien : http://asuna.eklablog.com/oksa-pollock-t1-l-inesperee-a65554661
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Yumiko, le 03 mars 2012

    Yumiko
    Dans ce livre nous découvrons Oksa Pollock. Cette jeune fille au caractère bien trempé ne garde jamais sa langue dans sa poche et dit tout haut ce que les autres pensent généralement tout bas, ce qui amène bien des ennuis et des situations plutôt cocasses (pour notre plus grand plaisir d'ailleurs).
    Un jour elle va découvrir qu'elle possède de drôles de dons. A partir de là, toute sa vie va basculer. de jeune fille ordinaire, elle va passer au rang de Gracieuse (souveraine) d'un pays dont elle ne connaissait même pas l'existence: Edéfia.
    Les révélations vont alors pleuvoir sur notre héroïne qui va découvrir qu'on lui cachait bien des choses dans sa famille. Colère, excitation, peur, joie, les émotions se succèdent alors que les secrets sont dévoilés au grand jour. Outre l'histoire de ce pays étrange, elle rencontre différentes créatures le peuplant (bonnes comme mauvaises), découvre les armes qui y sont créées, les dons qu'elle possède, etc.
    Niveau créature, j'ai eu un vrai coup de coeur pour les Foldingots, fidèles serviteurs au langage si particulier et tellement drôle.Voici deux exemples de leurs phrases saugrenues.
    Heureusement pour elle, son ami d'enfance, Gus, va l'aider à garder la tête sur les épaules et la sauver de bien des mauvais pas! Car l'ennemi rôde et il n'est pas toujours celui qu'on croit…
    Ce premier tome est dense et très riche en découvertes, ce qui rend la lecture parfois ardue vu le nombre d'informations qui nous sont transmises. Il prend le temps de poser le cadre et présenter les personnages, leur carctère, leurs secrets, ce qui nous fait plonger dans cet univers et dans cette famille.
    L'histoire change régulièrement de point de vue, nous permettant de découvrir les sentiments et les impressions des différents personnages. Ainsi nous tremblons, rions, pleurons, avec eux et cette intimité que nous partageons nous les rend très attachants.
    Les auteurs dépeignent un univers magique sublime à l'aide d'une narration parfaite, ce qui donne envie de découvrir la suite des aventures d'Oksa et de plonger encore plus dans la vie des Sauve-Qui-Peut.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Tiboux, le 16 août 2012

    Tiboux
    Oksa Pollock est une saga qui me tente depuis tellement longtemps. Cela fait un bien fou de pouvoir enfin la découvrir... et se rendre compte que c'était plus qu'une belle découverte. A vrai dire, je suis entièrement sous le charme. Il me tarde de plonger dans le tome 2.
    Dès le début de ma lecture, il faut que j'avoue une chose. Bizarrement - ou pas - j'ai eu une pensée pour Fablehaven ainsi que Strom. Je ne sais pas ce qu'il en est chez vous. Mais chez moi, ce sont deux séries que je qualifie d'aventures fantastiques. A chaque fois, j'ai été plongé dans des univers à caractère un peu magiques. Je ne parle pas de pouvoirs mais d'une ambiance. Dans notre société, nous n'avons pas de créatures, ni de capacités exceptionnelles, nous sommes humains, normaux en somme. Dans mes escapades, j'ai eu le plaisir de m'évader, de voyager là où le rêve est permis, libre en quelque sorte. Difficile de l'expliquer avec des mots.
    Ce qui caractérise pour moi ces univers, c'est que nous sommes en présence de pré-ado voire adolescents. Ils vivent normalement jusqu'au jour où des secrets se dévoilent. C'est le cas dans Fablehaven ainsi que dans Strom. Ces jeunes gens découvrent ce que jamais ils n'auraient soupçonné. Avec Oksa Pollock, c'est la même chose. Ayant complètement adoré les deux séries citées, il était plus qu'évident que celle-ci me correspondrait. Ce fut le cas, et je me rends compte que ces aventures fantastiques sont tout ce que j'affectionne. Elles m'apportent du rêve, de l'évasion, une tranquillité d'esprit... un vrai plaisir de lecture tout simplement.
    Un petit peu avant ses 13 ans, Oksa découvre des changements quelque peu spectaculaire chez elle. Et la cerise sur le gâteau, un secret de famille éclate au grand jour. Beaucoup de bouleversements s'opèrent dans le quotidien de la jeune fille. Ceci offrant de belles péripéties pour le lecteur. En tout cas, ce fut le cas pour moi. Une histoire que j'ai littéralement dévoré ainsi qu'adoré bien entendu. L'un ne va pas sans l'autre chez moi. J'aime être transportée dans un monde aussi riche, et tellement bien amené. Cela est une réelle source d'évasion, très très bon pour laisser vagabonder l'imagination. Ce qui faut pour se détendre, et passer un merveilleux moment de lecture. Aussi, idéal pour déconnecter du quotidien.
    Dans ce premier tome, j'ai beau cherché, je ne lui trouve AUCUN DÉFAUT. Anne Plichota ainsi que Cendrine Wolf offrent un univers richissime à mes yeux. D'une part, il y a les personnages qui ont beaucoup de profondeur. C'est si facile de s'attacher à eux. J'éprouve beaucoup d'affection pour Oksa. C'est une petit fo-folle qui ne réfléchit pas avant d'agir. Elle est spontanée, entière, une bonne vivante en somme. Par ailleurs, je ne peux pas résister à Gus, son meilleur ami. Il est tout le contraire de la demoiselle. du coup, ils forment un super duo, se complètent à la perfection. La photo ci-contre (à gauche) vous montre le binôme. J'aime beaucoup cette illustration, elle est magnifique. Ils sont représentés à merveille.
    De plus, l'aspect magique du livre est une source contre l'ennui. Entre les capacités exceptionnelles de certains protagonistes, sans oublier les diverses créatures, le récit est dynamique. C'est une chouette aventure. Rien qu'en préparant cette chronique, je me languis de plonger dans le second tome pour retrouver l'ambiance. Sincèrement, il me tarde... Les autres tomes promettent de belles choses. J'ai hâte de voir l'évolution de l'intrigue principale, suivre la jeune Oksa. Savoir s'ils vont parvenir à leur objectif, et si oui dans quelles circonstances. Je ne ressors pas frustrée de cette lecture, mais plutôt impatiente de connaître la suite.
    Mention pour les Foldingots que j'adore ! Je vous glisse une petite illustration trouvée sur Babelio afin que vous puissiez les apercevoir. Ce sont les êtres qui sont aux extrémités. Ils ont une façon de s'exprimer tout à fait étonnante. Personnellement, je suis fan car cela ajoute un peu de fantaisie au récit. Certaines créatures sont amusantes soit par leur comportement ou par leur façon de parler. Divertissant à souhait !
    Les romancières ont apporté de bonnes bases pour un premier volet. L'intrigue est correctement posée... L'avancée dans le récit est progressive, sachez-le. Tout comme les personnages, les questions se bousculent, les rebondissement animent les situations. Parfois, dramatique, parfois joyeuse. L'Inespérée se termine sur une note intrigante et positive. Je suppose qu'il y aura forcément des conséquences. Je me languis de les découvrir. En effet, dans cette aventure, il y a une opposition du bien au mal, donc des gentils contre les méchants. Un thème assez classique, me direz-vous mais qui ne prend pas de rides et n'en prendra pas au fil du temps. Enfin, je l'espère. Un bouquin qui me conforte dans ma bulle livresque. J'y suis tellement bien, que je ne suis pas prête de la quitter.
    Je recommande ce roman à tous les personnes qui sont fan des séries telles que Fablehaven ou Strom. Ce sont des bouquins qui ont un fond commun par leurs aventures fantastiques. Oui, cela peut être trop jeunesse pour certains. Si vous n'avez pas accroché aux sagas ci-dessus, passez votre chemin. de toute façon, leur moyen de se forger un avis, est de tenter l'expérience, au moins le premier tome.
    Avant de vous laisser avec une citation, je souhaite rendre un petit hommage à Laura Csajagi pour son travail. J'adore toutes ces créations concernant Oksa. C'est magnifique tout simplement. Cliquez sur son nom pour accéder directement à sa fanpage facebook. Ainsi, vous découvrirez ses magnifiques illustrations.

    Lien : http://bookmetiboux.blogspot.fr/2012/08/chronique-oksa-pollock-tome-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par deslivres, le 22 septembre 2014

    deslivres
    Une histoire accrocheuse. L'héroïne Oska Pollock, une collégienne de 13 ans dynamique en adéquation avec son époque, un brun insolente, mène une vie heureuse entourée d'une famille excentrique et de son ami Gus.
    Ça vie basculera le jour ou elle s’aperçoit qu'elle peut faire des choses extraordinaires, et la marque qui apparait sur son ventre, ainsi que les confidences de sa famille, lui fera prendre conscience de son importance.
    La famille d'Oska vient de la planète Edéfia , expulsée de chez eux depuis très longtemps, ils avaient perdus presque tout espoir de retourner chez eux, sauf que les récents événements feraient penser qu 'Oska serait " l’inespérée" et qu'elle pourrait retrouver leur terre natale.

    Un récit bien construit, avec des protagonistes qui sont amenés à évoluer. L’écriture est simple, moderne, Oska Pollock est un livre magique oui mais, l’interprétation de la magie est représentée avec un vocabulaire mal choisi, trop simple, ce qui discrédite énormément le livre
    Employer le mot " Sauve-Qui-Peut" pour les personnes ayant fuient Edéfia,
    Les Du-Dehors pour les personnes vivant en dehors d'Edifia
    Les Du-Dedans pour les personnes vivant à Edifia

    "-Edefia? Je n'en ai jamais entendu parler! C'est ou?
    -Edefia est notre pays, répondit Dragomira. Un pays qui se trouve quelque part sur Terre et qui pourtant n'est recensé nulle part.
    -Attends Baba....Un monde parallèle ? C’est-ce que tu veux dire ? s'exclama Oksa, abasourdie et fasciné à la fois.
    Léomida et Abakoum sourient
    -Oui et non, répondit Dragomira en cherchant ses mots. C'est une Terre protégée par un manteau de lumière qui la rend invisible aux yeux des Du-Dehors.
    -Les Du-Dehors ? L’arrêta aussitôt Oska.
    -Les Du-Dehors, en opposition aux Du-Dedans, sont tous ceux qui vivent en dehors d'Edéfia. ...."
    Le verbe " Volticaler" pour une personne qui sait voler.
    Tout cela ne fait pas sérieux, et pour moi la magie c'est du sérieux . Cela dévalorise énormément le livre, et lui donne un coté comique ( peut-être recherché ? )
    Même si l'histoire à du potentiel, pour moi, les auteurs n'ont pas su trouver un langage magique approprié.
    La Pollockmania se fera sans moi dommage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • Sceneario , le 02 décembre 2013
    Les amateurs apprécieront de retrouver leur héroïne dans cette adaptation et les autres de découvrir une bonne et belle histoire.
    Lire la critique sur le site : Sceneario
  • LeFigaro , le 07 novembre 2012
    Une écriture limpide mais soignée qui donne à cette saga addictive de sérieux atouts pour s'imposer comme un classique.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro

> voir toutes (24)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par deslivres, le 14 septembre 2014

    — Salut P'pa ! Salut M'man !
    Marie et Pavel Pollock étaient assis à la table de la cuisine, sobre et fonctionnelle. En entendant leur fille, ils levèrent en même temps le nez de leur tasse de thé fumant et demeurèrent bouche bée.
    — Oui, je sais, soupira Oksa. Je suis méconnaissable...
    — Ben... à part ta p'tite tête, effectivement ! dit son père en la dévisageant avec curiosité. J'ai du mal à croire qu'il s'agit de l'intrépide ninja que je connais. Mais je dois dire que ce changement de style est... charmant. Radical, mais charmant.
    — Ça, pour être radical, c'est radical... marmonna Oksa.
    Ses parents laissèrent échapper un rire en voyant sa mine dépitée. Elle tenta de leur lancer un regard qui se voulait lourd de reproches et leur répliqua d'un ton vif :
    — Ma vie vient de basculer et ça vous fait rire ? Non, mais vous avez vu de quoi j'ai l'air !
    — D'une authentique collégienne anglaise ! répondit sa mère d'un ton léger en reprenant une gorgée de thé. Et ça te va plutôt bien, je trouve !
    Sceptique, Oksa s'observa une nouvelle fois en grognant. Qui aurait pu penser qu'un jour elle serait capable de se montrer en public avec une jupe plissée, une chemise blanche et une veste blazer bleu marine ? Pas elle, en tout cas...
    — Si on m'avait prévenue que je devrais porter un uniforme pour aller en cours, j'aurais refusé de venir en Angleterre, marmotta-t-elle en desserrant rageusement la cravate marine et bordeaux aux couleurs de son futur collège.
    — Oh, s'il te plaît, Oksa... soupira sa mère en la contemplant de ses jolis yeux noisette. C'est juste pour les cours ! En dehors, tu peux mettre tes jeans et tes grosses baskets autant que tu veux !
    — Bon, d'accord, d'accord ! capitula Oksa, les deux mains levées. Je n'en parlerai plus... Mais je n'oublierai jamais que vous m'avez sacrifiée sur l'autel de votre carrière. Et de la part de parents qui disent aimer leur fille unique, c'est pas joli-joli... Vous ne viendrez pas vous plaindre si j'ai de graves séquelles psychologiques.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par justineevaleo, le 18 avril 2013

    Dès que la porte s'ouvrit, le Foldingot se planta devant eux et se courba dans une révérence grotesque - mais sincère -, faisant des moulinets avec ses longs bras et inclinant son corps potelé.
    - Oh, petite-fille et fils de ma Gracieuse, votre présence dans cette masure est la bienvenue !
    - Masure ? s'étonna Oksa.
    - Tu sais, Oksa, intervient son père, les Foldingots lisent absolument tout ce qui leur passe sous les yeux : le journal, le dictionnaire et les livres de Dragomira, bien sûr. Mais aussi les consignes sur les flacons d'entretien, la composition des aliments, les étiquettes sur les vêtements, rien ne leur échappe. Ce sont des lecteurs compulsifs qui font un usage assez particulier des mots qu'ils rencontrent ! Notre ami Foldingot a dû lire ce mot, il lui a plu et maintenant, il l'utilise. De façon un peu saugrenue, certes, mais les Foldingots sont des êtres saugrenus ! expliqua Pavel.
    - Oh, fils de ma Gracieuse, vous êtes tellement magnanime ! s'exclama la créature, visiblement folle de joie d'être ainsi qualifiée. Le fils de ma Gracieuse attribue une louange qui engloutit mon cœur dans la délectation !
    - Tu vois ce que je veux dire ? dit Pavel à sa fille en lui faisant un clin d’œil.
    - J'a-do-re ! murmura Oksa en articulant exagérément.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Ewiline, le 21 mai 2011

    - mais je fait la proposition de se délecter de filets de poisson et de petits pois à proximité de treize heures. Ah ! le lave-vaisselle a fait sa sonnerie, le préparation est aboutie !
    - La lave-vaisselle ? s'étonna Oksa.
    Tout le monde se tourna pour suivre des yeux la petite créature rebondie qui ouvrait le lave-vaisselle pour en sortir une boîte en plastique. Le Foldinguot ouvrit le récipient et un nuage de vapeur s'en échappa - ainsi qu'un délicieux parfum de poisson !
    - Ne me dit pas que tu as cuit le poisson et les petits pois DANS le lave-vaisselle ! s'exclama Oksa.
    - Jeune Gracieuse, le lave-vaisselle entraîne à la perfection des cuissons à l'étuvée, la certitude est savoureuse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Ugoruo, le 08 novembre 2013

    -Oh petite-fille et fils de ma Gracieuse ,votre présence dans cette masure est la bienvenue !
    -masure ?s'étonna Oksa .
    -Tu sais ,Oksa intervint son père, les Foldingots lisent absolument tout ce qui leur passe sous les yeux : le journal , le dictionnaire et les livres de Dragomira ,bien sûr . Mais aussi les consignes sur les flacons de produits d'entretien , la composition des aliments , les étiquettes sur les vêtements , rien ne leur échappe .Ce sont des lecteurs compulsifs qui font un usage assez particulier des mots qu ils rencontrent ! Notre ami Foldingot a dû lire ce mot , il lui a plus et maintenant il l'utilise . De façon un peu saugrenue , certes , mais les Foldingots sont des êtres saugrenus ! expliqua Pavel .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par nekomusume, le 10 octobre 2012

    - Aahh, ma petite Oksa... Je vais te confier un secret que peu de gens connaissent.

    - Un de tes parents était un lièvre, c'est çà? lança Oksa avec sa spontanéité habituelle.

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Cendrine Wolf

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Cendrine Wolf

Anne Plichota et Cendrine Wolf - Susan Hopper .
A l?occasion du salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil, édition 2013, Anne Plichota et Cendrine Wolf nous parlent de « Susan Hopper : le Parfum perdu» paru chez XO éditions. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/plichota-anne-susan-hopper-parfum-perdu-roman-9782845635609.html Notes de musique : ® Words by Jason Shaw








Sur Amazon
à partir de :
9,00 € (neuf)
4,48 € (occasion)

   

Faire découvrir Oksa Pollock, Tome 1 : L'inespérée par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (809)

> voir plus

Quiz