Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Noël Dutrait (Traducteur)
> Liliane Dutrait (Traducteur)

ISBN : 2876785269
Éditeur : L'Aube (2000)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 123 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Après avoir tutoyé la mort, un homme quitte Pékin pour partir en quête de son Graal intérieur : la mystérieuse "montagne de l'Âme". Entre tradition millénaire et vestiges de la Révolution culturelle, il sillonne la Chine des années quatre-vingts, égrenant récits fantast... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par bilodoh, le 01 décembre 2013

    bilodoh
    Je reviens d'un long voyage... dans « La montagne de l´âme », j'ai accompagné Gao Xingjian dans ses pérégrinations à travers les de la Chine.
    Ce n'est pas un voyage facile, on y rencontre des traditions et des légendes, souvent cruelles et sanguinaires, sans compter des démons intérieurs à affronter.
    Ce n'est pas un voyage touristique, mais un dépaysement assuré, tant par les beautés de la nature que par les réflexions philosophiques, sur la vie, la société, etc.
    Ce n'est pas un voyage de groupe, mais un texte à deux voix, au « je » et au « tu », passant constamment du yin au yang et renonçant toujours à s'attacher aux personnes rencontrées en chemin.
    Pour apprécier ce livre, il faut une certaine patience, car c'est un long voyage, long, comme des millénaires d'histoires qui s'écoulent doucement…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 26         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Missbouquin, le 20 octobre 2013

    Missbouquin
    La Montagne de l'Âme est le roman qui a valu à Gao Xingjiang sa notoriété et son prix Nobel. C'est désormais un classique de la littérature universelle : un texte où l'auteur entraîne le lecteur dans un vertigineux voyage initiatique à travers la Chine des années 1980, entre tradition millénaire et vestiges de la Révolution culturelle.
    « Toi », tu es parti à la recherche de la « Montagne de l'Âme », un lieu dont tu as entendu parler dans le train (lors d'une rencontre fortuite avec « moi », le narrateur qui est semble-t-il une figure de l'auteur lui-même). Tu rencontres une jeune fille qui te suit dans ton cheminement : une jeune fille brisée par la vie, dont le lecteur ne saura pas vraiment ce qu'elle devient, si tu l'as laissée tomber, si elle s'est tuée ou si elle est simplement partie. « Moi », je me suis promené de parc naturel (avec les pandas) en temples bouddhistes et de centres culturels en ermitages taoïstes. Écrivain qui ne peut publier, j'ai marché, comme toi, un peu au hasard, mais seul, allant de rencontre en rencontre.
    Cette phrase est le résumé parfait de ce roman, si un tel résumé peut exister pour un texte dense de 700 pages qui explose toutes nos habitudes de lecture : deux personnages masculins identifiés seulement par le "tu" et le "je", qui se sont rencontrés au début du roman, et dont on soupçonne ensuite qu'il s'agit de la même personne : pas de noms, peu de toponymies, pas de descriptions physiques; un mélange des genres. Est-ce un conte ? des fables ? un voyage initiatique ? Un voyage historique ? A un moment du texte, le narrateur imagine les attaques que pourrait mener un critique littéraire qui ne sait comment classer ce texte : "réunir des récits de voyage, recueillir des bribes d'histoires et des notes au fil du pinceau, mélanger de la théorie à l'essai. [...] des fables qui ne ressemblent guère à des fables, quelques chants ou romances populaires avec en plus quelques histoires de fantômes créées de bric et de broc" ! Ce passage, d'introspection de l'auteur lui-même, est d'ailleurs parfaitement réussi !
    Au final, malgré tout ça, c'est un texte parfaitement homogène, avec ce fil conducteur qu'est la quête du narrateur de cette mystérieuse Montagne de l'Âme : mais est-ce une quête d'identité ? la quête de la beauté ? la connaissance absolue ? la volonté de l'autobiographie ? Un peu tout à la fois sûrement …
    Mais il ne serait rien sans la langue qui la sous-tend : une langue moderne, épurée, musicale, presque envoûtante, qui coule parfaitement à la lecture, une fois surmonté le choc initial ! D'ailleurs, la musique et les chansons sont centrales dans l'œuvre : le "je" est à la recherche de différentes formes de chansons populaires, "des chants qui partent de l'âme", qui lui font appréhender le mode de vie de chaque village dans lequel il s'arrête, qu'il soit campagnard, montagnard ou autre, Même si ces traditions ont tendance à se perdre …
    Tout cela sur fond historique, avec un communisme qui s'est insinué de partout, mais qui a été parfois dilué par des mythes ou des traditions plus ou moins inventées. Ce roman a d'ailleurs été publié à un moment où les écrivains se sont libérés du joug communiste, à la fois sur le fond et sur la forme. Il est également nourri des voyages de l'auteur, contraint lui-même par la censure, et qui lui a permis de renouer avec la nature et de découvrir la Chine rurale. Il a émigré en France en 1988 et c'est d'ici qu'il a publié La Montagne de l'Âme (il est d'ailleurs citoyen français depuis 1998).
    Un texte donc déstabilisant, qui est loin de livrer toutes ses clés à la première lecture (et, je le soupçonne, pas non plus à la deuxième ou troisième), et qui se termine d'ailleurs par un aveu d'incompréhension …
    « Je ne sais pas que je ne comprends rien, je crois encore que je comprends tout […] le mieux, c'est de faire semblant de comprendre. Faire semblant de comprendre, mais en fait ne rien comprendre. En réalité, je ne comprends rien, strictement rien. C'est comme ça.» Un écho à mon sentiment à la fin de cette lecture : enchantée oui, je l'étais, mais en réalité, je n'ai pas tout compris … ;) (mais n'est-ce pas l'essence de la littérature, de poser des questions sans réponses ?)


    Lien : http://missbouquinaix.wordpress.com/2013/10/14/la-montagne-de-lame-g..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Walken, le 13 janvier 2013

    Walken
    Guidés dès la première phrase par le narrateur qui s'exprime le plus souvent par le "tu", nous partons à la découverte d'une Chine sortant de la Révolution culturelle, un pays devenu à la fois schizophrénique et atteint d'Alzheimer qui à l'instar de ses habitants, a perdu son âme, ses repères, ses traditions, son humanité.
    Gao Xingjian nous fait entreprendre avec lui, en témoin privilégié, ce voyage initiatique qui nous mènera à la redécouverte de l'âme chinoise, à la spiritualité, à l'harmonie avec la nature, autant qu'à la quête de beauté, de sensualité et d'amour charnel.
    Avec un style épuré, poétique, envoûtant, parfois théâtral au travers de dialogues incisifs, l'auteur nous invite donc à une longue marche dans la campagne chinoise, à la recherche d'une mystérieuse montagne de l'âme, un lieu intemporel, presque inaccessible, promesse d'une réconciliation retrouvée entre le corps et l'esprit, source d'un questionnement personnel sur la compréhension du monde, des rapports humains et sur le sens à donner à sa propre vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par catherinemasson, le 15 avril 2014

    catherinemasson
    Quel beau livre !
    Des descriptions magiques qui nous livrent des paysages inattendus, des sons mystérieux, des odeurs, des couleurs qui nous enivrent.
    Ce livre est un voyage, un voyage pour son auteur mais également un voyage pour le lecteur qui se délecte au fil des pages des légendes racontées ou susurrées, un voyage car au fil des pages il me semble marcher moi aussi sur ces sentiers et découvrir cette nature envoutante et si bien décrite.
    Un livre long à lire, dans lequel il faut prendre le temps de comprendre et d'apprécier cette culture différente de la notre, nous petits français, un livre qui parle des peuples anciens et de leurs rites parfois durs et cruels...
    à lire plusieurs fois, je pense pour s'en imprégner complètement et accéder à cette richesse de la découverte de l'âme!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par simeon, le 03 mars 2014

    simeon
    Livre hors normes qui défie les lois du genre. Est-ce un roman? un essai? un livre de voyage? qui en sont les personnages? incarnés uniquement par des pronoms personnels. Il y a aussi de la poésie et des chants populaires chinois, des allusions historiques chinoises.
    Un homme dans un train échange quelques mots avec son voisin, ce dernier lui parle de La Montagne de l'âme, il ne connait pas cet endroit et aimerait s'y rendre, cependant personne n'a l'air de vraiment l'aider pour y parvenir, cette montagne existe-t-elle? ou n'est-elle qu'une métaphore?
    Un des personnages est écrivain, il est à la recherche d'une nature primitive, un autre est photographe ou ethnologue, il va chercher à enregistrer des chants folkloriques, ils vont faire des rencontres. L'important n'est pas le voyage mais le chemin symbolique pour aller à la recherche de soi, de son histoire.
    On va se perdre dans cette lecture, comme ses personnages insaisissables et aussi son auteur qui a mis sept années pour en venir à bout. Cette perte de repères est grisante, l'écriture est magnifique, c'est sans aucun doute un des livres que je mettrai dans mon panthéon personnel. Un ouvrage complexe, déroutant, troublant mais tellement attachant, cinq étoiles sans aucune hésitation.

    Si vous voulez vous faire une idée de ce livre, je vous conseille les formidables podcasts de France Culture:
    http://www.babelio.com/auteur/Gao-Xingjian/2871/podcasts
    Une mise en scène radiophonique sublime qui donne du corps au livre, par ses silences, son rythme et sa musique nous plonge au cœur de ce livre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (46)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par joedi, le 19 avril 2014

    Le sentier longe une forêt d'arbousiers, mais ce n'est pas la saison des fruits. Lorsqu'ils seront mûrs, impossible de savoir où tu seras. Les arbouses attendent-elles les hommes ? Ou bien les hommes attendent-ils les arbouses ? Voilà un problème métaphysique qui peut connaître d'infinies solutions. Jamais les arbouses ne changeront et l'homme restera toujours le même. On peut dire aussi que les arbouses d'une année ne sont pas les mêmes que celles de l'année suivante, et que l'homme d'aujourd'hui n'est pas le même que celui d'hier. La question est de savoir lequel est le vrai, celui d'hier ou celui d'aujourd'hui. Et comment fixer les critères de jugement ? Laisse les métaphysiciens parler de métaphysique et occupe-toi seulement de ton chemin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par joedi, le 18 avril 2014

    Allez vous baigner dans les eaux de la richesse !
    Imprégnez-vous des eaux de la prospérité !
    Les eaux de la richesse vous donneront un enfant,
    dans les eaux de pluie un fils naîtra,
    tels les petits poissons, les jeunes
    se pressent chez le maître tambour
    neuf cornes de vin ils boivent
    pour le sacrifice ils prennent le riz
    le vin ils répandent à terre
    priant le dieu du Ciel de l'accepter
    priant le dieu de la Terre de le manger
    le maître tambour brandit sa hache,
    les ancêtres tirent leurs épées
    franchissant les générations,
    qu'ils soient éternels
    sa propre mère on se rappelle
    pour creuser une paire de bambous,
    pour fabriquer des tambours ...

    Il chante à tue-tête jusqu'à l'épuisement.

    (grande cérémonie de sacrifice aux ancêtres) pages 330-331
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par joedi, le 18 avril 2014

    Buffle, buffle,
    dans l'eau calme, tu es né
    sur la grève, tu as grandi
    dans les eaux, ta mère tu as suivi
    sur les monts, ton père tu as suivi
    le tambour de sacrifice à la sauterelle tu as disputé,
    le tambour de sacrifice à la mante religieuse tu as disputé,
    sur trois pentes tu t'es battu,
    dans sept anses tu as combattu
    la sauterelle tu as vaincu
    la mante religieuse tu as tué,
    le bambou tu as coupé,
    le gros tambour tu as saisi,
    avec le bambou, à ta mère tu as sacrifié,
    avec le tambour, à ton père tu as sacrifié.
    Buffle, buffle,
    tu portes quatre paniers d'argent
    et quatre d'or en même temps,
    avec ta mère, tu vas
    avec ton père, tu vas
    dans la grotte, tu entres
    la porte du tambour, tu vas fouler,
    avec ta mère, les vallées tu surveilles
    avec ton père, la porte du hameau tu veilles
    pour empêcher de nuire les mauvais esprits,
    pour interdire aux démons d'entrer dans la maison des ancêtres,
    pour que mille ans ta mère soit tranquille,
    pour que cent générations ton père soit serein.

    (grande cérémonie de sacrifice aux ancêtres - sacrifice du buffle) pages 327-328
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par joedi, le 17 avril 2014

    Tu dis que les bonzes ont alors entendu sa douce voix : "Le Bouddha nous enseigne que pour connaître l'éveil, il ne faut pas connaître Bouddha par sa figure corporelle ; ce que l'on appelle la figure corporelle du Bouddha, ce sont les figures illusoires de son corps, les figures que l'on voit ne sont pas sa figure, elles sont la négation de sa figure. Ce que je vous transmets, c'est que même ce que dit Bouddha ne peut être accepté, sans pouvoir être transmis, ce qui ne peut être transmis et qui ne peut être admis, mais qui ne peut pas ne pas être admis, c'est ce que je vous transmets, et c'est la grande loi que vous transmet Bouddha.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par joedi, le 18 avril 2014

    Les épouses veulent des maris,
    les hommes veulent des femmes,
    dans les chambres, ils vont faire des enfants,
    en secret, ils les fabriquent,
    la lignée ne doit pas s'interrompre
    la descendance ne doit pas s'éteindre,
    sept filles habiles sont nées
    neuf braves apparaissent sur terre.

    (grande cérémonie de sacrifice aux ancêtres) page 329
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :

1,85 € (occasion)

   

Faire découvrir La Montagne de l'âme par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (294)

> voir plus

Quiz