Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2012023746
Éditeur : Hachette (2012)


Note moyenne : 4.11/5 (sur 82 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Cameron a 17 ans. Atteinte d’un cancer, elle est persuadée qu’elle va mourir avant ses 18 ans. Déterminée à la sauver, sa mère l’embarque dans un road-trip en direction de Promise, une ville magique réputée pour ses miracles. Résignée, Cameron ne croit pas plus à une po... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (49)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par darkmoon, le 26 février 2014

    darkmoon
    La fille qui ne croyait pas aux miracles : c’est un joyau parmi les plus rares, les plus pures. Il nous donne une bouffée d’oxygène, d’espoir, nous insuffle un peu de vie avant de tout nous reprendre d’un seul coup. Je savais bien avant de l’avoir ouvert qu’il allait me plaire, rien que par sa couverture, son résumé, ses avis et ses notes positives… je l’avais compris.
    Campbell sait qu’elle est atteinte d’un cancer. Voilà longtemps qu’elle s’était faite à l’idée de mourir. Les médecins sont catégoriques, il n’y a plus aucune chance. C’est bientôt la fin. Cam ne se fait pas d’illusion, elle n’espère plus et ne croit pas aux miracles, ni à la magie. Mais sa mère et sa sœur y croient, elles.
    "La médecine ne suffira pas. Tu as besoin d'un miracle."
    C’est donc pour leur faire plaisir que Cam se rend à Promise, une petite ville dans le Maine soit disant magique, miraculeuse. Cam va vite se rendre compte à quel point cette ville peut être magique, mais pas dans le sens où on l’imagine…
    Au début l'histoire m'a un peu déstabilisée. Le décor n'est pas vraiment posé et j’ai compris par déduction qu'elle habite en Floride et qu'elle travaille dans le parc de Disney. Ce sentiment n'a duré qu'une minute à peine! Au fil de ma lecture j'ai été complètement subjuguée et prise par cette histoire ainsi que le personnage. Et quel personnage!!! J’ai adoré Cam, attachante, réaliste, les pieds sur Terre. Sa vision du monde est décapante. Le bien, le mal. La douleur, la peine, la tristesse. Le bonheur, le plaisir, la joie. Cam les prend tous ensemble. Elle sait combien vivre est important. Et combien ceux qui ont la chance de pouvoir en jouir la gaspille sans s'en rendre-compte. Elle joue un rôle de rabat-joie, mais, au fond, on sait qu'elle veut nous faire sourire. Cette jeune fille cynique, pessimiste, qui finit par "s'envoler" comme on dit, à croire aux miracles. Qui aime, sans vergogne, sans retenu, car même si l'on est malade, l'amour n'est pas interdit. Il est presque indispensable, peut-être même le meilleur remède...
    La fille qui ne croyait pas aux miracles a été mon petit miracle d’une journée. Je l’ai lu d'une traite. Impossible de refermer ce petit bijou avant d’être arrivée à la fin. Il est très prenant, envoûtant même. On s'attache très vite aux personnages ; Alicia sa mère délurée, Perry son adorable petite sœur, Rose, sa folle de grand-mère, et Asher, le garçon qui va lui faire découvrir l’amour. On partage le pessimisme de Cam d'un côté et en même temps on y croit tout autant que sa mère. On veut tout connaitre, le début est peut-être un peu long par rapport au reste mais on s'en rend à peine compte. L'écriture de Wendy Wunder est fluide, agréable, lyrique. Une écriture aussi légère sur un sujet aussi lourd. Un moment de rêve et pourtant une grosse prise de conscience :
    Vivre sa vie, coûte que coûte. Pleinement. Se battre pour exister, pour créer, pour aimer. Pour donner un sens à sa vie. Tout en sachant, ô paradoxe, qu'on a l'éternité derrière soi et que tout peut s'arrêter à la seconde.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par EnjoyBooks, le 22 septembre 2014

    EnjoyBooks
    La fille qui ne croyait pas aux miracles de Wendy Wunder. (Genre : Jeunesse, Romance).
    Editions : Hachette
    Prix : 16€
    Année de parution française : 2012
    Année de parution originale : 2011
    Titre version originale : The probabiliy of miracles.
    .Résumé : Campbell a 17 ans. Atteinte d'un cancer, elle est persuadée qu'elle va mourir avant ses 18 ans. Déterminée à la sauver, sa mère l'embarque dans un road-trip en direction de Promise, une ville magique réputée pour ses miracles. Résignée, Campbell ne crois pas plus à une possible rémission qu'aux superstitions ridicules de sa mère, mais se laisse tout de même entraîner dans cette aventure.
    .Mon avis : Alors que ce roman sort en poche le 24 septembre prochain, il m'avait fait de l'œil à sa sortie en 2012 et je l'avais acheté. Il a donc traîné un moment dans ma PAL et je me suis dit que c'était l'occasion de l'en sortir. On me l'a vendu comme le « Nos Etoiles Contraires » des éditions Hachette –Black Moon et c'est pour ça que j'ai été déçu. Bien que la couverture soit jolie et le résumé intéressant, je ne peux vous dire combien ma déception est grande face à ce roman. Pourtant le sujet est assez sensible mais beaucoup de points m'ont dérangé pour apprécier ma lecture.
    .Ici, le début est assez lent à se mettre en route. Je me suis laissé porter par l'histoire sans vraiment savoir où l'auteure allait m'amener. C'est donc mon côté curieux qui m'a poussé à continuer l'histoire et surtout à la finir parce que sans ça, je pense que je l'aurai abandonné. Comme dans chaque roman, l'auteure dès le début pose ses bases, ses personnages et les relations entre eux… mais j'ai tout de suite senti que j'allais avoir du mal lors de ma lecture.
    .Les personnages sont un des points qui m'a le plus posé problème. Campbell, Perry, Alicia, Rose, Asher et Lily, tous autant qu'ils sont ne m'ont pas touché, ne m'ont pas ému et de m'ont pas atteint personnellement. Je les ai sentis distant, comme si une barrière était élevée entre eux et moi. Pourtant je reconnais le travail de l'auteure concernant les relations entre eux ou même l'effort de les travailler et de les rendre intéressant. Mais personnellement j'aurai aimé en avoir plus. Qu'on apprenne à plus les connaître au niveau psychologique et au niveau de leur passé. Ce sont des choses qui sont quasi absentes et je le regrette parce que l'auteure s'est contentée de rester au moment présent. Campbell notre personnage principal a cependant de bonnes réflexions tout comme sa sœur Perry ou sa mère Alicia mais j'ai trouvé qu'elles n'étaient pas assez exploitées et que ça restait trop en surface.
    .Si le point essentiel du roman est le sujet de la maladie et en l'occurrence du cancer, c'est là que l'auteure m'a fortement déçu. Campbell est atteint d'un cancer et on en vient à oublier que la maladie la ronge. Plusieurs fois pendant ma lecture, je me disais « ah oui Cam a le cancer, ce n'est pas une adolescente comme les autres… » le cancer est beaucoup mis de côté et je pense que c'est pour cela que ça ne m'a pas plus touché. On ne sait pas ce qu'il en est de la découverte de la maladie, des conséquences sur Campbell au niveau physique. Rien n'est exploité correctement, rien n'est mis en avant de telle sorte que ce soit plus réel. Sans cancer, cette histoire reste absolument banale et c'est comme ça que je l'ai pris malheureusement.
    .Cependant, le rythme de l'histoire est bon, les chapitres ne sont pas très longs et les pages se tournent vite parce que l'auteure sait écrire. L'action est surtout recentrée sur la psychologie de Campbell bien que ce soit un narrateur externe à la troisième personne. Et puis, la fameuse liste va être le courant qui fera tourner la machine et c'est en cela que le rythme est bon. L'évolution de Campbell et ses réflexions représentent aussi un bon élément qui fait avancer l'histoire plus vite.
    .La plume de l'auteure est certes agréable à lire et fluide mais la narration à la troisième personne m'a vraiment gêné. C'est ce qui fait que je ne me suis pas attaché aux personnages et que je me suis senti distant face à eux. Parfois ce genre de narration apporte un plus inconditionnel au roman, mais ici, ça le dessert indubitablement. Seulement deux passages m'auront procuré des émotions dont la fin qui est tout en finesse et je regrette que cela n'ait pas eu lieu dans l'intégralité du roman.
    .Personnellement, je ne vous recommanderai pas ce livre, mais ce n'est que mon humble avis. D'autres blogueurs l'ont adoré et l'ont aimé par les messages d'espoir et de vie que peut faire passer l'auteure et je le reconnais bien sur. Mais pour ma part, j'ai été déçu par les personnages, par le manque d'explication et par la narration à la troisième personne qui m'a empêché de m'attacher à cette histoire.
    .Ma note : 6/10

    Lien : http://enjoybooksaddict.blogspot.fr/2014/09/chronique-la-fille-qui-n..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par michou, le 20 mai 2012

    michou
    Mon avis, vous le verrez, est mitigé. Je suis ressortie de cette lecture un peu déstabilisée, je le reconnais, et un peu déçue. Peut-être que j'attendais trop de ce roman, suite à quelques avis lus sur la toile.
    Je n'ai pas beaucoup accroché au style de l'auteur. J'ai trouvé les dialogues un peu trop simples, et pas assez naturels. J'ai trouvé que le tout manquait de profondeur.
    Un autre point qui m'a quelque peu dérangé, c'est cette impression de découpage de l'histoire, on passe d'un moment à un autre sans transition.
    Malgré cela, j'ai réussi à m'attacher à Cam, peut-être parce que quelque part, elle m'a fait penser à moi, à mon adolescence. J'ai aimé son humour, ses remarques sarcastiques, et sa façon bien à elle d'appréhender sa vie, et de tenter d'en conserver les rênes. Elle ne veut pas se laisser dicter le peu de temps qu'il lui reste par cette horrible maladie, et j'ai aimé sa force et son courage face à tout cela.
    Un autre personnage que j'ai apprécié est la Grand-mère. Son côté bourru et grande gueule m'ont plu. J'ai aimé sa relation avec sa petite fille, plus que celle entre Cam et sa mère.
    Certains passages du roman sont très drôles, et d'autres dramatiques. Par contre, je n'ai pas trop apprécié le côté mystérieux de cette ville. Je suis resté sceptique et non convaincue face aux supposés miracles. Et que dire d'Asher et de l'histoire de sa famille ? Je n'ai tout simplement pas compris.
    Le personnage de la mère m'a au début énervé. Et je n'arrivais pas à comprendre ses réactions. Sa fille lui dit que le cancer est revenu, que c'est la fin, et elle n'explose pas. Sur le moment, je me suis imaginée à sa place, ayant moi même deux filles, et je me voyais tomber dans un gouffre sans fond, tandis qu'on m'arrachait le coeur, car je pense qu'il ne doit rien avoir de plus horrible que de perdre son enfant, et de ne pas avoir le pouvoir de le sauver.
    Et elle, elle ne veut pas accepter tout ça, elle croit qu'un miracle peut arriver alors que la médecine ne peut plus rien. Voilà ce qui m'énervait chez elle.
    Mais ce que j'ai pris au début pour de la naïveté était en fin de compte une force incroyable.
    Cam se bat depuis des années contre ce cancer, ce n'est pas nouveau. Et sa mère fait face avec la seule chose qu'il lui reste, l'amour et l'espoir. Mais l'espoir de quoi ?
    Cela vaut-il vraiment la peine de continuer à vivre quand on sait qu'il ne nous reste que quelques semaines ? Cela vaut-il la peine de trouver un emploi d'été, de se faire de nouveaux amis, de tomber amoureux, même si ce n'est que pour un temps trop court ?
    Je suis ressortie de ce roman avec la conviction que oui, toutes ces choses valent la peine. Que malgré tout, on ne doit pas perdre espoir, et qu'il faut continuer à avancer.
    Alors bien sûr, on ne peut pas battre le cancer à coup de Disney et flamants roses, mais Cam restera tout au long de l'histoire très réaliste face à ce qui l'attend. Certains passages sont très émouvants, quand elle pose un oeil extérieur sur sa famille et qu'elle se les imagine plus tard sans elle, elle tente de se voir avec eux, poursuivant sa vie, mais elle n'y parvient pas. Car elle sait au fond d'elle que ça n'arrivera jamais, qu'elle est condamnée.
    J'ai d'ailleurs redouté la fin, j'avais peur d'une histoire farfelue, par exemple que tout ça n'était qu'un long rêve fait par l'héroïne.
    Et puis, plus j'avançais, et plus je redoutais la fin qui me semblait inévitable. Et sans surprise, j'ai versé quelques larmes, pour Cam, mais pas seulement, j'ai versé des larmes pour tous ces enfants qui se battent chaque jour contre cette maladie et tant d'autres choses encore.
    Pour conclure, c'est un beau message de vie que nous confie l'auteur sous forme de road trip à la recherche du miracle. Qui nous apprend que ce miracle est dans les instants de chaque jour, dans tous ces moments de vie qui fait qu'elle vaut la peine d'être vécue, peu importe le temps qu'il nous reste.
    Même si je n'ai pas accroché au style de l'auteur qui manquait, à mon goût, de profondeur et d'authenticité, je garde un bon souvenir de cette lecture, et Cam est un personnage dont je me souviendrais avec un petit pincement au coeur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Megworld, le 19 septembre 2014

    Megworld
    "La fille qui ne croyait pas aux miracles" sort en poche le 24 septembre. J'avais hâte de découvrir ce roman et j'ai adoré suivre Cam. Pour ceux qui viendraient de terminer "Nos étoiles contraires" et qui auraient peur de lire une copie, aucune inquiétude. A part le thème du cancer, les histoires de Cam et Hazel sont très différentes. "La fille qui ne croyait pas aux miracles" n'est pas une histoire d'amour. Il y a une romance oui, mais c'est surtout l'histoire d'une jeune fille qui va apprendre à apprécier les petits bonheurs de la vie, qu'elle boycottait complètement jusque là. Carpe diem!
    Cam est une adolescente condamnée. Elle a un cancer, comme son père avant elle et les médecins sont pessimistes. Cam ne croit pas aux miracles, elle sait qu'elle n'y survivra pas et avec sa meilleure amie, elles ont rédigé chacune une Liste de choses à faire avant de mourir. Cam est un personnage très acide au début du livre. Alors que sa mère et sa sœur tentent par tous les moyens de lui redonner de l'espoir, Cam ne veut plus y croire. Sa Liste reflète bien son état d'esprit : "perdre sa virginité pendant une fête de lycéens alcoolisée", "se faire briser le cœur par un sale type", "détruire les rêves de ma petite sœur", "commettre des vols à l'étalage minables"... Rien de très positif. Cam sait qu'elle va mourir et elle n'a pas envie de s'accrocher à la vie, pour moins souffrir au moment de la quitter.
    Lorsque sa mère décide de l'emmener à Promise, ville réputée pour ses miracles, Cam est désespérée. Pour elle, sa mère s'accroche à des chimères. Pourtant, même quand contre toute attente, des miracles ont lieu, Cam trouve des explications. Elle refuse de donner raison à sa famille qui espère une guérison miraculeuse.
    "La fille qui ne croyait pas aux miracles" n'est pas un roman fantastique, ni une romance ni un roman déprimant. C'est tout simplement l'histoire d'une jeune fille qui va reprendre goût à la vie, si courte soit-elle. J'ai été touchée par l'histoire de Cam. Si son personnage m'a d'abord surprise, je me suis ensuite énormément attachée à elle. Elle est loin des héroïnes fortes et intrépides que l'on rencontre souvent dans la littérature "young adult". Cam a baissé les bras. Sa maladie l'a rendue cynique et rabat-joie et il va falloir un certain nombre de pages avant de la voir évoluer. Cam pensait qu'accomplir tous les actes de sa Liste la rendrait heureuse mais non, il ne s'agissait que d'auto-destruction. L'adolescente va devoir ouvrir les yeux et sortir de sa bulle pour commencer enfin à vivre.
    La romance arrive tard mais elle a tout de même une place importante et apporte un vrai plus au roman. Elle nous montre que tout le monde a le droit à l'amour et au bonheur. Notre héroïne n'avait pas prévu de tomber amoureuse, sa Liste n'abordait pas le sujet des sentiments et pourtant, l'amour va lui tomber dessus, au moment où elle s'y attend le moins.
    Pour conclure, "La fille qui ne croyait pas aux miracles" est un roman plein d'espoir. Parfois triste, parfois drôle ce livre m'a beaucoup émue. Si vous aimez les belles histoires, je ne peux que vous le conseiller.
    ★★★★☆

    Une bonne lecture!

    Lien : http://megworld.over-blog.com/article-la-fille-qui-ne-croyait-pas-au..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par Anne-C, le 27 mai 2013

    Anne-C
    J'ai tout de suite craqué pour la couverture de ce livre ! le titre aussi m'intriguait d'ailleurs. Je l'ai donc acheté sans trop réfléchir. C'est après réflexion que j'ai réalisé que le résumé me faisait beaucoup penser à un autre livre … « Je veux vivre ». Un livre que j'avais aimé mais qui m'avait rendu très très trèèès triste ! J'ai donc commencé ce livre en ayant un peu peur de retrouver cet atmosphère emplit de tristesse. Au final je suis en quelque sorte partagé, je vais vous expliquer pourquoi mais avant je vais vous présenter l'histoire.
    Campbell, ou Cam, est une jeune fille de 17 ans. C'est une jeune fille tout ce qu'il y a de plus étonnant. Elle est très réaliste, ne croit en rien, a un comportement très étrange par moment, c'est aussi une personne cynique qui n'hésite pas à dire ce qu'elle pense que ça blesse ses proches ou non ! C'est un phénomène à elle toute seule, mais quelque chose d'autre rend Cam si singulière … Sa maladie, son cancer plus précisément. Voilà de nombreuses années que notre héroïne est atteinte de ce mal, elle a essayé de nombreux traitements qui ont plus ou moins marché mais maintenant le point de non retour est arrivé. Pour le médecin seul un miracle peut sauver Cam or celle ci ne croit pas aux miracles, à la magie, ou toutes ces choses qui ne servent qu'à laisser de l'espoir aux gens. Elle décide donc qu'il est l'heure de réaliser certaines choses avant de pouvoir mourir en paix, d'où sa liste intitulée « Liste Flamant Rose ». Mais c'était sans compter sur sa mère Alicia et sa petite sœur Perry. Ces deux dernières ont encore de l'espoir, elles en ont assez pour combler celui que Cam n'a pas. La chasse aux miracles est donc lancée ! Et pour cela direction le Maine et plus précisément la ville de Promise … La ville où tous les miracles ont lieu. Débute alors le périple de notre petite bande !
    J'ai adoré ce début en grande pompe ! On découvre Cam qui est tout simplement merveilleuse mais ce n'est pas tout ! Alicia sa mère est tout aussi « drôle » si on peut qualifier son comportement ainsi. Elle semble encore être une adolescente par moment mais sait aussi assumer son rôle de parent quant il le faut et souvent de manière très déjanté ! Perry la petite sœur à Cam est son opposé, elle est blonde aux yeux bleus et croit au plus petit des miracles ! Ah et elle voue une sorte de culte aux licornes sois dit en passant. Tout cela m'a paru « délirant » et j'ai tout simplement adoré ! Et ce n'est pas finie … La rencontre avec Rose la grand mère est aussi un moment tout simplement magique. Je vous laisse découvrir tout ça par vous même ! Tout le début du livre est consacré à cette famille d'une certaine manière « extraordinaire », à leur vie puis à leur départ pour Promise.
    Promise parlons en un peu … La vie aux multiples miracles ! Voilà où vont débarquer Cam, Perry et leur mère. J'ai eu le sentiment de pouvoir m'attendre à tout et n'importe quoi dans cette ville, ce qui l'a rendu vraiment extraordinaire à mes yeux ! Cam va d'ailleurs très vite s'y acclimater … Elle va y rencontrer pas mal de personnes et notamment Asher. Ce garçon est un peu comme Promise, il est mystérieux mais en même temps très surprenant ! La relation entre ce jeune homme et Cam est ambiguë, si ça commence par de l'amitié ça évolue ensuite tout doucement vers d'autres choses. Je n'ai pas vraiment vu le moment où les choses ont changé, ça m'a paru être dans l'ordre naturel des choses. La vie semble donc tranquille dans cette ville, Cam profite comme elle peut tandis que sa mère et Perry y voient des miracles à tour de bras. J'ai adoré tous ces aspects du livre, où le bonheur semble planer dans la vie de Cam mais à côté de ça il y a des moments où la réalité rattrape le lecteur comme les personnages.
    Il est vrai que la maladie ne peut pas disparaître de la vie de notre héroïne comme ça, j'ai eu tendance à oublier qu'elle était malade mais très vite certaines choses viennent me rappeler cela ! Il y a un véritable paradoxe dans ce livre, entre la joie de vivre et la peur, la tristesse vis à vis du cancer. J'ai ressenti de la joie comme de la tristesse à travers cet ouvrage. L'auteure réussi très bien à nous faire ressentir un nombre incalculable d'émotions ! C'est en grande partie le personnage de Cam et son attitude qui font oublier la maladie, non pas qu'elle semble particulièrement heureuse … Elle est juste tellement je ne sais pas comment vous le dire, elle est juste tellement elle, qu'on en oubli tout le reste ! Tout en vivant sa vie au jour le jour Cam découvre de nouvelles choses, fait de nouvelles expériences, coche progressivement les vœux de la « Liste Flamant Rose ». Il y a des moments extrêmement touchant tout au long de l'histoire, qu'ils soient tristes ou joyeux ils ne peuvent que marquer le lecteur !
    Ce roman fut pour moi tout simplement bouleversant … J'ai retrouvé des similitudes avec le roman « Je veux vivre » mais il reste tout de même différent. « La fille qui ne croyait pas aux miracles » est une très belle histoire de vie, j'ai trouvé tous les personnages très attachants mais en même temps tous singuliers. J'ai moi aussi cru aux miracles tout au long de l'histoire, j'ai fait parti de ceux qui ont gardé de l'espoir envers et contre tout ! J'ai aimé ce livre pour les personnages, pour l'atmosphère et pour pleins d'autres choses mais j'ai été aussi très triste. En grande émotive que je suis je n'ai pas pu résister aux larmes. J'ai toujours du mal quand un roman est triste et joyeux en même temps, je suis toujours partagé dans ce cas. D'un côté j'aime l'histoire mais de l'autre je suis triste donc au final quand je ferme le livre c'est toujours un peu … perdu ! En tout cas c'est une très belle histoire que nous a livré Wendy Wunder !

    Lien : http://galadelivres.blogspot.fr/2012/05/la-fille-qui-ne-croayti-pas-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (28)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MissMymoo, le 22 septembre 2014

    L'infinité la fascinait. Comment des systèmes et des univers pouvaient devenir infiniment petits dans un sens et infiniment grand dans un autre. Comment la forme d'un atome imitait avec autant de précision la forme du Système solaire. Comment rien n'avait de fin. Hormis sa propre vie. Qui allait bientôt se terminer pendant que tout le reste allait continuer à tourner autour d'elle. Cela lui donnait le vertige d'y penser, et elle failli tomber.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par MissMymoo, le 22 septembre 2014

    Campbell espérait que le paradis procurait ces sentiments. Non qu'elle ait cru au paradis ou en Dieu (surtout en un Dieu masculin), ni en Adam et Ève, comme la moitié des crétins de Floride. Elle croyait à la théorie de l'évolution : les poissons s'étaient pourvus de pieds, les grenouilles de poumons, les lézards de fourrure, et les singes avaient eu besoin de marcher en se redressant pour traverser la savane.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par MissMymoo, le 22 septembre 2014

    La normalité était ce qui lui manquait le plus depuis qu'elle était malade. [...] Elle avait donc commencé à rédiger les choses qu'elle risquait de rater si elle n'atteignait pas sa majorité. Comme "Perdre ma virginité pendant une fête de lycéens bien arrosée". Ou "Me morfondre misérablement, pleurer, bouder et dormir durant un samedi entier"...

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par MissMymoo, le 22 septembre 2014

    - C'est miraculeux. Le signe que nous sommes au bon endroit.
    - Les flamands n'ont aucun lien avec nous, argua Cam. C'est à cause du réchauffement climatique. C'est comme les chauves-souris qui disparaissent des grottes de Pennsylvanie ou les abeilles qui se perdent à cause des interférences créées par les téléphones portables...

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Myrtle, le 15 juin 2012

    Devant eux, une lave de flamants roses s'étendait comme une gigantesque corne d'abondance orangée. On aurait cru un énorme organisme amibien, ou la bulle de chewing-gum d'un géant tapissant la boue marécageuse. En se rapprochant, ils entendirent des sons distincts d'oiseaux donnant l'alarme et ils virent des milliers de pattes se diriger vers le centre de la formation. Ils se juchèrent en haut d'une vieille barrière de bois et contemplèrent les nuages de plumes.
    - Le rose est la plus belle couleur du monde, roucoula Sunny.
    Cam était heureuse qu'il ne s'agisse pas d'une question. Le rose était la couleur de la variole, des boutons, des yeux injectés de sang, de certains médicaments, d'une seringue pleine de moelle épinière, de son flacon de collyre rempli de morphine liquide, de la langue d'Alec. Beaucoup de choses horribles étaient roses. Et, par ailleurs, les flamants qui n'arrêtaient pas de se chamailler comme des retraités d'Orlando n'avaient rien d'apaisant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
11,99 € (neuf)
13,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La fille qui ne croyait pas aux miracles par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (203)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz