Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Alzir Hella (Traducteur)
> Olivier Bournac (Traducteur)
> Brigitte Vergne-Cain (Traducteur)
> Gérard Rudent (Traducteur)
> Romain Rolland (Préfacier, etc.)

ISBN : 2253057541
Éditeur : Le Livre de Poche (1991)


Note moyenne : 3.98/5 (sur 615 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans Amok, publié en 1922, est suggéré un bon, usage de l'exotisme : c'est d'abord de rendre problématique le confort d'une formule de croisière... Pour éprouver; en soi et partout autour, la présence d'un royaume primitif, puissant et mystérieux, le royaume de l'Autre,... > Voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (53)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par valleg, le 15 février 2013

    valleg
    Est-ce qu'un jour je serai déçue par un récit de Zweig ? J'en doute, et c'est tant mieux, mais bon allez savoir, pour peu que l'Amok me prenne moi aussi un de ces quatre matins…
    Donc, j'ai adoré ce recueil de nouvelles.
    J'ai retrouvé la finesse de l'analyse psychologique de Zweig que j'ai tant apprécié dans ses romans. Je sais qu'il était ami de Freud qui a dû bien le briffer, mais comme même ; réussir à décrire si justement les profondeurs de l'âme humaine dans ses obsessions, sa déraison, ses passions, ça me stupéfie chaque fois. On sent tellement d' humanité chez cet auteur.
    Et puis ce sens de la construction, ce sens dramatique, la beauté des métaphores, la musicalité de son écriture. C'est somptueux.
    Je vais vous dire, bien que le thème de ce recueil ne s'y prête guère, j'en suis sortie merveilleusement apaisée par tant de perfection et de beauté.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 49         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par OlivierH77, le 01 mars 2015

    OlivierH77
    La narrateur rencontre sur un navire de croisière un homme étrange qui reste caché dans la nuit...Il va lui raconter ses déboires. Médecin, ses tendances masochistes se révèlent devant les femmes. Une première fois, il va détourner de l'argent pour l'une d'elles, ce qui l'obligera à s'exiler d'Allemagne vers la Malaisie coloniale. Une fois là-bas, une belle, fière et riche anglaise vient le trouver pour lui demander secours...Elle est enceinte...mais manifestement pas de son mari, qui rentre de voyage dans quelques jours. Avorter est plus qu'une nécessité, une question d'honneur, et même de vie ou de mort...
    Lui est ébranlé, mais son esprit sado-masochiste se manifeste, pour réclamer un prix à payer pour ce service, en nature...
    A partir de cette demande va s'engager un bras de fer impitoyable entre les protagonistes, entre cette "dame de fer" obsédée par la sauvegarde de son honneur et cet homme dont l'esprit est miné, tourmenté par des sentiments ambivalents d'amour et de haine...qui se croit lui-même, depuis sa rencontre avec cette femme obsédante, amok, ravagé par une folie furieuse et meurtrière propre aux autochtones...
    Dans cette longue nouvelle, Zweig installe dès le départ une atmosphère oppressante...D'abord la mystérieuse et quasi inquiétante entrée en contact de ce médecin, sur le bateau, avec le narrateur principal...Puis lorsque le médecin entame son récit de son histoire en Malaisie, le malaise (sans jeu de mots) nous gagne. L'ambiance devient étouffante, moite, ça transpire le drame à venir...
    La progression de la tension est impressionnante, mise en relief par une maîtrise extraordinaire de la construction du récit et de la forme : le médecin, par l'emploi du "je" exprime ce qu'il ressent en direct, bizarre impression d'être comme au coeur d'un reportage de guerre en totale insécurité...sauf que la guerre ici est aussi à l'intérieur du corps et de l'âme du narrateur. Et puis quelle maestria pour, entre les moments d'emballements furieux, ralentir comme pour zoomer sur chaque plan dans les confrontations-clés entre les deux êtres déchirés : la première rencontre, la scène de la réception...
    J'ai beaucoup aimé cette nouvelle, qui bien qu'écrite en 1922, m'a semblé sonner encore par son style d'écriture et son rythme comme les oeuvres de Stendhal ou Mérimée, même si, sans doute pour servir cette nécessité de mise sous tension du lecteur, certains mots comme "horreur" sont un peu employés trop facilement et trop souvent.
    Pour moi un petit bijou, qui se prêterait bien à une nouvelle adaptation au cinéma ! Sauf erreur, la dernière date de 1982.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 39         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ibon, le 10 juillet 2013

    ibon
    Trois superbes nouvelles. "Amok", "Lettre d'une inconnue", "La Ruelle au clair de lune". Ils sont hommes ou femmes et ils sont soumis à la passion amoureuse qui les dévore. Aveuglés, ils sortent logiquement du cadre de la normalité de la vie en société.
    Ils se mettent en marge en mourant d'impatience de retrouver l'autre, l'aimé(e).
    Mais la transe furieuse de cet amoureux (l'amok en malaisien) qui ne trouve pas sa moitié le pousse à l'autodestruction.
    Stefan Zweig décrit ce processus dans ces trois nouvelles en variant les contextes.
    Dans Amok, c'est le récit d'un voyageur désabusé, à bord d'un paquebot qui, une nuit, rencontre un médecin alcoolique qui lui raconte sa vie. (Un récit dans le récit).
    Dans "Lettre d'une inconnue", (ma préférée), un écrivain à succès reçoit un courrier volumineux qui contient l'histoire d'une femme, son ancienne voisine, alors adolescente. C'est cette femme qui raconte passionnément son attente qui m'a le plus touché.
    Dans "La Ruelle au clair de lune", un voyageur (encore désabusé, comme souvent chez Zweig) débarque dans un port et entre dans un bar interlope où il est témoin d'une scène dramatique.
    Mais je n'en dis pas plus, en ai-je trop dit? Comme le dit fort justement Romain Rolland dans la préface, c'est une oeuvre qu'il faut humer, lamper!
    "C'est un crime contre l'art, de la fausser, d'avance..."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 35         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par paroles, le 26 avril 2014

    paroles
    Où nous mène la passion ? Jusqu'à la folie parfois. Et c'est bien là que nous emmène cette fois-ci Stefan Zweig.
    Tout-à-coup, sans crier gare, elle s'empare de nous. Elle nous fait faire tout et n'importe quoi. Cette passion dévorante, cette rage qui détruit tout sur son passage et nous pousse à commettre des actes irréfléchis. Et quand le coup de folie passé, nous nous penchons sur nos actes irraisonnés, il ne nous reste que le remords qui nous ronge jusqu'à l'épuisement.
    Encore une fois, Stefan Zweig réussit magistralement à décrire les sentiments que traverse son malheureux héros, dont on ne connaîtra ni le nom, ni l'âge, sinon qu'il fut médecin et refusa de pratiquer l'avortement demandé par une jolie femme.
    Il est minuit docteur... La confession commence. Les sentiments s'entrechoquent. le vertige hésite entre la haine, la passion, le devoir...

    Sur le divan de Stefan Zweig, pour une autre psychanalyse... J'y cours.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 36         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par TheWind, le 19 juillet 2014

    TheWind
    J'aimerais pouvoir parler de ces hommes atteints de folie meurtrière, de ces hommes à la désespérance telle qu'ils en arrivent à tuer des inconnus et même leurs proches, de ces hommes ne supportant pas l'humiliation et qui d'un brusque désir de vengeance anéantissent tout ce qui fut leur vie.
    Quand la passion atteint son paroxysme et que plus rien ne peut retenir la main fanatique et dévastatrice.
    Difficile de parler de ces hommes, auteurs d'acte infâme, monstrueux, barbare...sans ressentir de l'aversion, et même parfois de la haine.
    Quoiqu'il en soit l'incompréhension règne. Et les mots deviennent bien futiles et vains.
    Si ce ne sont ...les mots de Zweig.
    L'Amok, c'est ça. "C'est plus que de l'ivresse...c'est de la folie, une sorte de rage humaine...une crise de monomanie meurtrière et insensée, à laquelle aucune intoxication alcoolique ne peut se comparer." Ainsi parle de cette folie meurtrière un médecin ayant exercé en Malaisie, personnage de cette nouvelle de Zweig.
    L'amok, c'est cet accès de rage qui provoque chez certains malais une course effrénée au cours de laquelle ils tueront tout ce qui se trouve sur leur passage.
    Zweig s'appuie sur ce phénomène pour écrire "Amok ou le fou de Malaisie" avec toute la subtilité et le talent qu'on lui connaît. Subtile évocation de ces sentiments qui submergent, qui rendent fou, qui dépassent l'entendement au plus haut point et qui poussent l'individu tourmenté vers l'irrationnel, vers l'insensé.
    Zweig est incontestablement le maître quand il s'agit de plonger le lecteur au coeur de "ce monde souterrain des passions" et c'est, avec bien sûr une certaine appréhension à chaque fois, qu'on le suit fébrilement et qu'on écoute docilement ses mots :
    " Surgissez de vos ténèbres crépusculaires,
    Et n'ayez pas honte des tourments qui vous plongent dans l'ombre ! "
    Sage conseil et bien avisé sans nul doute, que je me permets de généraliser. N'est ce pas en prenant à bras le corps ces tourments inconscients et en les partageant qu'on peut espérer retrouver la lumière ?
    Petite pensée émue pour cet auteur épatant qui je l'espère a finalement retrouvé la lumière...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 26         Page de la critique

> voir toutes (47)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par cmpf, le 13 janvier 2015

    Quels rêves alors n’ai-je pas faits ! Je voulais apprendre les langues et lire les livres sacrés dans le texte original, étudier les maladies, faire de la recherche ; je voulais sonder l’âme des indigènes – oui, c’est ainsi qu’on dit dans le jargon européen –, bref, devenir un missionnaire de l’humanité et de la civilisation. Tous ceux qui viennent de ce côté font le même rêve. Mais dans cette serre étouffante, là-bas, qui échappe à la vue du voyageur, la force vous manque vite ; la fièvre – on a beau avaler autant de quinine que l’on peut, on l’attrape quand même, elle vous dévore le corps ; on devient indolent et paresseux, on devient une poule mouillée, un véritable mollusque. Un Européen est, en quelque sorte, arraché à son être quand, venant des grandes villes, il arrive dans une de ces maudites stations perdues dans les marais ; tôt ou tard, chacun reçoit le coup fatal : les uns boivent, les autres fument l’opium, d’autres ne pensent qu’à donner des coups et deviennent des brutes ; de toute façon, chacun contracte sa folie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par le_Bison, le 24 mars 2012

    Donc… attendez… oui, j’y suis. J’étais là-bas dans mon trou maudit, j’étais là-bas comme l’araignée dans son filet, immobile depuis déjà des mois. C’était précisément après la saison des pluies. Pendant des semaines et des semaines, l’eau avait clapoté sur mon toit. Personne n’était venu ; aucun Européen ; chaque jour, j’avais passé le temps assis chez moi, avec mes femmes jaunes et mon bon whisky. J’étais alors au plus bas ; j’étais complètement malade de l’Europe ; quand je lisais un roman où il était question de ruelles claires et de femmes blanches, mes doigts se mettaient à trembler. Je ne puis pas vous décrire cet état ; c’est une espèce de maladie des tropiques, une nostalgie fiévreuse, furieuse, et cependant débilitante, qui quelquefois s’empare de vous.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par gill, le 08 juin 2013

    Au mois de mars 1912, il se produisit dans le port de Naples, lors du déchargement d'un grand transatlantique, un étrange accident sur lequel les journalistes donnèrent des informations abondantes, mais parées de beaucoup de fantaisie.
    Bien que passager de l'Océania, le navire en question, il ne me fut pas plus possible qu'aux autres d'être témoin de ce singulier événement, parce qu'il eut lieu la nuit, pendant qu'on faisait du charbon et qu'on débarquait la cargaison et que, pour échapper au bruit, nous étions tous allés à terre passer le temps dans les cafés ou les théâtres.....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par patatarte2001, le 16 décembre 2014

    Ah! vous protestez...je comprends, vous êtes enthousiasmé par les Indes, les temples et les palmiers, tout le romantisme d'un voyage de deux mois. Oui, ils sont enchanteurs, les tropiques, quand on les voit du chemin de fer, de l'auto ou de la rikscha; et, moi, je n'ai pas eu une impression différente, lorsque, pour la première fois, j'y vins, il y a sept ans. Quels rêves, alors n'ai-je pas faits ! Je voulais apprendre les langues et lire les livres sacrés dans le texte original, étudier les maladies, faire de la recherche; je voulais sonder l'âme des indigènes - oui, c'est ainsi qu'on dit dans le jargon européen-, bref, devenir un missionnaire de l'humanité et de la civilisation. Tous ceux qui viennent de ce côté font le même rêve. Mais dans cette serre étouffante, la-bas, qui échappe à la vue du voyageur, la force vous manque vite; la fièvre - on a beau avaler autant de quinine que l'on peut, on l'attrape quand même, elle vous dévore le corps; on devient indolent et paresseux, on devient une poule mouillée, un véritable mollusque. Un Européen est, en quelque sorte arraché à son être quand, venant des grandes villes, il arrive dans une de ces maudites stations perdues dans les marais; tôt ou tard, chacun reçoit le coup fatal : les uns boivent, les autres fument l'opium, d'autres ne pensent qu'à donner des coups et deviennent des brutes; de toutes façon, chacun contracte sa folie. On a la nostalgie de l'Europe, on rêve de marcher de nouveau, un jour, dans une rue, de s'asseoir dans une chambre bien claire, avec des murs de pierre, parmi des hommes blancs. Pendant des années, on en rêve, et puis lorsque vient le temps où l'on a droit à un congés, on est déjà trop fainéant pour partir. On sait que là-bas on est oublié, inconnu et comme une moule dans l'océan, une moule que chacun foule aux pieds! C'est ainsi que l'on reste et que l'on s'abrutit et se déprave dans ces forêts chaudes et humides. Maudit le jour où je me suis vendu à ce sale trou..."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 3         Page de la citation

  • Par born2fly, le 12 décembre 2012

    Ouvre-toi, monde souterrain des passions !
    Et vous, ombres rêvées, et pourtant ressenties,
    Venez coller vos lèvres brûlantes aux miennes,
    Boire à mon sang le sang, et le souffle à ma bouche !
    Montez de vos ténèbres crépusculaires,
    Et n’ayez nulle honte de l’ombre que dessine autour de
    vous la peine !
    L’amoureux de l’amour veut vivre aussi ses maux,
    Ce qui fait votre trouble m’attache aussi à vous.
    Seule la passion qui trouve son abîme
    Sait embraser ton être jusqu’au fond ;
    Seul qui se perd entier est donné à lui-même.
    Alors, prends feu ! Seulement si tu t’enflammes,
    Tu connaîtras le monde au plus profond de toi !
    Car au lieu seul où agit le secret, commence aussi la vie
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

> voir toutes (23)

Videos de Stefan Zweig

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig

Livres mentionnés dans la vidéo : - La ferme des animaux (George Orwell) - Hamlet (Shakespeare) - le Rouge et le Noir (Stendhal) - le Vicomte Pourfendu (Italo Calvino) - le Joueur d'échecs (Stefan Zweig)
Où me trouver :
Blog : http://tetedelitote.canalblog.com Facebook : https://www.facebook.com/TetedeLitote Twitter : https://twitter.com/Cyri_F Instagram : http://instagram.com/cyri.f Livraddict : http://www.livraddict.com/profil/tetedelitote/
Intro : John Williams - Star Wars Theme











Sur Amazon
à partir de :
4,72 € (neuf)
0,49 € (occasion)

   

Faire découvrir Amok, ou, Le fou de Malaisie par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (1232)

> voir plus

Quiz