Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2867467306
Éditeur : Liana Lévi (2014)


Note moyenne : 3.67/5 (sur 130 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Mai 1990, au bord des eaux boueuses du canal Baili, à moins de trente kilomètres à l'ouest de Shangai. Pour deux vieux copains de lycée, la partie de pêche va donner lieu à une découverte morbide, celle du cadavre d'une très belle jeune femme. La petite fête que donne c... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (28)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Marple, le 15 juin 2013

    Marple
    Désolée pour l'héroïne rouge, mais sa mort m'a fait passer un excellent moment de lecture... Je vous recommande donc cette enquête politico-policière très pittoresque, notamment si vous cherchez un polar original ou êtes curieux de découvrir la Chine moderne.
    Le héros, l'inspecteur principal Chen, ne ressemble pas du tout à l'archétype du policier tel qu'on le retrouve dans les polars américains ou scandinaves d'aujourd'hui : il n'est pas alcoolique, ni divorcé, ni dépressif, ni violent, ni solitaire... C'est un érudit un peu mélancolique, poète à ses heures perdues et grand amateur de citations, qui a réussi à tracer son chemin dans les méandres de la police de Shangai (et du Parti Communiste) jusqu'au grade envié d'inspecteur principal. Toujours célibataire malgré ses 35 ans, décalé et attachant, il mène l'enquête avec sérieux, diplomatie et intuition, un peu comme pouvaient le faire les héros d'Agatha Christie et autres Conan Doyle...
    ... mais dans un univers complètement différent et extrêmement bien rendu, à savoir la Chine des Années 1990, tiraillée entre l'ouverture économique au capitalisme et le conservatisme politique, avec un Parti communiste omniprésent et omnipotent. Plus précisément Shangai. L'auteur évoque pas mal de sujets, graves ou légers, au travers des collègues et amis de Chen, plus loufoques et attachants les uns que les autres : la gastronomie souvent, le népotisme, les problèmes de logement et autres difficultés économiques, la répression et les dénonciations, les relations avec les étrangers, l'hypocrisie et la manipulation des médias, la vie quotidienne, la Révolution Culturelle et ses suites... C'est instructif et intéressant.
    Aucun bémol pour moi donc, pas même le rythme, beaucoup moins languide et lent à mes yeux que dans 'Les courants fourbes du lac Taï' du même auteur. Je termine donc en disant : à bientôt, inspecteur principal Chen, je vous retrouverai avec plaisir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 61         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 24 mai 2012

    lehane-fan
    Nom d'un petit canard laqué ! Cela se peut-il que ce  corps retrouvé sans vie soit celui de la camarade Hongying , Travailleuse Modele de la Nation ? Quel immonde porc au caramel a-t-il bien pu s'en prendre à ce modele de vertu , à cette icône féminine pronant haut et fort un productivisme épanouissant et libérateur ? L'inspecteur Gadget étant retenu au contrôle technique , l'inspecteur Harry en RTT , le choix se porta tout naturellement sur les deux éminents poulets au curry que sont l'inspecteur Chen – eu égard à sa cadence de travail – et son adjoint Yu .
    Bienvenue au pays de la pensée unique...
    Qiu Xiaolong , grand amateur de T.S. Eliot devant l'éternel , fait dans le polar gastronomique , poétique et sociétal ! Rien que ça ! A mille lieues des codes Américains , l'auteur instaure , au travers d'une enquete somme toute classique , un rythme tranquille - sorte de petite musique paisible que rien ne vient jamais troubler – et pourtant parfaitement légitime malgré le genre ! Et si Xiaolong venait d'inventer le polar zen ?
    L'histoire déboule à la vitesse d'un pousse-pousse en pause déj' ce qui ne nous empeche pas d'adherer totalement aux sereines investigations de notre inspecteur poete et de son acolyte ! L'auteur a pris le parti - et il a plutot interet vu le modele ambiant - de se baser sur un triste fait divers afin d'éduquer le lecteur - dans une moindre mesure que des millions de Chinois le furent dans les laogai , période Mao - , lui décrivant ainsi une Chine post révolution culturelle , mélange délicat d'ultra libéralisme assumé et de modele soviétique toujours fortement ancré dans les mentalités ! Nous sommes à Shangai , en 1990 , sous l'ere Deng Xiaoping . le comité central , véritable pieuvre tentaculaire , contrôle actes et pensées de ce bon peuple chinois nouvellement émancipé ! Difficile , dans ces conditions , de vouloir faire éclater la vérité , surtout lorsque celle-ci semble pouvoir éclabousser un membre éminent du parti !
    Un premier roman érudit qui fait la part belle à l'ambiance . Xiolong immerge le lecteur en un monde apre ou l'oligocratie , voire l'autocratie semblent avoir encore de beaux jours...
    Chen a la justice chevillée au corps mais aura-t-il le courage d'aller à l'encontre du parti au risque de tout perdre ? Tantot poetique , tantot tristement réaliste , Xiaolong assoit un récit savant en décortiquant magistralement les rouages politiques et sociaux d'une Chine à deux vitesse ! Confucius a dit : il vaut mieux etre un gros panda bien portant qu'un petit scarabée anémique ! Preuve qu'il ne disait pas que des conneries l'Raymond !
    Reprise du challenge ABCTJD 2011 /2012 , yes i can – 5 !
    On the road again !
    Saperlipopette , je viens de me faire griller par Hahasiah , galanterie oblige;)
    Mort d'une héroine rouge , naissance d'un écrivain en devenir !
    Te voilà prévenu camarade lecteur..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 40         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par bilodoh, le 01 octobre 2014

    bilodoh
    On trouve de tout dans ces mets chinois : une pincée d’humour, des petits morceaux de poésie, des grosses légumes, une brebis sacrifiée, le tout mijoté dans un bouillon de politique, bien assaisonné d’histoires d’amour et enveloppé de publicité sur papier glacé !

    À table, un inspecteur principal poète et fin gourmet, un homme honnête, toujours en danger d’être persécuté par les « ECS », les « Enfants de Cadres Supérieurs », pour qui tout est permis. Avec son équipe, il enquête sur un meurtre sordide dont on ne fait que lui rappeler le sens politique. Son travail risque toutefois d’empiéter sur sa vie personnelle faite de quête de l’amour, de l’inspiration poétique et du sens de la vie.

    Il ne s’agit pas de grande gastronomie littéraire, juste un bon polar à la sauce chinoise moderne. À dévorer à belles dents.
    ______
    * Coïncidence de lecture, l’injecteur Chen mentionne le poète irlandais Yeats (p, 365), rencontré juste avant, dans la Danse noire de Nancy Huston!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 32         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par jadzia, le 02 juin 2013

    jadzia
    Difficile de passer après Lehane-fan et Hahasiah, d’autant plus, que ce livre sera ma 100ème critique, mais je me lance quand même.
    J’aurai mis deux mois jour pour jour à venir à bout de ce texte. Ne vous méprenez pas, j’ai adorée mais le rythme du livre m’a complètement décontenancée. Pour exemple, QIU Xialong commence en nous présentant deux personnages, nous racontant leurs liens et pourquoi ils sont au bord de ce canal pour arrivée à la découverte d’un corps. Début du chapitre 2, nous nous retrouvons dans un appartement avec l’inspecteur principal Chen qui prépare sa crémaillère. Et voilà comment la fidèle lectrice de polard à été perdue dès le début. Le texte est lent voir même tr….ès lent (j’aime beaucoup la comparaison avec le pousse-pousse) et l’héroïne rouge est parfois mise de côté pour aborder la Chine de 1990 et les problèmes liés à la politique et au Parti (un peu 1984, si, si, un tout petit peu). Et c’est aussi pourquoi j’ai aimée ce livre, les codes se trouvent complètement explosés, terminer la course poursuite à l’assassin jusqu’à la dernière page. Bienvenu au Culombo à la chinoise, ou comment faire pour contourner une machinerie vieille et lourde qu’est le Parti et arriver à clore une affaire paraissant simple.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Eric75, le 29 janvier 2011

    Eric75
    Ce roman policier épatant nous fait découvrir la Chine et principalement Shanghai et Canton en 1990, un an seulement après les évènements de Tian an Men, c'est dire si l'oppression du système politique chinois est omniprésente pour les protagonistes de l'histoire, qui doivent toujours contrôler leurs actes "dans l'intérêt du Parti" (et pour le bien de leur carrière). La Chine est alors en pleine mutation, ce qui est très bien montré dans le livre : hypocrisie des valeurs révolutionnaires, signes avant-coureurs du "capitalisme" à la chinoise, fin de pouvoir des vieux dignitaires accrochés à leurs rêves du passé mais maintien du Parti en place qui continue de tout contrôler. Dans ce contexte, l'inspecteur principal Chen Cao, un policier poète, a une marge de manœuvre réduite. Le meurtre d'une jeune femme a été commis, et il apparait bien vite que le principal suspect, qui appartient à la classe dominante, est intouchable. Chen est tiraillé en permanence entre sa volonté de faire aboutir l'enquête, découvrir la vérité et révéler au monde l'identité du coupable et son désir de ne pas compromettre sa réputation politique, son emploi, ses amis, dans un système qui jusqu'à présent lui a accordé sa confiance.
    Le gros fil (rouge) conducteur de l'enquête n'empêche pas les rebondissements astucieux de l'intrigue policière et l'utilisation de personnages secondaires hauts en couleur.
    L'auteur sait de quoi il parle, on devine les références autobiographiques (comme son héros, il a subi la révolution culturelle, vécu à Shanghai, appris l'anglais tout seul, traduit des romans policiers occidentaux...), qui apportent une grande sincérité au roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par bilodoh, le 01 octobre 2014

    Le succès politique n’aidait guère dans la vie personnelle. Il pouvait au contraire la gâcher. Particulièrement dans la Chine moderne, Être membre du Parti signifiait être loyal en premier lieu au Parti selon la règle du Parti, ce qui n’attirait pas nécessairement un conjoint éventuel. Un mari potentiel préfèrerait vraisemblablement une épouse qui s’engage à être loyale tout d’abord envers lui, qui mette tout son coeur et toute son âme dans sa famille. (Points, p. 371-372)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par bilodoh, le 01 octobre 2014

    Une année après l’autre, je serai loin,
    
très loin de toi.

    Les beaux paysages se déploient,

    Mais en vain : 

    Oh, à qui puis-je parler

    De ce spectacle enchanteur?

    

…des vers de Liu Yong, écrits pendant la dynastie des Song (Points, p.379)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation

  • Par bilodoh, le 28 septembre 2014

    Le ciel et l’enfer sont dans ta tête, pas dans les choses qu’on possède dans le monde.
    (Points, p.243)

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation

  • Par jadzia, le 30 mai 2013

    Si tu travailles assez dur sur une chose, elle devient une partie de toi, même si tu ne l'aimes pas vraiment et si tu sais que cette partie n'est pas réelle.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par pandaroux, le 30 août 2012

    A un virage apparut un chemin sinueux, comme l'entrée d'un village, et il vit une fillette qui vendait de grands bols de thé sur un banc de bois. Elle n'avait pas plus de treize ou quatorze ans et était assise tranquillement sur un tabouret bas, sa queue de cheval attachée par un noeud enfantin. Elle lisait. Il n'y avait aucun client. Chen se demanda si elle en aurait un dans toute la journée. A ses pides, quelques pièces brillaient dans une tasse en fer blanc cabossée à côté d'un gros cartable. Apparemment pas une marchande ambulante cherchant à se faire du bénéfice, rien qu'une gamine du village, encore jeune et innnocente, en train de lire dans ce décor idyllique; peut être des poèmes, offrant un ecommodité aux voyageurs de passage assoiffés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (2)

Video de Qiu Xiaolong

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Qiu Xiaolong

Qiu Xiaolong - Dragon bleu, tigre blanc .
Qiu Xiaolong vous présente son ouvrage "Dragon bleu, tigre blanc" aux éditions Liana Levi. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Adélaïde Pralon. http://www.mollat.com/livres/qiu-xiaolong-dragon-bleu-tigre-blanc-9782867467172.html Notes de Musique : A Man & Machine/2-15 Nordöstliches Gefühl.








Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
1,53 € (occasion)

   

Faire découvrir Mort d'une héroïne rouge par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (259)

> voir plus

Quiz

    Qiu Xiaolong

    Parce qu’il a besoin de vacances, l’inspecteur Chen est envoyé en repos au bord d'un lac. Ce paysage idyllique cache malheureusement une triste réalité : l’eau du lac est infestée par les rejets des usines alentour. Le directeur de l’une d’entre elles est assassiné et les militants écologistes radicaux sont montrés du doigt. Dans un pays où la croissance économique débridée nie les impératifs environnementaux les plus élémentaires, l’enquête se révèle délicate pour l’inspecteur Chen.

    •   Mort d'une héroïne rouge (2000)
    •   Visa pour Shanghai (2002)
    •   Encres de Chine (2004)
    •   Le très corruptible mandarin (2006)
    •   De soie et de sang (2007)
    •   La danseuse de Mao (2008)
    •   Cité de la poussière rouge (2008)
    •   Les courants fourbes du lac Tai (2010)
    •   La bonne fortune de Monsieur Ma (2010)
    •   Cyber China (2012)

    10 questions - 11 lecteurs ont répondu
    Thème : Qiu Xiaolong

    Créer un quiz sur ce livre.