Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une critique

Critiques sur Le cherche-bonheur (52)


Classer par:     Datecroissant   Les plus appréciéescroissant   Notecroissant


    • Livres 5.00/5
    Par missmolko1 le 06/11/2011


    Je viens tout juste de finir ce roman et je dois dire qu'il va rester graver dans ma tête pendant un bon moment : il est fabuleux!!!!
    C'est une belle leçon de vie que nous offre Michael Zadoorian a travers ce couple d'octogénaire, tous les deux gravement malades qui décident de faire le dernier voyage de leur vie commune en traversant les États-Unis. Avec ce voyage, Ella la narratrice nous parle de sa vie avec son mari John, ses enfants et petits-enfants, de sa jeunesse, de ses amis. Ella et John sont un couple incroyable, elle rongé par le cancer et submergée par les douleurs et lui atteint de la maladie d'alzheimer. On pourrait croire que ce roman va être triste mais pourtant c'est tout l'inverse, Ella est pleine de courage et la maladie de John est présenté de façon très drôle.
    De plus, Ella nous fait découvrir son pays a travers la route 66 (qui est mon rêve), partis de Détroit ou ils vivent depuis des années, ils vont traversés états après états jusqu'en Californie. Chaque chapitre est découpé par état et nous livre son lot d'anecdote.
    En tout cas ce roman est une vrai surprise pour moi et maintenant je peux répondre a la question "si vous deviez emmener un livre sur une ile déserte....?", ça serait sans hésiter que je répondrais "le cherche bonheur".

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par kathel le 10/03/2012


    L'évasion de John et Ella m'a enchantée. L'avenir des plus sombres de ce couple d'octogénaires, lui atteint d'Alzheimer, elle d'un cancer incurable, n'empêche pas un périple pétillant, tendance Pepsi tiède, et revigorant, comme les hamburgers que John ingurgite à intervalles réguliers. le thème du quatrième âge fuyant les maisons de retraite ou leur perspective est à la mode en ce moment, à voir des titres comme le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, L'avant-dernière chance ou La grand-mère de Jade… Je pense encore au personnage récurrent de Johan Theorin, de L'heure trouble, menant l'enquête depuis une maison pour personnages âgées, qui entre parenthèses, n'est pas pour une fois, présentée comme un horrible mouroir. Bref, tout le monde est concerné par le sujet, que ce soit à propos de ses grands-parents, de ses parents, voire de son avenir personnel, et le sujet mérite d'être mis en avant. Je n'ai pas lu tous les autres livres que je cite, mais celui de Michael Zadoorian est une réussite, un concentré de tendresse et de fantaisie réunies en la personne d'Ella, la narratrice.
    Ce que j'ai aimé, c'est que l'histoire reste toujours parfaitement crédible, les rencontres, les péripéties, les souvenirs, ne partent jamais dans des exagérations qui auraient gâché l'histoire, et de même, ne se déroulent pas d'une manière trop attendue. Bien sûr, Ella et son mari ont une famille, des enfants déjà bien « grands » qui s'inquiètent pour eux, ils communiquent avec eux de temps à autre, les enfants essayent de les convaincre de rentrer, mais il faut faire confiance en l'obstination d'Ella pour aller jusqu'au bout de son projet... Ce livre est une jolie balade sur la route 66, un parfait équilibre sur le fil entre gravité et apesanteur.


    Lien : http://lettresexpres.wordpress.com/

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par caro64 le 30/01/2011


    Et si le salut passait par la réalisation d'un dernier rêve, un dernier voyage pour partir avec dignité. Si l'on quittait le monde en ayant choisi le moment et la méthode. Partir pour un ultime voyage, celui vers le Pays des merveilles…

    Ella et John sont arrivés au crépuscule de leur vie. Une vie bien remplie qu'ils partagent depuis plus de soixante ans. Mais, rattrapés par les maladies diverses – John souffre de la maladie d'Alzheilmer, et Ella, gavée de médicaments, est sous chimiothérapie -, ils décident malgré l'avis de leur médecin et de leurs enfants, de rejoindre, à bord de leur camping-car "Le cherche-bonheur", Disneyland Californie, en empruntant la mythique route 66. Ce n'est pas sans péripéties qu'ils arrivent au bout de leur voyage, et c'est Ella qui nous contera toutes les aventures, entre un John oubliant ce qui est survenu quelques heures plus tôt, et elle qui ne se déplace qu'en déambulateur. Ella décrit aussi cette bonne vieille route avec l'humour parfois piquant qui la caractérise. Le cherche-bonheur relate les aventures ultimes de ces deux vieux qui n'ont plus rien à perdre, sinon leur vie, et ça, Ella le sait.

    Drôle, fougueux et touchant (sans tombé dans le pathos), ce road novel version senior nous propose une réflexion profonde sur le sens de la vie, quand arrive l'heure du bilan.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par VivianeB le 30/01/2014


    Comme un pied de nez à la maladie, a la vieillesse, une femme entreprend un voyage pour se rappeler sa vie de femme et de mère. On oublie que l'auteur est un homme car le personnage principal d'Ella est fort et attachant. Un très beau et touchant ouvrage.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par quiliravivra le 23/04/2012


    Je m'attendais à un chef d'oeuvre au vu des critiques excellentes et j'avoue avoir été pour ma part un peu déçue.
    L'histoire est certes jolie et émouvante car elle nous questionne sur la fin de vie, sur la manière de prendre la route vers notre dernière demeure.
    John et Ella ont choisi la légendaire route 66 et j'aurais aimé connaitre un peu mieux ce décor américain, imaginer des lieux ,hûmer des odeurs ....bref m'imprégner de l'ambiance autour de l'histoire.
    L'écriture (ou plutôt sa traduction) ne m'a pas plu car l'écriture n'a rien de ciselée et l'humour ne m'a fait sourire.
    Juste un peu d'émotion pour ce vieux couple de galopins qui prend la poudre d'escampette et choisit de mourir dignement .

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par canel le 26/06/2012


    Ella et John partent en vacances en empruntant la mythique route 66 d'est en ouest à bord de leur camping-car. Rien d'extraordinaire à cela... sauf qu'ils ne sont plus tout jeunes (60 ans de mariage donc probablement octogénaires), qu'Ella est rongée par un cancer et se déplace avec un déambulateur, et que John (au volant) atteint de dégénerescence précoce, perd régulièrement la boule...

    Cancer + Alzheimer + déchéance physique + conjoint malade + fin de vie + camping-car + séances diapos + road-movie => j'ai peur, je flippe, je n'aime pas, donc je fuis.

    Tous ces ingrédients sont réunis dans ce roman, et pourtant j'ai persisté, à doses homéopathiques, certes, mais bon... Pourquoi ?
    - parce que beaucoup de lectrices ont aimé
    - parce qu'il m'était recommandé par des proches plus concernés que moi par les perspectives effrayantes évoquées
    - parce que c'était une 'lecture commune', ce qui me pousse en général à aller au bout, par respect pour la co-lectrice, et pour en discuter en connaissance de cause
    - et puis parce que cet ouvrage respire malgré tout le courage, l'optimisme envers et contre tout/tous, et n'est de ce fait ni trop larmoyant, ni trop sirupeux, contrairement à ce que je redoutais. Il réussit même à être drôle par moments.

    L'ensemble m'a quand même fortement plombée : même s'ils s'aiment encore, ces deux-là, et partagent des moments tendres, on baigne dans les divagations du pépé, l'impatience de sa femme, ses souffrances physiques, l'incontinence et les odeurs du vieillard, la mauvaise humeur. Bref, le tableau est terriblement réaliste et bien peu réjouissant, donc.

    Une lecture facile, mais pas plaisante pour moi. Roman flippant, flippant, flippant...

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par letitbe le 03/09/2012


    John et Ella sont mariés depuis 60 ans. John a l'esprit qui divague et Ella a le corps en ruine.

    Lasse de passer sa vie chez les médecins et de leur servir de cobaye, Ella décide de prendre le large avec John à bord de leur camping-car "Le cherche-bonheur". Objectif : aller à Dysneyland. Pour cela, il va falloir passer outre les récriminations de leurs enfants mais aussi tenir le coup de Détroit, leur point de départ, à leur but, la Californie.

    Cette traversée va être l'occasion pour Ella de faire le point sur sa vie et son mariage, de redécouvrir l'Amérique et de rencontrer de nouvelles personnes.

    S'il y a de bons moments, il y a aussi des obstacles, des moments de paniques, des défaillances. Mais Ella est déterminée pour deux et saura faire face à l'adversité.

    L'auteur nous offre aussi une réfléxion sur la fin de vie, sur ce qu'est un mariage. En parallèle, il y a le portrait de cette Amérique paumée, loin des grands axes et des mégapoles, qui essaye pathétiquement de grapiller sa part du rêve américain ou de cette autre Amérique qui se résigne à son sort.

    Une belle histoire mêlant émotion et road-movie. A découvrir.

    .



    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par SD49 le 26/06/2012


    Deux amoureux de plus de 80 ans embarquent dans leur camping-car pour une longue, très longue virée à travers les Etats-Unis.
    A deux ils forment une personne complète, Ella a la tête et John a le physique, d'ailleurs c'est lui qui conduit et il en avale des kilomètres.

    Ils partent sans tenir compte des avis des médecins et de leurs enfants : "Je suis désolée de donner du souci à mes enfants, mais j'ai passé ma vie d'adulte à m'en fait à leur sujet, alors je rétablis l'équilibre." p.276

    Ella a de l'humour et un sacré courage car elle souffre beaucoup, elle est aidée par ses petites pilules bleues.
    John est très souvent déconnecté de la réalité, mais il est très touchant et émouvant de voir comment Ella profite au maximum des petits moments de lucidité de son mari. Beaucoup de tendresse apparait au fil des pages.

    A chaque étape, ou presque, ils se font des petites séances de projection de diapositives, leur vie se déroule ainsi sous nos yeux.

    J'ai beaucoup pensé à mes parents en lisant ce livre, ils ont dix ans de moins et sont en grande forme, ils vadrouillent d'ailleurs en France en ce moment à bord de leur camping-car, un tout petit avec une couchette pour amoureux !

    Mais que de temps passé, pour Ella et John, à rouler, rouler, rouler. Ils veulent absolument aller au bout de cette route 66.
    J'ai moins aimé les passages où ils ne font que rouler, cela m'a paru un peu long mais j'ai aimé tout le reste.

    On se demande comment cela va se terminer. Bien ? Pas bien ? C'est au lecteur de voir, moi j'ai aimé cette fin.


    Lien : http://pages.de.lecture.de.sandrine.over-blog.com

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique



  • Par keisha le 22/04/2012



    "On peut se demander si c'est la meilleure idée possible. Ce couple de vieux débris, l'une avec plus de problèmes de santé qu'un pays du tiers-monde, l'autre sénile au point de ne pas savoir quel jour on est, partant sillonner les routes du pays."

    Pas n'importe qu'elle route d'ailleurs, mais la mythique route 66, que John et Ella, mariés depuis des décennies, ont déjà empruntée lors de vacances avec leurs enfants. Contre l'avis de tous, enfants et médecins, ils sont partis à bord de leur camping-car, Le cherche-bonheur. Minuscule espace où, comme cela, on ne risque pas de tomber, car c'est trop petit.

    Au fil des kilomètres le long de la route apparaît une Amérique profonde, parfois déglinguée. Leurs souvenirs reviennent, même chez John qui a ses moments de lucidité. Pas de pathos là-dedans, et même de l'humour. Ce vieux couple a vécu une existence assez banale, mais pas malheureuse et Ella a bien conscience que ce qui les attend ne sera pas follement engageant de toute façon, alors autant en profiter pendant qu'il est encore temps et se lancer dans une équipée imprudente mais essentielle pour eux.

    Au moins voilà un roman inhabituel et l'on suit avec sympathie ce couple d'octogénaires dans ses aventures. Ce n'était pas gagné au départ, pourtant l'auteur a réussi son pari. Même si (petit bémol) l'écriture n'a rien d'étincelant et je me suis un peu endormie parfois. Ella m'aurait-elle fait ingérer une de ses pilules bleues? Mais j'ai quitté ces deux là le coeur un peu serré.


    Lien : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-le-cherche-bonhe..

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par Litterature_et_Chocolat le 02/03/2012


    Quelle quête épique, tragique et néanmoins comique!

    Le cherche-bonheur, sobriquet évocateur et ô combien prometteur pour un camping-car! C'est à son bord que John et Ella entreprennent leur dernier périple. Tous deux en fin de parcours, ils bravent les oppositions familiales et médicales pour respirer leurs dernières bouffées d'oxygène et de liberté. L'histoire de ce récit, c'est celle du verre à moitié vide ou à moitié plein.

    Vous pourriez ressentir cette histoire comme un hymne à la vie, une belle invitation à appliquer la sage maxime du Carpe Diem. Vous plongeriez alors dans une épopée tragico-comique aux côtés de deux petits vieux qui se connaissent depuis tant d'années que même le silence est devenu un forme de communion entre eux. Plein de tendresse et joyeusement pimenté par un humour caustique, Le cherche-bonheur a des accents évocateurs de voyage initiatique qui se termine en apothéose. Avec, en point d'orgue, une certaine conception du bonheur.

    Il est également possible que vous perceviez dans ce livre le récit prémonitoire et sordide d'une déchéance physique (Ella) et mentale (John) dans sa plus terrible acception. Une scène de plusieurs pages nous submerge d'horreur tant la détresse y est palpable pour ces deux individus démunis, livrés à eux-mêmes et en prise avec l'ampleur des dégâts causés par la maladie. Dans ce cas, difficile de trouver une once d'optimisme et d'espoir au volant du Cherche-bonheur et c'est le cœur serré qu'on referme ce roman.

    La vie, avant d'être une fin, est un long chemin. Et Le cherche-bonheur en explore un qui vaut la peine de s'y attarder.


    Lien : http://litteratureetchocolat.wordpress.com/2012/03/02/le-cherche-bon..

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique






Sur Amazon
à partir de :
6,50 € (neuf)
4,14 € (occasion)

   

Faire découvrir Le cherche-bonheur par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Michael
Zadoorian(1) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (230)

> voir plus

Quiz