Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2916492097
Éditeur : Le Grand Souffle (2006)


Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Tout a été dit sur « le plus vieux métier du monde ». Sauf une chose, parce qu’on ne l’a jamais vue.

De la geisha à la courtisane, des filles de rue aux maisons closes, toutes les cultures avaient leurs codes. Mais avec le trafic de la prostitution, notre... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

  • Par BERKOUK, le 08 novembre 2013

    BERKOUK
    Un corps payé pour se taire
    Ce témoignage d'une femme emprisonnée par le désir et par le regard des autres, à dénoncer le refoulé qu'est depuis toujours le métier de vendre son corps pour le plaisir des autres, tant cette question du désir hante le trottoir et les nuits de toutes nos villes, c'est saisissant.
    Justesse et sobriété rendent à ce texte le murmure et la souffrance de celles que l'on ne regarde d'ordinaire qu'avec convoitise et mépris. Yolande donne la voix au refus de voir, elle qui n'a pu se voir qu'avec les yeux et le sexe des autres, et comment le désir, animal fougueux, déborde la nomenclature de la protection des mineurs.
    Elle parle dans l'alcôve de son manque, de sa brûlure, et de sa misère en quête d'autre chose que cette mécanique du désir. Sans accuser personne mais avec le cri vital de ne plus supporter la mascarade entretenue face à ce refoulé de nos civilisations : le désir, même visible jusque dans les rues, n'est pas vu, pas compris, mais surtout n'est pas entendu.
    Cet objet insaisissable des fantasmes d'une Mécanique érotique, ce corps voilé dévoilé, battu, insulté, ce corps traîné, ce corps payé pour se taire, c'est nous-mêmes.
    Yolande dit les mots justes, elle dit tout, jusqu'au bout, à déchirer le voile qui cache ce qui se cherche derrière et devant ce désir, l'amour, au fond, lorsqu'on a tout perdu de l'image de soi, par où le laisser nous pénétrer ?
    Les larmes de Yolande.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par mandarine43, le 28 août 2011

    De qui se moque-t-on ? Le "racolage", c'est chaque image qui passe à la télé, c'est chaque affiche, qui pour vendre n'importe quel truc inutile, étale une fille en string, les fesses prêtent à se faire prendre. C'est dans le bus, le métro, au coin de chaque rue. Le "racolage", c'est tout le temps, à chaque instant.
    Mais nous, c'est trop pour eux, trop clair. Ils ne veulent pas savoir, ils ne veulent pas voir. Alors au lieu de se poser les vraies questions, et de chercher une vraie solution, ils nous déplacent vers les périphériques, loin de leur bonne conscience attachée à faire comme si de rien n'était, quitte à nous mettre en danger.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
4,75 € (neuf)
13,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Mécanique érotique par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz