Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2742792678
Éditeur : Actes Sud Junior (2010)


Note moyenne : 3.61/5 (sur 28 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

"Les secondes s'égrènent et t'es toujours là, devant moi, immobile. Moi aussi je suis immobile, mais vivant. Je ne respire pas très bien. Mon souffle est haché, emprisonné. Je ne ressens rien. Je ne sais pas combien de minutes il va falloir que j'attende ava... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (21)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par Mariemont5P3, le 07 février 2012

    Mariemont5P3
    Aujourd'hui, en classe, mes étudiants ont lu un extrait qu'ils avaient choisi... Grand moment d'émotion: l'une choisit l'extrait qui fait écho à sa propre souffrance: un père à 2 visages, une visage public et puis, en privé, un visage bien moins sympathique. L'autre choisit un extrait par lequel il met en évidence son refus de toute violence physique...Puis témoigne à son tour de ses difficultés à gérer ses émotions... Chacun, à sa manière apporte sa réflexion et nourrit celle des autres. Un réel bon moment de lecture et de partage... Merci à ces élèves!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lagagne, le 19 octobre 2011

    Lagagne
    Une claque! Mais une claque! Cette lecture fait choc.
    Un fils assiste à l'effondrement de son père sur le sol. Mais au lieu d'appeler les secours, il va s'assoir sur le parquet et passer 50 min à lui dire ce qu'il a sur le coeur. 50 min à pouvoir enfin parler à ce père violent. La violence oui, mais une violence qui commence banalement peut on dire : par une gifle. Mais cette gifle en a entrainé une autre, puis une autre, puis une fessée et une autre...Les mots, les insultes, les humiliations quotidiennes ont suivi. le fils ne sait plus ce qu'est un comportement normal, de père mais aussi de fils, il ne sait plus ce qu'est l'amour. Ce père, il lui semble parfois qu'il l'aime...mais l'amour est-ce frapper? brimer? humilier? Il ne sait plus. Jusqu'à ce qu'il rencontre Camille. Là où tout dérape, mais aussi où tout commence.
    Une lecture rapide mais puissante, qui marque, laisse son empreinte. L'écriture de Cathy Ytak est forte et juste. Chaque mot fait mouche et atteint sa cible. Une lecture nécessaire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lali, le 09 octobre 2011

    Lali
    C'est un roman dur, un roman qui ne peut laisser quiconque indifférent, l'ado auquel il est destiné comme l'adulte à qui il arrive de lire des livres destinés à la jeunesse. Parce qu'il est éducateur, libraire, bibliothécaire, journaliste, psychologue, ou tout simplement parent.
    Oui, c'est un roman dur que 50 minutes de Cathy Ytak. Un roman qui raconte 50 minutes de la vie d'un fils, et qui se lit en 50 minutes. Des minutes denses et bouleversantes alors que le père vient de s'affaler et que le fils décide de ne pas lui porter secours. Parce que le père a toujours été brutal et injuste à son égard. Parce que, peu importe quelle sera l'issue si jamais il décidait d'appeler une ambulance, ce sera de sa faute. C'est toujours de sa faute. Il est depuis longtemps celui qui a tort, le coupable désigné, peu importe ce qu'il fait ou ne fait pas.
    Et pendant les 50 minutes que dure ce roman, qui est en fait un monologue dans lequel le fils fait le tour de sa vie, examine ce qui ne l'unit plus à son père et refuse de faire un geste, le lecteur, petit à petit, devient l'ado narrateur et comprend (presque) son désir de ne pas porter assistance à son géniteur.
    Oui, un roman dur, mais aussi très fort, qui fait partie de la sélection Une basket du prix Farniente 2012.

    Lien : http://lalitoutsimplement.com/?p=44434
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Alinee, le 29 juillet 2011

    Alinee
    Une confrontation à sens unique entre un père mourant et son fils meurtri corps et âme. Un dialogue libérateur pour le fils qui n'a jamais su affronter son père et qui "vide son sac" alors que son paternel gît inconscient à ses pieds, frappé par une crise cardiaque. Ne sachant comment réagir, il lui explique à quel point il a détruit sa vie, à la place d'appeler les secours.
    Un court récit à une voix, poignant, montrant la bêtise humaine et à quel point les souffrances peuvent conduire à une froideur d'esprit par simple vengeance ou plus encore, par volonté de (re)trouver enfin sa liberté.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par alisson, le 28 février 2012

    alisson
    Un livre qui raconter l'histoire d'un ado de notre age battu,humilié par son père. Ce roman est bouleversant,accrochant car on ne s'imagine pas se qu'il peut se passe derrière quatre murs quand une porte est close ,on croit toujours que tout est beau rose mes pas dans cette histoire.Cette histoire se passe dans le salon de l'appartement,l'héros est assie par terre contre le mur avec son père qui vient de s'écroule sur le sol,son fils venait pour parler a son père,lui dire se qu'il na jamais osé.
    Je suis ressortie de ce livre triste de savoir se que a subi ce garçon mes contente de ce qu'il est arrivée a se père même si cela relève d'un "non-assistance a personne en danger!?"
    Je conseille au lecteur de lire se livre car les phrases son bien formules,l'histoire correspond bien au titre mes il a un inconvénients se livre est court
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (13)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lagagne, le 17 octobre 2011

    Je n'ai pas vu ton bras se lever, je n'ai pas anticipé le geste, je ne me suis pas protéger le visage. C'est la première fois que tu portes la main sur moi.
    La peau qui cuit et qui gonfle un peu. Je t'ai déçu et je m'en veux. J'ai mal. Quelque chose en moi se pétrifie.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par ju-s-tine, le 29 décembre 2012


    « Tu n’as jamais été un père bourreau mais un père bien comme il faut, avec une femme gentille et intelligente et un fils bien élevé, sportif et bon élève, tout juste un peu trop timide et réservé.
    Un père pas tout le temps au chômage, qui ne boit, ne fume pas, qui ne claque pas tout son pognon le dimanche au tiercé. Un père qui emmène son fils unique chez le dentiste, le médecin, le conseiller d’éducation, le conseiller d’orientation.
    Un père très apprécié dans son quartier, calme, souriant, serviable et discret.
    Un père qui aime la musique classique et le jazz.
    […]
    Un père qui, un jour…
    Mais faut du temps pour le dire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par ju-s-tine, le 29 décembre 2012

    Mais la vie, tu sais, quand on a seize ou dix-sept ans, on ne peut pas la museler. Et le bonheur des autres, le bonheur de tomber amoureux… Je me disais tous les jours que c’était pas pour moi, que je n’étais pas assez bien pour ça. Je crevais d’envie d’y goûter, et j’en crevais de trouille rien que d’y penser.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par ju-s-tine, le 29 décembre 2012

    On ne revient jamais en arrière, on ne renoue pas ce qui a été dénoué, on ne répare pas ce qui a été bousillé. Mais on peut trouver le bonheur ailleurs.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Ninali, le 18 mai 2013

    Toi, t'as fait comme si rien ne s'était passé entre nous. T'as continué à m'ignorer ou à m'engueuler, mais tu ne m'as plus frappé. Tu ne t'es pas excusé non plus.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,80 € (neuf)
3,61 € (occasion)

   

Faire découvrir 50 minutes avec toi par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz