Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Adolf Muschg (Autre)
> Gilberte Lambrichs (Autre)

ISBN : 2070373681
Éditeur : Gallimard (1982)


Note moyenne : 3.95/5 (sur 150 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sous le pseudonyme de Fritz Zorn se cache un jeune homme pressé. Jeune - il n'a que 32 ans - et pressé d'écrire car il se sait condamné par un cancer qui ne lui laissera aucune chance. Pour qui a vécu, la seule pensée d'une mort imminente fait jaillir le squelette branl... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par frandj, le 21 février 2014

    frandj
    Ce livre paru en 1977 me semble exceptionnel. Un jeune homme habitant Zurich, qui a pris le pseudonyme de Fritz Zorn, commence ainsi son témoignage: « Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul. (…) J’ai eu une éducation bourgeoise et j’ai été sage toute ma vie. (…) Naturellement, j’ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l’on en juge d’après ce que je viens de dire ». Cette maladie est moins une menace pour sa vie qu’une chance de vivre - vivre vraiment, au lieu de faire semblant de vivre (comme il l’a fait jusqu’ici). Mais, pour cela, il lui faut porter le fer dans la plaie, c’est-à-dire regarder en face l’affreuse névrose qui le retient prisonnier d’une éducation et d’habitudes aliénantes. Sur un ton calme, il raconte sa vie passée - non pas ses détails, mais son essence même. Et d’abord, il décrit avec une cruelle lucidité ses parents, très "comme il faut", pondérés, irréprochables: il est impossible de s’opposer à eux, et encore moins de les haïr ! Dès l’enfance, F. Zorn a appris à exister sans aucune passion, à niveler par le bas tous les sentiments. Il écrit avec un froid désespoir: « Je définirais le ridicule comme la distance entre le parfait et l’imparfait (…) Le rien est toujours parfait ». Le fils a adopté ce point de vue directement inspiré par ses parents. Il ne se fait pas remarquer, si ce n’est par ses qualités de bon élève et de fils très sage. Naturellement, dans sa famille, le sexe a toujours été un sujet absolument tabou. Donc, une fois proche de l’âge adulte, il n’est même pas pensable qu’il fréquente les filles. Mais enfin, il obtient la réussite: docteur de l’université de Zurich, il commence sa carrière professionnelle. Et c’est à ce moment-là la bombe à retardement explose - mais non, elle n’explose même pas ! Sa névrose se traduit par une lamentation funèbre (intérieure) et par une plainte permanente sur sa solitude. Comme il est un spécialiste de langues romanes, il se récite à lui-même ces vers d’un troubadour portugais « Ah Dieu, si seulement mon ami savait combien je me sens seul à Vigo ? », qui sont pour lui (et aussi pour le lecteur !) en quelque sorte la quintessence de la tristesse; c'est comme une bouteille à la mer qui n'arrivera jamais à destination. Aussitôt après, il se découvre une tumeur - c’est un cancer. Plus F. Zorn avance dans son témoignage, plus le ton devient âpre. Il se bat durement pour la vie et contre le malheur. Mais on devine que la lutte contre la maladie devient sans espoir. Il écrit: « Pour moi la chose n’est pas réglée. (….) Je me déclare en état de guerre totale » : ce sont ses derniers mots. F. Zorn est mort peu après, à l’âge de 32 ans, et la publication de son livre a été posthume.
    Il est peu de livres aussi cruellement véridiques - et en même temps aussi éloignés d’un lourd pathos, malgré son tragique sujet - que celui-là. Il m’a fait une impression très profonde quand je l’ai lu à sa parution en France et quand je l’ai relu récemment. Malgré le caractère délétère de cette courte tranche de vie, et à cause du refus de l’auteur d’attendre la moindre compassion du lecteur, je me suis senti en empathie avec cet homme qui a au moins essayé de trouver la force vitale qui avait été éradiquée en lui. A lire absolument… et à méditer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par colimasson, le 03 juin 2011

    colimasson
    Faire de sa maladie le moment de sa délivrance, voilà ce qu'est Mars. Fritz Zorn dit ne pas vouloir s'exprimer au nom des milliers d'autres qui sont dans le même cas que lui. Pourtant, son message me semble être universel. Son livre est une exhortation à dépasser les règles, les coutumes et les mauvaises habitudes héritées de son éducation lorsqu'elles empêchent l'individu de vivre. Tout lecteur convaincu par Mars ne pourra pas s'empêcher, après avoir refermé le livre, de procéder à une vivisection de sa propre existence.
    Il est dommage que cet ouvrage ait été détourné et utilisé pour culpabiliser les malades atteints du cancer. Il est évident que le cancer n'est pas uniquement provoqué par les souffrances de l'âme. Ici, le cancer est un symbole. Il représente toutes les maladies mentales dont peut être affecté l'être humain suite aux névroses héritées de son enfance, de son éducation, de son mode de vie, de sa trop grande sensibilité.


    Lien : http://colimasson.over-blog.com/article-mars-1976-de-fritz-zorn-7557..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 22         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par patrick75, le 19 septembre 2012

    patrick75
    Voici un livre pour ceux que la psychanalyse intéresse .
    Un homme d'une trentaine d'années atteint d'un cancer, diagnostiqué névrosé, entreprend de raconter ses jeunes années.
    Il y recherche la cause de sa névrose, qui d'après lui, aurait déclenché son cancer. Un livre à l'ambiance très sombre, où l'on se noie dans les tréfonds de l'âme humaine. Pour amateur du genre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Flodopas78, le 27 octobre 2014

    Flodopas78
    Livre phénomène, inclassable, classique de la littérature suisse contemporaine, Mars dérange par sa noirceur, sa rage et son désespoir. Il a été écrit par un homme de 32 ans atteint d'un cancer généralisé, révolté de n'avoir pas vécu et compris trop tard que sa vie fut un gâchis immense. Ce gâchis, il l'attribue à ses parents qu'il accuse de l'avoir tué. L'auteur analyse avec une lucidité implacable l'éducation bourgeoise qu'il a reçue, fondée sur la normalité et la conformité au groupe social, avec l'obsession du qu'en dira-t-on, pour essayer de comprendre l'origine de sa névrose, « cette torture dépressive omniprésente », et se délivrer de son passé avant qu'il ne soit trop tard. Pour lui, ce cancer qui le ronge est la révolte de son âme étouffée depuis tant d'années, le cri de rage d'un homme qui n'a jamais connu l'amour et ne le connaîtra jamais. Aucune lumière d'espoir dans ce récit qui nous entraîne dans un maelstrom d'émotions négatives. Déconseillé aux dépressifs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 8         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par KRISS45, le 28 avril 2013

    KRISS45
    C'est la lecture de "nos vies romancées" d'Arnaud Catherine qui m'a donné envie de connaître "Mars" de Fritz Zorn.
    Il s'agit du récit-confession autobiographique d'un jeune homme né avec tous les avantages de la fortune, mais malheureux et névrosé.
    Le ton est donné à la page 261 : "tout le monde est névrosé mais moi je le suis un peu plus" .Ses parents qu'il accable avec des expressions lapidaires
    (ma pauvre mère, mon pauvre père ) seraient à l'origine de tous ses maux car il faut bien désigner un coupable : l'éducation austère et frustrante de son milieu familial..
    Au delà de sa confession accusatrice, on peut se demander si l'origine de son mal-être est surtout imputable à sa nature profonde (l'inné) ou à son milieu bourgeois et répressif (l'acquis). le cocktail des deux s'avérant affligeant.
    L'autre aspect de son questionnement psychanalytique est le rapport entre son état mental et l'émergence de sa maladie mortelle. Certains cancers sont-ils le fruit d'une mélancolie grave et persistante ?
    Un récit poignant, dérangeant, autoapitoyé, réservé aux lecteurs particulièrement sensibles aux méandres du psychisme.
    A déconseiller aux dépressifs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (100)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par colimasson, le 03 juin 2011

    A la sérénité du Bouddha l’agitation du monde paraît ridicule, car lui-même n’a plus rien à voir avec cela. Au cynique les sentiments du prochain paraissent ridicules parce que lui-même n’a plus de sentiments. A celui qui ne joue pas au football il paraît ridicule de courir pendant des heures après un petit ballon de cuir ; il ne se demande pas si ce jeu ne serait pas follement amusant, il ne voit que le côté ridicule de ces hommes adultes qui jouent comme de petits garçons. Sans doute celui qui fait quelque chose se rend-il toujours ridicule aux yeux de celui qui ne fait rien. Celui qui agit peut toujours prêter le flanc ; celui qui n’agit pas ne prend même pas ce risque. On pourrait dire que ce qui est vivant est toujours ridicule car seul ce qui est mort ne l’est pas du tout. […] Comme nous ne nous rendions jamais ridicules, nous étions tributaires des autres qui le faisaient à notre place et nous divertissaient de cette manière. Voilà pourquoi nous trouvions les clowns si sympathiques, les autres nous faisaient rire, ce dont nous étions par nous-mêmes incapables. Il va sans dire que nous n’étions pas en peine de trouver des ridicules dans notre entourage car plus on est soi-même un magasin de porcelaine, plus n’importe qui, venu de l’extérieur, y prend pour vous l’aspect d’un éléphant.»
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par colimasson, le 03 juin 2011

    […] Beaucoup de mes camarades étaient déprimés parce qu’ils avaient raté un examen, mais moi, j’étais déprimé quoique j’eusse brillamment passé le même examen. Je ne voulais voir que ce que nous avions de commun, que chacun de nous était déprimé, je ne voulais pas voir la différence, à savoir que le chagrin de l’un avait un sens, et que le chagrin de l’autre en était dépourvu. Qu’on broie du noir parce qu’on a été collé à un examen qu’on a préparé très longtemps et à fond, c’est normal. Mais qu’on soit tout à fait incapable de se réjouir de l’avoir si bien réussi et qu’on passe la soirée assis sans rien faire, aussi déprimé que celui qui a échoué, n’est pas normal.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par patrick75, le 15 septembre 2012

    Le médecin scolaire fît projeter sur le mur une série de schémas des organes génitaux des deux sexes et, pour couronner le tout, la reproduction gigantesque en couleurs atroces des parties sexuelles de la femme, puis il déclara d'une voix émue: Hélas oui, mes enfants, tel est en réalité l'horrible aspect de la femme; aucun de vous n'aura sans doute envie d'entrer là-dedans, pas vrai ?

    note du lecteur: toutes récriminations devront être adressées au dénommé Fritz Zorn
    ( je suis en train de chercher son adresse).



    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Piling, le 12 mai 2009

    Naturellement, ils allaient cependant tout de même à l'église. Il y avait déjà tous leurs morts à l'enterrement desquels ils avaient l'habitude de se rendre. Mais une fois que mes parents allaient à l'église, alors, ah, alors il appartenait au bon ton de s'y rendre selon toutes les règles du comme il faut, et alors, miséricorde, quel pèlerinage ! En effet, une fois qu'ils y étaient, à l'église, ils ne trouvaient plus rien à redire : ils louaient l'église, son architecture, sa décoration florale, le pasteur, le sermon, le jeu de l'orgue, le chant, l'atmosphère et tout de cont il y a moyen de faire l'éloge quand on est bien décidé à faire l'éloge de tout. L'église leur plaisait car elle était bien. Une seule chose semblait ne pas plaire à mon père : quand il devait se lever en même temps que les autres pour la prière, il avait toujours un air furibond, tant il était en colère de devoir se lever comme les autres et faire semblant de prier. Toutefois, après la cérémonie religieuse, il était toujours de bonne humeur et se répandait en louanges ; il déclarait que le curé avait très bien parlé, qu'il s'était exprimé en termes choisis et qu'il avait une diction parfaite. J'étais cependant frappée de ce que mon père louait toujours la forme du sermon : qu'il fût ou non d'accord avec son contenu, cela on n'en parlait pas. Je me rappelle encore qu'à l'issue d'une de ces cérémonies de funérailles j'avais pensé que le curé avait, en fait, dit des tas de bêtises. Pourtant, mon pauvre père commenta ce discours en disant que le curé avait très bien parlé. (On pourrait même conclure à ce propos un subtil compromis, car il est fort possible que le prêtre ait parlé très bien et très bêtement à la fois). Aujourd'hui, je m'expliquerai les choses en me disant que mon père était uniquement pour la forme de l'Eglise mais pas pour son sens. Être pour la forme de l'Eglise, cela faisait partie du bon ton ; être pour son sens, c'était ridicule.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par colimasson, le 03 juin 2011

    Si l’on jette un coup d’œil sur ce qui a été écrit jusqu’ici, l’impression pourrait facilement se dégager que ce qui compte, pour moi, c’est uniquement de dénombrer avec malveillance les faiblesses de mes pauvres parents afin de les faire passer ensuite pour les méchants qui m’auraient détraqué et auxquels il faudrait donc attribuer tout mon malheur. Mais j’ai tendance à croire qu’il y a davantage, dans ce récit, que la simple intention de rendre mes parents responsables de ce que j’aurais dû mieux savoir et mieux faire. Aujourd’hui, mes parents sont beaucoup moins, à mes yeux, les « coupables » que les covictimes de la même situation faussée. Ils n’étaient pas les inventeurs de cette mauvaise façon de vivre ; ils étaient bien davantage –tout comme moi- dupes de cette vie mauvaise, acceptée sans esprit critique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Fritz Zorn

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Fritz Zorn

Extraits de l'adaptation théâtre de "Mars", d'après Fritz Zorn, crée au théâtre Océan Nord à Bruxelles, mars 2009,











Sur Amazon
à partir de :
7,12 € (neuf)
2,96 € (occasion)

   

Faire découvrir Mars par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (269)

> voir plus

Quiz